Un militant d’extrême droite déclare être « entré dans la clandestinité » pour une « lutte armée » contre les « bougnoules »

 

Description de l’organisation OAS dont se revendique ce militant.

L’Organisation armée secrète, ou Organisation de l’armée secrète, surtout connue à travers le sigle OAS, est une organisation politico-militaire clandestine française, créée le 11 février 1961 pour la défense de la présence française en Algérie par tous les moyens, y compris le terrorisme à grande échelle.

Wikipédia

Oskar Freysinger, figure de l’extrême droite suisse, subit un revers électoral historique

C’est un véritable séisme politique qu’a vécu le canton du Valais dimanche 19 mars. Figure de proue de la droite nationaliste en Suisse romande et vice-président de l’UDC suisse, Oskar Freysinger a été délogé de l’exécutif cantonal après une législature seulement.

Candidat le mieux élu il y a quatre ans, le trublion à la queue de cheval a dû se contenter de la sixième place, synonyme de non-réélection. Les électeurs lui ont préféré un novice en politique, le libéral-radical (centre-droit) Frédéric Favre, 38 ans. Une défaite historique, puisque cela faisait 80 ans qu’un candidat sortant n’avait pas été réélu dans le canton du Valais.

SwissInfo

« Allez brûler en enfer »: la justice relaxe des militants d’extrême droite pour une banderole homophobe

La justice, en appel, n’a pas considéré jeudi que la banderole déployée par plusieurs militants de Lorraine Nationaliste, un groupuscule d’extrême droite, fût une menace de mort ou un appel au meurtre visant les homosexuels. La cour d’appel de Nancy a relaxé deux militants de ce groupe qui ont été condamné en première instance à de la prison avec sursis. Ils avaient fait appel.

En 2014, à l’issue de la marche des fiertés, une banderole avait été déployée par plusieurs militants d’extrême droite sur le toit du parking du centre commercial Saint-Sébastien. «Allez brûler en enfer» note la banderole qui s’adresse ouvertement aux homosexuels qui sont alors rassemblés Place Charles III.

L’association Equinoxe Centre LGBT Sud Lorraine avait déposé une plainte et obtenu la condamnation des deux militants d’extrême droite de 22 et 25 ans respectivement contraints à 6 et 8 mois de prison avec sursis mais aussi un stage de citoyenneté.

LorActu

Allemagne : 4 militants d’extrême droite condamnés pour des projets d’attentats islamophobes

L’organisation Oldschool Society avait planifié en 2015 des attentats contre des personnalités salafistes, des mosquées et des foyers pour demandeurs d’asile.

La justice allemande a condamné mercredi 15 mars à des peines de trois à cinq ans de prison trois hommes et une femme néonazis qui voulaient perpétrer en 2015 une attaque d’un foyer pour demandeurs d’asile.

(…)

Le parquet fédéral, seul compétent pour les affaires de terrorisme, avait réclamé quatre ans et demi à sept ans de prison, qualifiant les projets des accusés de « très concrets » et susceptibles de « tuer ». La défense avait de son côté plaidé l’acquittement.

(…)

Deux des accusés s’étaient rendus en République tchèque quelque temps auparavant pour y acheter de grandes quantités de feux d’artifice interdits en Allemagne. Ils avaient prévu d’ajouter des clous à leur engin explosif pour multiplier les dégâts. Mais ils avaient été repérés grâce à l’interception de communications téléphoniques et de messages sur Internet.

Le Monde

Un militant LGBT tabassé et violé par 2 hommes dont un skinhead

Zak Ostmane dit avoir été drogué, tabassé, volé et violé par deux hommes. Ces derniers ont été mis en examen et écroués.

Deux hommes ont été mis en examen et écroués à Marseille pour la séquestration et le viol d’un militant LGBT algérien réfugié en France, a-t-on appris samedi 12 mars auprès du parquet. La victime, Zak Ostmane, 37 ans, a vécu près de 48 heures de calvaire. Vendredi soir, il se rend au bar Le Polikarpov, dans le centre de Marseille, pour boire quelques bières.

(…)

Les deux hommes l’emmènent alors dans une chambre d’hôtel. Il raconte encore à « La Provence » :

« Rapidement, l’Américain est sorti, l’Anglais m’a proposé une bière, et il m’a frappé direct. J’ai visiblement eu un moment d’inconscience totale parce que quand je me suis réveillé, il était en train de me sodomiser. »  

Zak Ostmane explique qu’au retour de l’Américain, les deux hommes lui réclament sa carte bleue. Revenus bredouillent après que le jeune homme a donné un faux code, les deux militaires s’en prennent à lui :

« L’Anglais, qui prenait régulièrement de la coke et du whisky, m’a roué de coups de poing et de pied. Il a fini par déchirer les draps de l’un des lits et s’en est servi pour m’attacher, aux poignets et aux chevilles, à une chaise. Là, ils se sont servis de moi comme d’un punching-ball.

L’Américain s’est revendiqué skinhead, il a pété un câble, s’est mis à parler de Trump, du fait qu’en France on se moque de lui, il a évoqué les Arabes et les noirs en France… Il m’a soulevé, avec la chaise, et m’a projeté contre un mur. J’ai hurlé mais il s’est jeté sur moi et m’a placé un couteau sous la gorge en me disant que si je ne me taisais pas, il me tuerait. Ils ont mis la musique super fort et m’ont demandé de nettoyer le sang qu’il y avait sur le sol et les murs. »

L’OBS