Rémy Rayé, assistant parlementaire de Marion Maréchal-Le Pen, condamné par la justice pour injure

Un conseiller départemental Front national du Vaucluse a été condamné, mercredi 22 mars, à 6 000 euros d’amende par le tribunal correctionnel d’Avignon (Vaucluse) pour avoir injurié le sénateur, Les Républicains, Alain Milon, rapporte France Bleu Vaucluse.

Sur le blog départemental du FN, Rémy Rayé avait qualifié le sénateur de « Dr Mengele des socialistes » en référence au médecin nazi qui a mené des expérimentations médicales meurtrières dans le camp d’Auschwitz pendant la Seconde Guerre mondiale. Rémy Rayé reprochait à Alain Milon d’avoir voté avec la gauche contre un amendement défavorable à l’ouverture de salles de shoot.

France Info

En marge d’un meeting de Marion Maréchal-Le Pen, des militants d’extrême droite tabassent 3 personnes hostiles au FN

Trois hommes d’une trentaine d’années ont été interpellés la semaine dernière dans la Manche et dans la banlieue de Rennes à la suite de violences commises le 20 janvier dernier en marge d’un meeting de Marion Maréchal-Le Pen à Fougères (Ille-et-Vilaine).

Sympathisants du Gud (Groupe d’union de défense), organisation étudiante d’extrême droite connue pour ses actions violentes, ils sont soupçonnés d’avoir agressé trois manifestants qui avaient participé à un rassemblement anti-FN ce jour-là, rapporte Ouest-France.

Après avoir reçu des coups de poing et de pied, l’une des victimes avait été violemment projetée contre la devanture d’une bijouterie. Cela avait provoqué le déclenchement de l’alarme et avait fait fuir les agresseurs.

Les trois individus, déjà connus pour des faits de violence, seront convoqués le 12 juillet devant le tribunal de grande instance de Rennes pour violences en réunion.

20 Minutes

L’essayiste d’extrême droite Alain Soral condamné à trois mois de prison ferme

L’essayiste d’extrême droite Alain Soral a été condamné, mardi 14 mars, à trois mois de prison ferme pour contestation de crime contre l’humanité et injure raciale, pour avoir publié sur son site internet un dessin jugé négationniste. Selon l’Union des étudiants juifs de France (UEJF), l’une des associations parties civiles, c’est la première fois qu’Alain Soral est condamné à une peine de prison ferme.

(…)

En avril 2016, après les attentats de Bruxelles, le site Egalité et Réconciliation avait publié un dessin représentant une une titrée « Chutzpah Hebdo » (allusion à Charlie Hebdo), avec le visage de Charlie Chaplin devant l’étoile de David et, dans une bulle, « Shoah où t’es ? ».

France Info

Mort de Clément Méric : quatre skinheads renvoyés aux assises

Une juge d’instruction a ordonné le renvoi devant la cour d’assises de quatre skinheads impliqués dans la rixe qui avait coûté la vie à un militant antifasciste, Clément Méric, en 2013 à Paris, sans retenir l’intention de tuer.

Deux des mis en examen, le Picard Esteban Morillo, 24 ans, et Samuel Dufour, 23 ans, sont plus directement visés. La magistrate a ordonné qu’ils soient jugés pour violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner, en réunion et avec usage ou menace d’une arme, des circonstances aggravantes, a précisé la source.

(…)

La mort de Clément Méric, 18 ans, devenu un symbole pour les « antifas » (antifascistes), avait causé une vive émotion et conduit le gouvernement à dissoudre le groupuscule Troisième Voie, dont étaient issus les skinheads, et son service d’ordre, les Jeunesses nationalistes révolutionnaires (JNR), que dirigeait Serge Ayoub, un vétéran de la mouvance.

Le ministre de l’Intérieur de l’époque, Manuel Valls, avait évoqué un « assassinat », sur fond de craintes de résurgence des violences d’extrême droite.

Ouest France

« Partez d’ici, sales nègres » : l’auteur des injures envers la rédactrice en chef du magazine Elle interpellé

L’affaire avait eu un très fort retentissement médiatique mi-février. En vacances à Saint-Brieuc, les enfants de Katell Pouliquen, la rédactrice en chef du magazine Elle, avaient été victimes d’injures racistes au Leclerc de Plérin. La journaliste s’en était émue sur Facebook. Un homme de 64 ans a été interpellé ce jeudi matin. Il a passé la journée en garde à vue. Il est convoqué en correctionnelle le 29 juin.

(…)

Le 10 février, alors qu’elle faisait ses courses au Leclerc de Plérin, un homme a interpellé ses enfants métis, âgés d’à peine plus de 12 ans, dans les rayons : « Partez d’ici, sales nègres ».

(…)

Il est âgé de 64 ans et vit à Saint-Brieuc. Les policiers avaient une adresse, mais ils ont eu du mal à mettre la main sur le récalcitrant, qui ne se présentait pas aux convocations. Après plusieurs déplacements chez lui, ils l’ont croisé ce jeudi matin. Il a été placé en garde à vue.

Ouest France

« T’es un bonobo » : un militant FN condamné pour des tweets racistes envers Christiane Taubira

Pour avoir tenu des propos racistes à l’encontre de Christiane Taubira sur Twitter, un internaute a été condamné mercredi à une amende de 1.000 euros. De source judiciaire, elle peut se transformer en peine de prison.

« Taubira t’es un bonobo et tu le resteras toute ta vie espèce de grosse merde que tu es« , avait tweeté cet internaute le 16 juillet 2014, précédé du hashtag « #SoutienALeclere », référence à l’ancienne candidate Front national Anne-Sophie Leclère qui avait publié sur Facebook un photomontage comparant la garde des Sceaux à un singe. Anne-Sophie Leclère a pour cela été condamnée en septembre dernier à 3.000 euros d’amende avec sursis.

Le prévenu avait quant à lui accompagné son tweet d’une image représentant la chaîne de l’évolution avec cinq hominidés, du singe jusqu’à l’homo-sapiens, le visage de Christiane Taubira étant superposé à la tête du premier singe.

Europe 1

Emplois fictifs: Marine Le Pen convoquée par les juges en vue d’une possible mise en examen

marine le pen fn front national escroquerie

Marine Le Pen a été convoquée par les juges d’instruction, en vue d’une possible mise en examen, dans l’enquête sur les soupçons d’emplois fictifs d’assistants parlementaires du FN au Parlement européen, mais elle a fait savoir qu’elle ne s’y rendrait pas, a appris l’AFP vendredi de sources proches du dossier.

Selon l’une des sources, la candidate du Front national à la présidentielle a affirmé dans un courrier envoyé aux juges qu’elle ne répondrait pas à cette convocation avant la fin de la campagne, une information confirmée par son avocat Rodolphe Bosselut.

Challenges