La première présentatrice ​voilée​ d’un JT​ au Canada

Au Canada, une journaliste voilée a fait ses débuts en tant que présentatrice d’un journal télévisé, une première dans le pays. Ginella Massa, Canadienne d’origine panaméenne portant le hijab (voile), travaillait déjà en tant que reporter depuis 2015, rapporte Al Arabiya. Mais cette fois, elle a franchi une étape de plus en se voyant confier la présentation du JT de la chaîne CityNews, basée à Toronto.

La journaliste s’est exprimée sur le sujet en expliquant qu’il ne s’agissait pas seulement « d’une grande étape pour elle » mais aussi pour le Canada. « J’espère que le fait d’être une femme voilée à l’écran pourra aider à changer les impressions sur ce que sont et peuvent faire les femmes musulmanes. C’est important dans le climat actuel ».  Elle a également remercié CityNews pour cette opportunité. « Je suis vraiment reconnaissante de travailler pour une chaîne qui perçoit l’importance de recruter du personnel de tous les horizons et qui reflète la diversité des communautés desquelles on parle », a-t-elle expliqué.

TSA

En Suisse, un employeur condamné pour avoir renvoyé une salariée voilée

L’employeur avait invoqué des motifs d’hygiène. Selon le tribunal, il a violé le droit constitutionnel à la liberté de conscience et de croyance de son employée.

3147932_3_fb4e_port-du-voile-de-medailles-priere_e7011ab6da46c28c19fdf876371025a4

Un tribunal suisse a condamné une entreprise qui avait renvoyé une employée musulmane après qu’elle eut commencé de porter le voile, selon l’hebdomadaire helvète Le Matin Dimanche. Une cour régionale de Berne a jugé le mois dernier que cette femme serbe de 29 ans avait été victime d’un licenciement abusif de la part de l’entreprise de blanchisserie chez qui elle travaillait.

Plus de 7.000 euros d’indemnitéL’employeur, qui invoquait des motifs d’hygiène, a été condamné à verser trois mois de salaire et une indemnité de 8.000 francs suisses (7.400 euros environ) à la plaignante, identifiée par son seul prénom, Abida. Selon les magistrats, l’employeur a violé le droit constitutionnel à la liberté de conscience et de croyance de son employée.

Jurisprudence. Ce cas est l’un des premiers du genre à être porté devant la justice en Suisse, selon l’hebdomadaire suisse, qui ne signale qu’une seule autre affaire connue remontant à 1990, quand un industriel de l’est du pays avait été condamné pour le renvoi d’une femme à cause de son voile.

Les associations musulmanes divisées. Le jugement a été salué par certaines association musulmanes. « Peu importe que les femmes portent un voile ou que des hommes portent une kippa juive, au travail, les compétences sont le critère et pas le vêtement que l’on porte », a déclaré Onder Günes, de la Fédération des organisations islamiques de Suisse (FOIS). A l’inverse, Saida Keller-Messahli, présidente du Forum pour un islam progressiste, a souligné que « le voile est un accessoire des islamistes ».

Le Meilleur Pâtissier : Deux candidates musulmanes recalées par M6 parce que voilées ?

Alors que le premier épisode du « Meilleur Pâtissier » a été diffusé mercredi 12 octobre sur M6, deux potentielles candidates ont fait des révélations troublantes sur Instagram. Ainsi, elles laissent entendre que leur voile pourrait leur avoir fait défaut lors du casting…

le_meilleur_patissier_2016_le_castin_devoile.jpg

Mercredi 12 octobre, M6 diffusait la saison 5 du « Meilleur Pâtissier ». Ainsi, douze candidats se sont affrontés afin de séduire les palais de Mercotte et Cyril Lignac. Quelques heures avant le lancement du programme, Faustine Bollaert, l’animatrice, avait évoqué les profils bien différents des candidats. « On est très tourné vers l’international cette année et vers les pâtisseries du monde », avait-elle confié. Ainsi, Chelsea vient d’Australie et Ruth est originaire du Cap Vert. Toutefois, deux potentielles candidates n’ont pas été retenues au casting. Sur Instagram, elles ont expliqué leurs démarches. Après avoir candidaté par mail, elles ont chacune de leur côté été contactées avant d’obtenir un premier rendez-vous à Paris en janvier 2016.

Sur place, elles se sont rendues à ce casting vidéo avec des pâtisseries faites par leurs soins, et qui auraient semblent-ils fait l’unanimité. Les deux potentielles candidates, qui ne se connaissaient pas, sont toutes les deux musulmanes et voilées. « Bien évidemment, j’ai parlé de mon voile et ils m’ont affirmé que cela ne posait pas de problème s’il était coloré etc. », a lancé l’une des potentielles candidates. Des propos confirmés par la seconde : « Je lui ai posé tout de même la question de savoir si cela les dérangeait : elle m’a bien expliqué que non et que je pouvais même être un profil atypique ». Seulement, quelques semaines plus tard, les deux potentielles candidates ont reçu une réponse négative. « Désolé, vous n’avez pas le niveau », leur aurait alors confié la personne en charge du casting.

Capture d’écran 2016-10-13 à 15.33.05.png

Alors voilà on y est, il est temps pour moi de vous annoncer que je…je …ne fais pas parti de la saison du meilleur Patissier cette année 😅 mais j’ai tenté ma chance, alors laissez moi vous résumer comment mon casting s’est déroulé : sélectionnée après que ma candidature ai été envoyé par mail , une jeune fille super sympa me rappel pour me donner rendez-vous sur Paris et m’expliquer le déroulement de la seconde étape : j’y suis allé avec deux gâteaux ( ma pièce montée « mosaïque ») et une tarte gourmande revisitée à ma façon ☺️ très surprise par leur accueil très chaleureux ; car pour être honnête , moi et mon voile sur la tête on appréhendait énormément leur réaction 😰 donc après avoir été filmée, répondu à pleins de questions , présenté mes créa etc, je quitte donc le lieu du casting avec un très grand sourire. Tout c’était super bien passé , aucune fausse note. Pour vous dire, j’ai eu à peine le temps de sortir de l’immeuble que mon tel sonne: 😳 déjà lol, c’est du rapide. Non en faite elle m’appellait pour me dire que toute l’équipe se régalait avec mes gateaux surtout la tarte qui a faite l’unanimité , elle était super enthousiaste et cela m’a réconforté dans l’idée que j’avais peut être une chance; qui sais ?! J’ai reçu beaucoup de compliments de sa parts , puis elle en viens au sujet délicat , celui que je redoutais temps 😅 : Mon Voile . Elle me demande s’il y’a possibilité que je le mette autrement … moi: « c’est à dire ? » Elle rétorque : « vous savez juste un voile qui laisse apparaître le coup, avec des couleurs etc.. »je lui réponds: « oui, bien entendu avec un décolleté ça rend bien 😂 » non je plaisante, je lui ai gentillement expliqué que les couleurs ne me dérangent absolument pas mais que je tiens à cacher mes cheveux et mon cou enfin bref je vais pas vous faire un cours sur les conditions du voile lol . Je lui ai posé tout de même la question à savoir si cela les dérangeait : elle m’a bien expliqué que non et que je pouvais même être un profil atypique 😬. La discution s’est terminée après ça, elle m’a laissé avec une belle impression mais beaucoup de doutes également. Quelques semaines plus tard, je reçois un appel suite en com 👇🏻

Une photo publiée par Les Delices De Oumi By Sarah (@lesdelicesdeoumi) le 12 Oct. 2016 à 11h00 PDT

Je voulais vous parlez d’une chose depuis déjà plusieurs mois mais j’attendais que cette nouvelle saison démarre pour vous en parlez ! 🙄 Suite à tous vos encouragements j’ai décider moi aussi de participer au casting du meilleur pâtissier qui c’est dérouler sur Paris en Janvier 2016 . Le casting c’est super bien passer , tous le monde étaient très sympa , je devais ramener deux gâteaux de mon choix et je n’ai reçu que des compliments quand à ma présentation que sur mes gâteaux .. 🙃 Bien évidemment j’ai parler de mon voile & ils m’ont affirmer que cela ne poser pas de problème si il était coloré etc .. Je suis reparti du casting confiante et contente car vraiment sans me lancer des fleurs ils avaient l’air  » bluffer  » , en repartant j’ai croiser la talentueuse @lesdelicesdeoumi qui passer le casting juste après moi !! Elle aussi a reçu que des compliments et cela ne m’étonne pas vu son talent . 👍🏼 On a reçu la réponse quelques semaines plus tard et vous savez ce qu’ils nous ont dit à toutes les deux .. ??? 😏  » DSL VOUS N’AVEZ PAS LE NIVEAU .  » Heu ça m’a grave surprise étant donner qu’ils m’ont complimenter du début à la fin sur mes gâteaux durant le casting & puis vous avez vu les chef-d’oeuvres de @lesdelicesdeoumi ?? Pas le niveau ? C’est une blague ? 😅 Je ne pense pas être la meilleur et avoir un niveau de folie mais de là à dire :  » Pas le niveau  » je trouve ça un peu gros quand même surtout quand le discours n’était pas le même quand j’était la avec mes gâteaux et puis quand je regarde l’émission chaque année à la tv je me sens pas du tous à la rue … Bref vous savez quel est le point commun entre @lesdelicesdeoumi & moi ? C’est qu’ont portent toutes les deux le voile et que ça bloque encore de prendre des filles voilés et épanouie pour une émission TV . J’aurais préférer qu’ont me le disent franchement au téléphone avant le casting ( car oui avant le casting , on a d’abord un entretien téléphonique avec eux et je leur est parler de mon voile à ce moment là ) car ça m’aurait éviter de perdre mon temps à me déplacer pendant 48h sur Paris ( J’habite Rennes ) et à faire les gâteaux et éviter de perdre de l’argent ( suite en com 👇🏽 )

Une photo publiée par RECETTE SUR MON BLOG (@les_patisseries_de_mama) le 12 Oct. 2016 à 11h19 PDT

Non Stop People

Norvège : une coiffeuse jugée pour avoir refusé une musulmane voilée

Capture d’écran 2016-09-08 à 15.35.56.pngUne coiffeuse norvégienne a comparu en justice, jeudi, pour avoir éconduit une musulmane portant le hijab. Il s’agit de la première affaire axée sur le port du voile jugée dans le pays. Merete Hodne encourt en principe jusqu’à six mois de prison pour avoir avoir refusé Malika Bayan dans son salon de Bryne, au sud-ouest du pays, en octobre, affirmant selon l’acte d’accusation qu’«elle devait se trouver un autre endroit parce qu’elle ne prenait pas (les personnes) comme elle».

«Je ne veux pas de ce mal dans une pièce où c’est moi qui décide. Ce mal, c’est l’idéologie islam, le mahométisme (sic) et le hijab est le symbole de cette idéologie, comme la croix gammée est celui du nazisme», a déclaré la coiffeuse à la chaîne TV2.

Présentée dans les médias norvégiens comme une ancienne militante de mouvements islamophobes tels que Pegida, la coiffeuse de 47 ans a affirmé qu’accepter une femme voilée l’aurait obligée à refuser des clients masculins à qui la cliente putative n’aurait pu selon elle montrer ses cheveux.

«Cela ne peut pas être mal d’ouvrir la porte d’un salon de coiffure pour demander combien ça coûte de faire des mèches», a réagi l’an dernier la jeune musulmane de 24 ans, citée par la presse. «Je me sens profondément humiliée quand je suis traitée de cette manière dans l’espace public dans mon propre pays».

La coiffeuse ayant refusé d’acquitter une amende de 8.000 couronnes (870 euros) pour discrimination religieuse, l’affaire a été portée devant le tribunal de Jaeren, qui devait l’examiner jeudi matin. La police a indiqué qu’elle demanderait que l’amende soit portée à 9.600 couronnes ou, à défaut de paiement, que la coiffeuse soit condamnée à 19 jours de prison.

Le Parisien

Les musulmanes porteraient-elles le voile pour mieux s’intégrer?

Les musulmanes jeunes et instruites qui vivent dans des environnements urbains modernes choisissent de porter le voile car il leur permet de fréquenter des amis non-musulmans, de travailler à l’extérieur de chez elles et d’interagir avec des étrangers, déclare une étude visant à déterminer pourquoi le port du voile augmente parallèlement à la modernisation.

6879474

Les tentatives visant à forcer les musulmanes à abandonner leur voile pourraient donc être contreproductives en les privant du choix et de la possibilité de s’intégrer: si les femmes ne peuvent pas montrer leur piété via le port du voile, elles pourraient choisir ou être contraintes de rester à la maison, rapporte The Guardian.

« Pour les femmes très religieuses, nous avons trouvé que (…) l’éducation, l’emploi, le niveau de revenu, la vie urbaine et les contacts avec les non-musulmans renforcent en fait le port du voile », a déclaré Ozan Aksoy, auteur du rapport « Derrière le voile: utilisation stratégique de la tenue religieuse ».

Un voile est considéré comme une expression de la religiosité d’une femme. Paradoxalement, ce sont les femmes (…) qui semblent compter sur le voile pour signaler aux autres qu’elles ne succomberont pas aux tentations de la vie urbaine moderne », a-t-il ajouté.

Dans le cadre de l’étude, les chercheurs ont recueilli les données sur des milliers de femmes vivant en Belgique, en Turquie et dans 25 pays musulmans et les ont analysées en utilisant des modèles mathématiques afin de définir comment l’intensité du port du voile varie selon l’éducation et l’emploi d’une musulmane, son contact avec les non-musulmans et le niveau d’urbanisation de la ville. L’étude prend en compte le port du voile islamique, du tchador (une pièce de tissu sans manches qui laisse seulement le visage ouvert), de la burqa (qui couvre complètement la tête et le corps, avec une grille en tissu dissimulant les yeux), et l’absence de couvre-chef.

Sputnik

Selon un maire LR, Sarkozy appelait des maires pour qu’ils prennent des arrêtés anti burkini

ecoutes-telephoniques-que-dit-la-loi

Un maire juppéiste d’une ville du Sud-Est n’en revient pas: « Nicolas Sarkozy a appelé lui-même certains maires pour qu’ils signent des arrêtés interdisant le burkini! Eric Ciotti [président du conseil général des Alpes-Maritimes, qui est l’un de ses porte-parole, NDLR] téléphonait et l’ancien chef de l’Etat passait derrière pour remettre un coup de pression. Est-ce son rôle? »

Voilà Nicolas Sarkozy soupçonné de souffler sur les braises à des fins purement électoralistes sur un sujet ô combien sensible. 

L’Express

Corse : des parents d’élèves bloquent l’accès à 5 femmes voilées dans une école de Bonifacio

bonifaciocree_le_20160802_10h21m29s_00113

Rentrée mouvementée ce matin, dans les écoles de Bonifacio. Certains parents d’élèves ont bloqué l’accès à cinq femmes voilées, « portant une djellaba et un voile sur les cheveux », rapporte l’un de ces parents d’élèves.

La gendarmerie est intervenue, ainsi que la direction de l’école maternelle. Une réunion-débat a lieu en mairie cet après-midi. Les parents d’élèves réclament « une explication, car nos enfants sont réprimandés si l’on voit leur croix ».

La Provence

Etats-Unis : une chrétienne forcée d’ôter son voile

Yvonne Allen, une jeune femme américaine originaire d’Alabama a été forcée par l’administration de l’état d’ôter son voile pour faire la photo devant figurer sur son permis de conduire. 

religieuses-fraternites-monastiques-de-jerusalem-vie-consacree-soeurs_article_large.jpg

La jeune chrétienne a décidé de porter l’affaire devant un tribunal d’état, aidée par l’ONG ACLU (Union américaine pour les libertés civiles).

«  J’étais atterrée lorsqu’on m’a contraint à enlever mon foulard. Le fait de dévoiler mes cheveux à autrui relève de la désobéissance à Dieu. Je devrais jouir des mêmes droits que les adeptes des autres cultes et ne pas être discriminée pour ma Foi » , a-t-elle souligné, ajoutant dans sa plainte avoir été moquée par le clerc et l’administration du comté de Lee pour être une femme chrétienne voilée. Il lui a été répondu que « seules les musulmanes avaient le droit d’apparaître voilée sur leur document de permis de conduire« .

L’état de l’Alabama, répondant au « lobbyisme » de la communauté sikhs et musulmane, a autorisé le droit d’apparaitre « voilés » sur les documents officiels du type permis de conduire à condition que le visage de la personne apparaisse clairement sur la photographie.

Yvonne Allen et l’ACLU sont donc fondés pour attaquer l’administration de l’état pour discrimination anti-chrétienne.

Washington Times

Avignon : elles défilent voilées contre l’islamophobie

Une trentaine de femmes voilées ont participé samedi à la « marche du foulard » à Avignon.

x870x489_dsc_0467.jpg.pagespeed.ic.54zcpXb7Px.jpg

Plusieurs dizaines de femmes ont répondu à l’appel lancé par le mouvement « Respect, égalité, dignité » samedi à Avignon. Elles ont défilé de la Gare au Pont d’Avignon afin de s’insurger contre l’islamophobie dont elles sont, selon leurs dires, victimes.

L’affaire des arrêtés municipaux anti-burkini est encore dans toutes les têtes. Selon Illam, une des participantes, cette polémique est le signe d’un recul des libertés religieuses mais également une atteinte aux droits des femmes à se vêtir comme elles l’entendent:

Ce sont toujours les femmes que l’on pointe du doigt. […] Mais grâce à la laïcité, on devrait pouvoir s’habiller comme on le veut. »

Du côté de l’organisateur de la manifestation, Abdel Zahiri, le voile ne devrait plus choquer en France:

Quand on voit une femme avec un foulard, on ne doit pas se demander pourquoi. On doit se dire que c’est normal.

Mais autour des manifestants, les avis divergent sur le bien-fondé de ce rassemblement. Fatima Barachi est une militante féministe, tombée par hasard sur cette « marche du foulard »:

Certes il y a parfois des discriminations contre les musulmans mais ces rassemblements participent à créer encore plus de communautarisme. Et en plus, ça énerve les gens.

A noter qu’aucun incident n’est venu émailler le parcours du cortège.

Une auto école refuse à une femme de passer son code de la route à cause de son voile

CrWH2qYVYAEQGUb.jpg-large

Des consignes de sécurité

Que s’est-il passé exactement devant ce centre d’examen ? Pour le savoir, LCI a contacté le centre SGS Objectif Code de Paris. Notre interlocutrice, responsable marketing et communication du pôle « transportation », a bien eu vent du différend.

« L’examinateur nous a appelés tout de suite pour expliquer la situation », précise-t-elle, avant de détailler : « Nous avons reçu des consignes de sécurité de la part du ministère de l’Intérieur. Il nous faut vérifier que les oreilles sont bien dégagées à l’entrée de la salle d’examen, afin d’éviter la triche. »

Et de récuser toute éventuelle discrimination à l’entrée de la salle : « Bien évidemment, les femmes voilées sont autorisées à venir passer le code. Nous leur demandons simplement de dégager leurs oreilles. Il me semble que cette personne a refusé de le faire, dans un premier temps. C’est pourquoi la situation a un peu duré. »

Deux heures après la publication de son premier post, Lilia a précisé, toujours via Facebook, avoir été finalement autorisée, avec son amie, à passer le code en deuxième session, « après une heure de discussion sur ‘malentendu’ selon la personne en charge de l’examen », dit-elle.

Du côté du centre SGS, on confirme que la femme voilée a finalement pris place dans la salle, au cours d’une session plus tardive. « Elle a été reçue à l’examen » précise-t-on à LCI.

LCI

Isère: la médecin qui avait refusé de soigner une femme voilée risque la radiation

Il y a un an, une médecin en Isère avait refusé de soigner une femme voilée. Ce samedi 3 septembre, le Conseil régional de l’Ordre des médecins de Rhône-Alpes examine la plainte déposée par la patiente. La médecin risque la radiation.

c5052477ba855e1436897ef9786a0.jpg

Belgique : deux étudiantes musulmanes refusées à leur examen à cause de leur voile

La direction a justifié cet acte par la mise en place d’un nouveau règlement. Les deux femmes ont finalement été autorisées à passer leur examen.

923889051_B974474363Z.1_20150108185028_000_GQQ3OLCB0.1-0

Deux étudiantes musulmanes se sont vues refuser l’entrée à leur examen à cause de leur voile, mardi matin, à l’Institut d’enseignement de promotion sociale de la Communauté française (IEPSCF) d’Uccle. Cette information, divulguée par la RTBF, a été confirmée par Stéphanie Wilmet, porte-parole de la ministre de la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB) chargée de l’Enseignement de promotion sociale, Isabelle Simonis. La direction a finalement autorisé les deux femmes à passer leur examen, en expliquant qu’un nouveau règlement d’ordre intérieur (ROI) interdira bien les signes convictionnels ostentatoires mais qu’il entrera en vigueur seulement à partir du 1er septembre.

Un nouveau règlement

La ministre a demandé à l’IEPSCF-Uccle que les étudiantes concernées puissent passer leurs examens de seconde session suivant les modalités en vigueur au moment de leur inscription. Elle a également sollicité des informations complémentaires sur les motifs de ce refus.

Pour toute inscription pour l’année scolaire 2016-2017, les étudiants devront toutefois respecter le nouveau règlement de l’établissement.

A la suite de cet incident, la ministre va envoyer, avant le 1er septembre, une circulaire aux différents établissements du réseau de la FWB leur demandant jusqu’à la fin des épreuves de seconde session le strict respect des droits des étudiants, tels que définis dans chaque ROI.

Des mesures transitoires

En cas de modification, elle appelle les écoles à déployer une large communication interne et à mettre en place des mesures transitoires pour les personnes affectées par un tel changement de règle. Si les établissements de promotion sociale sont autonomes pour décider d’autoriser ou d’interdire les signes convictionnels ostentatoires, elle leur rappelle l’obligation de motiver cette décision.

La ministre tient enfin à rappeler que l’enseignement de promotion sociale, destiné aux adultes, joue un rôle fondamental dans l’émancipation des personnes. Elle renouvelle sa confiance dans les équipes pédagogiques pour concrétiser cet objectif et garantir un climat serein.

L’ASBL Justice and Democracy, saisie par une étudiante, avait attaqué début 2015, devant le tribunal de première instance de Verviers, l’IEPSCF de Dison-Waimes et le gouvernement de la FWB en la personne d’Isabelle Simonis pour discrimination, considérant que l’interdiction du voile via le ROI est particulièrement dommageable dans un institut de promotion sociale pour adultes. L’association a été déboutée, mais a fait appel de cette décision. Ce dernier jugement est encore attendu.

Le Soir

Burkini : 4 villes dont Nice et Fréjus assignées en justice par le CCIF

Quatre villes de la Côte d’Azur sont assignées en justice par le comité contre l’islamophobie (CCIF) pour obtenir la suspension de leur arrêté anti-burkini.

image

Nouvel épisode judiciaire pour le burkini. Ce lundi, quatre villes ont été assignées en justice par le comité contre l’islamophobie (CCIF) qui demande la suspension de leur arrêté anti-burkini.

« J’ai déposé un référé liberté pour la commune de Nice, Roquebrune-Cap-Martin, Menton et pour Fréjus », a ainsi indiqué l’avocat du CCIF Sefen Guez Guez. L’audience aura lieu devant le tribunal administratif de Toulon mardi à 14h30 dans le cas de Fréjus et mercredi à 10 heures devant le tribunal administratif de Nice pour Menton, Roquebrune et Nice, a-t-il précisé.

L’Express