La baronne Jenny Tonge suspendue pour avoir attribué la responsabilité de la Shoah aux Juifs

Jenny Tonge a été suspendue par les Libéraux Démocrates. Les Tories et l’ambassade israélienne protestent contre une réunion de la Chambre des Lords où un membre de l’audience a comparé Israël à l’EI.

baronne_tonge-650x387.jpg

Le parti Libéral-Démocrate a suspendu jeudi un de ses membres, anti-israélien, de la Chambre des Lords, la baronne Jenny Tonge, quarante-huit heures après qu’elle ait tenu une séance au Parlement durant laquelle un membre du public a été applaudi pour avoir clamé que les Juifs portent la responsabilité de l’Holocauste et pour avoir comparé Israël à l’Etat islamique.

Tonge, qui siège en tant qu’indépendante à la Chambre des Lords après avoir démissionné du groupe parlementaire du parti en raison de propos anti-israéliens en 2012, présidait cette réunion organisée par le Centre pour le Retour des Palestiniens.

Cette rencontre marquait le point de départ d’une campagne appelant le gouvernement britannique à présenter des excuses pour la Déclaration Balfour de 1917 affirmant le droit du peuple juif à retrouver un foyer dans la Palestine d’alors.

La Fédération sioniste de Grande-Bretagne a salué cette suspension, affirmant dans un communiqué transmis aux medias jeudi dans la soirée que la mesure contre Tonge « souligne la pure laideur de la réunion de défense des droits de l’Homme » à laquelle elle s’est rendue.

« Depuis des années, ces événements ont eu lieu en servant de caisse de résonnance à des interlocuteurs qui concourent les uns les autres à celui qui fera les déclarations les plus ignorantes, les plus grotesques et les plus offensantes concernant Israël », lit-on dans le communiqué.

L’ambassade israélienne à Londres s’est simplement contentée pour sa part d’expliquer en réponse au communiqué annonçant la suspension que « l’antisémitisme ne pourra jamais être toléré ».

La teneur des paroles prononcées lors de cette réunion, qui a été diffusée en direct sur Facebook par le Centre pour le Retour des Palestiniens, a été évoquée jeudi à la Chambre des Communes.

TTOI


Le « dégoût » d’Israël entraîne la hausse de l’antisémitisme britannique, selon une baronne

L’ancien parti des Libéraux démocrates de Jenny Tonge se distancie de ses remarques

La hausse de l’antisémitisme en Europe reflète le « dégoût » de la population générale devant le traitement des Palestiniens par le gouvernement israélien, a déclaré lundi une membre controversée de la Chambre des Lords de Grande-Bretagne.

TTOI

Un caricaturiste faisant un parallèle entre la Shoah et Gaza fait la fierté de son école catholique

Un lycée catholique de Belgique a déclaré être « fier » de l’un de ses anciens enseignants pour son prix reçu lors du concours iranien controversé de caricatures de la Shoah, rapporte jeudi JTA.

919e03bec116a0076dc180ad57f3e602cffa6141

Luc Descheemaeker, qui a démissionné l’été dernier de l’école Sint-Jozefs Institut près d’Anvers, s’est vu décerner un « prix spécial » ainsi que 1.000 dollars lors de la deuxième édition du Concours International de Caricature de l’Holocauste, qui a eu lieu en mai à Téhéran.

L’enseignant belge a participé au concours en présentant un dessin de la barrière de sécurité entre la bande de Gaza et Israël arborant cyniquement la phrase « Arbeit macht frei » (« le travail rend libre »), en référence aux mots inscrits à l’entrée du camp d’extermination Auschwitz.

Interrogée par le journal communautaire juif Ragards, Martine De Zutter, membre du corps professoral de l’institut Sint-Jozefs a déclaré que l’école était « très fière d’avoir été associée à Luc » ajoutant que « son talent est d’une grande valeur pour l’éducation artistique » des étudiants.

Le directeur de l’école Paul Vanthournout a de son côté indiqué que l’Institut Sint-Jozefs n’avait pas de position sur le sujet.

Il a cependant confirmé que l’école était fière du travail de Descheemaeker au sein de l’institution, où il a enseigné les arts plastiques et les sciences de la culture.

« Je comprends que vous trouviez la critique sur les actions d’Israël en Cisjordanie et à Gaza désagréable, » a déclaré le directeur à JTA, « mais de là à appeler cela de l’antisémite c’est exagéré. »

 

 

I24

Le souvenir de 73 enfants juifs raflés en 1942 gravés dans la mémoire lilloise

Jeudi à la gare Saint-Sauveur, a été dévoilée une plaque commémorative à la mémoire de 73 enfants, raflés à Lille le 11 septembre 1942. Les plus grands avaient 17 ans, le plus jeune, trois mois. Morts parce que nés juifs.

1646704696_B978902290Z.1_20160609200955_000_G9U6VR5LO.1-0.jpg

La communauté juive de Lille, par la voix de son président Guy Bensoussan, s’est dite « profondément touchée ». Profondément touchée de voir enfin gravé, en plein cœur de la ville, sur l’un des murs de la gare Saint-Sauveur, le souvenir de ces 73 enfants, raflés le 11 septembre 1942. « Une des pages les plus douloureuses de notre ville », a souligné hier Pierre de Saintignon, premier adjoint de Martine Aubry. Un drame épouvantable qui s’inscrit dans les grandes rafles de juillet à novembre 1942.

Cet obscur jour de septembre, des enfants ont été envoyés à la gare (aujourd’hui disparue) de Fives Saint-Sauveur. Puis envoyés vers Malines, « le Drancy belge », avant de rejoindre les camps de la mort, à Auschwitz, comme l’a rappelé Serge Klarsfeld. Aucun n’est revenu. Tous exterminés parce que nés juifs. Les plus grands avaient 17ans, le plus jeune, trois mois.

La Voix Du Nord

France Culture: les auditeurs regrettent que Finkielkraut fasse trop souvent référence à la Shoah

Sans-titre-1.jpg

Des auditeurs s’étonnaient que, le dimanche matin, alors que les différentes religions sont présentes sur l’antenne de France Culture, l’Islam n’y était pas. L’émission « Cultures d’Islam » était en quelque sorte à l’écart l’après-midi. À partir du 8 mai, cela change et l’émission sera diffusée le dimanche matin, à 7h. Ghaleb Bencheikh en prend les commandes.

Les auditeurs écrivent aussi souvent à propos de l’émission d’Alain Finkielkraut du samedi. Ils regrettent qu’il fasse trop souvent référence à la Shoah, à l’antisémitisme, à la situation des Juifs : la question de l’identité française l’occupe aussi très souvent et le producteur est bien sûr libre de choisir ces sujets.

Radio France