Racisme, homophobie, antisémitisme : la galerie des horreurs des candidats FN aux législatives

En épluchant la liste des 570 candidats FN investis aux législatives, Marianne a découvert que nombre d’entre eux ont allègrement dépassé les limites de l’acceptable : provocations racistes, adhésion à des thèses d’un autre âge… Retour sur quinze cas particulièrement marquants.

Au Front national, on est très attaché aux traditions : il faut les préserver, les diffuser, les défendre. Dans ses investitures pour les élections législatives, le parti d’extrême droite a consciencieusement appliqué ce principe en respectant une part fondamentale de son identité : les fameux « dérapages », ces saillies racistes, antisémites, homophobes dont les membres du FN sont coutumiers. L’examen attentif des candidats frontistes aux législatives nous a permis de déterrer quelques prises de position pleines d’esprit. Nous en avons sélectionné quinze.

Il y a d’abord un grand classique du Front national, quelque peu oublié depuis la mise à l’écart de Jean-Marie Le Pen : les sorties douteuses sur la Seconde guerre mondiale et la Shoah. Ainsi Christophe Boudot, candidat dans la 9e circonscription du Rhône, a réclamé l’arrêt des subventions à la Maison de Lizieu, jugeant que l’association était « trop politisée, un peu too much ». La Maison de Lizieu est un mémorial des enfants juifs exterminés pendant la guerre. Dans le même style, Bertrand Iragne, qui concourt dans la 1ère circonscription du Morbihan, a réclamé au préfet le retrait d’une exposition sur la Shoah et le rôle des Justes durant la guerre de 1939-1945. Selon lui, cette exposition placée non loin d’un bureau de vote durant la présidentielle aurait « porté atteinte au libre-arbitre des électeurs ».

Lire la suite sur Marianne

Trois élèves d’un lycée de calais indignés par l’engagement d’une prof dans le mouvement intégriste Civitas

« Les idées racistes, antisémites, homophobes…, ce n’est pas la liberté d’expression. » Manon, Théo et Alexandre, trois élèves du lycée Sophie Berthelot à Calais, sont indignés par les valeurs portées par Civitas, un parti politique pour lequel une enseignante du lycée se présente aux législatives. « La revendication de Mme Vincent d’appartenir à un tel parti est trop grave pour continuer à se taire», écrit Manon dans un courrier qu’elle a transmis au journal.

« Mme Vincent se réclame d’un parti catholique extrémiste, contraire aux valeurs que l’Education nationale défend, les valeurs de la République et de la démocratie », ajoute-t-elle.

Il faut dire qu’Alain Escada, le président du parti de Marie-Jeanne Vincent, était encore récemment du fameux banquet du journal d’extrême-droite Rivarol. En avril dernier, les propos négationnistes, antisémites et racistes y avaient toute leur place. Le parquet de Bobigny avait même été saisi par le délégué interministériel à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme (Dilcra) après des propos niant la réalité de l’extermination des Juifs, qui y avaient été prononcés.

Nord Litoral

Le mouvement intégriste Civitas va présenter un néonazi pour les législatives, avec le soutien de Jean Marie Le Pen

Vous souvenez-vous de Civitas ? Ce groupuscule catholique très tradi, biberonné à la messe en latin, s’était fait connaître au moment de la mobilisation contre le mariage pour tous. Ses slogans homophobes comme « Aujourd’hui le mariage homo. Demain la polygamie » ou « Les actes d’homosexualité sont intrinsèquement désordonnés » avaient outré.

(…)

Le mouvement intégriste, devenu parti politique en 2016, s’apprête à entamer sa première campagne pour les législatives et se cherche encore des candidats. Ou plus précisément des candidat-e-s puisque Civitas ne compte apparemment pas dans ses rangs une foultitude de femmes qui songent à l’Assemblée. C’est le moins que l’on puisse dire, puisqu’un certain Alexandre Gabriac a été investi dans l’Isère.

Le CV de ce jeune homme est bien fourni : il a été exclu du Front national en 2011 pour avoir fait un salut nazi. Il a ensuite poursuivi sa carrière d’agitateur nationaliste au mouvement d’Yvan Benedetti, l’Œuvre française, (dissoute en 2013 par le Premier ministre de l’époque, Manuel Valls) puis s’est fait condamner à deux mois de prison ferme pour avoir « appelé à une manifestation interdite« .

Ce rassemblement sauvage sur le parvis de Notre-Dame avait été baptisé « révolte des souchiens » et entendait protester contre « le racisme anti-blanc« . Puis Alexandre Gabriac a échoué chez Civitas où son CV n’a pas posé de problème puisqu’ici, « la bien pensance » n’a pas droit de cité.

(…)

Civitas ne présente pas de candidats sur l’ensemble du territoire et s’est donc associé, pour l’occasion, aux Comités Jeanne de Jean-Marie Le Pen et au Parti de la France de Carl Lang.

Marianne

Déçus par la défaite, des partisans de Marine Le Pen souhaitent des attentats terroristes

Marine Le Pen est battue également dans les villes FN de Béziers, Hayange, Mantes-la-Ville…

Béziers, la ville administrée par Robert Ménard, a donné la majorité de ses suffrages à Emmanuel Macron. Marine Le Pen devrait compter 47 % des voix contre 53 % pour le leader d’En marche et nouveau président de la République.

Mantes-la-Ville, seule ville d’Ile-de-France dirigée par le FN, les électeurs ont donné 68 % de leurs voix à Emmanuel Macron et 32 % à Marine Le Pen.

Hayange, fief frontiste où Marine Le Pen était sortie en tête au premier tour, la candidate frontiste est battue ne recueillant que 47,54% des voix contre 52,46% à son adversaire.

Villers-Cotterêts dans l’Aisne, ville gérée par le Front National, Emmanuel Macron l’emporte avec 50,18% des voix contre 49,82% pour Marine Le Pen.

7e secteur de Marseille, administré par le frontiste Stepahne Ravier, Emmanuel Macron arrive en tête avec 60% des voix.

Pontet, municipalité FN, Emmanuel Macron est devant, d’une courte tête (50,80%).

Fréjus, dans la ville dirigée par David Rachline, porte-parole de la candidate du FN durant la campagne présidentielle, Marine Le Pen ne devance son adversaire Emmanuel Macron de seulement 353 voix.

A Yerres l’avenir s’annonce compliqué pour Nicolas Dupont-Aignan. Emmanuel Macron l’a emporté avec 68% des voix .

France TV