Angers : procès d’une « chasse aux noirs et aux arabes » par une quinzaine de militants d’extrême

Le tribunal correctionnel d’Angers a préféré, très tard mercredi soir, mettre sa décision en délibéré. Deux prévenus comparaissaient pour une série de violences sur fond de déferlement raciste, fin octobre à Angers.

François-Aubert Gannat, 20 ans, et Marc-Henri Picard, 39 ans, seront fixés sur leur sort le 3 mai prochain. Mercredi 5 avril, ils comparaissaient devant le tribunal correctionnel d’Angers pour des violences en réunion et incitation à la haine raciale, lors de la nuit du 21 au 22 octobre 2016.

Chants nazis, insultes racistes

Ils faisaient partie d’un groupe d’une quinzaine de personnes qui a déferlé sur le centre-ville d’Angers. Selon les éléments recueillis par les enquêteurs, ils ciblaient les personnes de couleur. Certains ont été entendus entonnant des chants nazis et racistes, lançant des insultes racistes ou antisémites. Des témoins ont entendu des « sales noirs, sales arabes », émanant de cette bande.

Ouest France

Marc-Henri Picard, ancien dircom de la mairie de Montfermeil (Seine-Saint-Denis), se dit aujourd’hui écrivain(…)

En garde à vue, il traite les policiers de «connards, bons à rien, pauvres petites merdes», use d’une injure homophobe et tente d’étrangler un gardien. Explication : «J’étais hors de moi.»La procureure requiert dix mois de prison avec sursis et 175 heures de travaux d’intérêt général contre Gannat, dix mois avec sursis contre Picard. Délibéré le 3 mai.

Libération

16 membres du gang d’extrême droite « les loups blancs » condamnés pour plus de 200 infractions

Les agissements du «clan des loups blancs» (WWK), ce sont «plus de 200 infractions en deux ans (2012-2014)» dans l’est de la Somme et l’ouest de l’Aisne, avait rappelé le procureur dans son réquisitoire. «Ces groupes nazis, paramilitaires armés, n’ont pas de place dans notre République», avait asséné Wilfred Gacquer, pour qui «ce clan de type nazi à caractère raciste » voué à commettre «méfaits et violences extrêmes» était bien «un groupe de combat».

A l’encontre de Jéremy Mourain, son leadeur, «véritable tyran qui sème la terreur dans son propre camp», la peine maximum de dix ans de prison ferme avait été demandée. Le tribunal a été plus clément en prononçant une peine de neuf ans. En plus de Serge Ayoub, un autre prévenu a été relaxé et trois condamnés à des peines avec sursis allant de six mois à un an selon France Bleu. Les douze accusés restants ont écopé de peines de prison ferme allant d’un à trois ans, dont un seul mandat de dépôt.

Le Parisien

“Sale juif” : un ancien militant FN jugé pour une agression antisémite à coups de bouteille

« “Sale juif” cela fait partie des insultes que j’emploie. J’ai des problèmes par rapport à ça », reconnait à la barre Frédéric Pauze. Vendredi 24 mars, le quadragénaire comparaissait en appel pour l’agression de Marc Grinsztajn, l’éditeur du livre Le Système Soral publié par StreetPress chez Calman-Lévy.

(…)

Face aux juges de la chambre d’appel, Frédéric Pauze dément avoir attaqué Marc Grinsztajn. Il accuse même la victime « d’avoir voulu en découdre avec lui ». La présidente de l’audience lui demande :

« Vous l’avez insulté de “sale juif”, comment auriez-vous voulu qu’il réagisse ? »

« Il n’avait qu’à passer sa route ! »

Puis il conteste avoir agressé l’éditeur en lui jetant une bouteille de verre sur le crâne. De la légitime défense, selon lui, en riposte au coup de poing que venait de lui asséner Grinsztajn.

Pourtant c’est bien quand il lui tournait le dos, après avoir fait demi-tour pour rentrer chez lui, que l’éditeur a été touché par le jet de bouteille comme l’atteste son entaille à l’arrière du crâne.

(…)

Néanmoins aucun doute sur ses convictions politiques. Ancien militant du Front National, il reconnait avoir possédé un mug avec une photo d’Adolf Hitler tandis qu’un ami est déjà venu chez lui avec un drapeau nazi, comme l’a raconté un proche à la police.

Lors d’une autre audition, un de ses amis dit de lui « qu’il est évident qu’il est antisémite ». « Dès qu’il est torché, il tient des propos virulents contre les juifs » Pauze a déjà fait l’objet de poursuites pour injures publiques après s’en être pris à un de ses voisins juifs. Une affaire qui avait été classé sous condition d’un stage au mémorial de la Shoah.

Street News

Tentatives de meurtre, ratonnades, vols… 18 membres d’un gang d’extrême droite devant la justice

18 prévenus âgés de 22 à 53 ans, membres ou sympathisants du groupuscule néonazi WWK (« White Wolves Klan », « le clan des Loups Blancs » en français), parmi lesquels le sulfureux Serge Ayoub, comparaissent à partir de ce lundi devant le tribunal correctionnel d’Amiens (Somme). Ils devront s’expliquer de nombreux faits de violences avec arme, de dégradations de biens et de vols aggravés, soit 35 infractions commises entre 2012 et 2014.

(…)

Selon l’enquête, « ces faits visaient des groupuscules rivaux, des personnes d’origine étrangère et des personnes qui ne respectaient pas les règles du clan ». Un seul des prévenus comparaîtra libre, 16 autres ayant été placés sous contrôle judiciaire, tandis que le chef du clan, Jérémy Mourain, est en détention provisoire depuis mars 2015.

Plusieurs prévenus sont d’anciens partisans du mouvement d’extrême droite « Troisième voie », dissous en 2013 après la mort du militant d’extrême gauche Clément Méric à Paris. Fondé en 2010, ce groupuscule avait à sa tête le sulfureux Serge Ayoub, ancien chef des skinheads d’extrême droite parisiens et des Jeunesses nationalistes révolutionnaires (JNR), dont était membre Jérémy Mourain.

Ouest France

En marge d’un meeting de Marion Maréchal-Le Pen, des militants d’extrême droite tabassent 3 personnes hostiles au FN

Trois hommes d’une trentaine d’années ont été interpellés la semaine dernière dans la Manche et dans la banlieue de Rennes à la suite de violences commises le 20 janvier dernier en marge d’un meeting de Marion Maréchal-Le Pen à Fougères (Ille-et-Vilaine).

Sympathisants du Gud (Groupe d’union de défense), organisation étudiante d’extrême droite connue pour ses actions violentes, ils sont soupçonnés d’avoir agressé trois manifestants qui avaient participé à un rassemblement anti-FN ce jour-là, rapporte Ouest-France.

Après avoir reçu des coups de poing et de pied, l’une des victimes avait été violemment projetée contre la devanture d’une bijouterie. Cela avait provoqué le déclenchement de l’alarme et avait fait fuir les agresseurs.

Les trois individus, déjà connus pour des faits de violence, seront convoqués le 12 juillet devant le tribunal de grande instance de Rennes pour violences en réunion.

20 Minutes

Un militant LGBT tabassé et violé par 2 hommes dont un skinhead

Zak Ostmane dit avoir été drogué, tabassé, volé et violé par deux hommes. Ces derniers ont été mis en examen et écroués.

Deux hommes ont été mis en examen et écroués à Marseille pour la séquestration et le viol d’un militant LGBT algérien réfugié en France, a-t-on appris samedi 12 mars auprès du parquet. La victime, Zak Ostmane, 37 ans, a vécu près de 48 heures de calvaire. Vendredi soir, il se rend au bar Le Polikarpov, dans le centre de Marseille, pour boire quelques bières.

(…)

Les deux hommes l’emmènent alors dans une chambre d’hôtel. Il raconte encore à « La Provence » :

« Rapidement, l’Américain est sorti, l’Anglais m’a proposé une bière, et il m’a frappé direct. J’ai visiblement eu un moment d’inconscience totale parce que quand je me suis réveillé, il était en train de me sodomiser. »  

Zak Ostmane explique qu’au retour de l’Américain, les deux hommes lui réclament sa carte bleue. Revenus bredouillent après que le jeune homme a donné un faux code, les deux militaires s’en prennent à lui :

« L’Anglais, qui prenait régulièrement de la coke et du whisky, m’a roué de coups de poing et de pied. Il a fini par déchirer les draps de l’un des lits et s’en est servi pour m’attacher, aux poignets et aux chevilles, à une chaise. Là, ils se sont servis de moi comme d’un punching-ball.

L’Américain s’est revendiqué skinhead, il a pété un câble, s’est mis à parler de Trump, du fait qu’en France on se moque de lui, il a évoqué les Arabes et les noirs en France… Il m’a soulevé, avec la chaise, et m’a projeté contre un mur. J’ai hurlé mais il s’est jeté sur moi et m’a placé un couteau sous la gorge en me disant que si je ne me taisais pas, il me tuerait. Ils ont mis la musique super fort et m’ont demandé de nettoyer le sang qu’il y avait sur le sol et les murs. »

L’OBS

Mort de Clément Méric : quatre skinheads renvoyés aux assises

Une juge d’instruction a ordonné le renvoi devant la cour d’assises de quatre skinheads impliqués dans la rixe qui avait coûté la vie à un militant antifasciste, Clément Méric, en 2013 à Paris, sans retenir l’intention de tuer.

Deux des mis en examen, le Picard Esteban Morillo, 24 ans, et Samuel Dufour, 23 ans, sont plus directement visés. La magistrate a ordonné qu’ils soient jugés pour violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner, en réunion et avec usage ou menace d’une arme, des circonstances aggravantes, a précisé la source.

(…)

La mort de Clément Méric, 18 ans, devenu un symbole pour les « antifas » (antifascistes), avait causé une vive émotion et conduit le gouvernement à dissoudre le groupuscule Troisième Voie, dont étaient issus les skinheads, et son service d’ordre, les Jeunesses nationalistes révolutionnaires (JNR), que dirigeait Serge Ayoub, un vétéran de la mouvance.

Le ministre de l’Intérieur de l’époque, Manuel Valls, avait évoqué un « assassinat », sur fond de craintes de résurgence des violences d’extrême droite.

Ouest France