Québec : Le leader d’une association de musulmans menacé d’une «balle entre les deux yeux»

Menacé de recevoir une «balle entre les deux yeux», le porte-parole d’une association québécoise de musulmans a porté plainte à la police de Montréal et affirme craindre pour sa sécurité.

73c0b347-ab44-48a8-9a53-313fc3c807ea_JDX-NO-RATIO_WEB

«Une balle entre les deux yeux mon criss de porc, va faire ta morale dans tes pays sous dévellopé rempli d’ignorant comme toi…». «Le fouet jusqu’a ce que mort s’en suivre pour rout les adepte du coran (sic)».

Coprésident de l’Association des musulmans et des Arabes pour la laïcité au Québec (AMAL), Haroun Bouazzi, a «l’habitude» de recevoir des écrits haineux sur la page Facebook de son organisation. Mais ces deux messages, reçus le 22 mars au lendemain des attentats survenus à Bruxelles, lui ont fait particulièrement «peur».

La visite de Marine Le Pen au Canada vire au fiasco

marine-le-pen-a-laval-le-4-novembre-2015_5459094

Poursuivie par des groupes militants hostiles, boycottée par la classe politique canadienne, Marine Le Pen n’a pas pu visiter d’entreprises. Même l’une de ses réservations hôtelières a été annulée devant la pression.

Ce devait être une escapade outre-Atlantique loin des médias. Soucieuse de se tenir loin des médias français, auxquels elle impute une partie de ses difficultés d’image auprès de la presse étrangère, Marine Le Pen ne s’est pas pour autant trouvée bien accueillie au Canada, où elle a prévu de passer six jours pour soigner sa stature internationale.

Boudée par les responsables locaux qui n’ont pas souhaité la rencontrer, la présidente du FN s’est attiré les foudres de l’opinion canadienne en attaquant la politique du gouvernement d’Ottawa dans la crise des migrants. Pire: talonnée par des groupes militants hostiles à l’extrême droite, Marine Le Pen a vu ses réservations hôtelières annulées d’office à Québec.

Dès l’arrivée de la fille de Jean Marie Le Pen vendredi, un groupe de militants antifascistes et de gauche radicale avaient préparé un comité d’accueil. Une ambiance tendue qui, semble-t-il, donne le ton de l’ensemble de ce séjour mouvementé.

Selon plusieurs médias canadiens, aucun représentant politique n’a accepté de s’entretenir avec la candidate à la présidentielle ce week-end, malgré le programme annoncé par le FN. «Elle aurait bien aimé discuter d’immigration avec les politiciens québécois. Or, la majorité d’entre eux refuse de la rencontrer», écrivait samedi Radio Canada. Même fin de non-recevoir exprimée par le cabinet du premier ministre Couillard. Le parti de centre droit Coalition Avenir Québec a lui aussi été approché, mais a décliné l’invitation.

Même lorsque quelques militants souverainistes du Parti québécois ont souhaité tourner quelques images en compagnie de la présidente du FN, le président de leur parti s’est rapidement désolidarisé. Tout au long de son voyage, Marine Le Pen à multiplié les critiques à l’encontre de la classe politique canadienne.

Pour couronner le tout, Marine Le Pen n’a pas pu visiter d’entreprises, comme elle l’avait initialement prévu. Selon l’eurodéputée, le gouvernement Trudeau aurait fait annuler toutes ses visites d’entreprises, dont une chez Bombardier. Elle devait participer à ces rencontres en tant que membre de la délégation du commerce international du Parlement européen.

Le Figaro

« Qu’elle retourne chez elle ! » en visite au Québec Marine le Pen n’est pas la bienvenue

marine le pen turmante argent justic million jean marie fn detournement

Marine Le Pen mettra le pied à Montréal aujourd’hui et y passera six jours au total. Elle se déplacera dimanche à Québec dans le cadre de la journée de la francophonie, où elle prendra la parole. Une autre conférence de presse est prévue mardi, dans un hôtel de Montréal.

La présidente du parti d’extrême droite rencontrera des politiciens fédéraux, nous a confié l’élu du Front national Sébastien Chenu, qui l’accompagne. Il n’a toutefois pas précisé de qui il s’agit : « ils ne nous ont pas donné l’autorisation de le dire ». En ce qui concerne une éventuelle rencontre avec des politiciens québécois, « c’est en construction », dit-il.

Le premier ministre Philippe Couillard ne la rencontrera pas, assure son cabinet. Le chef de l’opposition Pierre Karl Péladeau non plus. De passage à l’émission Gravel le matin, le député péquiste Bernard Drainville s’est déclaré surpris de cette visite. Il pense qu’elle n’a rien à faire ici.

« Elle devrait débarquer de l’avion et rembarquer illico, retourner chez elle. » — Bernard Drainville, député du Parti québécois

La Coalition avenir Québec a été approchée par le Front national pour une rencontre, mais le parti de François Legault a décliné. Quant au parti conservateur fédéral, il indique que sa chef Rona Ambrose ne rencontrera pas la politicienne controversée. 

Aux élections présidentelles de 2012, les Français de Montréal ont voté à 6,8 % pour Marine Le Pen, doublant ainsi le score de son père Jean-Marie Le Pen en 2007.

Radio Canada

Jesse Pelletier, le Joker qui menaçait de «tuer un Arabe par semaine» interpellé

Jesse Pelletier tuer muslman arabe joker attentats paris arrete cannada

L’homme de 24 ans qui se serait déguisé en «Joker» en menaçant «d’éliminer un Arabe par semaine» a comparu, mercredi après-midi, au palais de justice de Montréal. Il fait face à quatre chefs d’accusation, dont incitation à la haine.

Jesse Pelletier, qui a été arrêté dans la nuit de mardi à mercredi, sur la rue Monselet, à Montréal-Nord, est accusé d’avoir proféré des menaces, utilisé une fausse arme, incité publiquement à la haine contre un groupe identifiable et fait craindre que des activités terroristes étaient ou seraient menées, dans ce cas-ci, contre la communauté arabe.

Propos inquiétants
Rappelons que dans la vidéo diffusée mardi, l’homme menaçait «d’éliminer un arabe par semaine» pour «nettoyer la province du Québec».

Il disait être membre d’un groupe d’une dizaine de personnes qui aurait l’intention de commettre «une chaine de meurtres».

«À partir de la semaine prochaine, il y aura des meurtres au travers le Québec. On a décidé de prendre nous-mêmes les choses en main » menaçait l’homme.

Il brandissait une arme tout en se filmant.

Jesse Pelletier a été appréhendé vers une heure du matin dans la nuit de mardi à mercredi à sa résidence de la rue Monselet, dans l’arrondissement de Montréal-Nord, à la suite d’une enquête conjointe du Service de police de la ville de Montréal et de la Sûreté du Québec.

Métro

Shooté au speed, Jean-Benoît dépèce un chat vivant car il avait faim

Jean-Benoît Richer cruauté animal maltratance animaux chat drogue

Jean-Benoît Richer, 21 ans, était dans un intense trip de speed lorsqu’il a commis son crime en juin 2014. Il en avait consommé pendant trois jours, et n’avait ni dormi ni mangé pendant 48 heures.

«Il a alors eu une sensation de faim que même la nourriture ne pouvait pas combler», a expliqué Me Audrey Amzallag de la défense. Il est allé dans une ruelle, il a trouvé un chat errant et l’a dépecé, pour ensuite retourner chez lui avec les pattes (de l’animal).»

Richer, qui avait plaidé coupable pour cruauté animale, n’ira toutefois pas en prison pour son geste. Et ce, même s’il ne semble pas regretter son crime.

«Mais il regrette d’avoir perdu ses amis, a précisé Me Amzallag à la cour. On voit son état d’esprit, où il n’a même pas ciblé le sérieux du geste qu’il a fait. »

Outre les 100 heures de travaux communautaires qu’il devra effectuer dans l’année, Richer devra suivre des thérapies et respecter une probation de 30 mois, entre autres. Il lui sera aussi interdit de se trouver seul en présence d’animaux domestiques.

Journal de Montréal

Le récit terrifiant du calvaire que Mathieu faisait vivre a Karine

0e0d4c96-cf1a-42e5-a8d8-08bb3eae4d91_ORIGINAL

«Il me bat à coups de poing, à coups de pied et me dit qu’il est content de pouvoir enfin me tuer. Je crache du sang, je vois des étoiles, je ne peux plus me défendre.»

Alors qu’il devait subir son procès devant jury, Mathieu Vanasse-Carpentier, 30 ans, a décidé la semaine dernière de plaider coupable à 23 accusations, notamment voies de fait graves, agression sexuelle et menaces de mort.

Karine rencontre Mathieu alors qu’elle n’a que 18 ans. L’opérateur de machinerie âgé de 25 ans est beau, elle est très attirée. C’est son premier amoureux.

Il la bat une première fois lors d’un voyage à Cancún. Lorsque les parents de Karine, qui vivent dans l’Outaouais, apprennent les gestes de violence, ils recommandent à leur fille de laisser son copain. Karine va plutôt s’éloigner de ses proches.

«Il me disait souvent que c’était pour me dresser, que j’étais son chien», relate la jeune femme, aujourd’hui étudiante à la maîtrise.

Après un party très arrosé, Karine se fâche parce que Mathieu a conduit sa voiture en état d’ébriété. L’homme, déchaîné, se met à défoncer le capot et le pare-brise avant de s’attaquer à la jeune femme. Il la bat et réussit à la traîner jusqu’à leur logement de Sainte-Foy. Il verrouille la porte et lui annonce qu’elle ne ressortira pas vivante. Karine encaisse des dizaines de coups au visage et aux côtes. Mathieu lui fracasse la tête sur la céramique.

Lorsque l’homme finit par la lâcher, après des heures de martyre, Karine réussit à s’enfuir. Elle monte à bord de son véhicule rempli d’éclats de vitre, pieds nus, et va rejoindre une amie, à plus d’une heure de route. «J’étais difforme, j’avais l’air d’un monstre», se rappelle la belle jeune femme.

Quelques mois plus tard, Vanasse-Carpentier tente d’étouffer sa copine en pleine nuit, avec un oreiller. «Je n’arrêterai pas tant que tu vas respirer», lui répète-t-il.Mathieu Vanasse-Carpentier force aussi sa copine à prendre de la drogue et à poser des gestes sexuels qui la répugnent. Il va aussi la sodomiser contre son gré pour, dit-il, lui faire comprendre son propre désir.

73015127-29f7-4de8-865f-f99099842895_JDX-NO-RATIO_WEBKarine va laisser Mathieu en août 2011, après plus de trois ans d’enfer.Elle le dénonce deux ans plus tard lorsqu’elle craint qu’une nouvelle femme subisse les mêmes sévices.

Avant d’aller se coucher, Karine contrôle les voitures dans son stationnement et vérifie si ses portes et ses fenêtres sont bien verrouillées. Dans sa table de chevet, elle garde son passeport et un double de sa carte de guichet pour pouvoir se sauver rapidement.

Atteinte de choc post-traumatique, elle doit prendre des anxiolytiques et vit encore de douloureux retours en arrière.

Ancienne joueuse de basketball et ceinture noire au karaté, Karine s’entraîne tous les jours pour, dit-elle, «avoir un bon cardio pour pouvoir s’enfuir quand il sera libéré». «Même s’il a plaidé coupable, je suis convaincue qu’il va venir se venger», dit-elle.

La Presse