Afrique du Sud : des affiches inspirées de la propagande nazie placardées dans une université

Sous l’apartheid, Stellenbosch était considérée comme le foyer intellectuel des Afrikaners, la minorité blanche au pouvoir.

Des affiches inspirées d’images nazies ont provoqué un scandale dans une université sud-africaine, qui a annoncé mercredi 10 mai que trois étudiants étaient interrogés.

Ces affiches imitant des affiches de propagande nazie, apparues mardi sur des panneaux de l’université de Stellenbosch, près du Cap, appelaient à une réunion d’étudiants « anglo-afrikaner ».

« Ces affiches promouvant une polarisation et une supériorité raciale, avec des références à la propagande nazie, sont absolument inacceptables », a réagi l’université, rappelant « l’égalité naturelle des êtres humains ».

(…)

En mars dernier, un foyer pour étudiants de l’Université de Pretoria s’était défendu d’accusations de racisme pour sa politique de n’héberger que des Blancs parlant afrikaans depuis son ouverture en février. Les étudiants qui logent au De Goede Hoop Koshuis (« La résidence de bonne espérance »), doivent être chrétiens et parler la langue des descendants des immigrés hollandais, qui fut aussi le langage officiel du régime ségrégationniste de l’apartheid de 1948 à 1994.

Le Monde

Marcel Courteau, l’ancien missionnaire québécois avait agressé sexuellement des enfants pendant 20 ans en Afrique

Déjà mortifiée par un scandale de pédophilie au sein d’un collège de Granby, la congrégation des Frères du Sacré-Coeur fait face à de nouvelles allégations de sévices sexuels infligés à des enfants. Cette fois, les victimes se trouvent à l’autre bout du monde et n’ont que très peu de moyens d’obtenir justice.

 

Pendant 20 ans, le missionnaire québécois Marcel Courteau aurait agressé sexuellement des enfants dont il avait la charge à Madagascar, au Sénégal et au Togoselon une enquête-choc de la chaîne d’informations en continu France24.

Le frère Courteau admet les faits au journaliste français qui lui a rendu visite, muni d’une caméra cachée, dans sa maison de retraite à Sherbrooke. « Je reconnais et j’ai beaucoup de remords. Je regrette beaucoup certaines choses. Je ne pensais pas que cela irait si loin que cela », confie le religieux âgé de 92 ans.

Au Sénégal, une équipe de France24 a recueilli le témoignage de Souleymane (nom fictif), un ancien élève du Collège Pie XII, établi dans la ville de Kaolack. Le frère Courteau y a enseigné le français pendant 15 ans, à partir de 1972. Il convoquait certains élèves à des cours particuliers d’éducation sexuelle.

« Il a abusé de moi, il a détruit mon enfance, il a détruit ma vie d’adulte », s’indigne Souleymane. Le Sénégalais affirme que Marcel Courteau le masturbait sous prétexte de « développer (son) organe sexuel », et lui demandait de le masturber par la suite. Les attouchements auraient commencé quand Souleymane avait 12 ans et se seraient poursuivis pendant trois ans.

 

La Presse