Françoise Grolet, élue FN de Moselle, poursuivie pour la diffusion d’une « Fake News »

La conseillère municipale de Metz et conseillère régionale FN Françoise Grolet est renvoyée devant le tribunal correctionnel ce mercredi 17 mai. L’élue avait posté sur sa page Facebook le 5 janvier 2017 une fausse information : elle annonçait « un Mettis attaqué par balles » la veille au soir [le Mettis est le bus à haut niveau de service de l’agglomération messine].

La mairie de Metz avait porté plainte et le procureur de la République a décidé de poursuivre l’élue Front national pour « diffusion de fausse nouvelle susceptible de troubler la sécurité publique« .

(…)

Le réseau de bus de l’agglomération de Metz, le Met, est formel pour cette soirée du 4 janvier 2017 à laquelle Françoise Grolet fait référence: il n’y a pas eu de tir à balles réelles sur le Mettis, pas de caillassage de bus non plus, ni d’agression de chauffeur. Le maire de Metz, Dominique gros, avait vu rouge quand il avait appris que l’élue FN relayait cette fausse information.

(…)

François Grolet dit avoir hésité à retirer son message sur Facebook mais au final, elle ne l’a pas fait car dit-elle, « on n’a jamais su le fin mot de l’histoire« , malgré le démenti public du maire.

France Bleu

Il tire sur un jeune d’origine magrébine en criant « Bougnoul », il ressort libre du tribunal

Nimes, le 2 octobre 2015. Operation de police dans le cadre du plan national de lutte contre les vols et trafics de vehicules.  Cette operation coordonnee, est mise en place par la direction departementale de securite publique (DDSP). Elle vise egalement a lutter contre l'insecurite routiere./LODIFRANCK_1137.23/Credit:Franck LODI/SIPA/1510041145

Un Vauclusien de 24 ans a été condamné à 15 mois de prison, dont 6 ferme, mais sans mandat de dépôt -en prison depuis le 19 juillet dernier, il est ressorti libre- par le tribunal correctionnel d’Avignon, vendredi, pour avoir blessé par arme à feu un jeune homme dans une cité de Sorgues, au nord d’Avignon.

C’était le 8 juillet, dans la nuit : un groupe de jeunes discutait au bord d’une avenue, quand une voiture a surgi et dont le conducteur a fait mine de les écraser. Le conducteur s’était arrêté, avait brandi une barre de fer et avait lancé : « cons de bougnouls », avant de s’enfuir.

Mais, il était revenu 5 minutes plus tard pour dégainer une carabine et tirer une dizaine de plombs en direction du même groupe. Un jeune homme d’origine nord-africaine avait été blessé à un bras par un projectile.

Interpellé le 17 juillet, il était incarcéré deux jours après pour violences aggravées avec arme et sur des personnes appartenant à un groupe ethnique ou religieux. Lors du procès, le prévenu a affirmé « avoir beaucoup bu » au moment des faits, niant être raciste. Il a expliqué avoir voulu faire peur aux jeunes.

Le procureur de la République d’Avignon a requis 18 mois de prison, dont 9 mois avec sursis et maintien en détention. Les juges se sont montrés plus cléments.

Info H 24

Terrorisme, mass shooting, la question du privilège blanc aux États Unis

Charleston Shooting

Vendredi après-midi, un homme blanc du nom de Robert Lewis Dear attaque un planning familiale à Colorado Springs. Il tue trois personnes et en blesse 11 autres. L’une des victimes est un officier de police.

Dans la fusillade qui dure plusieurs heures Robert utilise plusieurs armes a feu, il est cependant capturé vivant. L’attaque sur le planning familial fait partie d’un ensemble plus large de violences terroristes d’extrême droite contre les centres IVG.

Robert Lewis Dear n’est pas le seul individu à avoir commis ce type de crime en s’en sortant indemne. James Eagan Holmes a tué 12 personnes et blessé 70 autres dans une salle de cinéma du Colorado. Il n’a pas été tué par la police. Jared Lee Loughner a tiré sur 18 personnes, tuant six d’entre elles lors d’un rassemblement du parti démocrate . Il a été pris vivant par la police.

Les Blancs ont également le privilège unique de parader en public armés jusqu’aux dents sans la moindre conséquence. Des milices islamophobes vont jusqu’à harceler les musulmans devant les mosquées. Cliven Bundy, Un éleveur du Nevada qui refusait de payer ses taxes de pâturage, a même utilisé une milice armée pour s’opposer aux agents fédéraux venus l’arrêter.

Et dans le cas de Dylann Roof, suprémaciste blanc qui a tué neuf noirs Américains dans l’église épiscopale méthodiste africaine Emanuel à Charleston, la police l’a arrêté sans incident et l’a même emmené au Burger King pour manger.

En revanche, les personnes noires et basanés ne sont pas traités avec tant de délicatesse par la police américaine. Les musulmans et arabes-américains n’ont pas plus de chances d’être traités comme Robert Lewis Dear, Jared Lee Loughner, ou James Eagan Holmes.

Quand un blanc commet une fusillade il est qualifié de « tireur isolé», «malade mental» ou «déséquilibré». Les hommes blancs commettent la grande majorité des fusillades de masse et actes terroristes aux États-Unis. Pourtant, ces actes ne sont jamais considérés comme collectifs.

Cependant, quand un «arabe» ou un «musulman» commet un crime, le dit événement est traité par le prisme blanc comme l’acte d’une population entière et le qualifie de «terrorisme musulman. »

Salon