2 militants d’extrême droite jugés pour le saccage d’une œuvre d’art jugée christianophobe

En 2011, une photographie de l’artiste américain Andres Serrano avait été vandalisée à la collection Lambert d’Avignon. Deux agresseurs proches à l’époque des milieux catholiques intégristes ont été jugés à Avignon. Leur défense conteste la dégradation de l’œuvre puisque sa valeur à augmenté.

(…)

Seuls deux agresseurs ont été identifiés grâce à la vidéo-surveillance : ils avaient été filmés la veille lors des manifestations des groupes religieux intégristes devant la collection Lambert avec cantiques et chants de décontamination en latin.Les deux hommes ont reconnu leur proximité idéologique avec le mouvement nationaliste catholique le Renouveau Français.

(…)

L’un est commerçant en prêt à porter, père de trois enfants. L’autre accusé, ex-chanteur d’un groupe de rap nationaliste et déjà condamné pour révisionnisme, est monteur vidéo indépendant en Belgique.

Le procureur de la République a estimé que les deux hommes était entré dans « le monde de l’intégrisme et de l’intolérance la plus totale ». Le procureur de la République s’est dit « perplexe devant l’attitude des accusés: ils ont tout faux! Il ont donné une meilleur publicité à cette oeuvre ».

Le procureur de la République demande quatre mois de prison avec sursis pour le jeune homme qui faisait le guet, cent vingt jours amende à quarante euros pour celui qui avait frappé le Piss Christ.

France Bleu

Ce soir France 3 diffuse un téléfilm qui met en colère le Front National

Après le cinéma (Chez nous), c’est au tour du petit écran d’exaspérer les pontes du Front national. À la dérive, diffusé ce jeudi 30 mars à 20 h 55 sur France 3, a fait monter au créneau le collectif Culture, liberté et création, garant du programme culturel du FN. Dans un communiqué, l’entité condamne un téléfilm tentant de « faire un parallèle entre le mouvement patriotique et les milieux d’extrême droite avec amalgames et raccourcis habituels ».

Mais qu’est-ce qui se cache derrière ce titre ? Le pitch, comme le décrit France Télévisions, est le suivant : « Jérôme a tué Driss, un dessinateur d’origine marocaine, qui était autrefois son meilleur ami. Passage à l’acte provoqué par la jalousie ? Accident ? Ou crime raciste suscité par l’engagement politique de Jérôme ? » L’engagement politique dont il est question, c’est celui de Jérôme auprès d’un parti d’extrême droite. Le député de ce parti fictif a aidé Jérôme, au chômage après la fermeture de l’usine où il était employé.

Le Point

Une librairie de Saint-Malo reçoit des menaces et des insultes car elle vend des ouvrages critiques du FN

La librairie La Droguerie de Marine, à Saint-Malo, affiche ses idées. Une de ses vitrines présente depuis la semaine dernière, des livres et des citations de grands auteurs contre le fascisme et le Front National. Elle a suscité des réactions attendues mais aussi des insultes et des menaces.

(…)

D’abord un coup de fil d’un journaliste de Breizh Info, un vrai-faux site d’informations locales tenu par des militants identitaires. Un article est publié sur ce site. « Désagréable« , souligne le patron de la librairie. Puis, quelques heures plus tard, « nous avons été assaillis sur nos comptes Google et Facebook par des dizaines et des dizaines de messages haineux, d’insultes et de menaces« , explique Loïc Josse.

Depuis, le compte Google de la librairie a été fermé. « Il y avait des ignominies qu’on avait pas envie de laisser lire« . Mais pas question de changer la vitrine, pour le propriétaire de la Droguerie de Marine. « Il y a d’ailleurs un élan de solidarité. Il y a des gens, dans une grande diversité d’idées, qui nous soutiennent. Je viens d’aller au Salon du Livre à Paris et j’ai eu le plaisir de voir des auteurs et des éditeurs venir spontanément manifester leur soutien!« .

France Bleu

Jessica Alba : On m’a dit que je n’étais pas “assez caucasienne pour avoir le premier rôle” à Hollywood

140817-pers-jessica-alba-ftr

Star internationale, Jessica Alba est aujourd’hui à la tête d’une entreprise, The Honest Company, estimée à plus d’1,7 milliards de dollars. Mais pour en arriver là, l’actrice a dû lutter. Victime de discriminations raciales, Jessica Alba s’est confiée sur le racisme ambiant à Hollywood afin de montrer aux filles et aux femmes du monde entier qu’il ne faut pas se laisser intimider et continuer à poursuivre ses rêves.

Actrice, maman, chef d’entreprise, la carrière de Jessica Alba est impressionnante. Si la jeune femme de 35 ans semble avoir tout réussi dans la vie, cela n’a pas pour autant été facile pour elle. Bien au contraire.

A Hollywood, où les femmes et les personnes issues de minorités ethniques sont sous-représentées, Jessica Alba a dû cravacher pour se frayer une place parmi les plus grands. Fille d’une mère américaine et d’un père mexicain, Jessica Alba ne rentrait pas dans le moule que les producteurs et réalisateurs avaient définis.

Quand j’ai commencé à décrocher des rôles et à passer des castings, ils n’arrivaient pas à déterminer mon ethnie. Du coup, ils me mettaient dans la catégorie “exotique”, quoi que cela puisse bien signifier. Ils me disaient : “Tu n’es pas assez latine pour jouer une latina. Et tu n’es pas assez caucasienne pour obtenir le rôle principal. Donc tu vas jouer la fille exotique”, a expliqué Jessica Alba à PopSugar lors d’une

Au Féminin

Une cinquantaine de militants d’extrême droite tentent de faire annuler une pièce jugée « christianophobe »

jeanne-au-bucher-extreme-droite-christianophobie

Ce jeudi soir vers 19h30 devant l’opéra de Lyon, dans le 1er arrondissement, une cinquantaine de militants d’extrême droite se sont réunis.

Ils voulaient perturber l’avant dernière représentation de la pièce « Jeanne au bûcher« , une adaptation peu commune pour la pucelle d’Orléans. Des adolescents pour la plupart, « qui sont venus défendre Sainte Jeanne d’Arc bafouée par cette pièce d’opéra, pornographique, scatophile, et transgenre«  selon Les Enfants des Terreaux.

Après avoir brandi une bâche sur laquelle était inscrit « hommage à Jeanne« , les manifestants ont tenté d’empêcher l’accès à la salle au public. D’abord maintenus à distance par un cordon de CRS, ils ont ensuite été dispersés à coup de tonfas et de gaz lacrymogène lorsque plusieurs d’entre eux ont voulu escalader les balustrades pour accéder à l’opéra.

M Lyon