#AttentatNice : The Sun trouve inapproprié qu’une présentatrice voilée soit devant la caméra

Le tabloïde britannique The Sun s’est interrogé sur la présence à l’écran d’une présentatrice portant un hijab pour parler de l’attentat de Nice sur Channel 4.

36620EE700000578-3695416-image-a-20_1468842474497.jpg

Dans un article accompagné d’un tweet, le journaliste de l’édition Kelvin MacKenzie a demandé aux lecteurs s’ils trouvaient approprié « qu’une femme voilée soit devant la caméra alors qu’un autre massacre était commis par un musulman« . Selon lui, un tel choix revient à « confier la couverture du conflit israélo-palestinien à un juif orthodoxe ».

Les propos du journaliste ont provoqué un tollé sur les réseaux sociaux, dont de nombreux utilisateurs les ont qualifiés d' »honteux », « haineux » ou « xénophobes ». Face à l’indignation des internautes, The Sun a finalement supprimé le tweet promouvant l’article controversé.

La présentatrice voilée s’appelle Fatima Manji. Elle travaille pour Channel 4 depuis quatre ans et apparaît régulièrement lors des bulletins d’information.

La chaîne d’information a de son côté réagi en estimant que les propos de Kevin MacKenzie « relevaient de l’incitation à la haine religieuse ».

Sputnik News

Racisme en Angleterre : ils agressent une fillette de 4 ans avec des faux excréments

Samedi dernier, ils étaient une vingtaine de grands gaillards, âgés d’une petite trentaine d’années, à fréquenter le pub du Royal Exchange à Worcester (Angleterre). 

Corn Exchange.jpg.gallery

20 grands gaillards qui étaient sur le trottoir, à boire des bières et à rire très fort.

Et puis, quand une famille asiatique est passée, avec des vêtements traditionnels, ils se sont dits que ce serait drôlement courageux d’aller embêter cette grand-mère, cette maman, cette petite fille de 4 ans et ce bébé de 18 mois qui était dans une poussette.

En guise de cible, du haut de leur plus grand courage, ils ont choisi la petite fille de 4 ans.

Alors, ils ont fait quelque chose qui est drôlement mature et courageux. Ils avaient avec une fausse crotte, l’un d’eux a fait mine de la ramasser au sol, et de venir l’étaler sur le visage de la petite fille horrifiée.

Il a ensuite essayé d’en faire de même avec la maman, mais elle ne s’est pas laissé faire.

Tayyib Nawaz le père de la fillette a dit que le «lâche» a reçu des acclamations de ses camarades  après son attaque.

Le père de la victime a décrit l’agresseur comme un « blanc âgé d’une vingtaine d’années ».

Les 20 grands gaillards ont été expulsés du pub, ils sont activement recherchés par la police de Worcester pour agression aggravée d’un caractère raciste (il y avait du monde dans les rues ce jour-là, et c’est cette famille qui a été choisie pour cible.)

Depuis l’incident, la petite fille est traumatisée, elle refuse de sortir en ville de peur de subir une autre agression.

Worcester News

Euro2016: La police anglaise diffuse les photos de 73 hooligans impliqués dans les violences

football-682732

L’unité « hooligans » de la police anglaise (UKFPU) a publié jeudi les photos de 73 supporters anglais suspectés d’être impliqués dans les débordements du 11 juin dernier à Marseille.

A leur retour, ils seraient passibles d’interdictions de stades à vie, selon Andy Barnes, le directeur de cette unité. A également été lancé un appel pour récupérer toutes les vidéos ou photos disponibles lui permettant de comprendre ce qui est arrivé à Stewart Gray, 47 ans, retrouvé grièvement blessé à l’angle de la rue Fort Notre Dame et qui serait en train de sortir du coma, mais aussi aux 13 autres supporters anglaises toujours hospitalisés.

L’Equipe

Brexit : de plus en plus d’immigrés Français veulent acquérir la nationalité britannique

De plus en plus d’expatriés vivant au Royaume-Uni cherchent à en obtenir la citoyenneté afin d’éviter les désagréments liés à une éventuelle sortie de l’UE.

Capture d’écran 2016-05-16 à 23.16.19.png

C’est le sujet de conversation favori dans les bars et les restaurants de South Kensington, le quartier londonien qui compte la plus forte densité de ressortissants français : le sort qui leur sera réservé si, lors du référendum du 23 juin, une majorité de citoyens britanniques se prononcent pour une sortie de l’Union européenne.

Plus de 300 000 Français vivent au Royaume-Uni, dont les deux tiers à Londres, et ils commencent à s’inquiéter des éventuelles conséquences qu’aurait un Brexit sur leurs conditions de vie. Elles sont potentiellement considérables.

Le Point