USA: arrestation d’un militant d’extrême droite qui préparait un attentat dans une synagogue

58a73cfb47d3d-image

Un nouveau drame a sans doute été évité. Mercredi, Benjamin Thomas Samuel McDowell a été arrêté par le FBI après une enquête montrant qu’il voulait commettre une tuerie raciste. CBS indique que l’homme de 29 ans habitant en Caroline du Sud a été piégé par un agent sous couverture après avoir posté plusieurs messages sur Facebook.

L’enquête avait débuté après que le suspect a menacé une synagogue sur le réseau social. Son cas avait été pris très au sérieux par les autorités puisqu’il avait déjà été condamné à la prison et été en liens étroits avec des suprématistes blancs.

Mais d’après ses dires sur Facebook, ses «camarades» suprématistes n’étaient plus assez actifs aux Etats-Unis. «Tout ce qu’ils veulent faire à présent c’est rester accro aux drogues que les Juifs ont mis ici pour détruire l’homme blanc», a-t-il écrit. C’est dans un hôtel de Myrtle Beach que Benjamin McDowell a donné rendez-vous à l’agent du FBI, lui expliquant être à la recherche d’une arme. Il lui aurait expliqué vouloir «conduire une attaque sur des personnes non-blanches sans se faire prendre».

(…)

Face à l’agent sous couverture, il aurait d’ailleurs répété ses propos indiquant vouloir «faire un truc à une putain de grande échelle, dans l’esprit de Dylann Roof».

Paris Match

Suède : arrestation de 3 néo-nazis après un attentat visant des réfugiés

1343004-enquete-porte-explosion-engin-artisanal

Trois hommes ont été arrêtés en Suède dans l’enquête sur un attentat à la bombe visant un centre pour demandeurs d’asile, qui avait grièvement blessé une personne début janvier, ont annoncé jeudi les services de sécurité. Les trois hommes « sont ou ont été par le passé membres du Mouvement de résistance nordique », une organisation néo-nazie, a indiqué à l’agence de presse TT un magistrat du parquet antiterroriste, Mats Ljungqvist.

L’enquête porte sur l’explosion d’un engin artisanal le 5 janvier à l’extérieur d’un centre logeant des demandeurs d’asile à Göteborg. Elle avait fait un blessé grave, un fonctionnaire de l’Office des migrations touché aux jambes.

Les services de sécurité (Säpo) ont indiqué dans un communiqué avoir joint à ce dossier les enquêtes sur deux autres engins artisanaux de même type à Göteborg, semblant avoir également été posés pour des motifs politiques. Le premier avait explosé le soir du 11 novembre à l’extérieur d’un lieu emblématique de l’extrême gauche, le Syndikaliskt Forum Kafé. Il n’avait fait aucun blessé. Le second engin avait été découvert dans un camping logeant provisoirement des demandeurs d’asile, le 25 janvier. Il n’avait pas explosé.

Europe 1

Attentat à Québec : Comment la fachosphère s’est mise à dédouaner l’extrême droite

attentat-alexandre-bissonnette

La rumeur est née de deux éléments : l’arrestation d’un suspect d’origine marocaine sur les lieux de l’attentat. Par ailleurs, « un témoin qui préfère garder l’anonymat » affirme que le tueur aurait crié « Allahu akbar » avant de tirer. L’attentat serait donc le fait de terroristes islamistes. D’ailleurs, le deuxième suspect, Alexandre Bissonnette, est « probablement un converti ».

Une théorie reprise notamment par, là encore par plusieurs médias le compte Twitter de la chaîne américaine Fow News… qui s’est finalement excusée d’avoir « commis une erreur ».

Car, après quelques heures en garde à vue, les enquêteurs n’ont plus aucun soupçon : cet homme n’est pas un suspect mais un témoin. D’après son témoignage recueilli par Radio Canada, il a été interpellé alors qu’il tentait de venir en aide aux victimes de l’attentat.

France Info

Allemagne : Un militant d’extrême droite arrêté 16 ans après un attentat anti-juif

FILE PHOTO - Police investigates at the scene of crime after a bomb blast at a city train station in the center of Duesseldorf, Germany, July 27 2000. REUTERS/Michael Urban/File Photo

L’explosion d’une bombe avait blessé dix ressortissants de l’ex-URSS, dont sept de confession juive. Une femme enceinte avait perdu son bébé dans l’attaque. La possibilité qu’il puisse s’agir d’un attentat raciste ou antisémite avait ébranlé l’opinion publique, 55 ans après la fin de la dictature nazie. La police a arrêté le suspect, un homme de 50 ans, à Ratingen, près de Düsseldorf.

Selon le site d’information Spiegel Online, le motif xénophobe de l’attaque est désormais confirmé.Toujours selon cette source, ce vétéran de la Bundeswehr, l’armée allemande, était un néo-nazi notoire qui tenait un magasin de surplus militaire. Il avait été entendu peu de temps après l’attaque, mais relâché faute de preuve.

L’Allemagne est régulièrement confrontée à des groupes extrémistes de droite violents, et a enregistré notamment plusieurs centaines d’attaques contre des foyers de réfugiés depuis 2015, année qui a vu l’arrivée en Allemagne de centaines de milliers de demandeurs d’asile.

7 Sur 7

Le site Riposte laïque présente l’attentat dans la mosquée à Québec comme un acte de « résistance »

riposte-laique

Apologie du racisme et du terrorisme : le MRAP demande des sanctions immédiates

Monsieur le premier ministre,

Le site internet Riposte laïque, le 30 janvier 2017 sous la plume de Charles Demassieux, présente l’attentat terroriste commis à Québec comme un acte de « résistance. Cette attaque devient, selon moi, l’expression d’une résistance violente à une occupation non moins violente ».

Il ajoute « cet islam conquérant,…peut provoquer, à la longue, des réactions extrêmes. Cela, je le conçois ».

Les commentaires sous l’article précisent « l’acte de résistance » concerné « mais le résistant tue l’envahisseur pour protéger sa patrie et son peuple ».

Il s’agit là d’ une apologie du terrorisme par l’auteur et ceux qui le publient. Faut-il attendre, Monsieur le Ministre, des « actes de résistance » similaires sur le sol français pour que vous preniez des mesures immédiates.

De tels écrits suite aux attentats de l’école juive de Toulouse, de l’épicerie porte de Vincennes, de Charlie, du Bataclan ou de Nice, auraient, à juste titre, valu à leurs auteurs une arrestation immédiate et la fermeture de leurs canaux de diffusion.

Y aurait-il, Monsieur le Ministre, un terrorisme et un racisme pouvant bénéficier de circonstances atténuantes ?

La permanence de tels écrits sur le site Riposte laïque et la faiblesse de la réaction de la part des responsables de l’Etat, semblerait l’attester.

Pour les musulmans de Québec, pour le peuple québécois cruellement affecté, vous devez Monsieur le Premier ministre, pendre des mesures immédiates et définitives contre une officine fasciste qui fait ainsi la promotion du terrorisme et du racisme.

Veuillez agréer, Monsieur le Premier Ministre, l’expression de nos respectueuses salutations.

La co-présidence du MRAP,

Renée Le Mignot, Augustin Grosdoy et Jean-Claude Dulieu

MRAP

Québec : Un attentat contre les fidèles d’une mosquée fait 6 morts

c3ymdmgweaahll4

Son profil Facebook a révélé peu d’intérêt pour la politique jusqu’en mars dernier, lorsque la chef du Front National, Marine Le Pen, a visité Québec, incitant Alexandre Bissonnette a exprimer un activisme en ligne selon les personnes qui ont été confrontées a lui depuis cette date.

The Global and Mail


Jean-Michel Allard-Prus a étudié avec lui à l’Université Laval en sciences politiques. Même s’il était loin d’apprécier ses idées, il est demeuré en contact depuis puisque Bissonnette lui écrivait de temps à autre pour débattre. Sa dernière conversation remonte à trois semaines.

«Il a des idées politiques à droite, pro-Israël, anti-immigration. J’ai eu de nombreux débats avec lui concernant Trump. Il était évidemment pro-Trump

Journal de Montréal


Alexandre Bissonnette est connu dans le milieu communautaire de Québec pour ses critiques en ligne. En voyant sa photo circuler dans les médias comme le suspect dans la tuerie de dimanche soir, François Deschamps, qui gère la page internet du groupe Bienvenue aux réfugiés, dit avoir reconnu immédiatement l’un de ses « trolls », soit une personne faisant du harcèlement en ligne.

L’administrateur dit ne pas avoir en tête des attaques précises ciblant les musulmans, mais plutôt les étrangers en général. M. Deschamps indique que Bissonnette s’en prenait surtout aux groupes féministes, qu’il qualifiait de « féminazi ».

La Presse


Alexandre Bissonnette est maintenant considéré comme le seul suspect de l’attaque dans la mosquée de Québec Un autre homme, Mohamed Khadir, avait été arrêté, mais est maintenant considéré comme un témoin

TVA Nouvelles


Alexandre Bissonnette a liké sur Facebook les pages de Marine Le Pen et de Donald Trump. Parmi ses autres likes on trouve notamment les Forces de défense d’Israël, United With Israel, le Parti québécois et l’Université Laval.

Heavy


Facebook


Les deux hommes arrêtés par la police de Québec, dimanche soir, en lien avec la fusillade à la Grande mosquée de Sainte-Foy, sont Alexandre Bissonnette et Mohamed Khadir, deux résidents de Québec selon nos informations.

La Presse


Avant la fusillade, dont la nature islamophobe n’a pas été avérée pour le moment, le lieu de culte avait été la cible de plusieurs actes anti-musulmans. En juin 2016, une tête de cochon avait été déposée devant l’entrée du bâtiment, avec une carte « Bon appétit ».

Trois semaines plus tard, des tracts de nature islamophobe avaient été distribués dans le quartier. Ils mentionnaient la tête de porc placée devant la mosquée, et affirmaient que le lieu de prière était « un foyer de radicalisme ».

HuffingtonPost


Selon les médias locaux, l’un des deux suspects serait âgé de 27 ans et aurait un nom québécois et un des deux suspects avait un fusil d’assaut Kalachnikov AK-47.

45e Nord


Selon les information du Soleil, l’homme a confirmé être l’auteur de l’attentat contre le Centre culturel islamique. Il disait se sentir mal à cause du geste qu’il venait de poser et menaçait de se tirer une balle.

L’homme de 27 ans a immobilisé son véhicule par lui-même en bordure de la bretelle d’accès du pont de l’île d’Orléans. Il avait avec lui, sur le siège arrière, au moins une arme de poing et deux armes qui ressemblaient à des Ak-47.

La Presse


Deux hommes ont tiré sur des fidèles rassemblés pour la prière du soir dimanche 29 janvier au Centre culturel islamique de Québec, faisant six morts et huit blessés. Les deux assaillants, aux visages masqués, se sont introduits dans l’enceinte du centre culturel vers 19 h 15, ont raconté des témoins sur les télévisions.

 Deux suspects ont été interpellés, dont un à quelques kilomètres de Québec après avoir pris la fuite. Le premier ministre canadien Justin Trudeau a dénoncé un « attentat terroriste dirigé contre des musulmans se trouvant dans un lieu de culte et de refuge ».

Le chef du gouvernement de la province francophone Philippe Couillard a également condamné cette attaque contre des musulmans. « Le Québec rejette catégoriquement cette violence barbare. Unissons-nous contre la violence et solidarité avec les Québécois de confession musulmane », a-t-il écrit sur Twitter. « Je condamne ce geste insensé », a aussi déclaré le maire de Québec Régis Labeaume.

Le Monde

Allemagne : Démantèlement d’une cellule terroriste d’extrême droite projetant des attaques antisémites

reichsburger

Ce mercredi 25 janvier, la police allemande a interpellé plusieurs militants d’extrême droite susceptibles d’appartenir à la mouvance dite des « Reichsbürger » (les citoyens du Reich en allemand). Ils étaient notamment soupçonnés de préparer des attaques antisémites ou contre des réfugiés et des policiers. 

L’opération, qui a mobilisé 200 policiers, a eu lieu simultanément dans plusieurs régions, dont la capitale Berlin. Elle visait principalement six personnes suspectées d’être prêtes à passer à l’action violente. Les perquisitions ont permis de saisir des armes. Les enquêteurs ont également confisqué du matériel informatique, explique le quotidien « Bild ».

(…)

Ses menaces, et plus généralement celles des membres du « Reichsbürger », sont prises au sérieux par les autorités allemandes notamment depuis une série de meurtres racistes, et un autre visant une policière, commis dans les années 2000 par un groupuscule néonazi. Une affaire qui a ébranlé le pays. Lors d’un précédent coup de filet contre ce mouvement en octobre, un policier avait été tué et trois autres blessés par un de ces activistes armé jusqu’aux dents à son domicile.

Selon le renseignement intérieur, le mouvement des « Reichsbürger » compte actuellement quelque 10.000 membres. « Le mouvement dispose d’une importante force d’attraction et gagne toujours de nouveaux adhérents », détaille auprès de l’agence allemande Deutsche Presse-Agentur (DPA) Hans-Georg Maassen, le directeur du renseignement intérieur.

L’OBS