USA: arrestation d’un militant d’extrême droite qui préparait un attentat dans une synagogue

58a73cfb47d3d-image

Un nouveau drame a sans doute été évité. Mercredi, Benjamin Thomas Samuel McDowell a été arrêté par le FBI après une enquête montrant qu’il voulait commettre une tuerie raciste. CBS indique que l’homme de 29 ans habitant en Caroline du Sud a été piégé par un agent sous couverture après avoir posté plusieurs messages sur Facebook.

L’enquête avait débuté après que le suspect a menacé une synagogue sur le réseau social. Son cas avait été pris très au sérieux par les autorités puisqu’il avait déjà été condamné à la prison et été en liens étroits avec des suprématistes blancs.

Mais d’après ses dires sur Facebook, ses «camarades» suprématistes n’étaient plus assez actifs aux Etats-Unis. «Tout ce qu’ils veulent faire à présent c’est rester accro aux drogues que les Juifs ont mis ici pour détruire l’homme blanc», a-t-il écrit. C’est dans un hôtel de Myrtle Beach que Benjamin McDowell a donné rendez-vous à l’agent du FBI, lui expliquant être à la recherche d’une arme. Il lui aurait expliqué vouloir «conduire une attaque sur des personnes non-blanches sans se faire prendre».

(…)

Face à l’agent sous couverture, il aurait d’ailleurs répété ses propos indiquant vouloir «faire un truc à une putain de grande échelle, dans l’esprit de Dylann Roof».

Paris Match

Trafic d’armes : De la Camorra à Daech, les connexions troubles d’un couple italien

mario-di-leva-annamaria-fontana-camora-daech

Après des mois, voire des années d’enquête, d’écoutes administratives et de perquisitions, la police italienne a finalement obtenu le feu vert pour arrêter Mario Di Leva, 69 ans, et sa femme Annamaria Fontana, 63 ans. L’arrestation a eu lieu le 31 janvier 2017, dans le quartier de San Giorgio a Cremano, situé dans la banlieue de Naples, sous le regard de curieux et sous les insultes de riverains à l’encontre du couple.

Le couple –tout comme leur fils Luca di Leva, présumé gérant du bar-restaurant Sheik Narghile Arabian appartenant à ses parents; Andrea Pardi, responsable d’une société de vente et de réparation d’hélicoptère à Rome; et Ali Mohamud Shaswish, un ressortissant libyen– a été mis en détention pour trafic d’armes et vente illégale de matériels militaires en violation du droit international. Ils sont par ailleurs soupçonnés d’avoir participé au recrutement de mercenaires entre la Somalie et l’Italie.

Mais, aujourd’hui, bien plus que leurs liens avec la Camorra, une ramification d’organisations mafieuses qui sévit en Campanie et dans la région de Naples, ce sont leurs connexions avec l’État islamique et différents trafics d’armes qui leur sont reprochés, rapporte The Daily Beast qui a enquêté sur le sujet. À vrai dire, depuis quelques mois, en Italie, les liens présumés entre des organisations mafieuses et l’organisation terroriste ne faisaient plus vraiment de doutes. Une enquête du quotidien italien La Stampa avait révélé, en octobre 2016, les connexions entre la Ndrangheta, la mafia calabraise, et l’État islamique dans un trafic d’armes et d’œuvres d’art pillées en Libye.

Slate

Suède : arrestation de 3 néo-nazis après un attentat visant des réfugiés

1343004-enquete-porte-explosion-engin-artisanal

Trois hommes ont été arrêtés en Suède dans l’enquête sur un attentat à la bombe visant un centre pour demandeurs d’asile, qui avait grièvement blessé une personne début janvier, ont annoncé jeudi les services de sécurité. Les trois hommes « sont ou ont été par le passé membres du Mouvement de résistance nordique », une organisation néo-nazie, a indiqué à l’agence de presse TT un magistrat du parquet antiterroriste, Mats Ljungqvist.

L’enquête porte sur l’explosion d’un engin artisanal le 5 janvier à l’extérieur d’un centre logeant des demandeurs d’asile à Göteborg. Elle avait fait un blessé grave, un fonctionnaire de l’Office des migrations touché aux jambes.

Les services de sécurité (Säpo) ont indiqué dans un communiqué avoir joint à ce dossier les enquêtes sur deux autres engins artisanaux de même type à Göteborg, semblant avoir également été posés pour des motifs politiques. Le premier avait explosé le soir du 11 novembre à l’extérieur d’un lieu emblématique de l’extrême gauche, le Syndikaliskt Forum Kafé. Il n’avait fait aucun blessé. Le second engin avait été découvert dans un camping logeant provisoirement des demandeurs d’asile, le 25 janvier. Il n’avait pas explosé.

Europe 1