On parle trop de religion dans la présidentielle pour 77% des Français

La religion et la laïcité, des enjeux qui prennent trop de place dans le débat public ? C’est la conclusion d’un sondage publié mercredi 22 mars et réalisé par Game Changers, Ipsos et Sopra Steria pour France Télévisions, Radio France et LCP.

En effet, seuls 14% des sondés estiment que les religions en France et la laïcité doivent occuper une place prioritaire dans la campagne électorale, tandis qu’une grande partie des Français semble réservée quand est évoquée la présence de ces enjeux dans le débat public : 77% des sondés pensent que l’on en parle trop et 72% estiment que les élus ne devraient pas évoquer leurs croyances religieuses.

France Info

Pour sa campagne, Marine Le Pen emploie Frédéric Chatillon, mis en examen et accusé d’antisémitisme

D’après l’hebdomadaire satirique, qui titre en une « Ce néonazi que le FN salarie en cachette« , Frédéric Chatillon est depuis le 2 novembre chargé de mission dans la campagne de Marine Le Pen pour 2.550 euros brut mensuels pour un mi-temps avec des fonctions de « coordinateur technique du print et du web ».

(…)

Dans un livre sorti mercredi, « Marine est au courant de tout » (Flammarion), relayé par Envoyé Spécial jeudi sur France 2, des témoignages, dont celui de l’eurodéputé ex-FN Aymeric Chauprade, accusent Frédéric Chatillon d’antisémitisme, voire de vouer une admiration pour le nazisme.

Le JDD

Oskar Freysinger, figure de l’extrême droite suisse, subit un revers électoral historique

C’est un véritable séisme politique qu’a vécu le canton du Valais dimanche 19 mars. Figure de proue de la droite nationaliste en Suisse romande et vice-président de l’UDC suisse, Oskar Freysinger a été délogé de l’exécutif cantonal après une législature seulement.

Candidat le mieux élu il y a quatre ans, le trublion à la queue de cheval a dû se contenter de la sixième place, synonyme de non-réélection. Les électeurs lui ont préféré un novice en politique, le libéral-radical (centre-droit) Frédéric Favre, 38 ans. Une défaite historique, puisque cela faisait 80 ans qu’un candidat sortant n’avait pas été réélu dans le canton du Valais.

SwissInfo

François Fillon protégé par un agent de sécurité… du FN !

Sélim Feltane assure la protection de Marine Le Pen, mais aussi celle de François Fillon pendant sa campagne. Il avait notamment été entendu par la police après l’incident ayant opposé les Femen au service de sécurité de Le Pen, le 1er mai 2015.

Ses collègues l’ont reconnu et cela ne leur a pas du tout plu. Depuis le début du mois de janvier, un agent de sécurité est régulièrement aperçu, installé en statique devant le QG de François Fillon 6-8 rue Firmin-Gillot, dans le 15e arrondissement de Paris. Sa mission : sécuriser l’accès de l’immense siège de la campagne du candidat.

Sélim Feltane, pompier de 37 ans, est présent dans les moments difficiles. On le repère notamment sur les images datant du mercredi noir de la droite, le 1er mars dernier. Quand Fillon a boudé le Salon de l’Agriculture et convoqué les barons LR les uns après les autres après avoir reçu sa convocation par les juges dans l’optique d’une mise en examen. Il a également été repéré aux côtés du candidat dans le train spécial direction le meeting de Sablé-sur-Sarthe à la fin du mois d’Août 2016.

Il y a juste un petit souci : Sélim est bien connu dans le milieu de la sécurité pour être l’un des piliers du DPS, le service d’ordre du Front National. Il a connu son heure de gloire le 1er mai 2015, il faisait partie du commando de membres du service d’ordre du FN expédié à la recherche des Femen qui haranguaient la foule peu avant le discours de Marine Le Pen, depuis un balcon de l’hôtel Intercontinental. Les militantes avaient été vigoureusement plaquées au sol. Après enquête, l’affaire avait été classée sans suite.

Marianne

Un étudiant tabassé lors d’un meeting de François Fillon pour ne pas avoir chanté la Marseillaise

Max, un étudiant de 19 ans, venu assister au discours de François Fillon à Besançon le 9 mars, assure avoir été frappé pour n’avoir pas chanté La Marseillaise en fin de meeting. Il a porté plainte contre X.

Les faits remontent au 9 mars dernier, lors du meeting de campagne de François Fillon dans la salle Micropolis à Besançon. Max, un étudiant de 19 ans, affirme avoir été passé à tabac par plusieurs hommes après… être resté assis pendant une La Marseillaise, révèle L’Est Républicain.

« J’ai encore mal à la jambe, j’ai boité pendant trois jours. Mais ce n’est pas là qu’il y a eu le plus de traces », raconte-t-il. En possession d’un certificat médical attestant des coups reçus, le jeune homme a déposé plainte contre X ce jeudi pour violences en réunion suivi d’une incapacité n’excédant pas huit jours. Contacté par L’Express, les organisateurs Les Républicains du meeting et la direction de la salle déclinent toute responsabilité et affirment avoir découvert l’incident dans le presse ce matin.

« Ils m’ont mis au sol et tapé »

« J’y suis allé avec un copain, mais je ne suis pas sympathisant. C’était pour voir et écouter. Sans être convaincu. On s’est installé au fond de la salle », témoigne Max. Alors que les discours se terminent et que vient le moment de chanter La Marseillaise, il raconte avoir été interpellé par un premier individu: « On ne s’est pas levé […] Un homme est venu me voir pour me demander pourquoi je ne me levais pas. Il m’a demandé si je n’étais pas fier d’être Français. Il voulait presque m’obliger. J’étais assis au bout de la rangée, c’était facile de me voir et de m’attraper », détaille-t-il, parlant d’une atmosphère de « forte excitation générale » dans la salle.

Puis viennent les premiers coups. « Ils m’ont fait une clé de bras, puis ils se sont mis à trois pour me porter vers un couloir à l’écart. Ils m’ont mis au sol et tapé. Mon pote a essayé de filmer mais il n’a pas pu. Après avoir répliqué, j’ai reçu un violent coup dans les testicules. À un moment, j’étais immobilisé par quatre hommes, l’un d’eux avait le pied sur ma tête.

C’est à ce moment que j’ai eu vraiment peur […] Après de nouvelles insultes, ils m’ont jeté dehors, derrière le hall », raconte l’étudiant en art bisontin. Et d’ajouter au sujet de ses agresseurs: « Ils étaient en costume mais je n’ai vu aucun brassard ‘sécurité' ».

L’Express

Franck Sinisi, élu FN de l’Isère, propose de « récupérer les dents en or » des Roms

Un élu FN au conseil municipal de Fontaine (Isère) est au centre d’une polémique, après avoir suggéré, pour loger les Roms dans l’agglomération grenobloise, de « récupérer leurs dents en or ».  

 

Les faits se sont produits le 27 février dernier, lors du dernier conseil municipal de Fontaine, ville de la « ceinture rouge » de Grenoble. Au menu des débats, ce jour-là, le programme local de l’habitat,rapporte Le Dauphiné Libéré.

Le maire communiste, Jean-Paul Trovero, se dit « favorable à l’implication de la métropole aux côtés de l’Etat et du département dans l’hébergement » des Roms, « au regard des difficultés liées à [leur] accueil sur l’agglomération ».

Ce à quoi répond tout de go Franck Sinisi, élu FN d’opposition: « C’est vrai qu’il est plus judicieux de les parquer dans un endroit où peut être ils vont payer un loyer. (…) Pour loger les Roms, je pense qu’il pourrait y avoir un auto-financement. La métropole devrait investir, leur payer le dentiste… afin de leur mettre des dents nickel, de récupérer leurs dents en or« .

L’Express