Agressions sexuelles à Francfort au Nouvel an par des étrangers: les témoignages étaient faux et provenaient de l’extrême droite

7637993

Le Bild rétropédale. Alors que le quotidien allemand publiait le 6 février dernier un article sur des supposées violences sexuelles commises à Francfort la veille de la Saint Sylvestre, sa rédaction a admis avoir diffusé une fausse information. Le journal a fait ses excuses dans une publication parue ce mardi.

Dans son article initial, que le journal a depuis supprimé, intitulé « 37 jours après le nouvel an, les victimes brisent le silence – agressions sexuelles de masse rue Freßgass », le Bild s’appuyait sur deux témoignages. Un restaurateur et une jeune femme de 27 ans racontaient avoir assisté à des violences sexuelles commises en groupe par des étrangers. Mais, à aucun moment, la police n’a confirmé ces faits.

Le premier témoin, sympathisant du parti d’extrême droite AfD, serait connu pour ses opinions xénophobes sur les étrangers. Une enquête a été ouverte pour faux témoignages.

L’Express

Arras : 3 néonazis « fanatiques » selon le parquet, en garde à vue après une violente agression raciste au couteau

neonazisprotestoutsideskokieholocaust1m4lkpisbfvl

Trois hommes âgés d’environ 25 ans, venus du Cambrésis et de Saint-Quentin (Aisne), s’en sont pris à deux personnes en raison de leur origine maghrébine, croyaient-ils, même si l’un d’eux ne l’était pas.

Des amis sont intervenus pour tenter de les protéger et de repousser les assaillants, mais la rixe a dégénéré de l’autre côté de la place. Coups de poing, coups de couteau : cinq victimes sont à déplorer, avec un nez cassé, dix-neuf points de suture et des blessures au couteau dans le dos pour ces Arrageois âgés entre 20 et 30 ans.

Les policiers de la brigade anticriminalité (BAC) sont intervenus rapidement, mais l’interpellation n’a pas été aisée. Remontés à bord de leur voiture, les agresseurs ont accéléré pour leur foncer dessus. Sans dommage, fort heureusement.

Placés en garde à vue au commissariat d’Arras, les trois hommes reconnaissent globalement les faits, même s’ils ne se disent pas responsables des coups de couteau. Le caractère raciste de l’agression est admis, indique le parquet d’Arras, qui dit avoir affaire à des néonazis «  fanatiques  ».

Un drapeau du 3e  Reich a notamment été saisi lors des perquisitions.

La Voix du Nord

Ouverture d’une enquête après l’inscription d’une mention « Pas de Noir » dans une annonce immobilière

Une capture d'écran de la photo de l'annonce postée sur Twitter.

Une capture d’écran de la photo de l’annonce postée sur Twitter.

La mention raciste avait suscité une vive polémique. Une enquête préliminaire a été ouverte après la publication d’une annonce immobilière pour un logement à Levallois-Perret, qui précisait « Nationalité française obligatoire, pas de Noir », a indiqué le parquet de Nanterre (Hauts-de-Seine), jeudi 9 février.

Cette enquête a été ouverte le 20 janvier à la suite d’une plainte pour discrimination liée à la couleur de peau et à la nationalité, déposée le 27 décembre par l’association antiraciste Maison des potes-Maison de l’Egalité. Cette plainte vise l’agence immobilière Laforêt, ainsi que le propriétaire de l’appartement.

France Info