Laïcité : Francois Fillon recrute un prêtre dans son équipe de campagne

Cette campagne pour la présidentielle 2017 réserve décidément son lot de surprises. Ce vendredi 13 janvier, l’équipe de François Fillon a distribué à la presse la composition des équipes thématiques impliquées autour du candidat de la droite. 

fillon-catholique-laicite-voile-pape-islam

Dans l’organigramme, en bas de la case « fiscalité » du « pôle projet »,  figure un nouveau venu : Dominique Calmels, un homme aux multiples casquettes, à la fois directeur financier et… prêtre mormon.

Contacté ce vendredi soir, Dominique Calmels confirme à LCI avoir rejoint les rangs de l’équipe de campagne de François Fillon. « J’ai aidé Bruno Le Maire pendant deux ans. Lorsque sa campagne s’est arrêtée, on m’a proposé de venir dans l’équipe de François Fillon. En fait, c’est ce que la plupart des anciens soutiens de Bruno Le Maire ont fait », souligne-t-il.

Prêtre bénévole et chargé de la communication au sein de l’Eglise de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, qu’il fréquente depuis une quinzaine d’années, Dominique Calmels semble pourtant bien partager avec François Fillon des visions similaires de la société. « Nous avons des points communs, c’est évident. Les mormons sont des chrétiens, les catholiques sont des chrétiens. Et même si nos approches diffèrent parfois, nous avons sur le fond des choses le même avis.

« Sur l’avortement, par exemple. « Personnellement opposé » à la pratique de l’interruption volontaire de grossesse, François Fillon, qui ne veut cependant pas revenir sur la loi l’autorisant, s’était ainsi retrouvé sur la défensive sur le sujet lors de l’entre-deux tours de la primaire de la droite et du centre. Sa nouvelle recrue estime pour sa part que « l’avortement doit être accepté en cas de danger pour la mère, de viol et d’inceste. »

Dominique Calmels poursuit : « La position de l’église mormonne – et la mienne – est d’encourager les jeunes femmes à garder le bébé jusqu’au bout, quitte à le confier à quelqu’un par la suite si elle ne le désire pas. Je suis prêtre, j’ai dirigé de grandes paroisses à Paris et en Ile-de-France, et je peux vous dire que c’est difficile pour une femme d’avorter.  »

LCI

Marine Le Pen éliminée dès le 1er tour de la présidentielle, selon un sondage

Selon un sondage Elabe pour « Les Echos », le candidat d’En Marche se hisserait au second tour de la présidentielle en cas de succès d’Arnaud Montebourg à la primaire du PS et d’absence de François Bayrou.

fillion le pen macron

Emmanuel Macron confirme sa troisième place dans la course à la présidentielle. Il fait même un peu mieux. Selon un sondage Elabe pour « Les Echos » et Radio Classique, le candidat d’En Marche arrive à se hisser au second tour dans un cas de figure : en cas d’absence de François Bayrou et si Arnaud Montebourg est le candidat du PS. Il atteindrait alors les 24 % d’intentions de vote, juste derrière François Fillon (26 %) mais devant Marine Le Pen (22 %). Si Vincent Peillon est le candidat du PS, il fait jeu égal avec la candidate d’extrême-droite.

Même en cas de candidature de François Bayrou, Emmanuel Macron reste plus que jamais le troisième homme de cette présidentielle avec 16  % à 24 % des voix selon les hypothèses ans ce sondage Elabe.

Les Échos

Autriche : un candidat à l’élection présidentielle menacé de mort par l’extrême droite

The green candidate for Austrian Presidency Alexander Van der Bellen addresses a Press conference after wining the election in Vienna, Austria on May 23, 2016. The Austrian government confirmed that green-backed candidate Alexander van der Bellen narrowly beat his far-right rival Norbert Hofer to the presidency after postal votes broke a tie in the closely watched race. / AFP PHOTO / APA / ROLAND SCHLAGER / Austria OUT

L’ancien dirigeant écologiste autrichien Alexander Van der Bellen, qui se présente à l’élection présidentielle sous l’étiquette d’indépendant, a obtenu auprès des autorités une protection personnelle renforcée après avoir fait état de menaces de mort sur internet, a dit mercredi son porte-parole.

Alexander Van der Bellen est opposé au chef du parti d’extrême droite FPÖ (Parti de la liberté) Norbert Hofer le 4 décembre pour un nouveau second tour de scrutin. Le précédent, remporté de justesse par Van der Bellen, a été annulé pour irrégularités.

Un responsable des Verts a montré à Reuters une capture d’écran d’un tweet diffusé lundi dans lequel il est écrit: « Je tirerai sur Van der Bellen pour qu’il ait des trous comme sur un terrain de golf et qu’il meure« . Le compte associé montre un homme au crâne rasé avec une croix gammée tatouée sur le torse.

« Les autorités prennent cela très au sérieux. Le service de renseignement intérieur pense que la menace s’est accrue« , a déclaré un porte-parole du candidat indépendant, précisant que des membres de l’unité d’élite de la police Cobra avaient été affectés à la sécurité de Van der Bellen.

L’Orient du Jour

86% des Français et 56% des sympathisants FN espèrent la victoire d’Hillary Clinton

trump-clinton

Les Français sont 64% à s’intéresser à l’élection présidentielle américaine et 86% à souhaiter la victoire de la démocrate Hillary Clinton, selon un sondage Odoxa publié dans Le Parisien ce dimanche 2. 86% des Français espèrent que l’ex-première dame américaine emportera la présidentielle, ils ne sont que 11% à souhaiter la victoire du républicain Donald Trump, pour 3% de sans opinion.

Hillary Clinton est en tête quel que soit l’appartenance politique des sondés. Dans les partis parlementaires, ils ne sont que 4% à gauche et 11% à droite à soutenir le candidat républicain.

Marine Le Pen a annoncé qu’elle votera Trump si elle était américaine, son électorat ne la suit pas puisque 56% des sympathisants du FN sont favorables à Clinton et 39% à Trump.

Les Français jugent Hillary Clinton expérimentée et proche des élites (81%), compétente 80% et lui trouvent la stature d’une présidente à 75%. Ils estiment que Donald Trump est agressif (82%), raciste (80%) et dangereux (78%).

94% des Français pensent enfin que Barack Obama est un bon président, contre 8% qui croient qu’il est mauvais. Un résultat inchangé depuis un sondage sur le même sujet il y a trois ans.

France Soir

Présidentielle: le FN recherche des financements à l’étranger, notamment au Moyen-Orient

marine-le-pen-front-national-fn

Pour 2017, le FN recherche encore au moins 23 millions d’euros, dont « 12 millions pour la présidentielle ». Le parti, qui dénonce un « refus » des banques françaises de lui accorder un prêt, se tourne à nouveau vers l’étranger, et serait sur le point d’aboutir. Cotelec, le micro-parti de Jean-Marie Le Pen, financera également une partie de la campagne, malgré la rupture des Le Pen.

« Ça avance bien, mais tant que les fonds ne sont pas arrivés… » Bernard Monot, le « stratégiste économique » de Marine Le Pen, attend de le voir pour y croire. Mais à écouter l’eurodéputé, la recherche d’emprunts à l’étranger pour financer la campagne présidentielle du Front national serait en bonne voie. « C’est plutôt le trop-plein. On se concentre sur deux ou trois pistes qui peuvent aboutir, mais on a mis une douzaine de lignes à l’eau qu’on peut actionner. Nous cherchons à l’Ouest, on privilégie la zone dollar et la zone euro, car les taux sont relativement faibles. On a aussi des pistes au Moyen-Orient », affirme-t-il à Mediapart, tout en soulignant que « rien n’est encore signé ».

Lire la suite sur MediaPart

En net recule, le FN éliminé dès le 1er tour de la départementale partielle à Sainte-Livrade

Leader of the French far-right National Front (FN) party, Marine Le Pen speaks during a press conference focused on regional elections in Nanterre, outside Paris, on February 17, 2015. AFP PHOTO / JACQUES DEMARTHON

En net recul, le Front national (FN) est arrivé en troisième position de l’élection départementale partielle dans le canton du Livradais, en Lot-et-Garonne, dimanche 11 septembre. Le parti d’extrême droite est éliminé du second tour, lors duquel s’affronteront la droite, arrivée en tête du scrutin, et la gauche.

Le binôme Jacques Borderie et Marie Labit (Les Républicains-Union des démocrates et indépendants) a recueilli 35,38 % des suffrages devant les candidats de la majorité départementale, Pierre Jeanneau et Karine Lafinestre (gauche plurielle) crédités de 32,91 % des voix.

Pas de FN au second tour

La liste frontiste conduite par Daniel Cadiot et Laurence Varin obtient un score de 21,19 %, contre 29,14 %, lors du précédent scrutin, invalidé, de mars 2015. Contrairement à la précédente élection, le FN ne pourra pas se maintenir au second tour parce qu’il n’atteint pas les 12,5 % des inscrits requis. Autre élément marquant, la très faible participation, qui s’établit à 33,5 %.

Le Monde

Une large majorité de français estime que Marine Le Pen est raciste, intolérante, démagogue

csfmqdvw8aawy3n-jpg-large

Elle a beau être en tête au premier tour de l’élection présidentielle dans de nombreux sondages, Marine Le Pen reste l’une des personnalités politiques les plus clivantes. Réalisée à l’occasion de sa participation à l’émission de TF1 Vie Politique, une étude menée par Kantar Sofres-One Point confirme l’avis souvent très tranché des Français à son égard.

Seulement 35% d’entre eux ont une opinion favorable de la présidente du FN ; 54% en ont une mauvaise et 11% se déclarent sans opinion. Dans le détail, c’est, sans surprise, chez les sympathisants de gauche que son image se révèle la plus négative : plus de 8 sur 10 d’entre eux ont une mauvaise opinion de l’eurodéputée frontiste, un sentiment partagé par la moitié des sympathisants de droite.

Parmi les défauts les plus régulièrement cités, sa « tendance à critiquer tout le monde » est le reproche qui lui est le plus souvent fait (64%). 6 Français sur 10 la jugent par ailleurs « intolérante ». Enfin, 55% des Français la jugent « raciste » et estiment qu’elle « n’apporte aucune solution ». A noter que ces traits d’image s’appliquent à Marine Le Pen pour plus de la moitié des sympathisants de droite.

kantar-defauts-mlp-be8209-11x

Ce qui confirme que la stratégie de « dédiabolisation » entamée par la présidente du FN depuis son accession à la tête du parti en 2011, a probablement atteint ses limites. Certes, les résultats électoraux du FN sont en progression à chaque élection mais le fameux « plafond de verre » ne semble toujours pas avoir cédé.

LCI