Poubelles et voitures brûlées : un pompier pyromane interpellé

Un jeune pompier volontaire a été pris en flagrant délit d’incendie dans la nuit de lundi à mardi à Cazouls-les-Béziers, il pourrait être l’auteur de multiples incendies dans la commune.

x870x489_maxnewsworldfour145274-jpg-pagespeed-ic-ubvukapo-f

Un pompier volontaire de 22 ans a été pris en flagrant délit en train d’incendier des voitures à Cazouls-les-Béziers dans la nuit de lundi à mardi. Ce jeune homme pourrait être l’auteur d’incendies à répétition sur la commune depuis début septembre. A cinq reprises, des voitures et des containers à poubelles ont brûlés. Cet homme jusque là pompier dans les Bouches du Rhône venait de s’installer il y a un an et demi à Cazouls-les-Béziers et avait donc rejoint l’équipe de sapeurs-pompiers de la commune.

Cette arrestation est un soulagement pour le maire de Cazouls-les-Béziers, Philippe Vidal, car au total 12 particuliers ont vu leur voiture incendiées en deux mois.

France Bleu

Claire, la pyromane jugée pour avoir incendié 19 voitures

5560701_6e817164-d686-11e5-a287-001517810e22-1_545x460_autocrop

« Une haine viscérale qui se manifeste par des pulsions incendiaires ». Voilà la seule manière dont Claire*, 49 ans, a tenté d’expliquer les actes qui l’ont conduite, jeudi, devant le tribunal correctionnel de Senlis. Elle devait y être jugée en comparution immédiate pour les incendies ou tentatives d’incendies de 19 véhicules.

Les faits auraient eu lieu entre le 30 juillet 2015 et le 16 février 2016, dans le Bassin creillois.

La Creilloise avait, en effet, déjà été condamnée en 2011, par le même tribunal, pour avoir provoqué une quarantaine d’incendies dans son quartier. Sortie de détention en 2012, elle aurait respecté ce suivi jusqu’au décès de son père, en 2014. Avant de se livrer à nouveau à ses pulsions incendiaires, nées selon elle il y a huit ans, à la suite d’une agression filmée de son fils et au harcèlement qu’elle aurait subi.

Mardi dernier, la police nationale de Creil l’interpelle en flagrant délit. « C’est une voisine qui l’a vue vers 5 h 45 et qui l’a signalée. Une voiture brûlait, l’autre commençait à prendre feu », raconte Bruno.

Le Parisien

 

Déjà condamné pour 4 incendies criminels, Kévin est à nouveau jugé pour 14 incendies volontaires

Moins de quatre ans après sa condamnation pour quatre incendies criminels, Kévin L. B., 21 ans, comparaîtra à nouveau devant la cour d’assises du Var jeudi et vendredi… à nouveau pour des incendies volontaires.

incendie-quebec-1672882-jpg_1555831

 

Alors mineur, le jeune homme avait été condamné à quatre ans de prison, dont trente mois avec sursis et mise à l’épreuve. Cette fois, pas moins de quatorze incendies lui seront reprochés (pour un total de 6 hectares), allumés entre janvier et mai 2014 dans les quartiers ouest de Toulon.

Var Matin

Adrien Desport, l’élu FN incendiaire, condamné à trois ans de prison ferme

Adrien desport marine le pen FN condamne voiture brule racaille insecurite pompier pyromaneAdrien Desport comparaissait aux côtés de cinq autres militants du parti d’extrême droite, qui ont été condamnés à des peines allant de 18 mois de prison ferme à six mois avec sursis – son ex-petite amie, qui avait été la première à dénoncer les agissements de la bande, a été dispensée de peine.

Après son expédition pyromane, Adrien Desport avait publié sur son blog une lettre ouverte dénonçant « la montée de l’insécurité » et pointé du doigt la municipalité communiste. Des « gamineries », s’était-il maladroitement défendu à la barre du tribunal correctionnel de Meaux, le 2 septembre. Une « manipulation politique », avait corrigé le procureur de Meaux.

L’ancien militant, qui se plaisait à se présenter comme un cadre du parti chargé de la communication dans le 77, avait admis avoir mis le feu à une seule voiture. Ne se souvenant pas « des douze autres », tout en déclarant « assumer l’ensemble ».

Outre les incendies de voitures, Adrien Desport et ses comparses âgés de 19 à 25 ans – son ex petite-amie, trois étudiants et un commercial – étaient également jugés pour avoir participé à une association de malfaiteurs, dénoncé une agression imaginaire, ou encore consommé des produits stupéfiants.

Le Monde