USA : Un suprématiste obligé de démissionner du site internet qu’il a crée car… il a épousé une femme juive

season2-5

Mike Peinovich, qui utilise le pseudonyme de Mike Enoch, est le fondateur du populaire site nationaliste blanc « The Right Stuff » (TRS) et co-anime le podcast « The Daily Shoah », un titre au jeu de mots intolérable.

Avant de révéler sa vraie identité durant le week-end, Peinovich était considéré comme l’un des dirigeants du mouvement nationaliste blanc en Amérique, aux côtés d’Andrew Anglin, fondateur du Daily Stormer, et de Richard Spencer, qui est à l’origine du terme de droite alternative, selon le magazine en ligne Salon.

Les premières failles dans la couverture de Peinovich en tant que Mike Enoch remontent au mois de décembre, quand un rival nationaliste blanc a déclaré à ses partisans qu’une figure phare du mouvement « est en obésité morbide et est marié à une femme juive », a indiqué Salon.

Contacté par Salon, Peinovich a nié être Mike Enoch, mais a reconnu être impliqué dans le TRS, en tant qu’auteur de « quelques articles libertaires ». Il a affirmé avoir « coupé les liens quant ils ont pris la direction qu’ils suivent actuellement, il y a quatre ans. » Peinovich a également reconnu que sa femme était juive et a imploré le magazine de l’aider à réfuter les affirmations qui l’accusent d’être Mike Enoch.

Cependant, les rumeurs ont continué et Peinovich a fini par admettre qu’il était Enoch le week-end dernier. Il a déclaré à ses partisans que « ma femme est qui elle est, et je ne vais pas me donner la peine de le nier, ni de présenter des excuses. Si cela vous donne envie de quitter le mouvement, ou de vous détacher du TRS, je le comprendrais ».

Peu après sa confession, il a été annoncé que Peinovich avait démissionné du TRS, a annoncé Salon. Les fans de Peinovich ont réagi avec colère en apprenant que sa femme était juive. Ils ont diffusé en ligne des photos de lui et sa femme dans des chambres à gaz.

Times of Israel

Grèce : Des néonazis envahissent une école pour empêcher l’accueil d’enfants réfugiés

Le parti Aube dorée a fait une opération coup de poing dans une école de Perama, près d’Athènes en Grèce. Des dizaines de militants s’en sont pris verbalement aux parents d’élèves venus discuter de l’intégration d’écoliers réfugiés.

Des militants du parti néo-nazi Aube dorée ont fait irruption dans une école de Perama, dans la banlieue d’Athènes le 17 janvier. Les parents d’élèves s’étaient réunis pour discuter de l’intégration dans les classes de 20 enfants d’un camp de réfugiés voisin. C’est alors que des dizaines de militants du parti nationaliste sont intervenus. Ils ont insulté et menacé les parents et les enseignants, puis s’en sont pris au maire de Perama, venu sur place pour essayer de faire retomber la tension.

Le groupe était accompagné par le député Yannis Lagos, jugé depuis avril 2015 avec les principaux cadres d’Aube dorée pour «constitution de bande criminelle», et qui est en liberté surveillée.

Dans un communiqué, le ministère de l’Education a «catégoriquement condamné» cet incident, réaffirmant sa détermination à garantir l’accès à l’éducation aux enfants de réfugiés en Grèce, une population estimée à plus de 8 000 personnes après la vague migratoire de 2015.

Russia Today

Jean-François Kahn : Le CRIF, « simple organisation de promotion des idées de l’extrême droite israélienne ? »

jean-francois-kahn

Un événement ridicule, qui s’est déroulé l’autre dimanche à Paris, et est passé quasiment inaperçu n’en est pas moins préoccupant.

Quelque mille personnes, à l’appel du Crif, ont manifesté contre la tenue à Paris de et, comme par voie de conséquence, ont hué toute référence à la solution des « deux Etats », c’est-à-dire à la proposition de parvenir à la paix, entre Israéliens et Palestiniens, grâce à l’acceptation de l’émergence d’une identité palestinienne à côté d’une identité israélienne. Solution à laquelle, évidemment, une très forte majorité de juifs français est favorable.

Est-ce à dire donc – l’information serait de taille – que le Crif, qui était, à l’origine, un organisme – éminemment utile et nécessaire – de représentation et de défense de la communauté juive française, s’est dissous pour se transformer en simple organisation de promotion des idées de la droite et de l’extrême droite israélienne ? A quand une motion de soutien à Donald Trump ?

Marianne

Des néonazis sont recrutés jusqu’au Brésil pour combattre dans la guerre civile en Ukraine

neo-nazi-bresil

Selon la police brésilienne, un membre italien d’un groupe national socialiste appelé Misanthropic Division recrutait des jeunes il y a dix mois pour qu’ils se battent en Ukraine. On pense qu’ils ont des liens avec Azov Battalion, un groupe paramilitaire ultra-nationaliste aligné avec Kiev.

« Ils ont proposé de l’argent et une formation militaire. Nous avons confirmé qu’un habitant de Porto Alegre avait combattu en Ukraine après avoir été recruté », a déclaré un porte-parole de la police au journal, ajoutant qu’au moins cinq autres personnes ont pu participer aux combats pendant la guerre.

L’État du Rio Grande do Sul, au sud du Brésil, où a eu lieu le recrutement, accueille une grande communauté de descendants allemands. Depuis 2013, plus de 50 personnes ont fait l’objet d’une enquête pour avoir téléchargé du contenu nazi sur Internet.

Une étude de l’université de Campinas a révélé qu’il y a environ 100 000 partisans d’Hitler dans la région sud du Brésil et plusieurs groupes racistes sont censés être actifs, a précisé Zéro Hora.

Times of Israel

Hongrie : La journaliste d’extrême droite qui avait frappé des réfugiés a été condamnée

Les images montrant une journaliste hongroise faisant trébucher et frappant des migrants fuyant la police en 2015 avaient fait le tour du monde. Jeudi 12 janvier, elle a été reconnue coupable de vandalisme et condamnée à une période de mise à l’épreuve de trois ans.

hungarian_hungary_woman_female_journalist_camerawoman_petra_laszlo_kicking_tripping_refugees_refugees_migrants_syria_video_serbia_n1tv_petra_laszlo_tripping-_kicking_3

Le juge a estimé que le comportement de cette vidéaste, Petra Laszlo, suscitait « l’indignation et la colère » et il a rejeté l’argumentaire de son avocat, qui plaidait qu’elle avait cherché à se protéger des migrants qui s’enfuyaient, le 8 septembre 2015, à proximité de la frontière serbe. « J’ai vu des centaines de personnes courant dans ma direction. C’était véritablement assez effrayant », a-t-elle déclaré.

Tant le procureur, qui réclamait une amende sévère, que la défense de la journaliste, qui demandait l’acquittement, ont assuré qu’ils feraient appel du verdict en première instance.

Il est apparu ensuite que la vidéaste, qui a été licenciée pour son attitude, travaillait pour N1TV, une chaîne de télévision sur Internet proche du parti d’extrême droite ultranationaliste hongrois Jobbik.

Le Monde

Un bébé de 5 mois été enlevé par 2 hommes qui ont frappé la mère à la machette

Un bébé, âgé de 5 mois, a été enlevé vendredi à Estinnes-au-Mont. Deux hommes ont été interpellés mais le bébé reste introuvable. La police lance un appel à témoins.

jordy-weiss-tont-bebe-machette

Vendredi dans le domaine de Pincemaille, un camping résidentiel située à Estinnes, dans le Hainaut entre Binche et la frontière française, deux hommes ont fait irruption dans la maison de cette femme âgée 26 ans. Il s’agissait de l’ex-mari de celle-ci, Jordy Weiss, 23 ans, et de son frère, Tony Weiss, 25 ans.

Ils l’ont agressée violemment, à l’aide d’une hache ou d’une machette semble-t-il, afin de s’emparer du nourrisson de 5 mois. Selon la soeur de la victime que nous avons interrogée (écoutez ci-dessus), Jordy Weiss supportait mal la rupture survenue quelques mois plus tôt.

Les deux individus ont été arrêtés par la suite mais le bébé reste, lui, introuvable, a confirmé le parquet de Charleroi. L’affaire est à l’instruction pour enlèvement et tentative de meurtre.

« Elle ne dort plus et ne mange plus« , nous a confié la soeur de le mère qui a été opérée à l’hôpital après l’agression subie. Sur Facebook, à l’invitation de la mère, ils sont des milliers à partager l’annonce de l’enlèvement afin qu’on retrouve au plus vite le bébé.

Ce lundi en fin d’après-midi, la police fédérale a lancé un avis de recherche pour la fillette. « Grace Weiss, un bébé âgé de cinq mois, est activement recherché dans le cadre d’une enquête policière. Ce bébé a les yeux bleus et les oreilles percées. L’enfant pourrait avoir séjourné à Willebroek, au domicile de son père Weiss Jordy et de son oncle Weiss Tony », peut-on lire dans le communiqué de presse.

Si vous avez plus de renseignements concernant ce fait, nous vous invitons à prendre contact avec la police via le numéro gratuit 0800/30.300.

RTL

La Russie dépénalise les violences conjugales au nom de la tradition

violence-conjugale1

La Chambre basse du parlement russe (Douma) a fait passer mercredi une loi qui dépénalise les violences domestiques, soit les violences commises au sein du couple ou de la famille, envers un parent, un conjoint ou un enfant. Cette loi votée en première lecture a fait l’objet d’une très claire unanimité, puisque sur 450 membres de la Douma, seul un député a voté contre et 368 ont voté pour, comme le rapportent le Moscow Times et Politico.

Cette loi a été portée par la députée ultra-conservatrice Yelena Mizulina, célèbre pour avoir fait pression en faveur d’une autre loi qui a fait polémique à l’étranger et en Russie parmi les défendeurs des droits des LGBT: celle condamnant la « propagande homosexuelle ».

Comme le rapporte Politico, lors d’un discours à la Douma, l’élue a déclaré que « les lois devaient soutenir les traditions familiales« . « Dans la culture familiale traditionnelle en Russie, les relations parents-enfants sont basées sur l’autorité du pouvoir des parents », a-t-elle fait valoir.

Malgré l’approbation unanime des députés, cette décision législative a provoqué un tollé parmi les défenseurs des droits des femmes, qui craignent que la loi rende les victimes de violences conjugales encore plus vulnérables. Une pétition contre cette loi a d’ailleurs réuni près de 175.000 signatures.

Comme le rapporte le Moscow Times, d’après les chiffres du gouvernement russe, 40% des crimes violents sont commis à l’intérieur de la famille dans le pays. Chaque jour, 36.000 femmes sont battues par leur conjoint, et chaque année, 26.000 enfants sont victimes de la violence de leurs parents.

BFM TV