Lionel condamné à 13 ans de prison pour avoir tabassé à mort un homme pour une cigarette

cigarette

«C’est comme ça que ça s’est passé. J’ai pris un coup et je me suis acharné. » Lionel Massonneau, 36 ans aujourd’hui, a définitivement abandonné la version d’un unique et mortel direct au visage de Régis Musiol, 63 ans, pour une cigarette. Une demande banale à laquelle le trentenaire apporte une réponse fatale.

Entré dans le box hier, l’accusé n’a plus qu’une vision lacunaire de la violence qui a été la sienne dans l’après-midi du 22 septembre 2013. Un dimanche où des automobilistes s’arrêtent pour calmer une rixe opposant deux hommes sur cette portion du boulevard Robert-Schuman comprise entre deux ronds-points, l’un à Yutz et l’autre à Thionville. Tous rapportent ce même scénario dans lequel Lionel Massonneau frappe la victime déjà à terre.

Tous confirment ce paradoxe d’un accusé aussi calme et posé avec eux qu’il a été féroce avec sa victime. « Pas d’agressivité, poli, il est parti avant que la police n’arrive, normalement, sans fuir. Il essayait de justifier l’injustifiable […] Ses arguments étaient décalés par rapport à la réalité de la scène », raconte l’un des témoins.

Dans cette affaire où la victime paie de sa vie une banale demande de cigarette, la cour a rendu un verdict un peu plus clément que les quinze années. L’accusé écope de 13 ans de prison.

Le Républicain Lorrain

Mexique : l’hécatombe continue, un quinzième prêtre assassiné sur fond de trafic de drogue

Dans l’État mexicain de Coahuila, un prêtre enlevé au début du mois a été retrouvé mort, accentuant encore davantage le funeste bilan des assassinats de religieux dans le pays.

pretres_6042-tt-width-604-height-403-crop-0-bgcolor-000000-nozoom_default-1-lazyload-0

L’Église catholique compte un nouveau martyr dans ses rangs. Le père , dont la disparition avait été signalée le 7 janvier dernier dans l’État de Coahuila, au nord du Mexique, a été retrouvé mort jeudi 12 janvier, comme l’a annoncé le diocèse de Saltillo.

“Le pays le plus dangereux d’Amérique latine pour les prêtres”

Si les autorités n’ont pour l’instant pas donné de détails sur le décès du prêtre, l’État de Coahuila, qui se trouve près de la frontière avec les États-Unis, est particulièrement touché par le trafic de drogue et les violences qui y sont liées.

D’après un bilan établi au mois de septembre par le centre multimédia catholique, quinze prêtres, un séminariste et un sacristain ont été tués depuis 2012 au Mexique, pays “le plus dangereux d’Amérique latine pour les prêtres”, selon l’organisme. Déjà, en septembre dernier, trois religieux avaient été assassinés au cours d’une même semaine dans les États de Veracruz et du Michoacán.

Valeurs Actuelles

2 jours après être sortie de prison, Bruno insulte et menace de mort des policiers

rca17q171_fv_police-large

Lundi en comparution immédiate, un homme de 45 ans est jugé pour des violences dans un bus à Wambrechies le 6 septembre dernier, des outrages et menaces de mort contre des policiers à Lille, quand il a été contrôlé jeudi en état d’ivresse à la gare Lille-Flandres puis arrêté.

Il était sorti de prison, deux jours avant. Ainsi, la vie de Bruno Demanghon est une succession d’allers et retours en détention et les quinze mentions sur son casier judiciaire sont souvent liées à des dérapages à cause de son alcoolisme.

Il insulte copieusement un agent de Transpole

l y a d’abord cet épisode dans un bus le 6 septembre : ivre, Bruno Demanghon importune une jeune fille puis insulte copieusement un agent de Transpole qui s’est porté à son secours. Jeudi, après s’être laissé conduire sans problème jusqu’au commissariat, l’homme se déchaînera sans raison ni mesure contre des policiers au moment de sa garde à vue.

Les insultes sont telles que face au tribunal, Bruno Demanghon refuse d’abord de les reconnaître : «  J’ai insulté mais pas à ce point-là…  » Puis il finit par dire : «  Peut-être que l’alcool m’a retourné le cerveau… Je ne m’en souviens plus.  ». Me Bertrand Bauchot en défense ira dans le même sens : «  Quand il est alcoolisé, son comportement le dépasse.  » Le procureure Frédéric Amegadjie met le prévenu face à ses responsabilités : «  Que vous buviez est votre affaire. Ce qui est désolant, c’est votre incapacité à ne pas commettre d’infraction.  » Le tribunal le suivra dans ses réquisitions. Bruno Demanghon est condamné à dix mois de prison avec mandat de dépôt.

La Voix du Nord