Ajaccio : des nationalistes corses attaquent un commissariat coups de cocktails Molotov après arrestation d’un des leurs

Des cocktails Molotov et des pierres ont été lancés vendredi contre le commissariat de police d’Ajaccio par de jeunes nationalistes dénonçant de récentes interpellations. Deux arrestations ont été opérées peu après les incidents, a indiqué une source proche de l’enquête.

(…)

Les jeunes nationalistes sont sortis d’un groupe de quelques dizaines d’élèves du lycée Fesch voisin devant lequel ils s’étaient rassemblés. Ils dénonçaient une série d’interpellations opérées lundi en Haute-Corse dans les milieux nationalistes.

Le procès en comparution immédiate de dix hommes a été reporté au 9 mars jeudi par le tribunal correctionnel de Bastia pour permettre aux prévenus de préparer leur défense. Ils sont mis en examen pour violences et dégradations lors de manifestations les 5 et 15 octobre 2016 à Bastia liées à la condamnation, le 6 octobre, de trois nationalistes par la cour d’assises spéciale de Paris pour leur participation à un attentat à la voiture bélier en 2012 contre la sous-préfecture de Corte.

Europe 1

Affrontements à Paris : des « supporters » munis de drapeaux français caillassent les CRS

Paris : un casseur raconte que la police les a empêché d’entrer dans la #FanZoneTourEiffel


Capture d’écran 2016-07-10 à 23.11.39.png

Capture d’écran 2016-07-11 à 01.57.09.png

Euro2016: La police anglaise diffuse les photos de 73 hooligans impliqués dans les violences

football-682732

L’unité « hooligans » de la police anglaise (UKFPU) a publié jeudi les photos de 73 supporters anglais suspectés d’être impliqués dans les débordements du 11 juin dernier à Marseille.

A leur retour, ils seraient passibles d’interdictions de stades à vie, selon Andy Barnes, le directeur de cette unité. A également été lancé un appel pour récupérer toutes les vidéos ou photos disponibles lui permettant de comprendre ce qui est arrivé à Stewart Gray, 47 ans, retrouvé grièvement blessé à l’angle de la rue Fort Notre Dame et qui serait en train de sortir du coma, mais aussi aux 13 autres supporters anglaises toujours hospitalisés.

L’Equipe

Quatre nationalistes corses mis en examen pour les émeutes de février a Corte

emeute police corse corte nationaliste supporter

Quatre jeunes militants nationalistes corses ont été mis en examen à Bastia dans la nuit de lundi à mardi pour des incidents entre manifestants et gendarmes, en février à Corte (Haute-Corse).

Le président de l’organisation Ghjuventu indipendentista (Jeunesse indépendantiste), François Santoni, fait partie des personnes mises en examen. Les quatre hommes ont été laissés en liberté et doivent être jugés le 6 juillet par le tribunal correctionnel de Bastia.

Il leur est reproché des violences et dégradations commises le 15 février contre la gendarmerie de Corte lors d’une manifestation de soutien à un supporteur du club de football de Bastia (SCB, L1), Maxime Beux. Celui-ci avait été grièvement blessé à Reims le 13 février lors d’un accrochage avec des policiers, en marge du match Reims-Bastia.

Le Parisien

Cocktails Molotov, lacrymogènes et gendarme blessée : nouvelle nuit d’émeutes en Corse

Dans la ville de Corte, sur l’île de Beauté, où la tension reste à son comble trois jours après les heurts qui ont opposé des supporters du SC Bastia aux forces de l’ordre, les jours d’affrontements se suivent et se ressemblent.

Capture d’écran 2016-02-17 à 14.09.22.png

«Etat français assassin», «FLN ! FLN !», ont scandé les quelques 200 manifestants regroupés le 16 février devant la sous-préfecture de Haute-Corse avant qu’une cinquantaine de personnes, le visage dissimulé, ne jette des cocktails Molotov en direction des forces de l’ordre et que celles-ci ne répliquent par des jets de grenades lacrymogènes.

Dans les affrontements, qui ont duré près d’une heure et demie, une gendarme a été légèrement blessée et un protestataire interpellé. Au soir du 15 février, deux personnes avaient été interpellées suite à des débordements similaires, avant d’être relâchées le lendemain.

RT

Des hooligans corses incendient des banques et blessent 15 policiers

bastia psg crorse incident hooligan emeute banque crs

Deux agences bancaires ont été visées à proximité de Furiani après la rencontre ce samedi. Quinze policiers et CRS ont été blessés en tentant de faire revenir le calme. Ces incidents se sont déroulés en marge de la rencontre Bastia-PSG, perdue par les Corses.

« Les individus, cagoulés, ont mis le feu à des poubelles« , avant de saccager et d’incendier deux banques, à la sortie du stade bastiais, a précisé cette source, qui n’a pas fait état d’interpellations.

« Quinze policiers et CRS ont été blessés en tentant de faire revenir le calme, dont sept ont été hospitalisés. Aucun n’a été atteint gravement. Armés de fusées et pétards agricoles, (les supporters) n’ont pas hésité à tirer directement sur les forces mobiles« , a dénoncé dimanche matin le syndicat policier SGP-FO.

« Il serait temps que les instances du football français assument leurs responsabilités (…) Les policiers ne sont pas de la ‘chair à canon‘ au profit du sport spectacle« , ajoute-t-il dans un communiqué.

Il y a un mois, mi-septembre, des incidents avaient déjà éclaté à Bastia après la défaite de l’équipe corse contre Nice. En octobre 2014, une rencontre entre les Bastiais et les Niçois avaient déjà tourné à l’affrontement: des supporters de l’OGC Nice avaient envahi la pelouse alors que les joueurs se battaient.

L’Express

Adrien Desport, l’élu FN incendiaire, condamné à trois ans de prison ferme

Adrien desport marine le pen FN condamne voiture brule racaille insecurite pompier pyromaneAdrien Desport comparaissait aux côtés de cinq autres militants du parti d’extrême droite, qui ont été condamnés à des peines allant de 18 mois de prison ferme à six mois avec sursis – son ex-petite amie, qui avait été la première à dénoncer les agissements de la bande, a été dispensée de peine.

Après son expédition pyromane, Adrien Desport avait publié sur son blog une lettre ouverte dénonçant « la montée de l’insécurité » et pointé du doigt la municipalité communiste. Des « gamineries », s’était-il maladroitement défendu à la barre du tribunal correctionnel de Meaux, le 2 septembre. Une « manipulation politique », avait corrigé le procureur de Meaux.

L’ancien militant, qui se plaisait à se présenter comme un cadre du parti chargé de la communication dans le 77, avait admis avoir mis le feu à une seule voiture. Ne se souvenant pas « des douze autres », tout en déclarant « assumer l’ensemble ».

Outre les incendies de voitures, Adrien Desport et ses comparses âgés de 19 à 25 ans – son ex petite-amie, trois étudiants et un commercial – étaient également jugés pour avoir participé à une association de malfaiteurs, dénoncé une agression imaginaire, ou encore consommé des produits stupéfiants.

Le Monde

Une manifestation d’extrême droite dégénère à Hambourg

Des affrontements opposants militants d’extrême-droite, mouvements anti-nazis et forces de l’ordre ont éclaté samedi à Hambourg en Allemagne. 3 000 partisans d’un mouvement d’extrême-droite comptait marcher dans le quartier de Wandsbek. Mais  selon le site en anglais thelocal.de, 10 000 manifestants anti-néonazis avaient décidé de les empêcher en créant des barrages et en enflammant des ordures.

Environ 1 000 policiers sont alors intervenus pour circonscrire les flammes avant de se heurter aux manifestants. Environ 700 personnes ont été interpellées. Hambourg est une ville où les manifestations et les affrontements entre mouvements d’extrême-gauche et d’extrême-droite se sont multipliés ces dernières années.

France TV