2 jours après être sortie de prison, Bruno insulte et menace de mort des policiers

rca17q171_fv_police-large

Lundi en comparution immédiate, un homme de 45 ans est jugé pour des violences dans un bus à Wambrechies le 6 septembre dernier, des outrages et menaces de mort contre des policiers à Lille, quand il a été contrôlé jeudi en état d’ivresse à la gare Lille-Flandres puis arrêté.

Il était sorti de prison, deux jours avant. Ainsi, la vie de Bruno Demanghon est une succession d’allers et retours en détention et les quinze mentions sur son casier judiciaire sont souvent liées à des dérapages à cause de son alcoolisme.

Il insulte copieusement un agent de Transpole

l y a d’abord cet épisode dans un bus le 6 septembre : ivre, Bruno Demanghon importune une jeune fille puis insulte copieusement un agent de Transpole qui s’est porté à son secours. Jeudi, après s’être laissé conduire sans problème jusqu’au commissariat, l’homme se déchaînera sans raison ni mesure contre des policiers au moment de sa garde à vue.

Les insultes sont telles que face au tribunal, Bruno Demanghon refuse d’abord de les reconnaître : «  J’ai insulté mais pas à ce point-là…  » Puis il finit par dire : «  Peut-être que l’alcool m’a retourné le cerveau… Je ne m’en souviens plus.  ». Me Bertrand Bauchot en défense ira dans le même sens : «  Quand il est alcoolisé, son comportement le dépasse.  » Le procureure Frédéric Amegadjie met le prévenu face à ses responsabilités : «  Que vous buviez est votre affaire. Ce qui est désolant, c’est votre incapacité à ne pas commettre d’infraction.  » Le tribunal le suivra dans ses réquisitions. Bruno Demanghon est condamné à dix mois de prison avec mandat de dépôt.

La Voix du Nord

A Lille, un bar réservé aux « Français blancs » provoque une levée de boucliers

SONY DSC

Parmi les Lillois que ce projet laisse perplexes, Josiane Dabit, conseillère Europe Écologie- Les verts du quartier Moulins. La pétition qu’elle a lancée sur Change.org pour s’opposer à l’inauguration de cet établissement a récolté plus de 4400 signatures en à peine trois jours.

Un retentissement auquel Josiane Dabit, de son propre aveu, ne s’attendait pas. « J’ai réagi à chaud à peine lu l’article sur La Voix du Nord« , explique-t-elle à LCI ce lundi après-midi. « Cette pétition, je l’ai lancée avec le cœur, en tant que citoyenne, en tant que Lilloise, pas en tant que conseillère politique. D’ailleurs, au départ, je l’ai simplement relayée sur ma page Facebook. Mais cet engouement prouve bien que le peuple n’en veut pas, de ce bar ! Génération Identitaire, on n’en veut pas ! »

Évidemment, il faudra être Français Aurélien Verhassel
capture-gi-095800-11x

Représentant d’un groupe connu pour ses positions anti-immigrés, il poursuit : « Evidemment, il faudra être Français. Pour Génération Identitaire, un étranger n’a rien à faire sur notre territoire, encore moins dans notre bar. » Le message a le mérite d’être clair. D’ailleurs, un coup d’œil sur la page Facebook du groupe confirme l’ouverture imminente de ce bar réservé aux Français… et rien qu’à eux.

LCI


Bar identitaire pour les « Français blancs » à Lille : une pétition demande sa fermeture

Le groupe d’extrême droite Génération identitaire ouvrira, fin septembre, un bar-estaminet à 200 mètres de la Grand-Place de Lille. Une militante lilloise lance une pétition pour sa fermeture, craignant « un déferlement de haine ».

On a connu la « Maison flamande » de Lambersart, fermée il y a quatre ans ; voici la « Citadelle », le nouveau QG des identitaires (mais d’une autre branche). Ce bar-estaminet associatif ouvrira le 24 septembre dans le Vieux-Lille, à 200 mètres de la Grand-Place. Génération identitaire Flandres-Artois-Hainaut, et son leader Aurélien Verhassel, y cultiveront les grands thèmes de ce mouvement de jeunesse «  flamand, français et européen  », placé à l’extrême droite : la défense du «  Français blanc  » contre la «  racaille  », la «  reconquête  » de nos villes «  occupées  » par les «  populations étrangères  », etc. Dans ce nouveau bastion lillois, les militants, qui seraient près de 300 dans la région, profiteront également d’un espace cinéma, d’une bibliothèque, d’une salle d’entraînement à la boxe de rue…

« J’ai été effarée »

Un vaste programme que Génération identitaire dévoilait, vendredi soir, dans une interview publiée sur notre site, provoquant la réaction immédiate de Joe Dabit, conseillère du quartier de Moulins. «  J’ai été effarée en lisant cet article, explique la militante EELV. Ces thèses (des identitaires), c’est une incitation à la haine, également punissable par la loi. C’est trash et ça choque tout le monde»

« Dérives incontrôlables »

Dès vendredi soir, Joe Dabit a lancé une pétition sur change.org pour demander la fermeture de la Citadelle, avant son ouverture. À 19 h 30, ce samedi soir, elle cumulait déjà plus de 3000 signatures.

«  J’ai agi en tant que citoyenne, militante pour les droits humains, et j’adresse cette pétition à Martine Aubry. Elle ne peut pas accepter l’implantation d’un bar d’identitaires en plein centre de Lille. Je suis profondément inquiète. Ce lieu va propager de la haine, provoquer des dérives incontrôlables et des incidents (notamment avec les militants de gauche). Dans une ville où on prône le vivre ensemble, ce bar n’a pas d’avenir.  »

Ce samedi après-midi, les jeunes socialistes ont aussi exprimé leur «  consternation  » en apprenant l’ouverture de «  ce lieu de rassemblement des extrémistes et des extrémismes  ». Ils réitèrent leur appel à la dissolution de Génération identitaire.

Nord Éclair

Signer la pétition

Sebastian, condamné pour avoir carjacké une dame de 67 ans

carjacking-prevention-true-carjacking-story-NAPA-Know-How-blog

L’homme qui avait braqué une femme de 67 ans sur le parking de Match rue de Solférino a été jugé jeudi après midi en comparution immédiate. La procureure a requis quatre ans de prison pour « des faits glaçants ».

« Il a attendu que quelqu’un arrive. Délibérément, il a choisi une personne vulnérable puis lui a pointé une arme sur la poitrine, à quelques centimètres » La procureure Elodie Buguel insiste sur « l’absence totale de remise en question du prévenu ».

Face au ministère public, dans le box des prévenus, Sébastien Nowak ne bronche pas. Le corps maigre et le visage émacié, ce Lillois de 36 ans est jugé pour avoir braqué une automobiliste sur le parking de Match mercredi à 13 h.

Il a brandi une arme qui s’est révélée un pistolet à pétard. La victime a été terrorisée. « Au point, dira son avocat Me Gaspard Okitadjonga, que depuis, elle reste terrée chez elle ». Un passant est intervenu et a fait fuir le voleur.

Sébastien Nowak a un passé judiciaire chargé : « Seize mentions dont quatorze pour des atteintes aux biens » rappelle Élodie Buguel. Le tribunal a condamné Sébastien Nowak à trente mois de prison. Il a été incarcéré.

La Voix du Nord

Cache d’armes découverte, Julien, Thomas, Marie-Pierre et Aurélie condamnés

cache-armes-medenine-tunisie

La DPIJ de Lille a procédé à la saisie d’une vingtaine d’armes, mercredi dernier à Wavrechain-sous-Denain. Les personnes interpellées ne sont pas en lien avec les mouvements islamistes.

Neuf fusils dont un datant de 1874, deux carabines, trois revolvers de défense, un revolver, diverses armes blanches ainsi qu’une grenade à plâtre (inoffensive) ont été trouvés la semaine dernière dans une maison de Wavrechain-sous-Denain occupée par deux frères, Julien et Thomas B.. La police a procédé à cette perquisition suite à un renseignement anonyme.

Les deux jeunes hommes et deux autres personnes ont été placés en garde à vue immédiatement.

Julien B, 26 ans, qui était le détenteur du stock d’armes a indiqué que ces armes provenaient d’un héritage. Il savait qu’il était impossible de détenir ces armes ; Thomas B., 23 ans, a aidé son frère à transporter les armes ; Marie-Pierre B., 42 ans, voisine de l’un de frères, avait accepté de cacher les armes à son domicile ; Aurélie M., 29 ans, proche des frères, a également accepté de cacher un temps les armes chez elle.

Ces quatre personnes ont été déférées au parquet le 20 novembre en vue d’une CRPC (procédure dite du plaider coupable). Les condamnations suivantes ont été acceptées par les prévenus et homologuées par le juge : Julien B., 8 mois d’emprisonnement avec sursis ; Thomas B., 6 mois d’emprisonnement avec sursis ; Marie-Pierre B., 2 mois d’emprisonnement avec sursis ; Aurélie M., 2 mois d’emprisonnement avec sursis.

La Voix du Nord

Condamné pour diffamation et injure publique envers le lycée Averroès, Soufiane Zitouni convoité par les médias

Capture d’écran 2016-04-08 à 17.57.14.png

 


 

Soufiane Zitouni, l’ex-professeur du lycée Averroès, condamné pour diffamation et injure publique

Soufiane Zitouni professeur lycee Averroes condamne  diffamation injure publique islamisme

Le professeur de philosophie qui avait vivement critiqué le 5 février, dans une tribune de Libération, le lycée musulman Averroès à Lille, a été condamné vendredi par le tribunal de police pour diffamation non-publique et injure publique.

Soufiane Zitouni avait publié le 5 février une tribune dans Libération intitulée « Pourquoi j’ai démissionné du lycée Averroès« , dans laquelle il accusait les responsables du premier établissement privé musulman sous contrat avec l’Etat de diffuser « de manière sournoise et pernicieuse une conception de l’islam qui n’est autre que l’islamisme« .

Moins d’une semaine après sa tribune dans Libération, la direction du lycée situé à Lille avait lancé une procédure judiciaire par citation directe, rédigée sur la base de propos similaires tenus par le professeur de philosophie dans un courriel adressé à plusieurs collègues.

Vendredi, le tribunal a donné raison au lycée, estimant que Soufiane Zitouni n’avait pas apporté « d’éléments et de preuves de nature à justifier ses critiques« .« Un homme ne peut pas calomnier sur la place publique plus de 600 personnes sans apporter la preuve de ce qu’il avance, alors qu’il y a un rapport de l’Education nationale qui vient de démentir point par point tout ce qu’il a avancé« , a réagi l’avocat de l’association gérant le lycée, Me Hakim Chergui, se félicitant de la décision.

Europe 1