USA : Un suprématiste obligé de démissionner du site internet qu’il a crée car… il a épousé une femme juive

season2-5

Mike Peinovich, qui utilise le pseudonyme de Mike Enoch, est le fondateur du populaire site nationaliste blanc « The Right Stuff » (TRS) et co-anime le podcast « The Daily Shoah », un titre au jeu de mots intolérable.

Avant de révéler sa vraie identité durant le week-end, Peinovich était considéré comme l’un des dirigeants du mouvement nationaliste blanc en Amérique, aux côtés d’Andrew Anglin, fondateur du Daily Stormer, et de Richard Spencer, qui est à l’origine du terme de droite alternative, selon le magazine en ligne Salon.

Les premières failles dans la couverture de Peinovich en tant que Mike Enoch remontent au mois de décembre, quand un rival nationaliste blanc a déclaré à ses partisans qu’une figure phare du mouvement « est en obésité morbide et est marié à une femme juive », a indiqué Salon.

Contacté par Salon, Peinovich a nié être Mike Enoch, mais a reconnu être impliqué dans le TRS, en tant qu’auteur de « quelques articles libertaires ». Il a affirmé avoir « coupé les liens quant ils ont pris la direction qu’ils suivent actuellement, il y a quatre ans. » Peinovich a également reconnu que sa femme était juive et a imploré le magazine de l’aider à réfuter les affirmations qui l’accusent d’être Mike Enoch.

Cependant, les rumeurs ont continué et Peinovich a fini par admettre qu’il était Enoch le week-end dernier. Il a déclaré à ses partisans que « ma femme est qui elle est, et je ne vais pas me donner la peine de le nier, ni de présenter des excuses. Si cela vous donne envie de quitter le mouvement, ou de vous détacher du TRS, je le comprendrais ».

Peu après sa confession, il a été annoncé que Peinovich avait démissionné du TRS, a annoncé Salon. Les fans de Peinovich ont réagi avec colère en apprenant que sa femme était juive. Ils ont diffusé en ligne des photos de lui et sa femme dans des chambres à gaz.

Times of Israel

Des centaines de nationalistes Ukrainiens scandent “les juifs dehors” à Kiev

Des nationalistes ukrainiens de Kiev ont scandé « les juifs dehors » en allemand lors d’une marche du Nouvel an célébrant l’anniversaire d’un collaborateur nazi dont les troupes ont tué des milliers de juifs.

Des milliers de personnes ont assisté à l’évènement dans le centre de la capitale ukrainienne, pour rendre hommage à Stepan Bandera, un des responsables du mouvement nationaliste ukrainien des années 1930 et 1940. Ils ont présenté son portrait pendant qu’une personne restée anonyme criait le slogan antisémite dans un haut-parleur, poussant de nombreux participants à le répéter, selon une vidéo diffusée par Federal News Agency.

Le mouvement de Bandera comprenait une armée d’insurrection qui a combattu aux côtés des soldats nazis pendant une partie de la Seconde Guerre mondiale. Des partisans de Bandera affirment qu’ils ont choisi les nazis contre l’armée soviétique, pensant qu’Adolf Hitler accorderait son indépendance à l’Ukraine. Bandera a été assassiné en 1969 par le KGB soviétique en Allemagne de l’Ouest.

Bandera est considéré comme un héros national dans toute l’Ukraine. En juillet, une rue a été baptisée à son nom à Kiev, malgré les protestations de la communauté juive.

Plusieurs autres nationalistes ukrainiens liés à des actes et à des politiques antisémites avant et pendant l’Holocauste sont vénérés en Ukraine depuis quelques années, particulièrement depuis la destitution en 2014 du président Viktor Ianoukovytch dans une révolution sanglante. Il était accusé d’être corrompu et trop proche de la Russie.

Times of Israel

Le chef du FN à Lyon juge un mémorial des enfants juifs exterminés «trop politisé»

Le chef de file du FN en région Auvergne-Rhône-Alpes estime que la mémoire de la déportation transmise par le mémorial des enfants juifs d’Ysieu est «trop politisée», car elle porte trop à «la repentance».

dsc04185

Le chef de file du FN lyonnais Christophe Boudot, ex-tête de liste aux élections régionales, juge que le Mémorial des enfants juifs exterminés, géré par une association à Izieu, mérite de voir réduits ses subsides, car elle serait trop politisée…

Interrogé dans l’émission «Face à Face», sur la chaîne Télé Lyon Métropole, ce proche de Bruno Gollnisch soutient la décision de Laurent Wauquiez de couper la moitié des aides régionales distribuées à l’association par la région. Mais il l’explique d’une manière toute personnelle. «Nous, nous l’aurions fait si nous étions au pouvoir. Parce que nous considérons que toutes ces choses mémorielles ne doivent pas être sur-subventionnées. Laurent Wauquiez est assez équilibré sur le subventionnement de toutes ces maisons mémorielles», salue d’abord Christophe Boudot, avant d’ajouter: «Elle avait un budget très important, trop important à mon avis».

Des ressources trop élevées au goût du frontiste, visiblement désireux de voir défendue une autre lecture de l’histoire de la déportation: «Je crois que nous, nous avons toujours voté contre ce genre de subventions, car ça aboutit toujours à une forme de repentance, toujours la même», lâche-t-il. L’élu régional ajoute: «Je ne suis pas opposé du tout à subventionner la question mémorielle, il en faut. Mais je crois que la Maison d’Izieu était trop politisée, un peu “too much”. On s’en est servie pour faire acte de repentance, toujours».

S’il ne le précise pas explicitement, on comprend que «la repentance» dont il s’agit concerne l’implication de l’État Français du maréchal Pétain dans la déportation massive des juifs de France pendant la seconde guerre mondiale.

Un peu plus tôt dans l’émission, ce lieutenant de Marine Le Pen soutenait la bataille engagée par Fabien Engelmann contre l’antenne de Hayange (Moselle) du Secours populaire, une autre association jugée elle aussi «trop politisée».

Le Figaro

Une croix gammée et « Juden » tagués sur la façade d’une boucherie cacher à Paris

boucherie-casher-tags

Le BNVCA dénonce et condamne le graffiti antisémite découvert le 18 Septembre 2016 sur la façade d’une boucherie cachère du 13e arrondissement de Paris. Une grande croix gammée et le terme « JUDEN » ont été inscrits en gros caractères de couleur rouge.

Le BNVCA a recommandé au prioritaire des lieux de déposer plainte. Nous demandons à la police de tout mettre en œuvre pour identifier et interpeller les auteurs en réquisitionnant si possible les vidéos des cameras de surveillance du secteur.

Nous demandons aux services techniques de la ville de Paris de faire procéder à l’effacement de  ces insultes antisémites qui rappellent les périodes noires d’un racisme virulent et violent, annonciateur de discriminations et d’assassinat .

Israel Actualité

Cette voiture à croix gammée fait désormais campagne pour Donald Trump

0dd74365b703c0929fc4bd4ecc865cb8-1473418246

Jimmy Marr. Ce nom ne vous dit sans doute rien, et vous l’aurez oublié avant de finir cet article. Cependant, cet individu est en train de devenir une triste célébrité sur les réseaux sociaux américains. En fait, c’est plutôt sa voiture, une Toyota Tacoma, qui se fait remarquer, relève l’Oregonlive.com.

Il faut dire que ce citoyen américain, activiste néo-nazi, ne ménage pas ses efforts pour que son véhicule attire l’attention. En effet, sur les parois de son pick up customizé, Jimmy Marr avait peint une croix gammée ainsi que les slogans ‘Jew Lies Matter’ (les mensonges juifs comptent’, un détournement du slogan « Blue lives matter », un mouvement de soutien aux policiers). Néo-nazisme: cette voiture à croix gammée soutient désormais Donald Trump

Sur une troisième paroi, il a inscrit « Holocaust is holokum » (‘L’Holocauste c’est de la foutaise’). L’homme revendique donc son antisémitisme haut et fort, tant dans ses messages sur les réseaux sociaux que sur les panneaux de sa voiture avec laquelle il parcourt les routes américaines dans le but de promouvoir sa haine.

Jimmy Marr n’est de loin pas le premier activiste raciste à exprimer son soutien à Donald Trump. David Dukes, le ‘Grand Sorcier’ de l’organisation suprémaciste blanche Ku Klux Klan, avait exprimé son soutien à Donald, lequel avait d’abord botté en touche avant de finalement rejeter ce soutien encombrant.

Donald Trump lui-même a, à plusieurs reprises, relayé des messages publiés par des suprémacistes blancs sur Twitter notamment.

RTBF

Les élèves musulmans et juifs d’un lycée de Caroline du Sud menacés de mort

37ED102D00000578-3773504-image-m-24_1473063342145

Un lycée de Caroline du Sud va mettre en place des mesures de sécurité supplémentaires lorsque les élèves reviendront après le long week-end de la fête du travail. Des élèves juifs et musulmans ont été menacés sur les réseaux sociaux.

Un élève a rapporté des menaces « très vulgaires » au shérif du comté de Spartanburg vendredi soir, selon les médias locaux. Les menaces visaient des étudiants juifs et musulmans du lycée Byrnes.

Les menaces annonçaient que le lycée Byrnes serait attaqué mardi, et comprenaient des photos d’une personne portant un masque à gaz et un couteau avec une croix gammée sur la poignée, selon le Spartanburg Herald-Journal. Le bureau du shérif du comté de Spartanburg a pris des captures d’écran des menaces postées sur Facebook.

Les services de sécurité ont déclaré aux médias locaux qu’ils patrouilleront dans l’école pendant le week-end et effectueront des fouilles sur le campus. Il y a 12 écoles dans le district, et chacune aura une sécurité supplémentaire.

« J’étais très inquiet quand j’ai vu le commentaire et à quel point le langage employé était vulgaire, et surtout de constater que les menaces étaient très directes, non seulement contre nos élèves, mais aussi contre leurs familles, et dans la culture d’aujourd’hui, ce qui est arrivé dans notre propre pays et dans d’autres pays, nous prenons cela très au sérieux », a déclaré samedi soir le Dr Scott Turner, surintendant du district, pendant une conférence de presse.

The Times of Israel