Non les médias publics ne sont pas squattés par des gauchistes, au contraire

992659-france-forum-cite-de-la-reussite

Il faut féliciter la réussite fulgurante de la pétition pour le pluralisme lancée par le Collectif des usagers du service public de l’audiovisuel et soutenue par Valeurs actuelles. Son objet : «Mettre fin à la mainmise de l’idéologie gauchisante sur l’appareil d’audiovisuel d’Etat. Pour le rétablissement du pluralisme de l’information.» Ce n’est pas tant son nombre de signataires qui en fait un succès (ils vont atteindre les 6000) mais ses conséquences quasi immédiates sur les programmes.

(…)

Si l’on essaye de décoller un peu le nez de l’écran, on ne voit pas bien en quoi le pluralisme dans les médias publics serait mis en danger par un gauchisme omniprésent et omnipotent. On serait même plutôt tenté de déplorer un usage un peu trop décomplexé de cette droite qui l’est tout autant. On est typiquement dans le cas Zemmour, invité partout pour dire qu’il ne peut parler nulle part.

Prenons la même Emission politique : lors du passage d’Alain Juppé c’est le maire de Béziers Robert Ménard qui était venu lui apporter la contradiction. Plus généralement, les représentants du FN sont régulièrement conviés par les journaux télé et radio et ils en étaient plutôt à refuser des invitations pour organiser eux-mêmes une raréfaction de leur temps de parole et aller ensuite exiger un rattrapage et squatter tous les écrans et toutes les ondes.

Libération

Le CSA rejette l’exigence du FN de revoir à la hausse son temps de parole dans les médias

l-elu-fn-florian-philippot-est-le-plus-gros-squatteur-des-matinales-en-aout-2015

Les temps de parole de tous les candidats à l’élection présidentielle repartiront bien à zéro. Le président du CSA, Olivier Schrameck, a rejeté dans un courrier, diffusé mercredi 1er février, la demande du Front national. Le parti de Marine Le Pen s’estime lésé en termes de temps de parole ces derniers mois, notamment à cause des primaires de la droite et de la gauche. Marine Le Pen a donc envoyé une lettre au CSA pour demander un report du temps de parole du FN, alors que s’ouvre une nouvelle période de décompte.

Le CSA a opposé une fin de non-recevoir. « Les règles applicables au décompte des temps de parole n’autorisent aucun report d’une période sur l’autre« , écrit Olivier Schrameck dans cette lettre, publiée sur le compte Twitter du CSA.

Le CSA explique également que des éditeurs de presse ont fait part des « difficultés » pour « interroger » des membres du FN. Olivier Schrameck rappelle qu’il appartient au Front national « d’indiquer aux médias audiovisuels les personnalités susceptibles de représenter » la formation politique. Par ailleurs, il ajoute que Marine Le Pen aurait dû faire part au CSA des difficultés rencontrées dans l’accès aux médias.

France Info

Financement occulte, censure… la face cachée de «Marianne»

c3gfca9wyaaa62e

Le journal Marianne est au plus mal. Au plan économique, puisqu’il est en redressement judiciaire. Mais aussi au plan éthique. Financements cachés de Bernard-Henri Lévy en contrepartie d’articles avantageux ; censure du cinéaste Bertrand Tavernier pour protéger un banquier ; intrusion dans les messageries électroniques : notre enquête sur un journal à la dérive.

C’est un méchant retournement de l’histoire. Le magazine Marianne s’est depuis longtemps fait la spécialité de se moquer des baronnies dans la presse, de ses mœurs courtisanes ou oligarchiques, des systèmes de connivence dans lesquels trop souvent elle s’englue, de son indécrottable parisianisme. Mais le voici aujourd’hui devenu la caricature de ce qu’il dénonçait hier.

Car, pour le plus grand malheur d’une rédaction qui est, dans ses grandes composantes, attachée aux valeurs déontologiques et citoyennes du journalisme, il est entraîné, par la petite camarilla qui le dirige, et par son actionnaire Yves de Chaisemartin – l’ancien homme fort du Figaro du temps de Robert Hersant –, vers un inéluctable naufrage. Et l’on aurait tort de penser que le naufrage n’est qu’économique, avec pour dernier rebondissement en date un placement sous procédure de sauvegarde. Non ! Si l’on parvient à percer les petits secrets de l’hebdo, on a tôt fait de comprendre que le naufrage a des causes multiples : il est aussi éthique et moral.

« Musique nègre » : Le patron de Radio Courtoisie, Henry de Lesquen, condamné

Henry-de-Lesquen-dans-un-studio-de-radio-courtoisie

Le président de Radio Courtoisie et candidat auto-proclamé à la présidentielle Henri de Lesquen, a été condamné ce mercredi à 16 000 euros d’amende, notamment pour provocation à la haine et contestation de crime contre l’humanité.

Il a été condamné pour des tweets et textes publiés notamment sur Twitter. Le parquet avait requis six mois de prison avec sursis et 15 000 euros d’amende. «Centrée sur le rythme, la musique nègre s’adresse au cerveau reptilien», «c’est le racisme des juifs qui les a conduits au monolithisme quand ils ont privé de leurs dieux les goyins qu’ils haïssaient», avait écrit Henry de Lesquen dans deux tweets datés de décembre 2015 et janvier 2016.

«Je suis émerveillé de la longévité des rescapés de la Shoah morts à plus de 90 ans. Ont-ils vécu les horreurs qu’ils ont racontées ? (…) La plantureuse S. Veil rescapée de la Shoah a 88 ans. À ma connaissance, elle va bien», avait posté le prévenu sur Twitter les 27 et 28 avril 2016. Dans d’autres textes, il s’interrogeait sur «le coefficient de blancheur des équipes de balle aux pied».

Le tribunal correctionnel de Paris, qui a souligné la gravité des propos du prévenu, l’a en outre condamné à verser des dommages et intérêts aux associations luttant contre le racisme qui s’étaient constituées parties civiles.

Le Parisien