Jean-Marie Le Pen reste président d’honneur du FN

La décision du tribunal oblige désormais la direction du FN à convoquer Jean-Marie Le Pen dans toutes les instances du parti en sa qualité de membre de droit.

xvm2eb27c66-acd9-11e6-a681-5cfa72a17503

Le tribunal de grande instance de Nanterre est parvenu à l’exploit de remettre les Le Pen père et fille sur une même longueur d’onde. L’entourage du fondateur du FN comme celui de sa fille se félicitent ce jeudi de la décision rendue par les juges, qui ont considéré d’une part que l’exclusion de Jean-Marie Le Pen comme militant du FN était valide, mais que par ailleurs, il demeurait légitimement président d’honneur du parti qu’il a fondé. Chacun voit donc midi à sa porte.

Jean-Marie Le Pen «devra être convoqué en qualité de membre de droit de toutes les instances» dirigeantes du parti dirigé par sa fille Marine Le Pen. Il pourra désormais de nouveau participer au bureau politique, au bureau exécutif, à la commission d’investiture et des conflits. Si le FN refusait de le convoquer, il serait soumis à une astreinte «de 2.000 euros par infraction constatée», ont estimé les juges. Le tribunal a par ailleurs condamné le FN à verser 15.000 euros de dommages et intérêts à son fondateur, pour lui avoir interdit d’exercer ses fonctions, et pour avoir tenté de supprimer la présidence d’honneur, malgré les précédentes décisions de justice.

De quoi ravir l’entourage de Jean-Marie Le Pen. L’exclusion de l’eurodéputé en tant que membre «n’a pas d’importance et tout ce qui compte c’est la qualité de président d’honneur», «nous considérons ça comme une victoire pour M. Le Pen», a commenté son avocat Frédéric Joachim, auprès de l’AFP.

Le Fiagro

Depardieu : « Le Pen est une connerie »

Dans son nouveau film, Gérard Depardieu incarne un vieux réac obligé de prendre la route avec un jeune rappeur de banlieue. L’occasion de parler de la France (et de l’Amérique) d’aujourd’hui.

Gerard-Depardieu-s-exprime-sur-Trump-et-Le-Pen_pics_590.jpg

Elle vous inquiète, l’élection de Trump?
C’est une bonne leçon pour les hommes politiques, qui n’en font plus depuis longtemps. La confiance est brisée, le peuple veut reprendre le pouvoir. Contrairement à George W. Bush, Trump n’est pas un abruti, il dit des choses qui le dépassent. Personne ne sait de quoi il va être capable. Il a l’intention de faire tout le contraire des politiques mises en œuvre par ses prédécesseurs. Mais avaient-elles empêché la pauvreté, les meurtres et les dérives? Les Anglais ont été les premiers à montrer leur ras-le-bol en votant pour le Brexit. Mais ils vont payer leur lâcheté très cher. Je n’aime pas leur mentalité. Heureusement, ils ont de formidables joueurs de foot. Et Ken Loach!

Marine Le Pen se réjouit du résultat…
Marine Le Pen n’est pas une menace, c’est une connerie! Cela fait partie du jeu des élections. Elle est un des dommages collatéraux d’une société qui ne contrôle pas ses nouveaux moyens de communication et passe son temps à faire des plans sur la comète. Plutôt que de vénérer Internet, il faut travailler la tête pour faire pousser le cœur, essayer de trouver des bulles d’air où on n’est pollué ni par les idées ni par la peur. La peur nous empêche de nous élever. L’ignorance engendre la brutalité.

JDD

L’entourage de Trump dément avoir contacté Marion Maréchal-Le Pen pour travailler avec elle

Marion Maréchal-Le Pen a laissé entendre sur Twitter que le directeur de campagne de Donald Trump lui a demandé de travailler avec lui. Une journaliste américaine dément cette information.

marion-marechal-le-pen-approchee-par-le-directeur-de-campagne-de-trump

A l’annonce de la victoire de Donald Trump à l’élection présidentielle américaine, Marion Maréchal-Le Pen a salué sur Twitter la «victoire de la démocratie et du peuple face aux élites, à Wall-Street et au politiquement correct médiatique», avant de souhaiter «bonne chance» au milliardaire. Dans deux autres tweets publiés samedi en anglais et français, la députée FN du Vaucluse a laissé entendre que le directeur de campagne de Donald Trump, Stephen Bannon, voulait collaborer avec elle. «Je réponds oui à l’invitation de Stephen Bannon, directeur de la campagne Trump, à travailler ensemble», a-t-elle écrit.

 

Malgré cet intérêt certain, une journaliste de l’agence Bloomberg a démenti dimanche que Stephen Bannon avait contacté l’élue française. «L’équipe de Trump m’a dit que Bannon n’avait pas contacté Marion Le Pen, une leader du parti conservateur (sic) français, ou quiconque en lien avec elle ou son oncle (sic)».

Paris Match

Marine Le Pen : L’interdiction des signes religieux ostentatoires concerne que…. le voile et la kippa

L’énorme raccourci de Marine Le Pen qui explique que c’est la religion catholique qui a inventé la laïcité

Capture d’écran 2016-10-17 à 18.57.43.png

Marine Le Pen et Jean-Jacques Bourdin sont un tout petit peu fâchés depuis que la première a cru que le second avait assimilé le Front national et Daesh. Mais cela n’empêche pas la présidente du FN de prendre parfois son téléphone et d’appeler le journaliste pour intervenir en direct à la radio pour préciser ses propos.

C’est exactement ce qu’il se passe ce lundi 17 octobre sur RMC. Jean-Jacques Bourdin est en train de parler de la proposition du FN d’interdire les signes religieux ostentatoires dans l’espace public. Les auditeurs débattent lorsque la cheffe frontiste débarque sur l’antenne pour préciser ses propos.

« Il est temps d’élargir la loi de 2004 [qui interdit le port de signes religieux à l’école, NDLR] pour nous permettre d’interdire au nom de la laïcité tous les signes ostentatoires dans l’espace public, ce qui permettra également de les interdire dans les entreprises », dit Marine Le Pen avant de préciser sa pensée : soyons clairs, cette interdiction concerne le voile et la kippa. Et c’est tout. Elle dit :

Les grandes croix, ça n’existe pas. Je vais vous expliquer quelque chose : la religion catholique n’a pas de signe ostentatoire et pour une raison simple, c’est peut-être parce c’est elle qui a inventé en réalité la laïcité. Il faut rendre à Dieu ce qui est à Dieu et à César ce qui est à César. Donc il n’existe pas de signe ostentatoire de la religion catholique.

S’il faut rendre à César ce qui est à César, il faut peut-être en faire de même avec les Cercopes, ces frères jumeaux qui excellaient dans l’art de l’intox. Car Marine Le Pen dit un tout petit peu n’importe quoi ce lundi matin sur RMC. Car même si la phrase « rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu » est bien tirée des Évangiles, attribuée à Jésus Christ, elle ne saurait établir les règles de la laïcité.

On pourra ainsi rétorquer que non, la laïcité, à savoir la séparation de l’Église et de l’État, n’a pas été inventée par la religion catholique mais fut élaborée au travers des siècles par des penseurs de toute obédience.

On pense notamment à Averroès. Ce philosophe andalou musulman du XIIe siècle est considéré comme l’un des précurseurs de la pensée laïque, pile poil au moment où l’Europe était en proie à des guerres de religieux. La notion fut portée par d’autres penseurs comme John Locke, Voltaire, Diderot ou Albert Einstein, qui n’étaient pas franchement de fervents catholiques (alerte litote).

Selon l’historien Georges Weill, quatre courants de pensée ont participé à la conception de la laïcité : les catholiques héritiers de la tradition gallicane de la monarchie d’Ancien Régime ; les protestants libéraux ; les déistes de toutes les sensibilités ; enfin, les libres-penseurs et les athées.

Le Lab

Marion Maréchal-Le Pen ignore le nombre d’habitants en Paca ou elle était candidate

Jean-Marie Le Pen va financer la campagne présidentielle de sa fille

Marine Le Pen a beau vouloir prendre ses distances avec l’image du parti tel que façonné par son père, il y a des ficelles propres au Front national « canal historique » qui s’avèrent bien pratiques. 

4440210_3_585a_la-querelle-avec-sa-fille-marine-c-est-un_8e0e76744ee174891edc28202937c11d.jpg

Comme le rapporte ce lundi 12 septembre Le Parisien, la Cotelec, association fondée en 1988 pour financer les élections du FN et aujourd’hui toujours présidée par Jean-Marie Le Pen, sortira bien le chéquier au bénéfice de la campagne de Marine Le Pen. Et ce en dépit des menaces du « menhir » de présenter ses propres candidats aux législatives de 2017

Un soulagement pour l’équipe de campagne de la présidente du FN, « qui peine à rassembler les 15 millions d’euros nécessaires à sa course à l’Elysée et les 15 millions d’euros supplémentaires qu’il lui faudra débourser dans la foulée pour les législatives ».

La situation est plutôt cocasse au regard du sort réservé par le FN à Jean-Marie Le Pen, exclu du parti qu’il a cofondé il y a un an. Mais dans son entourage, on soutient que, malgré les désaccords qu’il a avec sa fille, « le FN, c’est l’oeuvre politique de Jean-Marie Le Pen ». À noter, ce n’est pas la première fois que le FN tape dans les caisses gérées par le patriarche malgré son éviction du parti.

Le précédent des élections régionales

Pour les élections régionales, la Cotelec avait débloqué des fonds pour financer les campagnes de plusieurs candidats frontistes, dont Nicolas Bay et Walleyrand de Saint Just, deux membres du bureau politique ayant voté pour son exclusion. Alors, comment interpréter la générosité de cette association domiciliée chez Jean-Marie Le Pen?

Aussi, à en croire le trésorier du parti, Wallerand de Saint-Just, les finances du parti sont à la peine, le FN n’arrivant pas à trouver des financements auprès des banques: « Pour l’instant, nous avons essuyé des refus de toutes les banques. Si elles persistent à refuser de faire leur boulot, on le dénoncera publiquement et on fera un large appel aux dons et aux prêts ».

Huffington Post

Le petit-fils de Mendes France publie les courriers antisémites des fans de Le Pen

ANTISEMITISME – Tristan Mendes France, petit-fils du célèbre président du Conseil de la IVe République, avait vivement dénoncé, le 30 mai 2016, sur les réseaux sociaux la tentative de récupération de son grand-père par la section Sciences-Po du Front national.

Capture d’écran 2016-06-08 à 21.24.29.png

Réagissant à une affiche diffusée par cette association étudiante frontiste, affirmant que Pierre Mendes France « voterait Front national » de nos jours, Tristan Mendes France s’était indigné que le FN puisse se revendiquer de son aïeul. Et notamment, parce que son fondateur Jean-Marie Le Pen n’avait pas hésité à l’attaquer dans les années 50 par des sous-entendus antisémites.

Ce mercredi 8 juin, ce quadra enseignant au Celsa a exhumé de vieilles cartes postales anonymes adressées à PMF par des « fanas » de Jean-Marie Le Pen.

Signés « patriotes pur sang » ou « Français pur sang », ces courriers sont explicitement antisémites, barrés des mots « sale juif ».

L’un d’entre eux cite nommément les propos de Jean-Marie Le Pen prononcés à l’Assemblée nationale en 1958. « Vous n’ignorez pas que vous cristallisez sur votre personnage un certain nombre de répulsions patriotiques et presque physiques », avait alors adressé le futur cofondateur du FN (qui n’était alors que député poujadiste) à Pierre Mendes France.

Huff Post

Estrosi : « Des trois Le Pen, Marion Maréchal est la plus dangereuse »

Invité de BFM Politique ce dimanche soir, l’actuel patron de la région Paca s’est exprimé sur son ancienne adversaire dans la course à l’élection régionale, la députée Marion Maréchal-Le Pen. Il en dresse un portrait au vitriol.

Jean-Marie Le Pen à l’anniversaire de Rivarol, hebdo antisémite et fier de l’être

L’hebdomadaire antisémite Rivarol organise samedi 9 avril un banquet pour ses 65 ans d’existence avec pour invité d’honneur Jean-Marie Le Pen, fraîchement condamné pour ses propos réitérés sur les chambres à gaz. Le journal d’extrême droite, qui multiplie lui-même les provocations, croule littéralement sous les procès.

Sans-titre-4.jpg

Jérôme Bourbon en fait une marque de fabrique. Dans une récente vidéo postée sur YouTube pour annoncer le »grand banquet » d’anniversaire de l’hebdomadaire antisémite Rivarol – 65 ans cette semaine –, le directeur de la publication d’extrême droite se targue de détenir « le record de saisies, de procès et de condamnations depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale ». Soit, selon lui, « plus de 80 procédures » étalées dans le temps.

Le Pen, révisionnistes et nationalistes au banquet

Pour fêter l’événement, tout le gratin d’extrême droite – le « mouvement national », selon son propre lexique – sera présent samedi autour du banquet, soit « 550 couverts » à 40 euros par tête. Alors qu’au dîner du Crif, c’est « 700 couverts à 900 euros », persifle le patron de Rivarol. S’y retrouveront auteurs révisionnistes, adorateurs du maréchal Pétain ou jeunes nationalistes, avec pour « invité d’honneur » Jean-Marie Le Pen, l’ancien président du FN, tout juste condamné lourdement pour ses propos réitérés, il y a un an, sur les chambres à gaz, « détail de l’histoire », qui lui ont valu son exclusion du Front national.

« Déchaînement antisémite » sur Twitter

Il faut dire que, depuis son inscription sur Twitter, au printemps 2015, le patron du journal révisionniste s’en est donné à cœur joie. Juin 2015 : « Triste époque : les gens ne croient pas en Dieu ni en l’Enfer mais ils croient aux chambres à gaz sans les avoir vues« .

Décembre 2015 : « Quelle chance ont eu les générations qui ont vécu sous Pie XII, sous Pétain, sous Franco et sous Hitler ! Nous n’avons, nous, que des minus ». Mars 2015 : « Les juifs ne sont responsables ni de la mort du Christ ni du massacre des Palestiniens. Ils sont innocents. C’est la jurisprudence Dreyfus. » Et ainsi de suite. Sauf que, depuis une énième salve du même acabit publiée en février, les choses se gâtent.

Capture d’écran 2016-04-09 à 14.39.57.png

Metro News