Allemagne : passée de 15% à 7% en 6 mois, l’extrême droite est au plus bas dans les sondages

Le parti populiste allemand, Alternative for Deutschland (AfD), est au plus bas dans les sondages depuis le début de la campagne pour les élections fédérales allemandes : les enquêtes réalisées par les instituts Forsa et Allensbach les créditent de 7% des intentions de vote, après avoir atteint les 15% à l’automne 2016. Mais la chef de l’AfD, Frauke Petry ne s’inquiète pas de ce résultat et explique à la Bild : « les résultats pour l’AfD oscillent entre 11 et 7% à chaque sondage.

(…)

Des experts politiques, comme Jürgen Falter, avaient plusieurs raisons à  cette baisse : « les questions fondamentales de l’AFD – les réfugiés, l’islam et la sécurité – n’ont actuellement pas beaucoup d’importance dans le débat public. La question de la sécurité est également occupée par une CDU énergique. Ainsi, la CDU lui a coupé le vent ».

Après le vote dans la Saare où l’AfD a fait 6,2%, Karl-Rudolf Korte explique aussi qu’il n’y a « pas vraiment d’humeur de protestation » et que « dans ces conditions, l’AfD a peu de chance ». Il ajoute que le « potentiel de l’AfD varie selon le thème abordé et le degré de protestation ». Ainsi le vote pour l’AfD est moins un vote d’adhésion qu’un vote de contestation.

France Info

Allemagne : L’AfD droite anti-islam veut se rapprocher du Front National

Le parti de la droite anti-islam allemande AfD veut renforcer sa coopération avec le Front national (FN) français et d’autres partis eurosceptiques, a affirmé sa co-présidente dans un entretien à paraître mardi 24 mai.

57435800c36188a40b8b45d0.jpg

«La coopération avec le Front national au niveau européen est souhaitable en terme de Realpolitik», a expliqué Frauke Petry dans un quotidien local de Munich (sud), Münchner Merkur, selon des extraits diffusés lundi 23 mai alors qu’en Autriche, le candidat de l’extrême droite a été battu de justesse à l’élection présidentielle sur fond de montée des populismes en Europe.

Certains craignent également, au sein de l’AfD, de se rapprocher d’un parti français connu par le passé pour certains dérapages verbaux liés à l’Holocauste, un sujet tabou en Allemagne. L’AfD, créé par des opposants à l’euro, est déjà la cible de maintes critiques notamment pour sa dérive droitière et ses saillies anti-islam.

RT