Palestine: des eurodéputés demandent à faire bannir les clubs israéliens issus des colonies

Soixante-six eurodéputés ont écrit vendredi au président de la Fifa, Gianni Infantino, pour lui demander de faire bannir de la Fédération israélienne de football les clubs implantés dans les colonies de Cisjordanie occupée.

israel.jpg

« Nous vous sommons d’agir en conformité avec les statuts de la Fifa, le droit international, les précédents existants et les engagements de la Fifa en matière de droits de l’homme », peut-on lire, dans une copie de la lettre communiquée à la presse.

« Dès lors la Fifa devrait ordonner que les clubs des colonies soient tous relocalisés à l’intérieur des frontières d’Israël reconnues internationalement ou qu’ils soient exclus de la Fédération israélienne de football », ajoutent-ils en précisant qu’« il y a au moins cinq clubs israéliens dans les colonies de Cisjordanie qui jouent dans le Championnat d’Israël ».

Des Français parmi les signataires

Le courrier, dont l’Ecossais Alyn Smith (SNP, parti national écossais) est à l’initiative, est signé par 65 autres élus du Parlement européen, de gauche et de droite. Parmi eux les Français Edouard Martin (socialiste), Yannick Jadot (vert), l’Espagnol Santiago Fisas Ayxela (conservateurs), ou encore la Belge Hilde Vautmans (libéraux).

« Je ne demande pas à la Fifa de suspendre Israël, nous souhaitons juste qu’elle fasse appliquer les règles », estime Alyn Smith, cité dans un communiqué.

« Permettre à Israël d’utiliser le football comme instrument d’expansion territoriale en Cisjordanie revient à politiser le football, et ce n’est pas acceptable », poursuit l’indépendantiste écossais.

Les députés européens font valoir qu’« exclure ou relocaliser ces quelques clubs (évoluant en 3e et 4e division, ndlr) ne va pas nuire au football en Israël. Au contraire cela va sécuriser la position d’Israël à la Fifa ».

L’exemple de la Crimée

Les clubs concernés sont Maalé Adoumim et Givat Zeev, près de Jérusalem, Kiryat Arba, près de Hébron (sud de la Cisjordanie), Ariel (nord) et Bikat Hayarden, dans la vallée du Jourdain.

En 2014, après l’annexion de la Crimée par la Russie, l’UEFA, instance suprême du football européen, avait empêché que les clubs de la péninsule prennent part au Championnat russe, rappellent les élus.

« Il n’y a aucune raison de faire preuve de plus d’indulgence à l’égard des clubs des colonies israéliennes », soulignent-ils.

Les colonies, construites sur des terres occupées par Israël depuis 1967, sont illégales au regard du droit international.

Ouest France

Laïcité: en Aveyron, la messe pour inaugurer un équipement public n’aura finalement pas lieu

A Saint-Julien-de-Rodelle (Aveyron), le nouveau club-house du club de foot devait être inauguré samedi par… une messe et une bénédiction religieuse. Cet accroc à la laïcité a fait bondir certains élus. Finalement, la messe n’aura pas lieu.

14241431_10210773333388592_1788231150774357308_o

C’est un carton d’invitation qui a fait bondir la Ligue des Droits de l’Homme ou encore des élus comme Guilhem Serieys, conseiller régional Front de Gauche d’Occitanie : on y voit (ci-dessous), près des logos du Conseil régional, du Conseil départemental de l’Aveyron ou encore de la communautés de communes de Bozoul-Comtal, que le club-house du club de foot de Saint-Julien de Rodelle (12), financé par de l’argent public, sera inauguré par une messe et une bénédiction religieuse. 

La région ne sera pas représentée

Dans un courrier adressé ce vendredi à la Ligue des Droits de l’Homme de l’Aveyron qui l’avait saisie, Carole Delga écrit que le Conseil régional, bien que financeur de cet équipement, ne sera pas représenté à l’inauguration. « Je ne cautionne aucunement la tenue de cérémonies religieuses dans ce cadre, écrit-elle, une inauguration de bâtiments ayant bénéficié de fonds publics doit se faire dans le respect du principe de laïcité républicaine ».

La loi de 1905

Contactée par nos soins, la préfecture de l’Aveyron indique avoir été en contact avec le maire de Rodelle et rapelle que la loi de 1905 sur la séparation de l’église et de l’Etat impose qu’il n’y ait pas de caractère cultuel sur les bâtiments publics et que toute action publique doit se faire avec la plus grande neutralité religieuse.
Samedi 10 septembre, le club-house de Saint-Julien de Rondelle sera donc inauguré sans messe. La laïcité est sauve.

France 3

Israël: 56 supporters de football d’extrême droite arrêtés pour violences et trafics d’armes

beitar rerusalem israel violence riot la familia

Cinquante-six membres de « La Familia », un groupe de supporters d’extrême droite du club de football israélien Beitar Jérusalem, connus pour leurs dérapages racistes, ont été arrêtés, a indiqué mardi la police israélienne.

« Les arrestations qui ont eu lieu dans la nuit de lundi à mardi, ont été décidées à la suite d’actes de violence commis par des membres de +La Familia+ dans tout le pays », a affirmé la police dans un communiqué.

Ultra-nationalistes juifs, les membres –plusieurs centaines selon les médias– de La Familia sont régulièrement impliqués dans des incidents et coutumiers d’insultes anti-arabes et antimusulmanes. Le Teddy Stadium où évolue l’équipe qu’ils soutiennent est surnommé « l’enfer » en raison du climat d’hostilité et de violence envers les équipes adverses et leurs supporters.

La police est régulièrement contrainte de déployer d’importants renforts lors des matchs pour tenter d’empêcher des agressions. Les membres de La Familia arrêtés sont soupçonnés « d’avoir participé à des actes violents graves, à des trafics d’armes et d’avoir pénétré dans des stades en dissimulant des engins pyrotechniques interdits » dans ces lieux, a ajouté la police, précisant que ce coup de filet avait été rendu possible grâce aux informations fournies par une taupe parmi les supporters.

Pas moins de 400 policiers et gardes-frontières ont participé aux arrestations, qui pourraient se poursuivre dans les prochains jours, selon la police.

L’Orient du Jour

Violences #EURO2016 : 3 sympathisants d’extrême droite condamnés a Nice

Le 11 juin, veille du match Irlande du Nord-Pologne, une bagarre avait éclaté devant un pub du Vieux-Nice.  3 supporters niçois ont été condamnés à des peines de prison, de 4 et 8 mois, pour s’être battus avec des irlandais. Ils ont été remis en liberté avec bracelet électronique. La bagarre de 2mn30 était survenue le samedi 11 juin vers 22h00 devant un pub irlandais du Vieux-Nice, à la veille d’un match opposant à Nice l’Irlande-du-Nord à la Pologne.

Elle s’était déroulée quelques heures après de très violentes échauffourées à Marseille entre supporters anglais et russes.A l’issue d’une audience de cinq heures, un supporter a été relaxé. Trois autres -placés en détention provisoire après la bagarre- ont été reconnus coupables de « violences volontaires en réunion« . Deux hommes de 23 ans –fichés à l’adolescence pour leur participation à des mouvements  d’extrême droite radicaux- ont été condamnés à 4 mois de prison.

Un troisième supporter âgé de 26 ans -membre officiel des « ultras de la Populaire Sud » (principal groupe de supporteurs niçois)- a écopé de 8 mois de prison avec une charge supplémentaire, sa participation à un « groupement en vue de la préparation de violences et de destructions ».

France 3

Des supporters portugais agressés aux cris de « La France aux français » et « Portugais dehors »

agression racisme anti portugais portugal haine dégueulasse france supporters

La soirée était promise intense. Elle le fut en émotions durant l’ultime matche et ses prolongations. Et comme l’on pouvait s’y attendre, l’euphorie des supporters de l’équipe de France fut inexistante à l’issue du coup de sifflet final. La victoire du Portugal a provoqué une profonde blessure. Une blessure de rage pour certains supporters des Bleus qui ont montré qu’ils avaient le « sang chaud ».

Alors que les premières voitures arborant le drapeau vert et rouge pénétraient en ville, les esprits se sont échauffés le long de la rue de la Xavée. Certains supporters portugais furent bloqués par des barrières (celles du chantier près du Volontaire). Un peu plus loin, la « DS 3 » de deux jeunes femmes fut immobilisée à son tour et fortement secouée. Un supporter français est monté sur le capot et le toit de la voiture. D’autres supporters de l’équipe de France ce sont couchés sur la chaussée, bloquant ainsi les supporters portugais.

Des slogans comme « La France aux français » ou « Portugais dehors » ont été scandés. Au coin de la rue , quatre jeunes filles qui arboraient le drapeau de la victoire se sont fait traiter de « pucelles de chiottes ». Pas très élégant de la part d’une partie des supporters des Bleus qui se sont ainsi montrés mauvais perdants. L’on pourrait aussi écrire « c’est pas très sport tout cela ».

Remiremont Info



Nancy : des supporters portugais injuriés et gazés par une cinquantaine d’ultras français

Les spectateurs vibrent à l’unisson, commentent le match et vident des verres qui ne sont pas remplis que de jus de fruit. A quelques mètres de là, sur la place Stan, l’atmosphère est nettement plus feutrée. Pas de télévision en terrasse. Les clients sont plus âgés et plus calmes. C’est presque une soirée ordinaire. Seuls les cris qui proviennent des rues proches permettent de se rappeler que la finale de l’Euro est en train de se jouer.

Et puis arrive la 109e minute. Eder marque et assomme l’équipe de France. Ainsi que ces supporters. A Nancy, au coup de sifflet final, la déception est énorme. Les spectateurs quittent les bars et filent vers la place Stan. Ils laissent derrière eux des rues jonchées de détritus.

Au milieu des bouteilles cassées, des canettes écrasées et des verres en plastique, les fans des Bleus avancent comme des zombies. Traumatisés par la défaite. KO debout.

Très vite, des slogans anti-portugais retentissent. Rien que des mots. Au départ tout du moins. L’arrivée d’un supporter portugais sur la place Stan ne suscite en effet aucune réaction hostile. Il est tout seul avec son maillot de la Seleçao. Et circule sans problème.

Mais quelques minutes plus tard, les choses se corsent lorsqu’une centaine de ses compatriotes débarquent avec des drapeaux. La plupart sont en famille et l’ambiance est bonne enfant. Mais ils tombent sur une cinquantaine d’ultras français, bien décidés à jouer les prolongations. Ils injurient les supporters portugais et vont jusqu’à sortir des bombes lacrymogènes pour les gazer.

Vosges Matin


Saint-Brieuc. Un homme écroué après avoir volé un drapeau à un Portugais

Les Portugais klaxonnent, rient, chantent. Soudain, un premier jeune homme éméché arrache le drapeau rouge et vert qu’un Portugais agite à sa fenêtre. Il part en courant en cachant l’objet du vol sous son pull noir.

Un autre homme mal intentionné fait la même chose. Une supportrice portugaise, assise sur la fenêtre de la voiture, agite son drapeau. Le Briochin de 28 ans lui l’arrache. La voiture s’arrête net. Le conducteur et deux femmes sortent et lui courent après. Deux policiers en civil foncent pour éviter la bagarre et calmer le jeu. En vain.

Lorsque les policiers veulent contrôler le supporter français, ils subissent des insultes. Le voleur tente de fuir. Il est finalement plaqué au sol et menotté place du Chai, devant un restaurant, dans une ambiance hostile de fin de soirée, avec beaucoup de personnes alcoolisées. Il tente de porter des coups aux forces de l’ordre. L’homme ivre est conduit au commissariat, où il est placé en cellule de dégrisement.

Il a été déféré hier, puis jugé dans la foulée, selon la procédure de reconnaissance préalable de culpabilité, pour outrage et rébellion. Il a été écroué pour quatre jours et condamné à une peine de six mois qu’il effectuera sous bracelet électronique.

Ouest France


Le DJ et producteur français Merzo a provoqué l’indignation de la communauté portugaise dimanche soir sur Facebook, après la victoire de Cristiano Ronaldo et de toute son équipe.

Allez-vous faire foutre le Portugal. Utilisez vos mains pour construire des maisons, pas au football.

Allez-vous faire foutre le Portugal. Utilisez vos mains pour construire des maisons, pas au football Merzo DJ

Le post, qui a rapidement été effacé, fait une analogie aux milliers de Portugais qui ont émigré en France pour effectuer des tâches peu gratifiantes telles que la construction civile. Merzo montre ainsi un énorme manque de respect et de mépris envers le peuple portugais et en particulier envers les immigrants.

Minute News


Canada : un entraîneur du club de l’Impact de Montréal congédié après des propos racistes

L’Impact de Montréal a mis un terme au contrat de Mathieu Rufié, qui était l’entraîneur de l’équipe U14 au sein de l’Académie de l’équipe, en raison des propos racistes qu’il a tenus sur Facebook à la suite de la défaite de la France face au Portugal en finale de l’Euro, dimanche.

Rufié avait décrit les Portugais comme des «fils de carreleur», affirmant que «sans leurs danseuses, ils ressemblent à rien ces maçons».

Dans un communiqué, l’Impact s’est dissocié entièrement «de ce genre de propos qui vont à l’encontre des valeurs fondamentales du club et de l’Académie». L’organisation a aussi qualifié les déclarations de «totalement inacceptables».

La Presse

Le FN dénonce « l’indécente démonstration de joie sur les Champs » des portugais

dans-la-nuit-rochelaise-en-rouge-et-vert_3939022_1000x500

VOUS ÊTES PAS CHEZ VOUS – Ils étaient bien peu nombreux, au Front national, à prendre le temps d’envoyer un message après la défaite de l’équipe de France en finale de l’Euro face au Portugal, dimanche 10 juillet. Marine Le Pen avait pourtant félicité les Bleus après leur victoire en demi-finale contre l’Allemagne…

Rien de tel du côté du parti d’extrême droite cette fois, à l’exception du sénateur-maire de Fréjus David Rachline et de l’eurodéputé Louis Aliot, tôt ce lundi.

En revanche, certains membres du FN ont trouvé quelques sujets d’indignation après la finale. La célébration dans les rues de Paris des supporters portugais, par exemple. Joffrey Bollée, conseiller régional d’Île-de-France et directeur de cabinet du numéro 2 du parti, Florian Philippot, était par exemple très choqué que les vainqueurs du soir se *permettent* de fêter ce succès historique dans les rues de la capitale française, particulièrement son avenue la plus célèbre :

 Le secrétaire général du Collectif Culture du FN, Gabriel Robin, est lui aussi allé sur ce terrain, quoique moins brutalement :

Ciblant pour sa part sans ambiguïté « l’immodestie démonstrative » des supporters portugais, ainsi que « les racailles » (en se basant sur des images des incidents survenus aux abords de la fan-zone du Champs-de-Mars) :

Europe 1

#FRAPOR: L’extrême droite entre haine de la France métissée et haine des franco-portugais

CnCe97QW8AAmWvA.jpg small

 

Affrontements à Paris : des « supporters » munis de drapeaux français caillassent les CRS

Paris : un casseur raconte que la police les a empêché d’entrer dans la #FanZoneTourEiffel


Capture d’écran 2016-07-10 à 23.11.39.png

Capture d’écran 2016-07-11 à 01.57.09.png

#EURO2016 : La Brigade des Carpates, les ultras néo-nazis hongrois

wer-ist-die-carpathian-brigade-ungarns-neonazi-ultragruppe-1466603716

Ils font des saluts nazis, balancent des fumigènes et ont fait mumuse avec les forces de l’ordre pendant le deuxième match de poules de la Hongrie contre l’Islande. Sur leurs t-shirts noirs ont peur lire Magyarország (Hongrie) et sur leurs bras ont aperçoit des tatouages avec le  »H » de hooligans – ou de Hilter. Le monde les regarde avec crainte et horreur. Qui sont ces Ultras ?

VICE Sports a discuté avec Bàlint Josà, responsable de Szubjektív Értékek Alapítvány (Fondation des valeurs subjectives) à Budapest. Cette ONG travaille en étroite collaboration avec l’organisation Football Against Racism in Europe (FARE) et met en place des projets contre la discrimination et le racisme dans le football hongrois.

On a interrogé Bàlint sur la montée en puissance des ultras d’extrême-droite, sur la présence de la politique dans les stades et sur le fait que ces problématiques sont occultées par la Fédération hongroise.

VICE Sports : Salut Bàlint. Parmi les supporters hongrois présents à l’Euro, on a vu un groupe de fans habillés en noir. Qui sont ces mecs ?

Eh bien, ce sont les membres du plus important groupe ultra de Hongrie : la Brigade des Carpates. Il s’agit d’un groupe paramilitaire formé par des néo-nazis. C’est le mouvement le plus violent et le plus influent du pays. Ils veulent que le pays récupère les territoires qui appartenaient par le passé à la Grande Hongrie.

Avant le tournoi, le groupe a demandé à tous les fans qui soutiennent la sélection de s’habiller en noir. C’est la raison pour laquelle nous sommes tous dans cette couleur.

Lire la suite sur Vice

Euro2016: La police anglaise diffuse les photos de 73 hooligans impliqués dans les violences

football-682732

L’unité « hooligans » de la police anglaise (UKFPU) a publié jeudi les photos de 73 supporters anglais suspectés d’être impliqués dans les débordements du 11 juin dernier à Marseille.

A leur retour, ils seraient passibles d’interdictions de stades à vie, selon Andy Barnes, le directeur de cette unité. A également été lancé un appel pour récupérer toutes les vidéos ou photos disponibles lui permettant de comprendre ce qui est arrivé à Stewart Gray, 47 ans, retrouvé grièvement blessé à l’angle de la rue Fort Notre Dame et qui serait en train de sortir du coma, mais aussi aux 13 autres supporters anglaises toujours hospitalisés.

L’Equipe

La France, ce pays qui passe tout à Balkany et rien à Benzema

Patrick Balkany et Karim Benzema

Bien que frappé par quatre mises en examen, le député-maire de Levallois, Patrick Balkany, a reçu l’investiture Les Républicains en vue des législatives de juin 2017. S’il était Karim Benzema, aurait-il été sélectionné pour l’Euro ? Non. La politique est-elle devenue moins exigeante que le football ?

Balkany est plus fort que Benzema. Et la politique moins regardante que le football dans la sélection de ses élites. Pour une mise en examen, Karim Benzema n’a pas obtenu l’investiture de Didier Deschamps en équipe de France afin de pouvoir se présenter à l’Euro. Avec plusieurs mises en examen, Patrick Balkany obtient celle de Les Républicains et sera candidat aux prochaines élections législatives de juin prochain.

C’est un bien étrange pays à la fin que la France de ce début de 21e siècle. On s’y empoigne ferme dès qu’il s’agit de football, patriotisme et souverainisme en bandoulière, projetant sur l’équipe de France et ses footballeurs, toutes les passions françaises de l’époque, à l’image d’Alain Finkielkraut, Nicolas Sarkozy et bien d’autres, saisis d’effroi dès qu’un footballeur, Anelka ou Benzema, Ribéry ou Nasri, se laisse aller à un dérapage plus ou moins grave, de gros mots prononcés dans un vestiaire à l’éventuelle participation à une mise en examen pour chantage dans une affaire de Sextape en passant par une grève de joueurs lors d’une Coupe du Monde ou des injures adressées à un journaliste lors d’un Euro, mais on se tait quand Patrick Balkany y est investi une nouvelle fois par son parti pour une élection législative. Curieuse hiérarchie des indignations.

Lire la suite sur Challenges

Les hooligans russes arborent des T-shirt « Fuck Euro » et « Tempête sur l’Europe »

Certains supporters russes étaient masqués et cagoulés. L’un d’entre eux portait un T-shirt emblématique des Orel Butchers, groupe affilié au Lokomotiv Moscou, des hooligans russes, avec l’inscription « Fuck Euro 2016 ». Quelques minutes avant d’aller chercher la confrontation avec les fans anglais, ce supporter russe a déclaré : « on va se battre. Si les Anglais ont le courage de venir, on les écrasera : les Anglais, on les hait. » 

Europe 1

En Allemagne, un emballage Kinder déchaîne les commentaires racistes de la fachosphère

kinder-mannschaft_pediga

Kinder a mis en vente des barres chocolatée à l’effigie des joueurs de l’équipe d’Allemagne lorsqu’ils étaient enfants, à l’occasion de l’Euro 2016. Les photos d’ Ilkay Gündogan et Jerome Boateng, d’origines turque et ghanéenne, ont déclenché des commentaires haineux sur la page Facebook de Pegida.

Jusqu’où peut aller Pegida ? Le mouvement anti-islam allemand s’est indigné d’une campagne de publicité lancée par la marque Kinder. Objet de son courroux? Les enfants de couleur figurant sur l’emballage des confiseries à la place des têtes blondes habituelles. « Rien ne les arrête ! » fulmine un commentaire sur un post Facebook de la section Pegida du Bade-Wurtemberg, le 19 mai. « Peut-on vraiment acheter ça? c’est une blague? ». « Ça doit être un fake  » s’emporte un internaute. Certains commentaires proposent de boycotter la marque. La page a depuis été supprimée depuis, mais une capture d’écran est reproduite sur le site de la BBC.

Gündogan et Boateng en ligne de mire

Ces photos font partie d’une campagne de Kinder en vue de l’Euro 2016. Ferrero, propriétaire a fabriqué une série limitée de ses barres chocolatée avec des photos des joueurs de la Mannschaft, la sélection allemande, lorqu’ils étaient enfants. C’est la photo du milieu de terrain Ilkay Gündogan et du défenseur Jerome Boateng, deux des joueurs les plus importants de l’équipe d’Allemagne, qui a fait réagir les partisans de Pegida. Ilkay Gündogan est Allemand d’origine turque et Jerome Boateng d’origine ghanéenne.  

Le président de la Fédération allemande de football, Reinhard Grindel, a lui aussi réagit en soulignant que la sélection allemande est « l’un des meilleurs exemples d’une intégration réussie. Des millions d’Allemands sont fiers de cette équipe, parce qu’elle est comme elle est. » « Ce qui compte, c’est la performance ».

« Nous rejetons toute xénophobie »

Ferrero, propriétaire de la marque a rapidement condamné ces marques de xénophobie. « Nous rejetons toute xénophobie et toute discrimination. Nous n’acceptons rien de tel au sein de notre communauté Facebook a indiqué le confiseur italien.

La campagne raciste a rapidement donné lieu à des détournements pour moquer la bêtise des réactions du groupe xénophobe: 

L’Express