Jugé pour trois cambriolages, Alexandre avoue être «finalement mieux en prison»

À chaque fois qu’il a pénétré par effraction dans un domicile à Toulon pour s’emparer de multiples objets, le malfaiteur a laissé des traces qui ont permis de l’arrêter.

Prison-francaise-cellule-barreau-taule

 

Et pour cause, les trois fois où Alexandre M., un Seynois âgé de 40 ans, a brisé des vitres, il a déposé du sang qui, après exploitation grâce à l’ADN, a permis aux enquêteurs de l’identifier et de l’interpeller.

AU LYCÉE MARIE-FRANCE

C’est ainsi que cet homme sans diplôme ni formation, qui enchaîne les séjours en prison, a été présenté en comparution immédiate devant le tribunal correctionnel pour répondre de trois vols avec effraction commis les 17 et 28 mars et 14 avril.

Parmi les victimes des larcins commis figure le lycée Marie-France où un vidéo projecteur avait été dérobé en avril. Une autre victime avait, quant à elle, déploré la disparition de bijoux, sacs, objets multimédias et numéraires.

RENVOYÉ AU 10 OCTOBRE

Il est apparu, lors de l’audience de jugement, que le prévenu avait été libéré de prison en février, soit quelques semaines avant la commission de ces faits.

«Ma situation n’est pas terrible. Finalement, je suis mieux en prison», a-t-il commenté pendant les débats.

 

Vu les risques de réitération, l’homme a fait l’objet d’un mandat de dépôt. Il a été incarcéré à la Farlède.

Var Matin

James Bottier condamné à 25 ans de prison pour avoir tué un policier lors d’un cambriolage

f674936919_combo-james-bottier-major-patrice-point-285x190

James Bottier a été condamné aujourd’hui en appel par la cour d’assises de Seine-Saint-Denis à 25 ans de réclusion criminelle pour avoir écrasé un policier en s’enfuyant après un cambriolage fin 2009 en Seine-et-Marne. La cour l’a également déclaré coupable d’avoir eu l’intention de tuer une policière dans sa fuite.

Trente ans de réclusion criminelle, la même peine qu’en première instance,avaient été requis jeudi devant la cour d’assises de Bobigny.

Le 27 décembre 2009, le conducteur d’un 4×4 avait foncé sur une patrouille de police, dans la rampe d’accès d’un pavillon de Montévrain, qu’il venait de cambrioler avec un complice. Leur véhicule a percuté le major Patrice Point qui s’est retrouvé coincé contre le mur dans la descente du garage. Le policier a tiré dix coups de feu, en vain.

Selon l’enquête, le 4×4 aurait pu éviter le major Point, la rampe de garage étant assez large pour le passage de deux voitures. Dans sa fuite, le conducteur avait tenté d’écraser une autre policier, ce qui vaut à James Bottier l’accusation connexe de “tentative de meurtre”.

La république

« Terroriste », croix gammée…: Leila retrouve sa maison saccagée à son retour de vacances

islamophobie tags famille maison belgique

Alors qu’elle passait un séjour paisible en Turquie, une Verviétoise est contactée par sa propriétaire samedi dans la soirée. La maison qu’elle loue, à Lambermont, venait d’être visitée par des vandales. Ceux-ci ont pris un malin plaisir à tout retourner et tout saccager, notamment en inscrivant des tags racistes et insultants sur les murs. De retour ce lundi, elle a constaté les dégâts et fait venir la police.

«  Ma propriétaire m’a contactée via Facebook. La voisine l’avait prévenue que la porte de la maison était entrouverte et que le volet avait l’air cassé  », explique-t-elle. Mis à part ça, les voisins n’ont rien vu d’autre. La police a déjà été prévenue dès samedi du saccage, par les voisins, nous confirme-t-on. La locataire est déjà entrée en contact avec les policiers. «  Ils m’ont demandé de réfléchir à une personne qui pourrait nous en vouloir. C’est énervant, on cherche, on ne voit pas, on finit par devenir parano. »

«  La police m’avait demandé de les attendre avant d’entrer dans la maison. » Et là, c’est une vision d’horreur : dans le salon, la salle à manger et la cuisine, tout a été cassé, les murs et du mobilier ont été tagués d’insultes, du mazout a été répandu sur le canapé… «  Ils ont même démonté l’arrière du frigo. C’est vraiment de la violence gratuite. »

« Je n’ai pas voulu que mes enfants voient ça, je les ai donc conduits chez mon frère. » Et comme la maison doit rester en l’état tant que l’expert de l’assurance n’est pas passé, la petite famille est logée chez la maman de Leïla, «  la maison n’est vraiment pas vivable ainsi  ».

Reste à connaître les motivations des malfrats. Seuls une télévision et un vieux PC ont été dérobés. Par contre, on se rend vite compte qu’ils ont bien pris leur temps pour tout vandaliser. Ils connaissaient peut-être même la victime, de confession musulmane, vu que des sigles et mots à caractère raciste ont été tagués sur les murs.

La Meuse

Fabrice, condamné à 26 reprises, profite d’une semi liberté pour cambrioler 4 villas

cambriolage

Déjà condamné à 26 reprises, Fabrice Viel, 48 ans dont une vingtaine passée en détention, explique, avec un naturel déconcertant, comment il a profité d’une sortie de détention dans le cadre d’une semi-liberté pour commettre des cambriolages. Il s’est rendu en bus à Saint-Saturnin-les-Avignon et a cambriolé quatre villas pour y dérober des bijoux.

Il dit être allé ensuite à Monclar pour échanger des bijoux contre 20g d’héroïne et 2g de cocaïne. Toujours avec le même détachement il explique avoir gardé, dans la poche, la drogue pour la consommer avec un co-détenu et avoir remis dans sa fouille, à son retour au centre pénitentiaire, 21 bijoux volés : des bagues, colliers et bracelets qui ont pu être restitués aux victimes ! « Il y a de quoi décourager les magistrats les plus motivés pour des générations » se désespère la vice-procureur Laure Chabaud qui réclame une peine de trois ans de prison à l’encontre du prévenu qui a refusé les mains tendues et fait son choix.

Le tribunal, après en avoir délibéré, condamne le prévenu à trois ans de prison et prononce le maintien en détention.

La Provence

Cinq moi avec sursis pour Frédéric le cambrioleur d’une pharmacie

Après un vol dans une pharmacie du Grand-Quevilly, un suspect est identifié. Il reconnaît le vol, pas l’effraction. Il serait entré « par curiosité ».

pharmacie

Le 16 novembre 2014 au Grand-Quevilly, l’alarme d’une pharmacie se déclenche. Informée par la société de gardiennage, une employée se rend sur place et constate les dégâts. La porte d’entrée a été fracturée, le coffre a fait l’objet d’une tentative d’ouverture. Des espèces ont été dérobées, l’ensemble des lieux a été retourné pour être fouillé. Les forces de l’ordre se rendent sur place.
Un prélèvement effectué sur la porte brisée permet de mettre en évidence un ADN. Une correspondance est rapidement trouvée.

Frédéric C., 36 ans, est identifié. Ce père de trois enfants est déjà connu pour des vols. Il a récemment été entendu par le tribunal correctionnel de Rouen.

Paris Normandie

Christopher commettait des vols pour vivre

prevenir-cambriolages.jpg

D’abord acheter un chien de garde, sursauter au moindre bruit et enfin déménager. Vivre ce sentiment d’insécurité au quotidien, c’est ce qu’endure un jeune couple de Rugles depuis qu’il a été victime d’un cambriolage commis par un habitant de Bois-Arnault. Christopher Derolez, 20 ans, sans emploi, a donc comparu devant le tribunal de grande instance d’Évreux, jeudi, pour deux affaires de vol par effraction dans deux habitations.

Tout commence le 16 décembre dernier au soir, à Bois-Arnault, où les gendarmes sont appelés pour un cambriolage en cours. Arrivés sur les lieux, ils interpellent le prévenu portant des gants de travail et la tête dissimulée par une capuche.

Paris Normandie