Allemagne : un militant d’extrême droite tire sur la foule dans un centre commercial

Un membre du mouvement de citoyens du Reich de 45 ans a tiré sur plusieurs personnes samedi dans un centre commercial de Trèves en Allemagne

Samedi soir à Trèves, un homme âgé de 45 ans a tiré sur plusieurs personnes dans le centre commercial Alleecenter. Selon les informations du Volksfreund, au moment où la police a tenté de l’interpeller, il a pris la fuite avant d’être définitivement arrêté. Au moment de la garde à vue, cet individu s’est réclamé du mouvement de citoyens du Reich, reconnu comme un groupe sectaire d’extrême droite en Allemagne.

Selon les premiers éléments de l’enquête policière, le suspect est arrivé sur les lieux du drame vers 20 heures avec une connaissance. Il s’est ensuite rendu dans le centre commercial avant de voler plusieurs articles. Une dispute a alors éclaté avec l’une de ses connaissances et il a pointe son arme à air comprimé en direction de celui qui l’accompagnait. Les balles en plastique n’ont tué personnes, mais elles ont causé des blessures sérieuses.

Plusieurs autres personnes ont tenté d’arrêter le forcené sans y parvenir réellement. Elles ont également reçu des coups au niveau du visage. Arrêté, l’individu n’a cessé d’insulter les policiers qui ont ouvert une enquête pour des faits assez graves: vol avec armes, voies de fait graves et multiples, menace, et insulte sur des agents des forces de l’ordre.

L’Essentiel

Radicalisés ou fragiles ? Océanerosemarie revient sur deux attentats

L’un a ouvert le feu, à Grasse, sur ses camarades de classe : trois blessés. Il suivait des chaînes de youtubeurs d’extrême-droite ? Il dessinait des croix gammées sur ses cahiers ?

C’est pourtant , pour les medias, un « jeune homme fragile ». L’autre a été tué à Orly, après avoir tenté de voler une arme à des militaires. Verdict médiatique : »radicalisé ». Pas question, ici, de « fragilité ». Océanerosemarie compare les deux profils.

Lire la suite sur Arrêt Sur Image

Le terrorisme d’extrême-droite, l’autre menace qui plane sur l’Europe

Julian King, le commissaire européen à la sécurité, s’inquiète de la « menace croissante » de violences d’extrême droite  après les attentats djihadistes.

Julian King, le commissaire britannique, chargé de la sécurité, a participé à un événement de commémoration des attentats qui ont secoué Bruxelles le 22 mars 2016. Le commissaire a pris soin de faire remarquer que tous les attentats nationalistes n’étaient pas le résultat de la violence islamiste, mais a souligné qu’aujourd’hui aucun pays européen n’était à l’abri d’un attentat de l’extrême droite.

Le Britannique a notamment cité le massacre perpétré par Anders Breivik en Norvège en 2011, l’assassinat de la députée britannique Jo Cox durant la campagne précédant le référendum et les attaques visant les centres d’accueil des demandeurs d’asile en Suède et ailleurs en Europe pour souligner ce qu’il qualifie de menace « moins médiatisée ».

Lire la suite sur EurActiv

Un militant d’extrême droite déclare être « entré dans la clandestinité » pour une « lutte armée » contre les « bougnoules »

 

Description de l’organisation OAS dont se revendique ce militant.

L’Organisation armée secrète, ou Organisation de l’armée secrète, surtout connue à travers le sigle OAS, est une organisation politico-militaire clandestine française, créée le 11 février 1961 pour la défense de la présence française en Algérie par tous les moyens, y compris le terrorisme à grande échelle.

Wikipédia

USA : Un militant d’extrême droite poignarde à mort un homme noir de 66 ans pour  » lancer une campagne terroriste »

Il s’était rendu de lui-même au commissariat. Un ex-militaire interpellé pour le meurtre au couteau d’un sexagénaire noir fait désormais l’objet de deux chefs d’inculpation pour acte de terrorisme, en plus de celui pour crime raciste, a indiqué lundi le bureau du procureur de Manhattan, à New York.

Le suspect, James Jackson, « a rôdé dans les rues de New York pendant trois jours à la recherche d’une personne noire à assassiner, afin de lancer une campagne terroriste contre les habitants de Manhattan et les valeurs que nous portons », a indiqué le procureur Cyrus Vance, dans un communiqué.

LCI


Lundi, James Harris Jackson, âgé de 28 ans, a poignardé à mort un homme à New York. Sa victime n’a pas été choisie au hasard puisqu’il s’agit d’un Afro-Américain. «Ses intentions étaient de s’en prendre à des hommes noirs», a expliqué en conférence de presse le chef de la police de Manhattan, William Aubry.

«La raison pour laquelle il a choisi New York pour agir, c’est parce qu’il s’agit de l’endroit le plus médiatisé du monde, il voulait envoyer un message», a-t-il ajouté. D’après le policier, James Harris Jackson, ancien soldat de l’armée américaine, envoyé en Afghanistan dans le passé,  aurait commencé à haïr les personnes noires il y a au moins 10 ans.

Arrivé en bus à New York, le suspect aurait commencé à suivre des hommes noirs dans la rue. On peut notamment le voir sur des images de vidéosurveillance s’approcher très près de plusieurs personnes. Il est d’abord aperçu en train de suivre une première personne, avant de rebrousser chemin parce que, selon ses propres termes, «quelque chose lui a fait peur», indique le «New York Daily News».

Puis, il a trouvé Timothy Caughman, âgé de 66 ans et l’a poignardé. «Qu’est-ce que vous faites?», a hurlé la victime avant de l’implorer de ne pas le tuer. Il a été touché au niveau de la poitrine et du dos et a marché sur plusieurs mètres en se vidant de son sang, avant de s’écrouler.

Paris Match

Allemagne : 4 militants d’extrême droite condamnés pour des projets d’attentats islamophobes

L’organisation Oldschool Society avait planifié en 2015 des attentats contre des personnalités salafistes, des mosquées et des foyers pour demandeurs d’asile.

La justice allemande a condamné mercredi 15 mars à des peines de trois à cinq ans de prison trois hommes et une femme néonazis qui voulaient perpétrer en 2015 une attaque d’un foyer pour demandeurs d’asile.

(…)

Le parquet fédéral, seul compétent pour les affaires de terrorisme, avait réclamé quatre ans et demi à sept ans de prison, qualifiant les projets des accusés de « très concrets » et susceptibles de « tuer ». La défense avait de son côté plaidé l’acquittement.

(…)

Deux des accusés s’étaient rendus en République tchèque quelque temps auparavant pour y acheter de grandes quantités de feux d’artifice interdits en Allemagne. Ils avaient prévu d’ajouter des clous à leur engin explosif pour multiplier les dégâts. Mais ils avaient été repérés grâce à l’interception de communications téléphoniques et de messages sur Internet.

Le Monde

Allemagne : une cellule terroriste d’extrême droite jugée pour 5 attentats anti-réfugiés

Un ancien groupuscule d’extrême droite aux activités qualifiées de « terroristes » est accusé d’avoir perpétré cinq attentats en 2015 contre des foyers de migrants et des adversaires de gauche du parti Die Linke, au moment où l’Allemagne accueillait de nombreux réfugiés. Son procès s’est ouvert ce mardi 7 mars à Dresde, en Saxe.

Ironie de l’histoire, c’est dans un ancien foyer pour réfugiés, entouré de mesures de sécurité renforcées, que se déroule le procès du groupe Freital. Sept hommes et une femme, âgés de 19 à 39 ans, membres de ce groupuscule d’extrême droite figurent sur le banc des accusés d’un procès d’ampleur.

Accusés de constitution d’activité terroriste, de tentative de meurtre et de blessures corporelles, ils encourent jusqu’à la perpétuité pour cinq attaques à l’explosif commises en 2015 à Freital près de Dresde, la capitale de la Saxe.

RFI

Marine Le Pen perd son immunité parlementaire malgré le vote contre de Nadine Morano

Le Parlement européen a annoncé ce jeudi qu’il lève l’immunité de Marine Le Pen, après qu’elle a diffusé des vidéos de décapitations de Daech sur Twitter.

marine-le-pen-2

Ce jeudi, le Parlement européen a approuvé la levée de l’immunité parlementaire de Marine Le Pen. Cette levée était réclamée par la justice française qui reproche à la dirigeante du FN d’avoir diffusé sur Twitter des vidéos de d’exactions perpétrées par le groupe terroriste Etat islamique (EI), en décembre 2015. Le parquet de Nanterre a ouvert une information judiciaire à l’encontre de Marine Le Pen pour « diffusion d’images violentes ».

(…)

L’immunité de Marine Le Pen est toutefois conservée pour le moment, concernant l’enquête sur les rémunérations de ses assistants parlementaires, soupçonnés d’avoir été employés de façon fictive. La cheffe de cabinet de Mme Le Pen a été mise en examen dans cette affaire.

L’Express

USA: arrestation d’un militant d’extrême droite qui préparait un attentat dans une synagogue

58a73cfb47d3d-image

Un nouveau drame a sans doute été évité. Mercredi, Benjamin Thomas Samuel McDowell a été arrêté par le FBI après une enquête montrant qu’il voulait commettre une tuerie raciste. CBS indique que l’homme de 29 ans habitant en Caroline du Sud a été piégé par un agent sous couverture après avoir posté plusieurs messages sur Facebook.

L’enquête avait débuté après que le suspect a menacé une synagogue sur le réseau social. Son cas avait été pris très au sérieux par les autorités puisqu’il avait déjà été condamné à la prison et été en liens étroits avec des suprématistes blancs.

Mais d’après ses dires sur Facebook, ses «camarades» suprématistes n’étaient plus assez actifs aux Etats-Unis. «Tout ce qu’ils veulent faire à présent c’est rester accro aux drogues que les Juifs ont mis ici pour détruire l’homme blanc», a-t-il écrit. C’est dans un hôtel de Myrtle Beach que Benjamin McDowell a donné rendez-vous à l’agent du FBI, lui expliquant être à la recherche d’une arme. Il lui aurait expliqué vouloir «conduire une attaque sur des personnes non-blanches sans se faire prendre».

(…)

Face à l’agent sous couverture, il aurait d’ailleurs répété ses propos indiquant vouloir «faire un truc à une putain de grande échelle, dans l’esprit de Dylann Roof».

Paris Match

Trafic d’armes : De la Camorra à Daech, les connexions troubles d’un couple italien

mario-di-leva-annamaria-fontana-camora-daech

Après des mois, voire des années d’enquête, d’écoutes administratives et de perquisitions, la police italienne a finalement obtenu le feu vert pour arrêter Mario Di Leva, 69 ans, et sa femme Annamaria Fontana, 63 ans. L’arrestation a eu lieu le 31 janvier 2017, dans le quartier de San Giorgio a Cremano, situé dans la banlieue de Naples, sous le regard de curieux et sous les insultes de riverains à l’encontre du couple.

Le couple –tout comme leur fils Luca di Leva, présumé gérant du bar-restaurant Sheik Narghile Arabian appartenant à ses parents; Andrea Pardi, responsable d’une société de vente et de réparation d’hélicoptère à Rome; et Ali Mohamud Shaswish, un ressortissant libyen– a été mis en détention pour trafic d’armes et vente illégale de matériels militaires en violation du droit international. Ils sont par ailleurs soupçonnés d’avoir participé au recrutement de mercenaires entre la Somalie et l’Italie.

Mais, aujourd’hui, bien plus que leurs liens avec la Camorra, une ramification d’organisations mafieuses qui sévit en Campanie et dans la région de Naples, ce sont leurs connexions avec l’État islamique et différents trafics d’armes qui leur sont reprochés, rapporte The Daily Beast qui a enquêté sur le sujet. À vrai dire, depuis quelques mois, en Italie, les liens présumés entre des organisations mafieuses et l’organisation terroriste ne faisaient plus vraiment de doutes. Une enquête du quotidien italien La Stampa avait révélé, en octobre 2016, les connexions entre la Ndrangheta, la mafia calabraise, et l’État islamique dans un trafic d’armes et d’œuvres d’art pillées en Libye.

Slate

Suède : arrestation de 3 néo-nazis après un attentat visant des réfugiés

1343004-enquete-porte-explosion-engin-artisanal

Trois hommes ont été arrêtés en Suède dans l’enquête sur un attentat à la bombe visant un centre pour demandeurs d’asile, qui avait grièvement blessé une personne début janvier, ont annoncé jeudi les services de sécurité. Les trois hommes « sont ou ont été par le passé membres du Mouvement de résistance nordique », une organisation néo-nazie, a indiqué à l’agence de presse TT un magistrat du parquet antiterroriste, Mats Ljungqvist.

L’enquête porte sur l’explosion d’un engin artisanal le 5 janvier à l’extérieur d’un centre logeant des demandeurs d’asile à Göteborg. Elle avait fait un blessé grave, un fonctionnaire de l’Office des migrations touché aux jambes.

Les services de sécurité (Säpo) ont indiqué dans un communiqué avoir joint à ce dossier les enquêtes sur deux autres engins artisanaux de même type à Göteborg, semblant avoir également été posés pour des motifs politiques. Le premier avait explosé le soir du 11 novembre à l’extérieur d’un lieu emblématique de l’extrême gauche, le Syndikaliskt Forum Kafé. Il n’avait fait aucun blessé. Le second engin avait été découvert dans un camping logeant provisoirement des demandeurs d’asile, le 25 janvier. Il n’avait pas explosé.

Europe 1