Racisme, homophobie, antisémitisme : la galerie des horreurs des candidats FN aux législatives

En épluchant la liste des 570 candidats FN investis aux législatives, Marianne a découvert que nombre d’entre eux ont allègrement dépassé les limites de l’acceptable : provocations racistes, adhésion à des thèses d’un autre âge… Retour sur quinze cas particulièrement marquants.

Au Front national, on est très attaché aux traditions : il faut les préserver, les diffuser, les défendre. Dans ses investitures pour les élections législatives, le parti d’extrême droite a consciencieusement appliqué ce principe en respectant une part fondamentale de son identité : les fameux « dérapages », ces saillies racistes, antisémites, homophobes dont les membres du FN sont coutumiers. L’examen attentif des candidats frontistes aux législatives nous a permis de déterrer quelques prises de position pleines d’esprit. Nous en avons sélectionné quinze.

Il y a d’abord un grand classique du Front national, quelque peu oublié depuis la mise à l’écart de Jean-Marie Le Pen : les sorties douteuses sur la Seconde guerre mondiale et la Shoah. Ainsi Christophe Boudot, candidat dans la 9e circonscription du Rhône, a réclamé l’arrêt des subventions à la Maison de Lizieu, jugeant que l’association était « trop politisée, un peu too much ». La Maison de Lizieu est un mémorial des enfants juifs exterminés pendant la guerre. Dans le même style, Bertrand Iragne, qui concourt dans la 1ère circonscription du Morbihan, a réclamé au préfet le retrait d’une exposition sur la Shoah et le rôle des Justes durant la guerre de 1939-1945. Selon lui, cette exposition placée non loin d’un bureau de vote durant la présidentielle aurait « porté atteinte au libre-arbitre des électeurs ».

Lire la suite sur Marianne

Trois élèves d’un lycée de calais indignés par l’engagement d’une prof dans le mouvement intégriste Civitas

« Les idées racistes, antisémites, homophobes…, ce n’est pas la liberté d’expression. » Manon, Théo et Alexandre, trois élèves du lycée Sophie Berthelot à Calais, sont indignés par les valeurs portées par Civitas, un parti politique pour lequel une enseignante du lycée se présente aux législatives. « La revendication de Mme Vincent d’appartenir à un tel parti est trop grave pour continuer à se taire», écrit Manon dans un courrier qu’elle a transmis au journal.

« Mme Vincent se réclame d’un parti catholique extrémiste, contraire aux valeurs que l’Education nationale défend, les valeurs de la République et de la démocratie », ajoute-t-elle.

Il faut dire qu’Alain Escada, le président du parti de Marie-Jeanne Vincent, était encore récemment du fameux banquet du journal d’extrême-droite Rivarol. En avril dernier, les propos négationnistes, antisémites et racistes y avaient toute leur place. Le parquet de Bobigny avait même été saisi par le délégué interministériel à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme (Dilcra) après des propos niant la réalité de l’extermination des Juifs, qui y avaient été prononcés.

Nord Litoral

Le mouvement intégriste Civitas va présenter un néonazi pour les législatives, avec le soutien de Jean Marie Le Pen

Vous souvenez-vous de Civitas ? Ce groupuscule catholique très tradi, biberonné à la messe en latin, s’était fait connaître au moment de la mobilisation contre le mariage pour tous. Ses slogans homophobes comme « Aujourd’hui le mariage homo. Demain la polygamie » ou « Les actes d’homosexualité sont intrinsèquement désordonnés » avaient outré.

(…)

Le mouvement intégriste, devenu parti politique en 2016, s’apprête à entamer sa première campagne pour les législatives et se cherche encore des candidats. Ou plus précisément des candidat-e-s puisque Civitas ne compte apparemment pas dans ses rangs une foultitude de femmes qui songent à l’Assemblée. C’est le moins que l’on puisse dire, puisqu’un certain Alexandre Gabriac a été investi dans l’Isère.

Le CV de ce jeune homme est bien fourni : il a été exclu du Front national en 2011 pour avoir fait un salut nazi. Il a ensuite poursuivi sa carrière d’agitateur nationaliste au mouvement d’Yvan Benedetti, l’Œuvre française, (dissoute en 2013 par le Premier ministre de l’époque, Manuel Valls) puis s’est fait condamner à deux mois de prison ferme pour avoir « appelé à une manifestation interdite« .

Ce rassemblement sauvage sur le parvis de Notre-Dame avait été baptisé « révolte des souchiens » et entendait protester contre « le racisme anti-blanc« . Puis Alexandre Gabriac a échoué chez Civitas où son CV n’a pas posé de problème puisqu’ici, « la bien pensance » n’a pas droit de cité.

(…)

Civitas ne présente pas de candidats sur l’ensemble du territoire et s’est donc associé, pour l’occasion, aux Comités Jeanne de Jean-Marie Le Pen et au Parti de la France de Carl Lang.

Marianne

Déçus par la défaite, des partisans de Marine Le Pen souhaitent des attentats terroristes

Marine Le Pen est battue également dans les villes FN de Béziers, Hayange, Mantes-la-Ville…

Béziers, la ville administrée par Robert Ménard, a donné la majorité de ses suffrages à Emmanuel Macron. Marine Le Pen devrait compter 47 % des voix contre 53 % pour le leader d’En marche et nouveau président de la République.

Mantes-la-Ville, seule ville d’Ile-de-France dirigée par le FN, les électeurs ont donné 68 % de leurs voix à Emmanuel Macron et 32 % à Marine Le Pen.

Hayange, fief frontiste où Marine Le Pen était sortie en tête au premier tour, la candidate frontiste est battue ne recueillant que 47,54% des voix contre 52,46% à son adversaire.

Villers-Cotterêts dans l’Aisne, ville gérée par le Front National, Emmanuel Macron l’emporte avec 50,18% des voix contre 49,82% pour Marine Le Pen.

7e secteur de Marseille, administré par le frontiste Stepahne Ravier, Emmanuel Macron arrive en tête avec 60% des voix.

Pontet, municipalité FN, Emmanuel Macron est devant, d’une courte tête (50,80%).

Fréjus, dans la ville dirigée par David Rachline, porte-parole de la candidate du FN durant la campagne présidentielle, Marine Le Pen ne devance son adversaire Emmanuel Macron de seulement 353 voix.

A Yerres l’avenir s’annonce compliqué pour Nicolas Dupont-Aignan. Emmanuel Macron l’a emporté avec 68% des voix .

France TV

Voilà ce que fait le FN quand il est au pouvoir

1. À Hayange (Moselle), le maire FN Fabien Engelmann a réduit les subventions de la commune au Secours populaire et tenté d’expulser l’association de son local.

(..)

3. Et demandé à un boucher halal de fermer son magasin le dimanche, alors qu’aucun autre commerce d’Hayange n’a reçu de demande similaire selon France Info.

4. Fabien Engelmann a aussi viré ses adjoints qui l’ont accusé d’avoir fraudé ses comptes de campagne.

5. Robert Ménard, maire de Béziers proche du FN, a fiché les enfants musulmans dans sa ville. Il a par ailleurs été condamné pour «provocation à la haine» après avoir dit qu’il y avait trop d’enfants musulmans dans les écoles de sa ville

(…)

9. Le maire FN de Villers-Cotterêts (Aisne), Franck Briffaut, a refusé d’organiser les commémorations de l’abolition de l’esclavage.

10. Le maire frontiste du Luc-en-Provence (Var), Philippe de La Grange, a déprogrammé le film Chez Nous qui décrit l’ascension du FN dans le nord.

11. Il a aussi augmenté ses indemnités de fonction de 15%, l’une de ses premières décisions.

12. À Fréjus, le maire David Rachline a baissé les subventions des centres sociaux de la ville et a fermé celui des Tournesols.

(…)

14. Et il a aussi interdit à la presse nationale d’assister aux conseils de quartiers.

15. Le maire du Pontet (Vaucluse), Joris Hébrard, a décidé de supprimer la gratuité totale de la cantine scolaire pour les enfants des familles les plus démunies.

16. Il s’est aussi désengagé du Téléthon.

(…)

19. La mairie FN de Mantes-la-Ville (Yvelines), dirigée par Cyril Nauth a retiré le local à la Ligue des droits de l’homme, et les permanences juridiques qu’elle organisait dans un centre social de la ville.

20. Il a aussi supprimé la subvention de la mairie au club de foot du FC Mantois. Le maire a accusé certains dirigeants du club de parler «de façon irrespectueuse», comme «un z’y-va de banlieue».

(…)

23. À Hénin-Beaumont, le Secours Populaire a été exclu du marché de Noël, où l’association avait coutume de récolter des dons pour les plus pauvres.

24. Julien Sanchez, maire FN de Beaucaire (Gard) a coupé les vivres au centre socio-culturel qui assurait du soutien scolaire aux enfants de la ville.

BuzzFeed

Selon un sondage à la sortie des urnes à la mi-journée, Macron en tête avec 24% suivi par Le Pen 22% (RTBF)

Un sondage effectué à la sortie des urnes, obtenu par la RTBF, donne les résultats suivants :

Macron 24%

Le Pen 22%

Fillon 20,5%

Mélenchon 18%

Les résultats consolidés devraient être connus vers 20h. Néanmoins, l’ouverture des bureaux ayant été prolongée d’une heure par rapport à l’élection présidentielle de 2012, ils pourraient arriver un peu plus tard.

RTBF

La chute de Marine Le Pen dans les sondages: le résultat d’une campagne ratée

Au fil des semaines, les intentions de vote dans les sondages s’effritent en faveur de Marine Le Pen. La candidate du FN paye le prix d’une campagne ratée, des affaires et du missile envoyé par Poutou dans le grand débat des candidats.

Philippe Poutou est peut-être l’arme de destruction massive de la famille Le Pen recherchée depuis tant d’années. Depuis que l’homme du NPA s’est livré à une attaque en règle contre Marine Le Pen (et François Fillon) lors du débat des 11 candidats, cette dernière continue de plonger, lentement mais surement, dans les sondages d’intention de vote. L’érosion est lente, mais elle est réelle. Estimée en capacité d’obtenir 27/28% des voix il y a un mois, Marine Le Pen est tombée dans les 22/23% aujourd’hui… C’est le socle disent les spécialistes… Le socle, rien que le socle, mais tout le socle. Et c’est à la fois beaucoup et bien peu…

A la fin du mois de janvier, quand Marine Le Pen est entrée réellement en campagne, après des mois de diète médiatique volontaire, il était dit et écrit par bien des observateurs que la campagne de la candidate FN, définitivement déconnectée de son père et ses outrances, gaullisée par Florian Philippot, s’en irait vers un premier tour qui consacrerait le triomphe mariniste. Il en est même qui auguraient d’un score flirtant, voire passant les 30%. Or, le constat est là, qui s’impose à tous. A dix jours du 23 avril, Marine Le Pen en est loin.

Lire la suite sur Challenges

La Constitution de Marine Le Pen, c’est L’Etat français de Vichy

Par Dominique Rousseau

Professeur à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

Tout le monde veut réviser la Constitution. Comme à chaque élection présidentielle et depuis 1958 ! Sauf que tout ne peut pas être révisé dans la Constitution qui énonce dans son article 89-5 que « la forme républicaine du Gouvernement ne peut faire l’objet d’une révision ». Mais c’est quoi la « forme républicaine » ?

C’est d’abord une devise qui figure à l’article 2 : Liberté, Egalité, Fraternité. En conséquence, une révision qui aurait pour objet d’inscrire dans la Constitution la préférence nationale est impossible puisqu’elle remettrait en cause le principe d’égalité qui interdit toute distinction entre les citoyens selon l’origine. C’est aussi une ouverture aux autres peuples qui figure à l’alinéa 14 du Préambule de 1946 : « La République, fidèle à ses traditions, se conforme aux règles du droit international public et consent aux transferts de souveraineté nécessaires à l’organisation et à la défense de la paix ». En conséquence, une révision qui aurait pour objet de supprimer le titre XV relatif à l’Union européenne est impossible puisqu’elle remettrait en cause la tradition républicaine de coopération loyale avec les autres Etats.

Lire la suite sur Le Monde

«On va casser du PD» : Pierre-Nicolas Nups, candidat aux législatives dans le mouvement de Jean Marie Le Pen, condamné

Pierre-Nicolas Nups, membre du GUD de Nancy, déjà condamné pour des actes de violence et candidat aux élections législatives de 2017 des Comités Jeannes, nouveau parti de Jean-Marie Le Pen, a été condamné par le Tribunal correctionnel de Nancy vendredi à une peine de 6 mois d’emprisonnement  avec sursis et de 5 ans d’inéligibilité pour incitation la haine homophobe, a-t-on appris de sources concordantes.

En mai 2013, Pierre-Nicolas Nups avait publié sur la page Facebook du GUD de Nancy une vidéo intitulée «On va casser du PD» dans laquelle un personnage de fiction appelle à trouver «des matraques» pour «casser du pédé». Un appel public à la violence envers les homosexuels repérée par plusieurs associations dont Couleurs Gaies basée à Metz (Moselle) ou encore Mousse et SOS Homophobie qui se sont portées parties civiles.

(…)

Sur son compte Twitter, M. Nups se décrit comme «Nationaliste, frontiste, ami de la Russie, fondateur du Comité des Français avec Donald Trump» dans sa biographie.

LorActu

Marine Le Pen ne recueille que 9% des voix chez les Français expatriés

Avec 1,3 million d’inscrits, les Français de l’étranger ont le même poids électoral que Paris. Leurs voix pourraient s’avérer décisives pour la qualification au deuxième tour et ceci dans un scrutin à nul autre pareil (les deux favoris sont aussi deux outsiders, les reports comme l’abstention sont pratiquement imprévisibles).

Ces jeunes semblent plutôt partagés en faveur d’Emmanuel Macron et de François Fillon. Marine Le Pen n’arrivant qu’en quatrième position. Au plan symbolique, l’opinion des expatriés est tout sauf neutre. Ces Français du dehors peuvent être regardés comme des dépositaires de l’image de marque du pays, surtout dans une campagne axée sur la question de l’identité et de la globalisation. À rejeter pour les uns, à accélérer pour les autres.

Le Point

Selon un sondage BVA diffusé ce vendredi, Emmanuel Macron arrive en tête des intentions de vote chez les Français de l’étranger au premier tour de l’élection présidentielle. Avec 36%, le leader d’En Marche ! devance François Fillon de 5 points. Le candidat de la droite est lui crédité à 31% dans cette tranche de l’électorat.

La candidate du Front national est créditée de 9% d’intentions de vote, derrière le candidat socialiste Benoît Hamon (13%). Jean-Luc Mélenchon, lui aussi en-dessous des scores que lui accordent les sondages au niveau national, récolte quant à lui 8% des intentions de vote, alors que Nicolas Dupont-Aignan glane 2%. Nathalie Arthaud et Philippe Poutou sont crédités de 0,5%.

LCI

Marion Maréchal Le Pen furieuse contre Marine Le Pen pour l’avoir qualifiée d’inexpérimentée

Interrogée sur sa nièce, la présidente du Front national n’avait pas été tendre. Elle déclarait : « Elle est jeune, elle est assez raide, c’est vrai ? un peu comme la jeunesse française, elle se raidit en tout cas ». La candidate avait également jugé la jeune femme politique comme étant trop « inexpérimentée » pour occuper une fonction ministérielle en cas de victoire du parti nationaliste à l’élection présidentielle.

Selon le JDD, la jeune Marion Maréchal – Le Pen aurait laissé éclater sa colère après avoir eu vent de ces déclarations, en réagissant ainsi : « Ministre je m’en fous, mais inexpérimentée, c’est dégueulasse, elle exagère« .

Le Point

Allemagne : passée de 15% à 7% en 6 mois, l’extrême droite est au plus bas dans les sondages

Le parti populiste allemand, Alternative for Deutschland (AfD), est au plus bas dans les sondages depuis le début de la campagne pour les élections fédérales allemandes : les enquêtes réalisées par les instituts Forsa et Allensbach les créditent de 7% des intentions de vote, après avoir atteint les 15% à l’automne 2016. Mais la chef de l’AfD, Frauke Petry ne s’inquiète pas de ce résultat et explique à la Bild : « les résultats pour l’AfD oscillent entre 11 et 7% à chaque sondage.

(…)

Des experts politiques, comme Jürgen Falter, avaient plusieurs raisons à  cette baisse : « les questions fondamentales de l’AFD – les réfugiés, l’islam et la sécurité – n’ont actuellement pas beaucoup d’importance dans le débat public. La question de la sécurité est également occupée par une CDU énergique. Ainsi, la CDU lui a coupé le vent ».

Après le vote dans la Saare où l’AfD a fait 6,2%, Karl-Rudolf Korte explique aussi qu’il n’y a « pas vraiment d’humeur de protestation » et que « dans ces conditions, l’AfD a peu de chance ». Il ajoute que le « potentiel de l’AfD varie selon le thème abordé et le degré de protestation ». Ainsi le vote pour l’AfD est moins un vote d’adhésion qu’un vote de contestation.

France Info