Laurent extorque 50 000 € à ses grands-parents pour payer sa drogue

Toxicomane, un Alciaquois de 33 ans a racketté ses grands-parents pendant 5 ans pour payer sa drogue, leur soutirant ainsi 50 000 €. Il vient d’être condamné à de la prison ferme et a été incarcéré.

police garde a vue degrisement

Gros consommateurs de drogues en tous genres (cannabis, héroïne et cocaïne), Laurent Somon, Alciaquois de 33 ans, était toujours en quête d’argent pour financer sa consommation. Ses faibles revenus sociaux ne suffisant pas, il s’est tourné, à partir de la fin 2011, vers ses grands-parents douvrinois pour leur soutirer de l’argent. Mais ses demandes ont été de plus en plus fréquentes et pressantes.

Un véritable racket à raison e 1 000€ par mois ! Pour parvenir à ses fins, il n’hésitait pas à user de pressions et de bousculades sur sa grand-mère de 79 ans et son grand-père de 80 ans aujourd’hui. À tel point que la septuagénaire a écrit à la préfecture, au parquet de Béthune et à l’Agence régionale de la santé dans l’espoir de trouver de l’aide.

Au printemps dernier, le parquet a donc saisi le bureau local de protection de la famille du commissariat de Béthune qui a ouvert une enquête. Mais l’Alciaquois ne s’est pas montré coopératif, refusant de répondre aux convocations.

Jugé en comparution immédiate mercredi, le trentenaire alciaquois a été condamné à 3 ans de prison dont un avec sursis et mise à l’épreuve. Les juges ayant décerné un mandat de dépôt, il a été incarcéré à l’issue de l’audience.

La Voix Du Nord

le «soldat de l’EI» qui a tiré sur 2 policiers à Copenhague, arrêté avec 100 kg de haschich

b76f3667ef77b63ba2b19a544a996.jpg

Le Danois soupçonné d’avoir tiré mercredi 31 août sur deux policiers à Copenhague lors d’une descente de la brigade des stupéfiants est un « soldat de l’EI », a affirmé l’agence de propagande Amaq de l’organisation jihadiste, vendredi 2 septembre. Amaq fait allusion à la coalition antijihadistes menée par les États-Unis:

« L’auteur de l’attaque qui a visé la police de Copenhague est un soldat de l’État islamique et a mené cette opération en réponse aux appels à frapper les pays de la coalition ».

L’homme de 25 ans, mort dans la nuit à l’hôpital, est soupçonné d’avoir tiré sur deux policiers et un passant qui ont été blessés à Christiania, le quartier libertaire de Copenhague, mercredi 31 août vers 21 heures.  Il avait alors réussi à s’enfuir, mais la police l’avait localisé et l’a interpellé jeudi matin dans un logement en banlieue. C’est là qu’il a été grièvement blessé au cours d’un échange de tirs, alors qu’il tentait de s’enfuir.

Arrêté avec plus de 100 kg de haschich

L’homme né en Bosnie « a apparemment des liens avec Millatu Ibrahim [un groupe jihadiste à l’origine allemand implanté au Danemark] et des sympathies pour l’EI », selon la police. Elle a précisé en début d’après-midi que « rien pour le moment ne porte à croire que cela a joué un rôle lors de la fusillade ».

Selon la télévision publique TV2, l’homme a été arrêté en possession d’une cinquantaine de kilos de haschich, de trois kilos de skunk (une variété plus concentrée de cannabis) et de plus de 1.000 joints. 

BFM

Quimper: Anthony, Sylvain, Alain, Jimmy, Jonathan condamnés pour trafic de drogue

Cinq gros revendeurs de drogue, qui avait détaillé de l’héroïne, de la cocaïne et du cannabis en 2014 et 2015, ont été condamnés.

7525717-11609418

« Vous avez fait des choix de mode de vie. Vous avez joué… vous avez perdu. » Sentence du président Bernard Molié à l’adresse de quatre personnes impliquées dans un trafic d’héroïne. Retour au mois de mars 2011. Anthony Dantin et Sylvain Le Fur, deux Normands copains d’enfance, débarquent à Quimper avec un kilo d’héroïne. Ils s’installent dans un hôtel. Puis attendent après avoir passé quelques messages.

« On vous avait signalé que la Bretagne était une terre fertile pour la revente de cette drogue ? » questionne le président. Il faut dire qu’avant ce séjour, les deux amis étaient déjà venus à Quimper : en octobre, novembre et décembre 2010. Ils avaient réservé des chambres d’hôtel sous de fausses identités. Après avoir fait le trajet Normandie-Bretagne à bord de véhicules de location…

11 mars 2011. Non seulement les policiers trouvent deux pains de 500 g d’héroïne d’une valeur de 40 000 € dans la chambre. Mais sous le lit, ils découvrent un fusil de chasse à canon scié et quatorze cartouches. Les explications sont fantaisistes à l’audience : « Nous étions venus rendre visite à un copain hospitalisé. Il est mort. Comme on respecte les morts on tait… son nom. » Réplique du président « Vous ne manquez pas d’air… ni d’humour. Et vous ne voulez sûrement rien dire non plus sur votre train de vie de l’époque alors que vous viviez du RSA. Ni sur votre voyage au Sénégal, plutôt joyeux si l’on en croit les photos. »

À qui était destinée la marchandise des Normands ? Alain Le Corre, demeurant dans une ferme à Leuhan, a été contrôlé le 9 mars au Rouillen. Il avait des traces de poudre au niveau des narines selon les policiers. Dans le vide-poches de sa voiture se trouvait un sachet plastique contenant un produit de coupage. Chez lui, il y avait un fusil de chasse à canon scié et un téléphone portable contenant des messages menaçants. 

Hier, un couple aujourd’hui séparé a également comparu devant les juges. Lui est en prison depuis cette affaire. Lors d’une perquisition à leur domicile les policiers avaient découvert 386 grammes d’héroïne cachés dans une boîte à outils et dans la tête du canapé-lit, 6 360 €, une arme de poing et du matériel servant au conditionnement de l’héroïne. À l’époque l’homme avait reconnu avoir acquis un kilo d’héroïne au cours des huit mois précédents.

Les jugements tombent : Alain Le Corre est condamné à quatre ans ferme. Les Normands Jimmy Le Jannou et Anthony Dantin écopent de trois ans de prison ferme. De même que Le Quimpérois Jonathan Hougron. Quant aux trois autres personnes, elles sont condamnées à de la prison avec sursis : 18 mois pour l’une, 12 mois pour l’autre.

Ouest France

 

Etats-Unis. Il faisait passer de la drogue en prison avec sa Bible

Un gardien de prison a été arrêté samedi dernier à Florence en Alabama (Etats-Unis) pour contrebande. Employé depuis 3 mois, ce dernier aurait fait passer en douce de la drogue grâce à sa Bible.

Capture d’écran 2016-07-27 à 13.05.48.pngAprès avoir contemplé l’extérieur d’une cellule, Kenneth Lee Lawson peut désormais l’admirer de l’intérieur. Alors qu’il travaillait dans le centre de détention de Lauderdale à Florence, Alabama, il a été arrêté samedi dernier, soupçonné de faire passer des drogues illégales et du tabac derrière les barreaux. Fait amusant rapporté par le Times Daily, pour faire passer la contrebande, il utilisait….sa Bible.

Case prison

Après avoir entendu des rumeurs d’une possible contrebande, l’officier a été placé sous surveillance par le personnel pénitencier. Ses collègues ont alors retrouvé des narcotiques dans la Bible qu’il amenait avec lui au travail. Du tabac ainsi que d’autres drogues ont été découverts dans ses affaires par la suite, menant à son arrestation

« Au lieu de surveiller les prisonniers et travailler au centre de détention, M. Lawson en est devenu un résident. » indique le shérif.

Ouest France

Laurent Mocudet, un français recherché pour trafic de drogue, arrêté au Venezuela

CmnyflVW8AADx8k

Des policiers vénézuéliens ont arrêté un homme recherché par la justice française pour trafic de drogue. Il va être remis au Tribunal suprême de justice en vue de son extradition vers la France.

Un Français a finalement été arrêté par des policiers vénézuéliens membres d’Interpol. Laurent Mocudet, âgé de 50 ans, a été interpellé lundi à Colonia Tovar, une ville située à 60 kilomètres à l’ouest de Caracas, après une opération de suivi de la police pour identifier les membres de son réseau, a indiqué Douglas Rico, directeur du Corps de recherches scientifiques pénales et criminalistiques (CICPC).

Réclamé par les autorités françaises qui l’accusent de « trafic de grandes quantités de cocaïne par voie maritime entre 2003 et 2011 », il ferait partie d’un réseau opérant entre l’Amérique du Sud, le Portugal, l’Espagne et la France, selon Douglas Rico, qui a fait cette annonce via le réseau social Instagram, où il a publié une photo de l’homme arrêté.

Selon la police vénézuélienne, Laurent Mocudet, qui faisait l’objet d’une notice rouge (ordre d’arrestation) d’Interpol, s’était réfugié dans l’île caribéenne de Margarita, dans le nord du pays. Il sera remis au Tribunal suprême de justice (TSJ), chargé d’ordonner ensuite son extradition vers la France, a précisé le patron du CICPC.

Ouest France