Des soldats américains chargés de garder une base de missiles nucléaires accusés de trafic de drogue

L’armée de l’air américaine a annoncé vendredi l’ouverture d’une enquête pour des «activités illégales liées à la drogue» contre 14 soldats chargés de garder une base de missiles nucléaires intercontinentaux dans le Wyoming (Ouest).

622387c9-ffe0-4066-adc2-5af6455164e3_JDX-NO-RATIO_WEB

Le général Robin Rand, commandant des forces stratégiques américaines, a annoncé lui-même à la presse cette enquête, qui fait écho à d’autres affaires ayant secoué récemment les unités américaines de missiles nucléaires.

Un peu plus tard, une centaine d’officiers de la base de missiles de Malmstrom (Montana) avaient été suspendus pour avoir triché à un examen de routine sur leurs compétences. Deux d’entre eux avaient également été mis en cause dans une affaire de drogue.

Selon le général Rand, dans cette nouvelle affaire les faits reprochés au 14 soldats du rang de la base Warren, dans le Wyoming, se sont produits «hors service».

Mais «la consommation illégale de drogue est incompatible avec la fonction militaire», a-t-il souligné dans un briefing téléphonique avec des journalistes.

Le général n’a pas voulu préciser quelles drogues étaient en cause. Il a affirmé que les 14 soldats avaient été suspendus de leur fonctions en attendant les résultats de l’enquête.

La base Francis E Warren est l’une des trois bases hébergeant les 450 missiles nucléaires intercontinentaux américains.

Journal De Montreal