Fillon : «On a combattu la volonté des Juifs de vivre dans une communauté qui ne respectait pas la république»

« communautarisme juif » : Le grand rabbin de France réagit, et Fillon s’explique sur sa page Facebook

Fillon : « Il n’a jamais été dans mon intention de remettre en cause l’attachement de la communauté juive de France à nos valeurs communes »


Le grand rabbin de France, qui s’est ensuite entretenu au téléphone avec M. Fillon, a « tenu à réaffirmer l’attachement des Français de confession juive à la France et à ses valeurs et leur souci d’intégration à la société française », rapporte sa conseillère, Yaël Hirschhorn. « Il a également souligné que le communautarisme juif qui a pu exister jadis n’était en rien le fait ni le choix des citoyens de confession juive, mais la conséquence de la non-acceptation par la société française d’alors de leurs semblables », précise-t-elle.

« LES JUIFS DE FRANCE SONT FRANÇAIS »

Interrogé sur la chaîne d’information israélienne i24 News, le porte-parole de François Fillon, Jérôme Chartier, député (LR) du Val-d’Oise, a évoqué une « mécompréhension » des propos du candidat :

« François Fillon est très clair sur le fait qu’il peut exister dans tout mouvement religieux des dérives sectaires. Cela existe, chacun le sait. Mais en même temps il a toujours salué l’intégration des juifs de France, qui ne date pas d’hier puisque le Consistoire date de Napoléon. »

« Les juifs de France sont français, comme les chrétiens de France sont français, comme les musulmans de France sont français… Sauf ceux qui participent à l’intégrisme islamique, au totalitarisme islamique et qu’il faut combattre. »

Le Monde


Le candidat a parlé au passé d’une « communauté qui ne respectait pas toutes les règles de la République »

Invité de la matinale Europe 1 mercredi matin, le grand favori de la primaire de droite François Fillon a abordé la question de la lutte contre l’intégrisme musulman, qu’il a comparé avec « l’intégrisme catholique » et « à la volonté des Juifs de vivre dans une communauté ».

« Je pense qu’il y a un mouvement aujourd’hui de montée de l’intégrisme au sein de la communauté musulmane et que les intégristes sont en train de prendre en otage la communauté musulmane », a-t-il dit.

Il a ensuite ajouté: « il faut combattre cet intégrisme, et il faut le combattre comme d’ailleurs dans le passé je le rappelle on a combattu une forme d’intégrisme catholique ou comme on a combattu la volonté des Juifs de vivre dans une communauté qui ne respectait pas toutes les règles de la république française ».

I24

Comment la cathosphère s’est mobilisée pour François Fillon

Le candidat est soutenu par plusieurs mouvement de la droite catholique

priere-de-rue.jpg

François Fillon, candidat de la cathosphère ? Le candidat à la primaire de la droite et du centre, qui se place en tête du premier tour avec 44,1% des voix, a toujours tenu un discours traditionnel sur la famille : refus de l’adoption plénière par les couples homosexuels, interdiction de la GPA, restrictions pour la PMA, institution d’un statut pour la « mère de famille »… Un discours qui a séduit une partie de la communauté catholique de droite sur Internet.

Il a surpris tout le monde, François Fillon, candidat à la primaire de la droite et du centre, a fait mentir tous les sondages en se qualifiant pour le second tour de cette primaire avec une large avance sur son adversaire Alain Juppé (44,1% contre 28,6%). Une victoire qui pourrait tenir, entre autres, au soutien d’une partie de la cathosphère, la communauté catholique sur Internet.

Les catholiques de droite votent-ils pour Fillon ? La Croix affirmait pourtant que non le 16 novembre dernier, quatre jours avant le premier tour de la primaire. Le quotidien citait un sondage de l’Ifop (également repris par Le Parisien, notamment) semblant indiquer que les catholiques « choisissent Alain Juppé » : « [Il] devance Nicolas Sarkozy et François Fillon chez les catholiques se disant certains de participer dimanche 20 novembre au premier tour de la primaire de la droite« , affirmait le quotidien. Un résultat « décevant pour François Fillon qui affirme sa foi chrétienne, a fait de la défense de la famille un des piliers de sa campagne et a bénéficié du ralliement de Sens Commun, émanation de la Manif pour Tous« .

Lundi soir, La Croix revenait sur son précédent papier, expliquant que « les catholiques ayant pris part à la primaire ont participé à la dynamique qui a porté François Fillon dans les dernières semaines« .

Arret Sur Image