Pour Yannick Jadot, « Marine Le Pen est le vrai parti de l’étranger au regard des financements russes »

20560-160706192421329-23690503636100452370-437000

Yannick Jadot n’est pas vraiment fan de la politique menée par Vladimir Poutine. Le candidat EELV à la présidentielle plaide pour des sanctions contre les oligarques russes pour faire plier le président russe, quitte à ce que le courant saute sur le plateau de LCP quand il en parle. Sur France 3, ce dimanche 8 janvier, le député européen écologiste a de nouveau plaidé pour « l’indépendance de la France vis-à-vis de la Russie » et pourfendu le FN, « le vrai parti de l’étranger » selon lui. Il a déclaré :

Quand je me bats pour la transition énergétique, je me bats aussi pour notre indépendance vis-à-vis de la Russie qui n’apparaît pas être un problème pour François Fillon ni pour Marine Le Pen qui est dans cette élection le vrai parti de l’étranger au regard des financements russes. E

t donc quand je me bats pour la transition énergétique, c’est aussi pour ne pas être complaisant vis-à-vis des pétromonarchies du Golfe, de la Russie ou du Gabon.

Europe 1

Marine Le Pen éliminée dès le 1er tour de la présidentielle, selon un sondage

Selon un sondage Elabe pour « Les Echos », le candidat d’En Marche se hisserait au second tour de la présidentielle en cas de succès d’Arnaud Montebourg à la primaire du PS et d’absence de François Bayrou.

fillion le pen macron

Emmanuel Macron confirme sa troisième place dans la course à la présidentielle. Il fait même un peu mieux. Selon un sondage Elabe pour « Les Echos » et Radio Classique, le candidat d’En Marche arrive à se hisser au second tour dans un cas de figure : en cas d’absence de François Bayrou et si Arnaud Montebourg est le candidat du PS. Il atteindrait alors les 24 % d’intentions de vote, juste derrière François Fillon (26 %) mais devant Marine Le Pen (22 %). Si Vincent Peillon est le candidat du PS, il fait jeu égal avec la candidate d’extrême-droite.

Même en cas de candidature de François Bayrou, Emmanuel Macron reste plus que jamais le troisième homme de cette présidentielle avec 16  % à 24 % des voix selon les hypothèses ans ce sondage Elabe.

Les Échos