Le fisc réclame plus de 3 millions d’euros aux Le Pen dans 14 dossiers distinct de fraudes

le-pen-marine-jean-marie

Grosses ardoises en perspective pour la famille Le Pen. Jean-Marie et Marine Le Pen doivent faire face à une avalanche de contentieux judiciaires et fiscaux qui menacent de les frapper au portefeuille.

L’administration fiscale les cible dans 14 dossiers distincts et leur réclame désormais plus de 3 millions d’euros. Le fisc estime notamment que le domaine de Montretout, à Saint-Cloud, leur fief familial, a été largement sous-évalué dans les déclarations de patrimoine.

Autre sujet de contentieux, l’achat de la maison de Rueil-Malmaison où habitent Jean-Marie Le Pen et sa femme, Jany : le fisc soupçonne une donation déguisée de Jany Le Pen à Marine et à sa sœur Yann. « Ce sont des opérations punitives téléguidées », raille Jean-Marie Le Pen, qui a réuni ses avocats vendredi.

Dans le même temps, le Parlement européen a lui aussi décidé de réclamer des fonds aux Le Pen. Conséquence de l’affaire de leurs assistants parlementaires indûment payés par Bruxelles, le Parlement retient depuis décembre environ les deux tiers de ce qu’ils sont censés recevoir.

JDD

« Eloge de la Gestapo »: Jean-Marie le Pen perd son procès face à Montebourg

jean-marie-le-pen-et-arnaud-montebourg

La cour d’appel de Paris a débouté ce jeudi 19 Jean-Marie le Pen, qui poursuivait en diffamation Arnaud Montebourg pour avoir affirmé que le président d’honneur du Front national avait « fait l’éloge de la Gestapo« . La cour a totalement confirmé le jugement de première instance, qui avait, fait rare, retenu « l’exception de vérité » soulevée par la défense, expliquant en clair qu’Arnaud Montebourg ne pouvait être poursuivi car il disait la vérité.

L’ancien dirigeant du parti d’extrême droite a aussi vu confirmée, compte tenu de sa « mauvaise foi« , sa condamnation à verser 3.000 euros à l’ancien ministre du Redressement productif, pour procédure abusive.

Le 23 février 2014, en pleine campagne pour les municipales, le ministre socialiste avait débattu avec Marine Le Pen, fille et héritière politique du cofondateur du FN: « Moi je n’oublie pas que le président d’honneur du FN a fait il y a quelques années l’éloge de la Gestapo et de l’occupation allemande« , avait-il alors déclaré.

Allusion, notamment, aux propos de Jean-Marie Le Pen sur l’occupation allemande, qui n’aurait pas été « particulièrement inhumaine« . Propos qui lui ont valu, au terme d’une longue procédure, d’être définitivement condamné à trois mois de prison avec sursis et 10.000 euros d’amende, pour contestation de crime contre l’humanité.

France Soir

Le tribunal de Nice demande la levée de l’immunité parlementaire de Marine Le Pen

Le tribunal de grande instance de Nice a adressé au Parlement européen une demande de levée de l’immunité parlementaire de Marine Le Pen pour l’entendre dans une affaire de plainte en diffamation déposée contre elle par l’ancien maire Christian Estrosi, a indiqué le parquet vendredi.

Leader of the french far-right Front National (FN) party Marine Le Pen holds a press conference on March 9, 2015 in Metz, eastern France, ahead of the March 22 and 29, 2015 regional elections. AFP PHOTO / JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN

« Le tribunal de grande instance de Nice a été saisi d’une plainte avec constitution de partie civile qui a été déposée devant le doyen des juges d’instruction il y a quelques mois (juillet 2016, ndlr) pour des faits de diffamation qui sont imputés par le plaignant à Mme Le Pen« , a expliqué le procureur général de Nice Jean-Michel Prêtre.

« Le magistrat instructeur en charge de l’instruction a transmis au parquet une demande de levée de l’immunité parlementaire de Mme Le Pen en sa qualité de députée européenne pour lui permettre de l’entendre dans des conditions qui le laissent libre de toute décision« , a-t-il ajouté

Christian Estrosi (LR) reproche à Mme Le Pen d’avoir tenu des propos diffamatoires en mai 2015 à son encontre lors d’une émission animée par le journaliste Jean-Pierre Elkabbach sur iTELE/Europe 1.

La dirigeante d’extrême droite y accusait M. Estrosi de financer l’Union des organisations islamiques de France dont la dissolution est réclamée par certains responsables politiques, au FN et même à droite.

Le Parlement européen avait déjà voté en 2013 la levée de son immunité parlementaire. Son père et ancien président du Front National, Jean-Marie Le Pen, avait lui aussi fait l’objet de plusieurs demandes de levées d’immunité parlementaire européenne.

France 3

Fraude : le Parlement européen réclame plus de 77.000 euros à l’élue FN Sophie Montel

sophie-montel-fn

L’élue franc-comtoise Sophie Montel fait partie des députés Front national poursuivis par le Parlement européen dans l’affaire des assistants « fantômes ». Bruxelles considère qu’un assistant parlementaire de Sophie Montel, le Mosellan Kevin Pfeffer, ne travaillait pas à temps plein comme l’indiquait son contrat.

Le Parlement lui réclame aujourd’hui de rembourser plus de 77.000 euros indûment perçus. Il a même commencé à ponctionner le salaire de la députée européenne, qui conteste l’accusation de fraude.

France 3

Depuis 2014, plus de 400 élus FN sur 1 500 ont claqué la porte du parti

C’est un phénomène politique à lui tout seul et qui n’est pourtant pas beaucoup relayé : l’hémorragie de démissions des élus Front national depuis les municipales de 2014. Pourquoi le parti d’extrême droite, arrivé en tête aux deux dernières élections, voit-il ses élus claquer la porte par centaines ?

marine-le-pen-fn-front-national-elction

Le chiffre est impressionnant, puisqu’il représente 28% des élus FN, selon un décompte de l’AFP. En deux ans, le « premier parti de France » a donc vu 400 de ses élus envoyer leur mandat aux orties et quitter le parti. Quelque chose semble ne pas fonctionner correctement au sein du Front national, entre les annonces pré-électorales de campagne, puis la réalité du terrain et la pratique du pouvoir.

14 municipalités françaises sont dirigées par le Front national aujourd’hui, et le bilan de l’action politique du parti d’extrême droite n’est pas encore effectué, mais la stratégie de sa présidente est clairement établie : démontrer que son parti est parfaitement en mesure de gouverner… grâce au bilan de son action locale.

La fuite d’élus en cours n’est donc pas faite pour conforter ce discours du parti « aux mains propres, qui ne s’entre-déchire pas et sait agir au plus près des besoins des gens » que le FN — par la voix de Marine Le Pen — tente d’imposer.

Le Front national est un parti d’extrême droite, et il n’est pas un parti politique comme les autres : que ce soit dans ses propositions ou dans sa gestion du pouvoir, la formation de Marine Le Pen est singulière dans le paysage politique français. Au point de ne pas pouvoir conserver plus d’un quart de ses « fraîchement élus » locaux.

TV5

Le responsable du collectif seniors au FN voulait « niquer la race de Taubira » et « expulser les musulmans »

maurice-gosseaume-le-responsable-fn-du-collectif-seniors-voulait-niquer-la-race-de-taubira-et-expulser-les-musulmans

Maurice Gosseaume avait publié et relayé sur sa page Facebook des messages racistes. Il a été écarté du collectif « seniors » lancé jeudi par Marine Le Pen.

Une carrière météorique. Le Front national a écarté ce vendredi Maurice Gosseaume, un responsable du collectif « seniors » lancé jeudi. En cause, des propos controversés tenus sur les réseaux sociaux, selon l’Opinion.

Sur la page Facebook de cet ancien dirigeant d’une entreprise de produits agricoles, figurait un appel à Marine Le Pen à ce qu’elle « refasse Charles Martel » ou le relais d’un article appelant à « expulser les musulmans » pour « éviter le génocide des Français », une position qu’il qualifie « d’évidente ».

Ce vendredi, Maurice Gosseaume avait retiré une publication du 10 octobre qu’il avait relayée sur l’ex-Garde des Sceaux Christiane Taubira appelant à lui « niquer sa race« . Il avait apposé un « like » à une photo de « ouistiti » en commentaire de cette publication.

 L’Express