Marine Le Pen déclare un patrimoine de 600 000 €, sous estimé selon le fisc qui l’évalue à 1 million 350 000 €

Au total, le patrimoine déclaré cette année par Marine Le Pen avoisine les 600 000 euros contre 500 000 euros en 2014, soit une hausse de 20%.

Le fisc de son coté estime à environ 1 million 350 000 euros le patrimoine de la candidate. Cette évaluation a conduit à l’ouverture d’une enquête préliminaire du Parquet national financier (PNF) saisi en décembre 2015 par la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HAPTVP). LE HAPTVP pointait du doigt « la sous-évaluation manifeste de certains actifs immobiliers détenus en commun« .

France Inter

Après 17 ans de travail au noir, l’ancien chauffeur de Jean-Marie et Marine Le Pen porte plainte contre le FN

Dans le livre « Marine est au courant de tout… » (éditions Flammarion) paru ce mercredi, les journalistes Mathias Destal (Marianne) et Marine Turchi (Mediapart) multiplient les révélations gênantes sur le Front National et sa candidate à la présidentielle. Parmi elles : une plainte à l’encontre du parti pour travail dissimulé. Le plaignant se nomme Jean-Pierre Zablot ; il reproche au FN de l’avoir employé comme chauffeur pendant 17 ans, sans jamais le déclarer. 

Jean-Pierre Zablot explique dans cet ouvrage être un ancien membre du DPS (Département protection sécurité), le service de sécurité du parti, et l’ex-chauffeur attitré de Jean-Marie Le Pen. « Il m’arrivait de conduire Marine aussi« , explique-t-il aux journalistes. Une affirmation confirmée par une source proche du dossier, selon l’AFP.

Surnommé « Z2 », M. Zablot explique qu’il enchaînait les journées de travail, sans compter ses heures : « J’étais mobilisable tout le temps. Une journée type, c’était aller chercher le président à 9 heures et terminer à 22 ou 23 heures. Pas de vacances et pas de week-ends. » Le tout pour 2.000 euros mensuels, payés « au noir »… Une situation qu’il assimile à de « l’esclavage moderne ».

LCI

Emplois Fictifs : Mise en examen d’un deuxième assistant parlementaire du FN

Charles Hourcade, assistant parlementaire d’une députée du Front national au Parlement européen, Marie-Christine Boutonnet, a été mis en examen dans l’enquête sur des soupçons d’emplois fictifs visant le parti frontiste, a rapporté au Monde une source judiciaire, vendredi 10 mars.

Un temps recensé comme graphiste du FN à Nanterre, Charles Hourcade a été mis en examen le 6 mars pour « recel d’abus de confiance ». Il s’agit de la seconde mise en examen dans ce dossier, après celle de la chef de cabinet de Marine Le Pen, Catherine Griset. Cette dernière est soupçonnée d’avoir été salariée comme assistante parlementaire « accréditée » de Mme Le Pen au Parlement européen de décembre 2010 à février 2016, un statut qui suppose une présence effective à Strasbourg ou à Bruxelles, alors qu’elle exerçait, en fait, ses activités au sein du parti.

Le Monde

Le «Procès interdit de Marine Le Pen», l’enquête sur les finances occultes du FN

En exclusivité, Challenges publie des extraits du Procès interdit de Marine Le Pen, à paraître aux éditions First le 2 mars, signé par Laurent Fargues, journaliste à Challenges. Il y raconte l’enquête judiciaire sur les campagnes électorales du FN, la façon dont le parti aurait abusé du porte-monnaie du contribuable, et la manière dont Marine Le Pen a échappé aux juges, avant la Présidentielle.

Le système de financement des campagnes électorales des candidats FN est dans le viseur de la justice depuis plus de trois ans. Depuis l’arrivée de Marine Le Pen à la tête du parti, la quasi-totalité des campagnes sont sous le coup d’enquêtes policière et judiciaire.

Dernier épisode en date : la mise en examen de Frédéric Chatillon, le patron de l’agence de com’ Riwal et ami de vingt-cinq ans de Marine Le Pen, pour abus de biens sociaux. Précédent épisode: le renvoi en correctionnelle de près d’une dizaine de personnes pour les campagnes électorales de 2012.

En résumé, les enquêteurs soupçonnent l’agence de communication et le parti d’avoir une fois de plus gonflé les frais de tracts et affiches des candidats frontistes pour maximiser les remboursements de l’Etat et réaliser des marges ultra-élevées sur le dos des contribuables. Depuis plus de deux ans, Laurent Fargues a suivi cette affaire dans les colonnes de Challenges. Extraits exclusifs de son enquête « Le Procès interdit de Marine Le Pen », à paraître aux éditions First le 2 mars.

Lire la suite sur Challenges

Si #Fillon était membre du FN… son affaire serait passée comme une lettre à la poste !

si-fillon-etait-membre-du-fn-son-affaire-serait-passee-comme-une-lettre-a-la-poste

Ah, si François Fillon était membre du Front national… Son affaire serait passée comme une lettre à la poste. Il n’y a qu’aux gens sérieux qu’on en veut de mépriser à ce point la démocratie. Les autoritaires peuvent tout se permettre.

Leurs électeurs se fichent comme d’une guigne qu’ils soient tricheurs et roublards, ou qu’ils se comportent plus mal dans l’opposition que n’importe quel politicien au pouvoir. On ne vote pas FN pour améliorer la démocratie. On vote FN pour lui cracher au visage et crier « On est chez nous ». Et quand on est « chez nous », on peut tout se permettre.

Marine Le Pen dit défendre la police, mais cache des preuves (en l’occurrence son téléphone) dans son soutien-gorge quand elle est perquisitionnée ? Ses électeurs s’en fichent. Le respect de la police, c’est pour les autres. « On est chez nous. »

Lire la suite sur Marianne