Présidence du FN : le négationniste Jean-François Jalkh remplacé par Steeve Briois poursuivi pour incitation à la haine

Steeve Briois assurera la présidence par intérim du Front national après le retrait de Jean-François Jalkh, mis en cause pour des propos négationnistes présumés, a annoncé vendredi Louis Aliot, vice-président du parti. Jean-François Jalkh, adhérent au FN depuis septembre 1974 et élu député européen en 2014, avait été promu à la tête du FN en début de semaine à la suite de la décision de Marine Le Pen de se mettre en congé de la présidence pour se consacrer à la campagne de l’entre-deux-tours de la présidentielle.

Des journalistes ont exhumé des déclarations de ce cadre historique dans lesquels il cite le théoricien négationniste Robert Faurisson, notamment concernant l’usage du gaz Zyklon B dans les chambres à gaz nazies. Ce vieux routier du FN est aussi le cerveau du système de financement des campagnes frontistes, qui est aujourd’hui dans le collimateur de la justice, comme l’expliquait Challenges.

Challenges

Steeve Briois, maire et député européen FN renvoyé devant la justice pour provocation à la haine raciale

À la suite d’un signalement de la LICRA, le procureur de la République de Paris a décidé de renvoyer Steeve Briois, maire d’Hénin-Beaumont et député européen, devant la 17ème chambre du tribunal correctionnel de Paris pour provocation à la haine raciale et diffamation raciale.

Ce procès, qui se tiendra le 11 octobre prochain, fait suite à un tweet publié par l’élu frontiste le 23 novembre dernier dans lequel il déclarait : « La répartition des #migrants a pour conséquence l’explosion des agressions sexuelles, en Allemagne, en Suède, en Autriche, etc.. » #PlenPE

LICRA

Samuel Potier, investi par le FN aux législatives en Loire-Atlantique, malgré des propos islamophobes et antisémites

Comme l’a repéré le Scan du Figaro ce dimanche 16 avril, le FN a ainsi investi Samuel Potier dans la 10e circonscription de la Loire-Atlantique.

Ce conseiller régional des Pays de la Loire, tête de liste en Loire-Atlantique lors des régionales en 2015, est pourtant connu pour ses propos islamophobes et antisémites tenus sur les réseaux sociaux ces dernières années. En octobre 2014, il assimilait ainsi une jeune femme voilée à une dinde. En août 2015, il comparait l’islam à « une lisse lame ». Entre autres propos du même genre, comme l’avait relevé Le Lab en septembre 2015.

Comme le rappelle le Scan du Figaro, en décembre 2014, Samuel Potier avait tweeté « sans commentaires » et le hashtag « #Jesuispartout » (le nom d’un hebdomadaire collaborationniste et antisémite sous l’occupation nazie, ndlr) en réaction à un tweet du CRIF « les juifs de France sont chez eux partout, et les antisémites ne sont chez eux nulle part ».

L’ancien secrétaire départemental du FN en Loire-Atlantique, jusqu’en octobre 2016, avait aussi trouvé « lamentable » une affiche du congrès des notaires de France datée de novembre 2013 « osant représenter deux homos tenant par la main deux enfants ».

Europe 1

Sebastian Gorka, conseiller de Donald Trump, épinglé pour son soutien à un groupe paramilitaire antisémite

Un haut conseiller du président américain Donald Trump a soutenu en 2007 une milice paramilitaire raciste et antisémite en Hongrie qui a été formellement interdite en 2009, a annoncé le site The Forward cette semaine.

Le Forward a obtenu un enregistrement d’une apparition télévisuelle datant de 2007 dans laquelle Sebastian Gorka se déclare en faveur de la décision du parti antisémite d’extrême droite Jobbik pour « établir la garde hongroise. »

 

Gorka a déclaré lors de l’interview télévisée que la création de la milice était en réponse à « un grand besoin sociétal », disant que l’armée du pays « est malade et reflète parfaitement l’état de la société hongroise qui est incapable de se défendre seul ».

Israel 24

“Sale juif” : un ancien militant FN jugé pour une agression antisémite à coups de bouteille

« “Sale juif” cela fait partie des insultes que j’emploie. J’ai des problèmes par rapport à ça », reconnait à la barre Frédéric Pauze. Vendredi 24 mars, le quadragénaire comparaissait en appel pour l’agression de Marc Grinsztajn, l’éditeur du livre Le Système Soral publié par StreetPress chez Calman-Lévy.

(…)

Face aux juges de la chambre d’appel, Frédéric Pauze dément avoir attaqué Marc Grinsztajn. Il accuse même la victime « d’avoir voulu en découdre avec lui ». La présidente de l’audience lui demande :

« Vous l’avez insulté de “sale juif”, comment auriez-vous voulu qu’il réagisse ? »

« Il n’avait qu’à passer sa route ! »

Puis il conteste avoir agressé l’éditeur en lui jetant une bouteille de verre sur le crâne. De la légitime défense, selon lui, en riposte au coup de poing que venait de lui asséner Grinsztajn.

Pourtant c’est bien quand il lui tournait le dos, après avoir fait demi-tour pour rentrer chez lui, que l’éditeur a été touché par le jet de bouteille comme l’atteste son entaille à l’arrière du crâne.

(…)

Néanmoins aucun doute sur ses convictions politiques. Ancien militant du Front National, il reconnait avoir possédé un mug avec une photo d’Adolf Hitler tandis qu’un ami est déjà venu chez lui avec un drapeau nazi, comme l’a raconté un proche à la police.

Lors d’une autre audition, un de ses amis dit de lui « qu’il est évident qu’il est antisémite ». « Dès qu’il est torché, il tient des propos virulents contre les juifs » Pauze a déjà fait l’objet de poursuites pour injures publiques après s’en être pris à un de ses voisins juifs. Une affaire qui avait été classé sous condition d’un stage au mémorial de la Shoah.

Street News

Le petit-fils de Mendes France exhume les courriers antisémites des fans de Le Pen

Réagissant à une affiche diffusée par cette association étudiante frontiste, affirmant que Pierre Mendes France « voterait Front national » de nos jours, Tristan Mendes France s’était indigné que le FN puisse se revendiquer de son aïeul. Et notamment, parce que son fondateur Jean-Marie Le Pen n’avait pas hésité à l’attaquer dans les années 50 par des sous-entendus antisémites.

(…)

Signés « patriotes pur sang » ou « Français pur sang », ces courriers sont explicitement antisémites, barrés des mots « sale juif ». L’un d’entre eux cite nommément les propos de Jean-Marie Le Pen prononcés à l’Assemblée nationale en 1958. « Vous n’ignorez pas que vous cristallisez sur votre personnage un certain nombre de répulsions patriotiques et presque physiques », avait alors adressé le futur cofondateur du FN (qui n’était alors que député poujadiste) à Pierre Mendes France.

Huffington Post

En Russie, Marine Le Pen prend la pose avec un député antisémite et homophobe

En marge de sa rencontre avec Vladimir Poutine ce vendredi, la présidente du FN a posé pour un selfie avec Vitaly Milonov, un député russe ouvertement homophobe et antisémite.

Ce député russe connu pour être à l’origine de la loi qui sanctionne la «propagande homosexuelle» en Russie, tient régulièrement des propos homophobes comme lorsqu’il a comparé les homosexuels à des personnes vivant «avec un chien». Il appelle aussi à l’instauration d’une «police des mœurs», et a organisé des «raids» dans des clubs gays.

Lors d’un échange avec un journaliste de France 24, Vitaly Milonov assumait aussi ses positions homophobes en accusant notamment les gays d’être «des violeurs d’enfants».

(…)

Ce même député, qui pose fièrement à côté de la présidente frontiste, a aussi été accusé d’antisémitisme. En février dernier, il s’est violemment attaqué à deux élus du conseil municipal de Saint-Pétersbourg, tous les deux juifs, en déclarant notamment:

«Les chrétiens ont survécu malgré le fait que les ancêtres de Boris Vichnevski et de Maksim Reznik nous ont cuits dans des chaudrons et nous ont jetés pour être déchirés par des bêtes sauvages.»

BuzzFeed

Strasbourg : des tags antisémites découverts dans un parc pour enfants

Une enquête a été ouverte après la découverte de tags antisémites dans une aire de jeux pour enfants de la Petite Orangerie à Strasbourg. C’est le premier adjoint (PS) au maire Alain Fontanel qui a révélé l’information dimanche sur sa page Facebook.

Depuis, les inscriptions – une croix gammée et le mot « juif » ont été effacées par le service de la propreté urbaine de la ville.

France 3