Les nationalistes condamnés pour attentat terroriste bientôt transférés en Corse après la violente manifestation

Le garde des Sceaux a précisé que cette décision n’était « pas une faveur » et n’était donc pas liée à l’actualité récente ( la Police attaquée par des nationalistes corses lors d’une manifestation )

Capture d’écran 2016-10-22 à 22.57.15.png

Les militants nationalistes Nicolas Battini et Stéphane Tomasini, récemment condamnés par la cour d’assises spéciale de Paris, seront prochainement transférés en Corse, a annoncé samedi la Chancellerie confirmant une information de Corse-Matin.

« A ce jour, l’ensemble des condamnés définitifs pour motif terroriste ayant émis le souhait d’être à Borgo ont pu rejoindre cet établissement, hormis 3 personnes condamnées à la réclusion criminelle à perpétuité et inscrites au répertoire des détenus particulièrement signalés », avait souligné le ministère.

Un troisième militant corse, Joseph-Marie Verdi, petit-fils de l’ex-chef du FLNC Charles Pieri, condamné par défaut le 6 octobre alors qu’il était en fuite, à six ans de prison par la cour d’assises spéciale de Paris pour l’attentat contre la sous-préfecture de Corte, a été incarcéré jeudi à Borgo.

Europe 1

 

Plusieurs nationalistes corses condamnés pour terrorisme inscrits au FIJAIT

Le 1er juillet 2016, le fichier judiciaire national automatisé des auteurs d’infractions terroristes (FIJAIT) est officiellement entré en vigueur. Il répertorie tous les condamnés pour terrorisme. Plusieurs nationalistes corses se sont vus notifier leur inscription, vécue comme une double peine.

corse-le-flnc-se-dit-pret-reprendre-les-armes-620x349

Franck Rastoul, procureur général près la Cour d’Appel de Bastia; Me Jean-Marc Lanfranchi, avocat de Sampiero Andreani; Manuel Valls, Premier Ministre (Janvier 2015 – Assemblée nationale); Me Eric Barbolosi; Vanessa Codaccioni, maître de conférence, spécialiste justice d’exception à l’Université Paris 8; Xavier Crettiez, professeur des Universités, Sciences-Po Saint-Germain-en-Laye  –  France 3 Corse ViaStella  –  Marie-Françoise Stefani, Stéphane Agostini

UNE TRENTAINE DE NATIONALISTES INSCRITS

Le 1er juillet 2016, le fichier judiciaire national automatisé des auteurs d’infractions terroristes (FIJAIT) est officiellement entré en action. Il répertorie tous les condamnés pour terrorisme. Plusieurs nationalistes corses se sont vus notifier leur inscription.

Créé après les attentats de Paris, par la loi du 24 juillet 2015 relative au renseignement, le FIJAIT a pour vocation de faciliter l’identification des personnes et de prévenir le renouvellement des infractions à caractère terroriste.

Une trentaine de nationalistes corses, condamnés pour terrorisme, se sont vus notifier leur inscription au FIJAIT aux côtés de djihadistes. Un amalgame selon eux.

La loi ne peut pas faire de distinction », explique Franck Rastoul, procureur général près la cour d’appel de Bastia. « Le critère d’application c’est une qualification juridique qui relève de faits de terrorisme (…). La loi ne fait pas de distinction mais ne peut pas en faire, sinon il y aurait une rupture de l’égalité devant la loi. »

Dernier cas en date, ceux de Nicolas Battini, Joseph-Marie Verdi et Stéphane Tomasini. Les trois jeunes nationalistes ont été condamnés le 6 octobre 2016 à des peines de 5 à 8 ans de prison pour un attentat commis en 2012 contre la sous-préfecture de Corte (Haute-Corse).

La cour d’assises spéciale, qui n’a pas retenu le chef d’association de malfaiteurs contre les trois accusés, a confirmé la qualification terroriste et demandé leur inscription au FIJAIT.

UN CONTRÔLE STRICT DES LIBERTÉS

En terme d’obligation, les fichés au FIJAIT doivent déclarer tout changement d’adresse et tout déplacement à l’étranger au plus tard 15 jours avant la date du voyage.

Elles sont également automatiquement enregistrées au fichier des personnes recherchées (FPR) pendant toute la durée de leurs obligations, afin de facilité d’éventuelles recherches.

Condamné à huit ans de prison pour un attentat contre un hangar désaffecté de la rive sud d’Ajaccio, Sampiero Andreani a été libéré le 9 août 2016. Il s’est vu notifier son inscription au FIJAIT, une semaine avant sa libération, comme « un second jugement ».

Ces obligations s’appliquent pendant dix ans (5 ans pour les mineurs). Leur non-respect constitue un délit passible d’une peine de deux ans d’emprisonnement et 30.000 euros d’amende.

«Tuez les» «Grillez les», 8 véhicules dont un fourgon de CRS brûlés par des nationalistes corses

De violents incidents ont éclaté samedi à Bastia, près de la préfecture de Haute-Corse, entre des manifestants nationalistes et les forces de l’ordre. Trois syndicats étudiants de l’Université corse (Ghjuventù Indipendentista, Ghjuventù Paolina, Cunsulta di a Ghjuventù Corsa) avaient appelé à la mobilisation devant le Palais de justice de Bastia à 14 heures pour apporter un soutien aux condamnations de trois jeunes nationalistes à des peines de prison ferme pour un attentat terroriste, tout comme les partis nationalistes, majoritaires à l’assemblée de Corse, et la Ligue des droits de l’homme.

Peu après la dispersion d’une manifestation de quelque 1500 personnes selon la police, 4000 selon les organisateurs, plusieurs dizaines de jeunes cagoulés avaient lancé des cocktails Molotov sur les CRS et les gendarmes mobiles assurant la protection de la préfecture et dont la présence avait été renforcée.

Huit véhicules, dont au moins un de police, ont commencé à brûler, mais les pompiers ont rapidement pu éteindre les flammes. Les jeunes cagoulés ont également déclenché un début d’incendie à la poste centrale de Bastia, située à 200 mètres de la préfecture. CRS et gendarmes mobiles ont riposté par des tirs de grenades lacrymogènes et de Flash-Ball. Ils ont ensuite bouclé le périmètre autour de la préfecture en déployant des camions et des cars.

Le Parisien

Corse : mobilisation de lycéens en soutien aux 3 terroristes nationalistes condamnés

Quelques centaines de lycéens se sont rassemblés lundi matin dans plusieurs villes de Corse, pour protester contre les condamnations de trois jeunes nationalistes par la cour d’assises spéciale de Paris pour un attentat en 2012.

Capture d’écran 2016-10-10 à 13.41.27.png

Environ 200 lycéens se sont rassemblés dans le calme devant la préfecture de région à Ajaccio, dénonçant les « lourdes peines » prononcées à l’encontre des « militants nationalistes »Ceux-ci ont écopé de peines de 5 à 8 ans de prison pour l’attaque à la voiture bélier contre la sous-préfecture de Corte en 2012.

À Bastia aussi, 200 lycéens ont défilé sans incident, du palais de justice à la préfecture, brandissant des banderoles « Amnistia ». Selon le rectorat de Corse, plusieurs lycées ont été partiellement bloqués, à Porto-Vecchio et Bastia notamment.

Appel à une mobilisation « de grande ampleur » 

Depuis la condamnation jeudi des trois nationalistes par la cour d’assises, plusieurs manifestations et rassemblements ont été organisés en Corse, donnant lieu à des débordements et des affrontements avec les forces de l’ordre mercredi soir à Bastia, jeudi à Corte et vendredi à Ajaccio.

Les trois syndicats étudiants corses, nationalistes, ont appelé vendredi dernier à une mobilisation « de grande ampleur » toute la semaine.

Ouest France

Bastia : «Francia fora» affrontements entre policiers et nationalistes venus soutenir leurs camarades terroristes

Lors d’une manifestation de soutien à trois jeunes nationalistes actuellement jugés à Paris, des affrontements ont eu lieu avec les forces de l’ordre. Quatre policiers ont été blessés.


Quatre membres des forces de sécurité ont été blessés mercredi soir à Bastia lors d’incidents avec plusieurs dizaines de jeunes nationalistes corses dénonçant les réquisitions du ministère public contre trois de leurs camarades – auteurs présumés d’un attentat contre la sous-préfecture de Corte en 2012 – jugés à Paris.

Devant la cour d’assises spéciale de Paris, le ministère public a requis de 6 à 8 ans de prison contre trois militants de GI, Nicolas Battini, Stéphane Tomasini et Jean-Baptiste Verdi, âgés de 22 à 24 ans.

Les jeunes gens, certains cagoulés, ont lancé des cocktails Molotov et incendié des conteneurs à ordures sur la place du marché, au centre de Bastia. Un véhicule stationné a partiellement brûlé.

Un graffiti « Liberta, Francia fora » (Liberté, France dehors) a été tracé durant les échauffourées sur la façade la Banque de France située sur le cours Pierangeli reliant les places du marché et Saint-Nicolas. L’artère a ensuite été bouclée par un cordon de gendarmes mobiles.

Le Bien Public