Arras : 3 néonazis dont un fiché S, condamnés pour une violente agression raciste au couteau

neonazisprotestoutsideskokieholocaust1m4lkpisbfvl

Au lendemain du rassemblement antiraciste qui s’est tenu jeudi soir place des Héros, trois hommes comparaissent ce vendredi devant le tribunal correctionnel d’Arras. Ils devaient répondre de violences volontaires avec trois circonstances aggravantes  : le fait que l’agression survenue dans la nuit de samedi à dimanche place des Héros ait été commise en réunion, avec l’usage d’une arme (des couteaux et une chaîne) et qu’elle soit à caractère raciste, selon l’accusation.

(…)

Les prévenus nient avoir porté des coups de couteau et démentent une agression à caractère raciste même si Stéphane Belmant a initié la rixe en traitant de « sale bougnoule » un gendarme en civil à la peau mate (d’origine espagnole ou portugaise) et en lui portant les premiers coups.

(…)

Lors des perquisitions, un couteau et une veste militaire avec les insignes SS ont été retrouvés chez Stéphane Belmant, des drapeaux avec une croix gammée et le White Power et des livres révisionnistes, dont certains dédicacés, chez Romain Desenne. Les prévenus n’ont guère convaincu en expliquant qu’ils ne défendaient pas (ou plus) les thèses néonazies. À noter que Romain Desenne est fiché S en raison de sa proximité avec l’extrême-droite radicale.

(…)

Le tribunal a retenu le caractère raciste des violences uniquement pour Stéphane Belmant, à l’origine de l’altercation en traitant le conducteur de la Clio de «  sale bougnoule  » avant de le frapper. Il a écopé d’un an de prison ferme, mais est ressorti libre du palais de justice. Remise en liberté aussi pour Romain Desenne, condamné à dix-huit mois de prison ferme pour les violences sur les policiers. Il est relaxé des coups des violences aggravée au couteau, non caractérisées.

Enfin, Florent Fouquet est condamné à dix-huit mois de prison ferme. Il est maintenu en détention.

La Voix du Nord

Slovaquie : un Français victime d’une agression raciste dans une région dirigée par un néonazi

Le parti de Marian Kotleba, au pouvoir dans la région de Banska Bystrica depuis 2013, est nostalgique de l’Etat slovaque clérical fasciste de Jozef Tiso, allié à l’Allemagne nazie.

kit5188c9_mariankotlebaslovenskofasista

L’affaire est largement relayée dans les journaux du pays : un étudiant français aurait été violemment agressé en Slovaquie en raison de la couleur de sa peau. Cela se serait produit à Banska Bystrica (centre du pays), où le jeune homme, âgé de 20 ans, est en échange Erasmus.

(…)

Les faits se sont passés, selon la presse slovaque, le 12 janvier, dans une boîte de nuit. Mais ils viennent seulement d’être évoqués par la police parce que l’agresseur présumé, âgé de 31 ans, est désormais inculpé pour des coups et blessures infligés en raison de convictions racistes.

C’est la première fois qu’un suspect est poursuivi en Slovaquie (5,4 millions d’habitants) pour « délit d’extrémisme », une notion introduite au début de 2017 dans le but de lutter contre le sentiment d’impunité des militants d’extrême droite.

Le Monde

Pensant louer sa salle communale pour un rassemblement de motards, un maire voit débarquer 500 « néonazis »

En Savoie, le maire de la commune de Saint-Genix-sur-Guiers est tombé des nues quand il a su que sa salle communale avait servi de salle de concert à des groupes affiliés à l’extrême droite radicale de sensibilité néo nazie. Lui pensait autoriser un simple rassemblement de motards.

(…)

Ce samedi soir, sa salle polyvalente accueillait un rassemblement de motard autour d’un concert du groupe « Call of Terror ». Des bières, des blousons en cuir et des chanteurs de Hard Metal. Jusque là, rien de bien gênant.

Sauf que ce pseudo concert avait de fortes allures de rassemblement néo-nazi ! Pas loin de 500 fanatiques s’étaient rassemblés pour l’occasion, après que l’information a circulé discrètement sur les réseaux sociaux.

France 3

Hongrie : un maire veut bannir les gays et les musulmans de sa commune

comp-hungary-message

Le maire d’extrême droite d’Asotthalom, une petite commune hongroise isolée à la frontière avec la Serbie, veut bannir les musulmans et les homosexuels de sa circonscription. Ainsi, tout vêtement islamique, tout appel à la prière et toute propagande homosexuelle, comme des gestes tendres, sont proscrits, rapporte la BBC.

Laszlo Toroczkai, élu en 2013, souhaite mener une « guerre contre la culture musulmane ». En juillet dernier, c’était déjà ce même maire qui s’était félicité de la chasse aux migrants menée par des milices privées. Également vice-président d’un parti ultranationaliste, il avait diffusé une vidéo à la mise en scène plutôt déroutante – avec des gardes patrouillant à cheval, à moto et en véhicule tout terrain à la frontière – dans laquelle il menaçait les réfugiés.

« Essayez-vous de créer un village suprématiste blanc ? » l’interroge une journaliste de la radio britannique. « Je n’utilise pas ce mot, blanc. Mais parce que nous sommes une population blanche, européenne, chrétienne, nous voulons rester ainsi », répond l’élu de cette commune d’environ 4.000 habitants. La législation locale a aussi été modifiée pour empêcher toute future construction de mosquée.

(…)

À Asotthalom, la mesure ne fait pas l’unanimité. « Les musulmans qui vivent ici (au nombre de deux, indique la BBC) sont complètement intégrés« , a témoigné un habitant. « Ils ne provoquent personne. Ils ne portent pas le niqab, ne harcèlent personne. Leur jeune fils joue au football, je lui ai appris à nager. On s’entend très bien ».

BFM TV

Calais : collages d’affiches anti migrants et saluts nazis par des militants d’extrême droite

calais-nazi-migrant

Les nôtres avant les autres. » Depuis plusieurs mois, le groupe Calais Zone Dissidente sévit dans les rues de la ville, avec des affiches sur la préférence nationale. Le message qui est passé est le suivant : il est anormal qu’à Calais, des migrants non français soient mieux traités que des SDF bien français. « Le multiculturalisme est un échec et mène la France à la guerre civile » pouvait-on lire sur une autre affiche collée par le groupe au mois d’octobre.

Mais leur mobilisation en faveur de la cause des sans-abri n’est visiblement qu’un prétexte pour défendre d’autres idées beaucoup moins louables. Sur des photos postées dimanche soir sur leur page Facebook, on peut ainsi voir l’un des membres du groupe faire un salut nazi devant une affiche du parti socialiste, sur une autre photo, un slogan :  « I love fascism. »

Nord Litoral

Suède : arrestation de 3 néo-nazis après un attentat visant des réfugiés

1343004-enquete-porte-explosion-engin-artisanal

Trois hommes ont été arrêtés en Suède dans l’enquête sur un attentat à la bombe visant un centre pour demandeurs d’asile, qui avait grièvement blessé une personne début janvier, ont annoncé jeudi les services de sécurité. Les trois hommes « sont ou ont été par le passé membres du Mouvement de résistance nordique », une organisation néo-nazie, a indiqué à l’agence de presse TT un magistrat du parquet antiterroriste, Mats Ljungqvist.

L’enquête porte sur l’explosion d’un engin artisanal le 5 janvier à l’extérieur d’un centre logeant des demandeurs d’asile à Göteborg. Elle avait fait un blessé grave, un fonctionnaire de l’Office des migrations touché aux jambes.

Les services de sécurité (Säpo) ont indiqué dans un communiqué avoir joint à ce dossier les enquêtes sur deux autres engins artisanaux de même type à Göteborg, semblant avoir également été posés pour des motifs politiques. Le premier avait explosé le soir du 11 novembre à l’extérieur d’un lieu emblématique de l’extrême gauche, le Syndikaliskt Forum Kafé. Il n’avait fait aucun blessé. Le second engin avait été découvert dans un camping logeant provisoirement des demandeurs d’asile, le 25 janvier. Il n’avait pas explosé.

Europe 1

Plusieurs centaines de néonazis attendus en Rhône-Alpes ce week

La crème des groupes européens de « National Socialist Black Metal » donne un concert dans la région lyonnaise. Il pourrait y avoir foule.

NEONAZI

Ce samedi 28 janvier, la crème des groupes de « National Socialist Black Metal » doit se produire en région lyonnaise. Si le lieu exact du concert baptisé Call of terror est encore tenu secret, le line-up, lui, a été dévoilé.

En tête d’affiche, on retrouve le groupe polonais Dark Fury, qui compte 7 albums au compteur dont un sobrement titré Final solution. Ils partageront la scène avec une poignée d’autres « artistes » venus des quatre coins de l’Europe et du groupe français Peste noire. (link is external) Point commun de ces zicos : une passion commune pour les bras-tendus et les soirées à thème (3e Reich, bien-sûr).

La salle serait en capacité d’accueillir jusqu’à 500 personnes. En octobre dernier, un événement similaire organisé à proximité de Limoges avait attiré plusieurs centaines de personnes, malgré un line-up moins « prestigieux ». Pour les fans de Peste Noire (plus de 10.000 sur Facebook), une rencontre est prévue le lendemain, au local lyonnais du Gud.

Street Press