Musulmanes et chefs d’entreprise

Capture d’écran 2016-11-21 à 13.19.56.png

Elles veulent dépasser les clichés et les a priori. Voilées mais autonomes, assurent-elles ; musulmanes mais françaises avant tout ; femmes mais aussi chefs d’entreprise. Elles étaient une vingtaine, hier, à tenir les stands de leurs entreprises respectives au salon 100 % femmes, organisé à Mareuil-lès-Meaux par l’association Saba, toutes solidaires. « Nous avons créé cette association après avoir fait le constat que la plupart d’entre nous avaient fait des études mais que les femmes avaient plus de mal que les hommes à entreprendre », explique Sarah Achaibi, 25 ans, la présidente.

« Mon mari me soutient »

Le salon visait à valoriser l’esprit entrepreneurial des femmes. Des femmes musulmanes surtout, même si l’association se veut multiconfessionnelle et multiculturelle.

Rares étaient les femmes non-voilées dans la salle louée par le centre islamique de Meaux, qui y tenait un gala caritatif au profit de la mosquée Al Badr, la veille. « Ce n’est pas parce que je porte le voile que je ne suis pas autonome et indépendante. Au-delà de ma religion, les hommes doivent arrêter de ramener les femmes à leur condition de femme. Nous sommes des professionnelles autant qu’ils peuvent l’être ! », affirme Amel. Divorcée et maman de deux enfants, elle a monté sa librairie ambulante il y a bientôt deux ans.

Achoik Mojaat, 31 ans, a interrompu ses études alors qu’elle attendait son deuxième enfant. Maman de trois enfants de 11 à 5 ans, elle est à la tête de Abaya Chic Dubai, une boutique de robes de soirées importées de Dubai, à Villejuif (Val-de-Marne) : « Mon mari me soutient et m’aide beaucoup à la maison. » Des conférences étaient d’ailleurs menées sur les manières de concilier sa vie de femme, de mère et de business women.

Le Parisien

La première présentatrice ​voilée​ d’un JT​ au Canada

Au Canada, une journaliste voilée a fait ses débuts en tant que présentatrice d’un journal télévisé, une première dans le pays. Ginella Massa, Canadienne d’origine panaméenne portant le hijab (voile), travaillait déjà en tant que reporter depuis 2015, rapporte Al Arabiya. Mais cette fois, elle a franchi une étape de plus en se voyant confier la présentation du JT de la chaîne CityNews, basée à Toronto.

La journaliste s’est exprimée sur le sujet en expliquant qu’il ne s’agissait pas seulement « d’une grande étape pour elle » mais aussi pour le Canada. « J’espère que le fait d’être une femme voilée à l’écran pourra aider à changer les impressions sur ce que sont et peuvent faire les femmes musulmanes. C’est important dans le climat actuel ».  Elle a également remercié CityNews pour cette opportunité. « Je suis vraiment reconnaissante de travailler pour une chaîne qui perçoit l’importance de recruter du personnel de tous les horizons et qui reflète la diversité des communautés desquelles on parle », a-t-elle expliqué.

TSA

Italie : 30 000 euros d’amende pour avoir porté un niqab

Son amende a été multipliée par 50 : alors qu’elle assistait à un conseil municipal, une femme musulmane d’origine albanaise a reçu une amende de 30 000 euros pour avoir refusé de retirer son voile intégral.

9078630-14436013.gif

Une femme âgée de 40 ans portait un voile intégral à une réunion du parlement de la jeunesse dans la ville de San Vito al Tagliamento, une commune de la province italienne de Pordenone, dans le nord-est de l’Italie, le mois dernier, selon le quotidien italien Messaggero Veneto.

Selon le journal, la femme musulmane d’origine albanaise a été invitée par le maire de la ville à enlever son voile afin d’être identifiée. Elle a refusé.

La peine de prison convertie en amende

Le maire de la commune, outré, a porté plainte. La quadragénaire, qui réside en Italie depuis 16 ans, a d’abord été condamnée à quatre mois de prison et à une amende de 600 euros. Mais après appel de la décision, la haute cour de justice a décidé d’effacer la peine de prison… et de multiplier l’amende par 50, passant de 600 à… 30 000 euros !

En Italie, il n’existe aucune loi interdisant officiellement le port du voile intégral. Cependant, la législation italienne exige qu’une personne puisse être identifiable en permanence et interdit formellement de se couvrir entièrement le visage sans raison valable.

La France a été le premier pays européen à interdire le port du voile intégral dans l’espace public (rue, commerces, bâtiments administratifs, école, centres hospitaliers…).

Le Bien Public

Une première dans l’histoire américaine, une députée voilée à l’assemblée

D’origine somalienne et âgée de 34 ans, la Démocrate Ilhan Omar représentera le Minnesota.

5822fbf435208.jpg

Une première a été vécue lors des élections aux Etats-Unis où le candidat républicain Donald Trump a été élu président.

Ilhan Omar a été la première élue voilée à la Chambre des représentants. D’origine somalienne et âgée de 34 ans, la Démocrate Omar représentera le Minnesota.

Dirigeante de l’ONG Women Organizing Women Network oeuvrant pour la levée des obstacles devant la carrière professionnelle des femmes africaines, Omar a estimé que c’était le commencement d’une nouvelle ère.

TRT

L’ONU exhorte la Suisse à ne pas discriminer les femmes musulmanes

La CEDAW a demandé à la Suisse d’exposer sa politique antidiscriminatoire envers les femmes, notamment musulmanes. Le Bureau fédéral de l’égalité affirme veiller à son respect.

topelement.jpg

En mars dernier, l’Organisation des Nations Unies prévenait la Suisse que l’interdiction « de grande envergure » du voile était « illégitime. » Ce mercredi, l’ONU étudiait à nouveau le cas du pays helvétique, de façon plus globale sur les discriminations faites aux femmes. Devant la CEDAW, la Suisse a donc tenté d’expliquer sa politique en vue d’améliorer la condition des femmes. La crise des réfugiés en Europe et la recrudescence des actes terroristes ont provoqué, comme en France, un débat national sur l’Islam. En Suisse, on parle actuellement de l’interdiction du voile intégral, appliqué depuis plusieurs années déjà en France. Inquiète de la discrimination religieuse qui pourrait en résulter, la CEDAW a demandé à la Suisse des comptes. Selon Sylvie Durrer, directrice du Bureau fédéral de l’égalité (BFE), les femmes musulmanes ne vont pour autant pas être discriminées.

DES DISCRIMINATIONS DANS LES ENTREPRISES

Une promesse qui demandera encore beaucoup de travail, et un peu de temps. Un rapport d’Amnesty International cite en effet plusieurs fois la Suisse, rappelant notamment qu’en 2012, « un grand parti politique (l’Union démocratique du centre, ndlr) a réussi, à l’issue d’une campagne, à faire interdire la construction de minarets » ou encore « certains employeurs ont mis en place des directives internes, ou une politique non écrite, interdisant le port de tenues ou de signes culturels et religieux. » L’UDC, dans son programme, indiquait même que les immigrés musulmans «  sont souvent originaires de pays qui ne connaissent pas la démocratie. Ils amènent donc dans leurs bagages des conceptions du droit et de l’ordre qui sont incompatibles avec notre système juridique. » Quatre ans plus tôt, le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale remarquait, en Suisse, une « absence de progrès tangible dans la lutte contre les attitudes racistes et xénophobes envers certaines minorités », dont les musulmans.

Info

Écosse : la police ouvre ses portes aux musulmanes voilées

Pour plus de diversité, la police écossaise a décidé de mettre en place des tenues pour femmes voilées afin de faciliter la présence dans leurs rangs de nouvelles recrues musulmanes. L’objectif est de garantir une meilleure représentation de la diversité ethnique et culturelle du pays.

11924551_1035999436445487_8297535399624094188_n.jpg

Opération séduction du côté de la police écossaise. Celle-ci veut proposer désormais un uniforme pour femmes voilées afin d’attirer les musulmanes dans ses rangs. Le but est de favoriser leur intégration dans la police et mieux refléter la nouvelle diversité ethnique de la population, a annoncé récemment l’Autorité de la police écossaise, selon le journal Scotsman.

Cette opération entre dans le cadre du Work Force Diversity Strategy (Stratégie pour la diversité dans les forces policières). Au total, 650 postes à profils issus de minorités ethniques sont à pourvoir pour que la diversité culturelle du pays soit mieux représentée. En Écosse, seuls 175 des 17 000 agents de police sont issus d’une minorité.

 

Ce dispositif a déjà été mis en place il y a 15 ans à Londres, en Grande-Bretagne. En revanche, selon les dernières statistiques, la diversité au sein de la police anglaise serait en recul. Les officiers blancs seraient surreprésentés par rapport à leur collègues issus des groupes minoritaires.

zaman