Un bébé de 5 mois été enlevé par 2 hommes qui ont frappé la mère à la machette

Un bébé, âgé de 5 mois, a été enlevé vendredi à Estinnes-au-Mont. Deux hommes ont été interpellés mais le bébé reste introuvable. La police lance un appel à témoins.

jordy-weiss-tont-bebe-machette

Vendredi dans le domaine de Pincemaille, un camping résidentiel située à Estinnes, dans le Hainaut entre Binche et la frontière française, deux hommes ont fait irruption dans la maison de cette femme âgée 26 ans. Il s’agissait de l’ex-mari de celle-ci, Jordy Weiss, 23 ans, et de son frère, Tony Weiss, 25 ans.

Ils l’ont agressée violemment, à l’aide d’une hache ou d’une machette semble-t-il, afin de s’emparer du nourrisson de 5 mois. Selon la soeur de la victime que nous avons interrogée (écoutez ci-dessus), Jordy Weiss supportait mal la rupture survenue quelques mois plus tôt.

Les deux individus ont été arrêtés par la suite mais le bébé reste, lui, introuvable, a confirmé le parquet de Charleroi. L’affaire est à l’instruction pour enlèvement et tentative de meurtre.

« Elle ne dort plus et ne mange plus« , nous a confié la soeur de le mère qui a été opérée à l’hôpital après l’agression subie. Sur Facebook, à l’invitation de la mère, ils sont des milliers à partager l’annonce de l’enlèvement afin qu’on retrouve au plus vite le bébé.

Ce lundi en fin d’après-midi, la police fédérale a lancé un avis de recherche pour la fillette. « Grace Weiss, un bébé âgé de cinq mois, est activement recherché dans le cadre d’une enquête policière. Ce bébé a les yeux bleus et les oreilles percées. L’enfant pourrait avoir séjourné à Willebroek, au domicile de son père Weiss Jordy et de son oncle Weiss Tony », peut-on lire dans le communiqué de presse.

Si vous avez plus de renseignements concernant ce fait, nous vous invitons à prendre contact avec la police via le numéro gratuit 0800/30.300.

RTL

Belgique. « Retourne au Maroc » Dérapage raciste contre une députée d’origine marocaine

kitir

Le député flamand Luk Van Biesen flanqué de la députée Meryame Kitir à la Chambre des représentants à Bruxelles

Alors que les députés étaient en plein débat sur les conditions de départ des travailleurs du groupe Caterpillar, à l’occasion de la rentrée de la Chambre fédérale belge, le jeudi 15 septembre, la députée d’origine marocaine Meryame Kitir a mis en cause la politique du Premier ministre libéral, Charles Michel. “Ce qui lui a valu, des rangs de l’Open VLD [le parti libéral flamand, qui fait partie de la coalition au pouvoir], une remarque qui a mis les bancs parlementaires sens dessus dessous”, écrit Le Vif-L’Express.

Interrogée par Le Soir,  Meryame Kitir, députée du parti socialiste flamand Sp. a , a affirmé que le député fédéral Luk Van Biesen (VLD) lui avait lancé : “Retourne au Maroc !”, et ce, lorsqu’elle rejoignait sa place après avoir posé une question au Premier ministre :

C’est vraiment terrible qu’il ait dit cela au Parlement. Cela dépasse les limites de la liberté d’expression.”

La députée n’était pas la seule à déplorer la réflexion raciste de Van Biesen. Le député écologiste Kristof Calvo (parti Groen, vert, néerlandophone), prenant à son tour la parole, “a dénoncé publiquement l’attitude du député libéral flamand”, relate L’Echo.

Voix chevrotante

Pour sa défense, Luk Van Biesen a indiqué plus tard, au cours de la même séance plénière, que, “si ses propos avaient été mal compris, il s’excusait”. Selon L’Echo“il a noyé le poisson en revenant sur le débat du jour, précisant avoir voulu rassurer les travailleurs de Caterpillar qui n’auront selon lui pas de peine à convaincre d’autres employeurs vu leurs qualifications”.

Le député n’a pas été soutenu par son parti qui a jugé sa réflexion “inappropriée”. La présidente de l’Open VLD, Gwendolyn Rutten, l’a condamnée fermement en déclarant : Ceci ne peut se produire, jamais, nulle part.”

Luk Van Biesen a finalement exprimé ses excuses “la voix chevrotante” dans un point presse commun, tenu avec Meryame Kitir au Parlement le lendemain, vendredi 16 septembre, décrit Le Soir dans un autre article :

Je suis désolé d’avoir utilisé les mots blessants de retour au Maroc dans le cadre d’un raisonnement hier à la Chambre…Je regrette d’avoir donné l’impression de blesser Mme Kitir et la communauté marocaine. Je m’en excuse. Je n’ai voulu blesser ni l’une ni l’autre. Ce sont des mots qui n’appartiennent pas à mon vocabulaire… Je ne suis pas raciste et le racisme n’a pas sa place ici.”

Courrier International

Le mémorial dédié aux victimes des attentats de Bruxelles souillé par des slogans pro Trump

455105202_b979652372z-1_20160908183606_000_gt07inpr4-1-0

L’un des deux panneaux installés dans la station de Maelbeek pour commémorer l’attentat du 22 mars est pollué par plusieurs messages politiques et de haine. S’y trouve notamment «  Trump for E.U. president  » ou encore un message en espagnol appelant à défendre les valeurs de l’occident.

Un détournement qui n’a pas plus à la Stib. «  Nos services vont procéder au nettoyage des messages inappropriés. Et, à terme, le deuxième panneau sera retiré. Il sera conservé dans nos archives  », a confié Françoise Ledune, porte-parole de la Stib à nos confrères de la RTBF.

La Capitale

La Belgique condamne la poursuite de la colonisation de la Palestine par Israël

Le vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders, a « fermement condamné » mardi l’adoption par Israël de plans de construction de 463 logements ainsi que l’approbation rétroactive de 179 autres logements dans différentes colonies de Cisjordanie, territoire palestinien occupé depuis près de 50 ans.

constructions-a-jerusalem-est-washington-denonce-des-plans-israeliens-provocateurs

« Ces décisions portent à 2706 le nombre de logements concernés par des plans de colonisation depuis janvier 2016« , a-t-il rappelé dans un communiqué.

Selon M. Reynders (MR), la Belgique rappelle que, comme l’avait souligné le Quartette pour le Proche-Orient (Nations unies, Union européenne, États-Unis, Russie) dans son rapport publié le 1er juillet, ces décisions compromettent gravement toute possibilité de paix et minent progressivement la viabilité d’une solution à deux États.

« Tout comme l’Union européenne, la Belgique réitère sa ferme opposition à la politique de colonisation menée par Israël et aux mesures prises dans ce cadre« , a ajouté le chef de la diplomatie belge.

La Belgique ne reconnaîtra aucun changement aux frontières de 1967, excepté ceux qui seraient agréés par les deux parties, a-t-il conclu.

La colonisation, c’est-à-dire la construction de colonies  civiles sur des terres occupées par Israël depuis 1967, est considérée comme illégale par la communauté internationale, mais s’est poursuivie sous tous les gouvernements israéliens, y compris celui que dirige actuellement Benjamin Netanyahu.

RTBF

Belgique : deux étudiantes musulmanes refusées à leur examen à cause de leur voile

La direction a justifié cet acte par la mise en place d’un nouveau règlement. Les deux femmes ont finalement été autorisées à passer leur examen.

923889051_B974474363Z.1_20150108185028_000_GQQ3OLCB0.1-0

Deux étudiantes musulmanes se sont vues refuser l’entrée à leur examen à cause de leur voile, mardi matin, à l’Institut d’enseignement de promotion sociale de la Communauté française (IEPSCF) d’Uccle. Cette information, divulguée par la RTBF, a été confirmée par Stéphanie Wilmet, porte-parole de la ministre de la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB) chargée de l’Enseignement de promotion sociale, Isabelle Simonis. La direction a finalement autorisé les deux femmes à passer leur examen, en expliquant qu’un nouveau règlement d’ordre intérieur (ROI) interdira bien les signes convictionnels ostentatoires mais qu’il entrera en vigueur seulement à partir du 1er septembre.

Un nouveau règlement

La ministre a demandé à l’IEPSCF-Uccle que les étudiantes concernées puissent passer leurs examens de seconde session suivant les modalités en vigueur au moment de leur inscription. Elle a également sollicité des informations complémentaires sur les motifs de ce refus.

Pour toute inscription pour l’année scolaire 2016-2017, les étudiants devront toutefois respecter le nouveau règlement de l’établissement.

A la suite de cet incident, la ministre va envoyer, avant le 1er septembre, une circulaire aux différents établissements du réseau de la FWB leur demandant jusqu’à la fin des épreuves de seconde session le strict respect des droits des étudiants, tels que définis dans chaque ROI.

Des mesures transitoires

En cas de modification, elle appelle les écoles à déployer une large communication interne et à mettre en place des mesures transitoires pour les personnes affectées par un tel changement de règle. Si les établissements de promotion sociale sont autonomes pour décider d’autoriser ou d’interdire les signes convictionnels ostentatoires, elle leur rappelle l’obligation de motiver cette décision.

La ministre tient enfin à rappeler que l’enseignement de promotion sociale, destiné aux adultes, joue un rôle fondamental dans l’émancipation des personnes. Elle renouvelle sa confiance dans les équipes pédagogiques pour concrétiser cet objectif et garantir un climat serein.

L’ASBL Justice and Democracy, saisie par une étudiante, avait attaqué début 2015, devant le tribunal de première instance de Verviers, l’IEPSCF de Dison-Waimes et le gouvernement de la FWB en la personne d’Isabelle Simonis pour discrimination, considérant que l’interdiction du voile via le ROI est particulièrement dommageable dans un institut de promotion sociale pour adultes. L’association a été déboutée, mais a fait appel de cette décision. Ce dernier jugement est encore attendu.

Le Soir

Belgique : une femme tente de mordre un policier parce qu’il est d’origine maghrébine

52d85a7a3570ba3e183b89b6

Une femme, née en 1958, a été interpellée après avoir agressé le personnel soignant d’un hôpital ainsi qu’un policier vendredi en fin d’après-midi à Jemeppe-sur-Sambre, a révélé samedi le parquet de Namur. En état d’ivresse, elle a même tenté de mordre l’agent de police parce qu’il était d’origine maghrébine.

La quinquagénaire se promenait sur la voie publique en état d’ébriété avancé et sous un soleil de plomb. Elle titubait et faisait peine à voir, d’après le parquet. Une alerte a donc été donnée et 4,2 grammes d’alcool ont été relevés dans son sang, ajoute le parquet.

Elle a été transportée à l’hôpital où elle s’est illustrée par de la violence verbale envers le personnel soignant. Elle a agressé et insulté tout le personnel d’origine étrangère œuvrant aux urgences.

La police a donc été prévenue et lorsqu’elle s’est retrouvée en cellule de dégrisement, la quinquagénaire s’en est prise là aussi à un policier d’origine maghrébine, en tentant de le mordre.

La Nouvelle Gazette

Belgique: une femme refuse de faire don de son sang aux musulmans

Contrainte d’effacer son Tweet après avoir suscité l’ire des internautes, Marion Dekker avait déjà partagé des Tweet anti-turcs.

Capture d’écran 2016-08-19 à 19.28.25.png

La Belge, Marion Dekker, a porté à l’actualité la discrimination en Europe contre les musulmans lorsqu’elle a demandé que le sang dont elle fera don ne soit pas utilisé pour des musulmans.

Le Croissant-Rouge a lancé une campagne de don du sang en Belgique.

La ville d’Anvers a publié une infographie, sur Twitter, expliquant à qui peut-on donner notre sang. Le graphique donné sous le titre « A qui pouvez-vous donner votre sang » explique aux internautes la compatibilité entre les groupes sanguins.

Marion Dekker a écrit sur son compte Twitter : « Je veux faire un don de sang mais pas à des musulmans. Pouvez-vous me le garantir? ». De nombreux internautes ont affiché leur réaction au Tweet de Marion Dekker.

« Je veux donner mon sang mais pas à des racistes. Pouvez-vous me le garantir ? » a riposté un internaute.

« Je suis musulman et je donne mon sang. A tous ceux qui en ont besoin. La Croix-Rouge ne fait aucune distinction. Désolé » a renchéri un autre internaute.

Contrainte d’effacer son Tweet après avoir suscité l’ire des internautes, Marion Dekker avait déjà partagé des Tweet anti-turcs.

TRT