«Heil Trump», salut nazis: une réunion d’extrême droite appelle au «nettoyage ethnique» des USA

Des journalistes américains ont filmé une réunion d’un parti d’extrême droite pro-Trump. Son leader appelle au « nettoyage ethnique » des États-Unis.

Ces images n’auraient pas dû être enregistrées. Daniel Lombroso et Yoni Appelbaum, du magazine américain The Atlantic, comme d’autres journalistes invités, auraient dû quitter la salle après le dîner. Mais ils s’y sont attardés avec leurs caméras et ce qu’ils ont vu et entendu choque. « Heil Trump ! Heil notre peuple ! Heil la victoire ! » scande le public à coups de saluts nazis, lors d’une conférence du National Policy Institute, une organisation américaine qui se qualifie d’« indépendante, dédiée au patrimoine, à l’identité, et au futur des descendants européens aux États-Unis et à travers le monde ».

Dix jours après la victoire de Donald Trump dans la course à la Maison-Blanche, cette réunion annuelle a rassemblé, samedi 19 novembre, près de 200 personnes au Ronald Reagan Building de Washington D.C. Le leader de ce parti politique s’appelle Richard B. Spencer, situé à l’extrême droite selon The Atlantic. Le magazine rappelle sur son site que Spencer appelait récemment à « une nouvelle société, un État mono-ethnique qui rassemblerait tous les Européens », ainsi qu’à un « nettoyage ethnique pacifique ».

« Lügenpresse »

Dans l’extrait du documentaire, qui sera lui diffusé fin décembre aux États-Unis, le leader nationaliste prend la parole : « Personne ne nous honorera pour avoir perdu, lance-t-il sous les applaudissements. Personne ne pleure aujourd’hui le grand crime commis contre nous. Pour nous, c’est vaincre ou mourir ! » Richard B. Spencer utilise dans son discours une terminologie nazie en qualifiant la presse de « Lügenpresse », autrement dit « la presse du mensonge ». « La presse a clairement décidé de mater et faire la guerre contre la légitimité de Trump et l’existence éternelle d’une Amérique blanche. (…) Mais en réalité, ils nous ouvrent grand la porte. L’Amérique était, jusqu’à la génération précédente, un pays blanc, construit pour nous et pour notre prospérité. C’est notre création, notre héritage, et il nous appartient. »

L’association non lucrative Southern Poverty Law, qui répertorie les groupes haineux, considère Richard B. Spencer, dont le compte Twitter a été désactivé le 16 novembre, comme le « leader nationaliste blanc le plus brillant du pays – une version costume-cravate des vieux suprémacistes blancs, une sorte de raciste professionnel en khaki ».

Deux jours après la publication de cette vidéo, l’équipe de Donald Trump faisait la déclaration suivante : « Le président élu a toujours dénoncé le racisme sous toutes ses formes, et il a été élu parce qu’il sera un leader pour tous les Américains. » Depuis son élection, les actes de haine et de racisme assumés se multiplient dans tout le pays.

Le Point

Invoquant la liberté d’expression, les USA s’opposent à une résolution condamnant l’apologie du nazisme

Les Etats-Unis ont voté jeudi contre une résolution de l’ONU condamnant l’apologie du nazisme, évoquant le droit à la liberté d’expression et la crainte d’une manœuvre abusive de Moscou pour attaquer ses pays voisins.
afp-8f392685fa5db6a3c22924975b832e83c05be964

 

La résolution, intitulée « Lutter contre l’apologie du nazisme, du néonazisme et d’autres pratiques qui contribuent à alimenter des formes contemporaines de racisme, de discrimination raciale, de xénophobie et d’autres intolérances associées », a toutefois été approuvée vendredi par 131 voix pour, 3 voix contre et 48 abstentions par la Commission des droits de l’homme des Nations Unies. Les 3 votes contre provenaient des Etats-Unis, de l’Ukraine et des îles Palaos.

« Nous condamnons sans réserve toutes formes d’intolérance ou haine, religieuse ou ethnique, chez nous ou dans le monde entier », a déclaré la représentante adjointe du Conseil social et économique des Etats-Unis, Stefanie Amadeo, pour justifier le choix du vote américain.

« Cependant, du fait de la portée excessivement restrictive de cette résolution, de son caractère politisé, et, parce qu’elle dépasse le seuil acceptable de la liberté fondamentale d’expression, les Etats-Unis ne peuvent la soutenir », a-t-elle ajouté.

I24

Hongrie : un ex néo-nazi décide de faire son Alya après avoir découvert qu’il était Juif

AMERICAN HISTORY X

Warner Bros

Il fut un leader d’un parti d’extrême droite hongrois et, aujourd’hui, il envisage de déménager en Israël après avoir découvert son héritage juif. Csanad Szegedi, 34 ans, ancien chef du parti Jobbik qui a été précédemment accusé du néo-nazisme, se prépare à faire son Alya quatre ans après avoir quitté le parti nationaliste quand il a découvert ses racines juives quand il a appris que sa grand mère était une survivante de la Shoah.

Szegedi qui était connu pour ses positions extrémistes et ses déclarations antisémites, a aidé à fonder la Garde hongroise, qui portait des uniformes noirs qui rappellent le parti pro-nazi avec des Croix fléchées notoires qui ont régné brièvement en Hongrie pendant la Seconde Guerre mondiale où des centaines de milliers des Juifs ont été envoyés dans les chambres à gaz.

En 2012, il a décrit comment il fut ” choqué ” d’apprendre l’origine de sa grand-mère et son héritage juif, ajoutant : ” Tout d’abord parce que j’ai réalisé que la Shoah est vraiment arrivée “.

Rapidement, Szegedi a rejeté son passé d’extrême droite et a embrassé le judaïsme, y compris en prenant un nom hébreu Dovid, il a régulièrement assisté aux prières à la synagogue, mangé de la nourriture casher et a fait sa circoncision. Aujourd’hui, il est en train de planifier le déplacement de toute sa famille en Israel.

Alya Express

L’incroyable destin du nazi Otto Skorzeny, libérateur de Mussolini devenu agent du Mossad

57237cae35708ea2d501dafe

« Qui d’entre vous connaît l’Italie ? », demande Hitler après avoir longuement toisé les six hommes qui se tiennent devant lui. « Je suis allé deux fois jusqu’à Naples en motocyclette mein Führer« , répond timidement le moins gradé du groupe. Cet ingénieur autrichien engagé dans les SS vient d’attirer l’attention d’Hitler. « J’ai à m’entretenir avec vous, capitaine Skorzeny. Les autres officiers peuvent disposer« .

C’est de cette manière qu’Otto Skorzeny est casté pour le rôle de sa vie : libérer Mussolini. Une mission des plus périlleuses puisqu’il doit non seulement découvrir l’endroit où est retenu le Duce mais aussi parvenir à le sortir de là sain et sauf.

Après la guerre, il se constitue prisonnier auprès des Américains avant de s’échapper du camp de concentration qui lui servait de prison. Il devient alors une sorte de mythe pour les médias qui s’emparent de son histoire en la romançant parfois. On dit de lui qu’il a repêché un trésor nazi, qu’il a été mis au courant de correspondances secrètes entre le Duce et Churchill, qu’il a voulu enlever Fidel Castro et libérer Rudolf Hess, l’adjoint d’Hitler.

La Libre

Une député arabe refuse de participer à la Journée de la Shoah « les Palestiniens vivent comme les Juifs sous le nazisme »

La députée israélienne arabe de la Liste unifiée Hanin Zoabi a refusé mercredi une invitation à participer à la journée de la Shoah qui se déroulera le 5 mai prochain évoquant des « similitudes alarmantes » entre l’Allemagne nazie et la politique israélienne à l’égard des Palestiniens et des Arabes israéliens.

a1ea66c51921240b3eb74d29a88a31752a989053.png

Dans une lettre aux organisateurs, la politicienne, coutumière de provocations, écrit que, malgré son respect pour la mémoire des victimes de la Shoah, en Israël l’enseignement et la transmission de la mémoire du génocide juif sont « sélectifs et manipulateurs ».

« Comment pouvez-vous enseigner la Shoah lorsque vous ne faites pas la distinction entre les similitudes alarmantes de ce qui se passe aujourd’hui et ce qui s’est passé en Allemagne dans les années 30?« , écrit Zoabi.

La députée controversée a fustigé les « discriminations » d’Israël à l’égard des Palestiniens, comparant les « exécutions sommaires, les détentions sans procès, la torture, la censure et les persécutions des activistes politiques » aux conditions dans lesquelles vivaient les Juifs sous le régime nazi.

« Vous ne pouvez pas enseigner des leçons concernant la Shoah en soutenant une politique de restriction de mouvements, d’extorsion, de vol et de meurtre. En Israël, la Shoah est enseignée sous le signe de l’encouragement à la défense de l’Etat et vient aux dépens de l’humiliation et de l’oppression de l’étranger.

Je suis honorée de me tenir du côté de la mémoire des victimes, mais il est tout aussi important pour moi de mettre en garde sur ce qui a précédé la Shoah et lui a ouvert la voie. C’est la raison pour laquelle, j’ai trouvé nécessaire de refuser ma participation », écrit encore Zoabi.

I24

Un meeting de Donald Trump a pris des airs d’Allemagne nazie

La main droite levée des supporters de Donald Trump jurant qu’ils voteraient pour lui rappelle le salut nazi de l’Allemagne des années 1930.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Lors d’un rassemblement à Orlando, en Floride, Donald Trump a demandé à ses supporters de jurer solennellement qu’ils voteraient pour lui. Et pour cela de lever la main droite. La foule a suivi avec enthousiasme les consignes du candidat en tendant le bras de telle sorte que ces saluts ne peuvent pas manquer de rappeler l’Allemagne des années 1930.

Slate

Nantes : une réunion néo-nazie interdite par le préfet

1881150-drapeaux-nazis

Le préfet de Loire-Atlantique, Henri-Michel Comet, a signé ce mardi un arrêté interdisant une conférence organisée par un groupe néo-nazi qui devait avoir lieu ce samedi 16 janvier à Nantes dans un endroit inconnu. La préfecture estime que cette réunion « représente un risque établi d’apologie d’actes de violence, du racisme ou du nazisme ».

A l’initiative du groupuscule néo-nazi nommé White Rebels Crew, cette conférence devait se tenir en présence d’un ancien volontaire du régiment ukrainien Azov, suspecté par Amnesty International d’avoir commis des crimes de guerre contre les pro-russes. L’annonce de cette réunion avait suscité une vague d’indignation à Nantes, et notamment sur les réseaux sociaux. Les services de la préfecture et de la mairie avaient reçu de nombreuses plaintes par téléphone, courriers ou courriels.

La maire de Nantes, Johanna Rolland (PS), avait alors officiellement demandé au préfet de prendre toutes les mesures nécessaires pour que cette conférence n’ait pas lieu. « Je condamne fermement ce groupe, l’idéologie qu’il porte et toute réunion de ce type, qui sont incompatibles avec les valeurs de la République et profondément inacceptable. Je me suis assurée qu’aucune salle municipale n’accueillera cette rencontre. Je demande au Préfet de Loire-Atlantique de prendre sans attendre toute mesure permettant d’interdire la tenue de cette réunion sur le territoire nantais », avait-elle déclaré dans un communiqué.

La Depeche