Marion Maréchal-Le Pen ignore le nombre d’habitants en Paca ou elle était candidate

Le CRIF appelle a faire barrage au FN et dénonce les velléités de suprématie d’une France chrétienne

DINER1

Les responsables de la communauté juive en Provence-Alpes-Côte d’Azur ont appelé jeudi à faire barrage aux régionales à la liste Front national de Marion Maréchal-Le Pen, en tête dans les sondages.

« Nous n’avons pas la bêtise de croire que nous ne faisons pas partie du lot des personnes que (le Front national) exclut », a déclaré la présidente régionale du Crif, Michèle Teboul, dont l’organisation a reçu les deux principaux concurrents de la candidate FN, le socialiste Christophe Castaner et Christian Estrosi (Les Républicains).

« Mme Maréchal-Le Pen base son discours sur la suprématie d’une France chrétienne où nous, juifs, ne trouverions pas notre place. (…) Nous ne sommes pas dupes. Si les musulmans n’étaient pas là, ce seraient les juifs qu’elle exclurait », a-t-elle poursuivi, lors d’une conférence de presse à Marseille.

« Pas une voix juive ne doit se porter sur le Front national », a complété William Labi, président délégué du Consistoire, lors de cette conférence à laquelle assistait également le grand rabbin de Marseille.

« Pour l’instant, les juifs ne sont pas visés (par le FN), ce n’est pas pour autant que nous ne devons pas le combattre », a déclaré Élie Benarroch, président du Fonds social juif unifié (FSJU). « En tant qu’individus, démocrates, juifs, nos valeurs sont opposées à celles du Front national. » « Il se peut qu’une infime minorité » de Français juifs soient séduits par le discours du Front national, notamment sur l’islam, mais les représentants de la communauté estiment qu’en « aucun cas,il ne faut se jeter dans les bras » de ce parti, a ajouté Élie Benarroch.

Au niveau national, le Crif a appelé après les attentats les « Français à se rendre massivement aux urnes » et a rappelé « sa position de rejet de l’extrême droite (en particulier du Front national) et de l’extrême gauche, dont les valeurs sont contraires à notre pacte républicain ».

Le Point

Christian tabasse sa femme car elle porte un short trop court

short trop court tabasse femme patriarcat feminismeChristian, 44 ans, poursuivi pour des violences conjugales commises en août dernier avec arme et en état d’ivresse admet les faits. Cet homme qui vivait en concubinage avec la victime depuis deux ans admet l’avoir frappée avec un ceinturon « car elle portait un short trop court » à son goût, mais aussi de l’avoir suspendue dans le vide au balcon « pour lui faire passer l’envie de sortir« . « C’est vrai qu’elle a eu très peur. J’aurais pu la lâcher« , poursuit le prévenu, qui reconnaît aussi l’avoir menacée avec un couteau.

« J’ai l’alcool mauvais et une conjugopathie difficile à gérer« , explique Christian au tribunal, avant de conclure en disant avoir compris que « l’alcool est le refuge des irresponsables« .

Après délibéré, le tribunal le condamne à la peine de deux ans de prison dont un an avec sursis et mise à l’épreuve pendant deux ans, avec obligation de soins et interdiction de contacter la victime.

La Provence