La militante d’extrême droite Christine Tassin condamné pour incitation à la haine

Nouvelle condamnation pour Christine Tasin. Pour un discours tenu en juin 2016, la présidente de l’association anti-Islam Résistance républicaine doit payer 1.500 euros d’amende pour provocation à la haine.


Lors d’une manifestation au Trocadéro, organisée par le micro-parti identitaire SIEL (Souveraineté, Indépendance et Libertés), Christine Tasin avait répété plusieurs fois « Islam assassin ». Dans son discours, diffusé sur les réseaux sociaux, la militante accusait la religion d’être un « assassin de notre civilisation ».

(…)

Le tribunal correctionnel de Paris estime que les propos anti-Islam de Christine Tasin suscitent « nécessairement un vif sentiment de rejet, voire de haine, à l’encontre de cette communauté prise dans son ensemble », « sentiment attisé de surcroît par le contexte tragique » de l’attentat de Magnanville.

Déjà condamnée pour provocation à la haine, Christine Tasin avait également cherché à co-organiser un apéro antimusulman « saucisson-pinard » en 2010, dans le quartier de la Goutte d’or à Paris.

France 3

Calvados : un voisin violent et raciste condamné pour « injures raciales »

Mardi 7 mars 2017, le tribunal de grande instance de Caen (Calvados) a jugé un octogénaire pour injures raciales publiques commises le vendredi 18 mars 2016. Il semble en effet bien difficile de vivre dans son voisinage à Hérouville Saint-Clair au nord de l’agglomération caennaise.

(…)

Environ deux fois par moi, un élagueur entretient le jardin voisin de celui du prévenu et à chaque fois, il se fait insulter par ce dernier « T’es pas un paysan ! Charlot de bronzé ! Dégage bougnoule !«  L’octogénaire n’hésite pas à s’introduire dans la propriété voisine, voulant manifestement, malgré son âge, en découdre.

Le propriétaire en témoigne : « Cet homme est vulgaire et irrespectueux. Il arrive dans ma cour, remonte ses manches et ôte ses lunettes, comme pour se battre. Au début il ne s’en prenait qu’à mon ouvrier et à moi-même mais il a également injurié mes enfants ainsi que des passants. » Alors une plainte a été portée.

Tendance Ouest

Ludovic condamné a 17 ans de prison pour avoir tué sa femme à coups de marteau

marteau

Le parquet avait requis 25 ans. La cour d’assises a jugé moins sévèrement l’assureur niçois qui avait tué sa femme lors d’une dispute en 2014. Ludovic Haziza, 56 ans, a plaidé un coup de folie. Le couple devait se séparer.

Le contexte du drame a pesé dans ce procès. Ludovic Haziza et son épouse Gabrielle étaient dans une démarche de libertinage depuis un certain temps, une situation qui leur a échappé. Lorsque Gabrielle Haziza a souhaité quitter son mari pour un homme que le couple fréquentait, Ludovic Haziza, qui avait lui-même fait la même démarche en se mettant en couple avec une autre femme, n’a pas accepté.

Les démarches de divorce étaient engagées. Lors d’une dispute, au cabinet d’assurance, le 1er septembre 2014, il est allé chercher un marteau et a frappé une vingtaine de fois le crâne de Gabrielle.

France 3