Arras : 3 néonazis dont un fiché S, condamnés pour une violente agression raciste au couteau

neonazisprotestoutsideskokieholocaust1m4lkpisbfvl

Au lendemain du rassemblement antiraciste qui s’est tenu jeudi soir place des Héros, trois hommes comparaissent ce vendredi devant le tribunal correctionnel d’Arras. Ils devaient répondre de violences volontaires avec trois circonstances aggravantes  : le fait que l’agression survenue dans la nuit de samedi à dimanche place des Héros ait été commise en réunion, avec l’usage d’une arme (des couteaux et une chaîne) et qu’elle soit à caractère raciste, selon l’accusation.

(…)

Les prévenus nient avoir porté des coups de couteau et démentent une agression à caractère raciste même si Stéphane Belmant a initié la rixe en traitant de « sale bougnoule » un gendarme en civil à la peau mate (d’origine espagnole ou portugaise) et en lui portant les premiers coups.

(…)

Lors des perquisitions, un couteau et une veste militaire avec les insignes SS ont été retrouvés chez Stéphane Belmant, des drapeaux avec une croix gammée et le White Power et des livres révisionnistes, dont certains dédicacés, chez Romain Desenne. Les prévenus n’ont guère convaincu en expliquant qu’ils ne défendaient pas (ou plus) les thèses néonazies. À noter que Romain Desenne est fiché S en raison de sa proximité avec l’extrême-droite radicale.

(…)

Le tribunal a retenu le caractère raciste des violences uniquement pour Stéphane Belmant, à l’origine de l’altercation en traitant le conducteur de la Clio de «  sale bougnoule  » avant de le frapper. Il a écopé d’un an de prison ferme, mais est ressorti libre du palais de justice. Remise en liberté aussi pour Romain Desenne, condamné à dix-huit mois de prison ferme pour les violences sur les policiers. Il est relaxé des coups des violences aggravée au couteau, non caractérisées.

Enfin, Florent Fouquet est condamné à dix-huit mois de prison ferme. Il est maintenu en détention.

La Voix du Nord

Slovaquie : un Français victime d’une agression raciste dans une région dirigée par un néonazi

Le parti de Marian Kotleba, au pouvoir dans la région de Banska Bystrica depuis 2013, est nostalgique de l’Etat slovaque clérical fasciste de Jozef Tiso, allié à l’Allemagne nazie.

kit5188c9_mariankotlebaslovenskofasista

L’affaire est largement relayée dans les journaux du pays : un étudiant français aurait été violemment agressé en Slovaquie en raison de la couleur de sa peau. Cela se serait produit à Banska Bystrica (centre du pays), où le jeune homme, âgé de 20 ans, est en échange Erasmus.

(…)

Les faits se sont passés, selon la presse slovaque, le 12 janvier, dans une boîte de nuit. Mais ils viennent seulement d’être évoqués par la police parce que l’agresseur présumé, âgé de 31 ans, est désormais inculpé pour des coups et blessures infligés en raison de convictions racistes.

C’est la première fois qu’un suspect est poursuivi en Slovaquie (5,4 millions d’habitants) pour « délit d’extrémisme », une notion introduite au début de 2017 dans le but de lutter contre le sentiment d’impunité des militants d’extrême droite.

Le Monde

« Sale gauchiste » : Trois skinheads jugés pour une agression mortelle

neonazisprotestoutsideskokieholocaust1m4lkpisbfvl

Ce 1er août 2009, Frédéric Bourget fait la fête dans un bar de la rue Paul-Bert, à Rennes. Le chauffeur livreur de 27 ans est abordé par une jeune femme, Nivine Gaid, 28 ans aujourd’hui, qui lui demande une cigarette. Elle n’obtient pas satisfaction. Romain Renoux, 30 ans, et un complice mineur, le tabassent en le traitant de « sale gauchiste ».

Une fois à terre, il reçoit des coups de poing et des coups de pied. Un des agresseurs porte des chaussures coquées, affectionnées par les skinheads. Les deux hommes, dont un est mineur, et la femme, appartiennent à la mouvance d’extrême droite. Tous les témoins affirment qu’ils ont fait le salut nazi dans le bar…

Sonné, Frédéric Bourget parvient à reprendre ses esprits et poursuit la soirée dans un appartement chez des amis, rue Alphonse-Guérin. Deux heures plus tard, il se plaint de maux de tête et veut rentrer chez lui.

Un employé du Star (réseau de bus et métro) l’aperçoit peu avant 7 h du matin, le 2 août, allongé sur le trottoir avenue du Sergent-Maginot. Le jeune homme est mort. L’autopsie révèle que le décès a été provoqué par une hémorragie du cerveau, suite à des coups violents.

Le verdict devrait tomber dans la soirée, ce vendredi.

Ouest France

Cédric Lamboley condamné à 4 mois de prison pour une agression islamophobe en état de récidive légale

justice des hommes

« Il ne manquera pas à Terrasson », a conclu la procureur Odile de Fritsch après avoir demandé une interdiction de séjour dans la commune pendant deux ans. La juge a suivi cette réquisition. Une sanction qui vient en complément de la peine de quatre mois d’emprisonnement prononcée à l’encontre de Cédric Lamboley, 34 ans.

L’homme était jugé ce vendredi par le tribunal correctionnel de Périgueux. Il répondait de violences, de destruction de bien et d’injures non publiques en raison de l’origine, l’ethnie, la nation, la race ou la religion.

Au cours de l’été 2016, ce Terrassonnais s’en est pris au frère d’un voisin. Il a confondu les deux hommes et sans que la victime ne comprenne les motivations de son agresseur, il s’est soudainement vu inonder d’insultes à caractère raciste et de bras d’honneur. L’affaire a pris une tournure autrement plus virulente lorsque Cédric Lamboley a foncé, à bord de sa berline allemande, sur l’homme qu’il avait pris en grippe.

« J’aurais aimé qu’il soit là aujourd’hui, ne serait-ce que pour savoir s’il sait ce que désigne un salafiste« , a lancé Me Sabine Julien pour la partie civile. « Dans le climat actuel, ses insultes se révèlent particulièrement blessantes.

« Le prévenu n’en est pas à sa première condamnation. Son casier recensait, avant ce nouveau procès, 13 mentions depuis 2001 (vol, violences conjugales, délit de fuite après avoir provoqué un accident, détention non autorisée de chien d’attaque, etc.). Il était de fait jugé ce vendredi en état de récidive légale.

Sud Ouest

Agressions racistes et saluts nazis, 4 légionnaires traduits devant la justice

illustration police

Cinq ans après les faits, quatre suspects viennent d’être renvoyés devant le tribunal pour des faits de violences racistes. L’affaire remonte à la nuit du 7 au 8 octobre 2011 devant le bar Le Flaherty’s à Nîmes, situé boulevard Amiral-Courbet.

Les policiers du commissariat sont appelés pour une bagarre devant le pub. Ils s’aperçoivent qu’un homme noir est au sol et a manifestement été blessé par arme blanche. Un autre homme noir indique également avoir été agressé avec son ami par une bande de légionnaires. Ils étaient six au moment des faits. Apparemment, tous les acteurs de ce dossier étaient en état d’ivresse au moment des faits.

Après une première série d’investigations qui confirmaient le caractère raciste de l’agression, le parquet de Nîmes ordonnait le 9 octobre 2011 l’ouverture d’une information judiciaire pour « violences volontaires en réunion en raison de l’appartenance de la victime à une race« .

(…)

À cet égard, l’un des suspects était à la fois mis en examen pour les violences mais aussi partie civile pour avoir été blessé.Dans un registre similaire, l’étau judiciaire s’est resserré sur cet homme. Lequel a fait l’objet d’une nouvelle procédure pour des faits commis dans la nuit du 19 au 20 août 2011. Il était visé par une plainte déposée par un jeune homme originaire d’Afrique du Nord.

Ce plaignant expliquait avoir été l’objet de violences et d’injures racistes au bar Le Napoléon. Les témoignages recueillis sur place confirmaient la version de la victime sur les propos racistes et indiquaient que l’agresseur avait réalisé des saluts nazis.

Sud Ouest

New York : Une employée musulmane agressée à l’aéroport JFK aux cris de « Trump va nous débarrasser de vous »

imrs-php

Un homme d’affaires s’en est violemment pris, même physiquement, à une employée musulmane dans un salon des voyageurs à l’aéroport Kennedy, de New York, en lui criant notamment que le président Donald Trump «se débarrasserait de vous tous», selon les autorités.

Robin Rhodes, âgé de 57 ans, de Worcester, au Massachusetts, attendait sa correspondance de retour, mercredi soir, au salon des voyageurs de son transporteur aérien, à New York, lorsqu’il a eu une altercation avec Rabeeya Khan, qui porte le voile islamique.

Mme Khan a raconté à la police que le voyageur l’avait insultée et avait frappé violemment la porte du local où elle se trouvait. L’employée, âgée de 60 ans, lui a alors demandé ce qu’elle lui avait bien pu lui faire, et M. Rhodes l’aurait frappée à la jambe. Le voyageur s’est ensuite agenouillé, en imitant un musulman en prière, et a proféré des obscénités, selon les enquêteurs.

L’homme a comparu jeudi soir pour répondre à des accusations de voies de fait et menaces de crimes haineux, et il demeure détenu jusqu’à ce qu’il verse une caution de 30 000 $. Il doit comparaître à nouveau le 8 février prochain.

Metro