Articles par Fdebranche

« Eloge de la Gestapo »: Jean-Marie le Pen perd son procès face à Montebourg

jean-marie-le-pen-et-arnaud-montebourg

La cour d’appel de Paris a débouté ce jeudi 19 Jean-Marie le Pen, qui poursuivait en diffamation Arnaud Montebourg pour avoir affirmé que le président d’honneur du Front national avait « fait l’éloge de la Gestapo« . La cour a totalement confirmé le jugement de première instance, qui avait, fait rare, retenu « l’exception de vérité » soulevée par la défense, expliquant en clair qu’Arnaud Montebourg ne pouvait être poursuivi car il disait la vérité.

L’ancien dirigeant du parti d’extrême droite a aussi vu confirmée, compte tenu de sa « mauvaise foi« , sa condamnation à verser 3.000 euros à l’ancien ministre du Redressement productif, pour procédure abusive.

Le 23 février 2014, en pleine campagne pour les municipales, le ministre socialiste avait débattu avec Marine Le Pen, fille et héritière politique du cofondateur du FN: « Moi je n’oublie pas que le président d’honneur du FN a fait il y a quelques années l’éloge de la Gestapo et de l’occupation allemande« , avait-il alors déclaré.

Allusion, notamment, aux propos de Jean-Marie Le Pen sur l’occupation allemande, qui n’aurait pas été « particulièrement inhumaine« . Propos qui lui ont valu, au terme d’une longue procédure, d’être définitivement condamné à trois mois de prison avec sursis et 10.000 euros d’amende, pour contestation de crime contre l’humanité.

France Soir

USA : Un suprématiste obligé de démissionner du site internet qu’il a crée car… il a épousé une femme juive

season2-5

Mike Peinovich, qui utilise le pseudonyme de Mike Enoch, est le fondateur du populaire site nationaliste blanc « The Right Stuff » (TRS) et co-anime le podcast « The Daily Shoah », un titre au jeu de mots intolérable.

Avant de révéler sa vraie identité durant le week-end, Peinovich était considéré comme l’un des dirigeants du mouvement nationaliste blanc en Amérique, aux côtés d’Andrew Anglin, fondateur du Daily Stormer, et de Richard Spencer, qui est à l’origine du terme de droite alternative, selon le magazine en ligne Salon.

Les premières failles dans la couverture de Peinovich en tant que Mike Enoch remontent au mois de décembre, quand un rival nationaliste blanc a déclaré à ses partisans qu’une figure phare du mouvement « est en obésité morbide et est marié à une femme juive », a indiqué Salon.

Contacté par Salon, Peinovich a nié être Mike Enoch, mais a reconnu être impliqué dans le TRS, en tant qu’auteur de « quelques articles libertaires ». Il a affirmé avoir « coupé les liens quant ils ont pris la direction qu’ils suivent actuellement, il y a quatre ans. » Peinovich a également reconnu que sa femme était juive et a imploré le magazine de l’aider à réfuter les affirmations qui l’accusent d’être Mike Enoch.

Cependant, les rumeurs ont continué et Peinovich a fini par admettre qu’il était Enoch le week-end dernier. Il a déclaré à ses partisans que « ma femme est qui elle est, et je ne vais pas me donner la peine de le nier, ni de présenter des excuses. Si cela vous donne envie de quitter le mouvement, ou de vous détacher du TRS, je le comprendrais ».

Peu après sa confession, il a été annoncé que Peinovich avait démissionné du TRS, a annoncé Salon. Les fans de Peinovich ont réagi avec colère en apprenant que sa femme était juive. Ils ont diffusé en ligne des photos de lui et sa femme dans des chambres à gaz.

Times of Israel

Le tribunal de Nice demande la levée de l’immunité parlementaire de Marine Le Pen

Le tribunal de grande instance de Nice a adressé au Parlement européen une demande de levée de l’immunité parlementaire de Marine Le Pen pour l’entendre dans une affaire de plainte en diffamation déposée contre elle par l’ancien maire Christian Estrosi, a indiqué le parquet vendredi.

Leader of the french far-right Front National (FN) party Marine Le Pen holds a press conference on March 9, 2015 in Metz, eastern France, ahead of the March 22 and 29, 2015 regional elections. AFP PHOTO / JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN

« Le tribunal de grande instance de Nice a été saisi d’une plainte avec constitution de partie civile qui a été déposée devant le doyen des juges d’instruction il y a quelques mois (juillet 2016, ndlr) pour des faits de diffamation qui sont imputés par le plaignant à Mme Le Pen« , a expliqué le procureur général de Nice Jean-Michel Prêtre.

« Le magistrat instructeur en charge de l’instruction a transmis au parquet une demande de levée de l’immunité parlementaire de Mme Le Pen en sa qualité de députée européenne pour lui permettre de l’entendre dans des conditions qui le laissent libre de toute décision« , a-t-il ajouté

Christian Estrosi (LR) reproche à Mme Le Pen d’avoir tenu des propos diffamatoires en mai 2015 à son encontre lors d’une émission animée par le journaliste Jean-Pierre Elkabbach sur iTELE/Europe 1.

La dirigeante d’extrême droite y accusait M. Estrosi de financer l’Union des organisations islamiques de France dont la dissolution est réclamée par certains responsables politiques, au FN et même à droite.

Le Parlement européen avait déjà voté en 2013 la levée de son immunité parlementaire. Son père et ancien président du Front National, Jean-Marie Le Pen, avait lui aussi fait l’objet de plusieurs demandes de levées d’immunité parlementaire européenne.

France 3

Grèce : Des néonazis envahissent une école pour empêcher l’accueil d’enfants réfugiés

Le parti Aube dorée a fait une opération coup de poing dans une école de Perama, près d’Athènes en Grèce. Des dizaines de militants s’en sont pris verbalement aux parents d’élèves venus discuter de l’intégration d’écoliers réfugiés.

Des militants du parti néo-nazi Aube dorée ont fait irruption dans une école de Perama, dans la banlieue d’Athènes le 17 janvier. Les parents d’élèves s’étaient réunis pour discuter de l’intégration dans les classes de 20 enfants d’un camp de réfugiés voisin. C’est alors que des dizaines de militants du parti nationaliste sont intervenus. Ils ont insulté et menacé les parents et les enseignants, puis s’en sont pris au maire de Perama, venu sur place pour essayer de faire retomber la tension.

Le groupe était accompagné par le député Yannis Lagos, jugé depuis avril 2015 avec les principaux cadres d’Aube dorée pour «constitution de bande criminelle», et qui est en liberté surveillée.

Dans un communiqué, le ministère de l’Education a «catégoriquement condamné» cet incident, réaffirmant sa détermination à garantir l’accès à l’éducation aux enfants de réfugiés en Grèce, une population estimée à plus de 8 000 personnes après la vague migratoire de 2015.

Russia Today

Robert Ménard remporte le Grand Prix 2016 du «menteur en politique»

Le maire de Béziers a été sacré pour ses mensonges répétés sur l’immigration. Il succède à Marine Le Pen et Nicolas Sarkozy.

robert-menard-islamophobie_0

Après Marine Le Pen et Nicolas Sarkozy, Robert Ménard a remporté le Grand Prix du meilleur menteur en politique 2016. Il a été distingué pour son incroyable constance dans le mensonge lorsqu’il évoque l’immigration.
 Notamment lorsqu’il imagine qu’un festival réserve une zone aux femmes… à cause des migrants, lorsqu’il prétend que 75% de l’immigration actuelle vient du Maghreb et de Turquie
, lorsqu’il soutient que le regroupement familial représente 40% de l’immigration
, lorsqu’il imagine que les cours de turc et d’arabe remplacent les cours de français
 et lorsqu’il manipule des chiffres pour montrer que les demandeurs d’asile hébergés à Béziers «ne repartiront jamais».

Manuel Valls a été sacré premier dauphin pour son retournement de veste spectaculaire (49.3, heures sup défiscalisées) en devenant candidat à la primaire du PS. Nicolas Sarkozy, qui avait remporté le Grand Prix en 2015, a obtenu à l’unanimité le prix spécial du jury pour l’ensemble de sa carrière. Nicolas Bay et Florian Philippot sont arrivés à égalité pour le prix du jeune espoir, qui récompense le meilleur menteur de moins de 45 ans.

Ce prix du menteur en politique, créé en 2015 à l’initiative du politologue Thomas Guénolé, vise à inciter la classe politique à moins mentir et encourager le grand public à vérifier les discours politiques.

Libération

Jean-François Kahn : Le CRIF, « simple organisation de promotion des idées de l’extrême droite israélienne ? »

jean-francois-kahn

Un événement ridicule, qui s’est déroulé l’autre dimanche à Paris, et est passé quasiment inaperçu n’en est pas moins préoccupant.

Quelque mille personnes, à l’appel du Crif, ont manifesté contre la tenue à Paris de et, comme par voie de conséquence, ont hué toute référence à la solution des « deux Etats », c’est-à-dire à la proposition de parvenir à la paix, entre Israéliens et Palestiniens, grâce à l’acceptation de l’émergence d’une identité palestinienne à côté d’une identité israélienne. Solution à laquelle, évidemment, une très forte majorité de juifs français est favorable.

Est-ce à dire donc – l’information serait de taille – que le Crif, qui était, à l’origine, un organisme – éminemment utile et nécessaire – de représentation et de défense de la communauté juive française, s’est dissous pour se transformer en simple organisation de promotion des idées de la droite et de l’extrême droite israélienne ? A quand une motion de soutien à Donald Trump ?

Marianne

Laïcité : Une candidate LR aux législatives veut faire du « mariage religieux le seul mariage valide »

anne-lorne-marige-religieux-lr-catholique-integriste

Après un bon trimestre, le maître récompense les bons élèves. Sens Commun, le mouvement issu de la Manif Pour Tous, avait choisi le bon cheval pendant la primaire de la droite en soutenant François Fillon. Un ralliement qui porte déjà ses fruits. Selon Le Figaro, Sens Commun a réussi à décrocher une investiture des Républicains dans cinq circonscriptions, pour les élections législatives de juin 2017.

Selon les informations du Lab confirmées par Arnaud Le Clere, responsable des fédérations de Sens Commun et membre du bureau politique du mouvement, ces cinq candidats sont : Anne Lorne dans la 1ère circonscription du Rhône, Sébastien Pilard (ancien président de Sens Commun) dans la 2e de Loire-Atlantique, Hayette Hamidi dans la 2e de Seine-Saint-Denis, Charles d’Anjou dans la 10e circonscription de Seine-Maritime et Maxence Henry dans la 2e circonscription du Maine-et-Loire.

Europe 1