Finkielkraut : «aucun français, au sens traditionnel du terme, sur les affiches du CCIF»

Capture d’écran 2016-09-10 à 22.57.40.png

Burkini : 4 villes dont Nice et Fréjus assignées en justice par le CCIF

Quatre villes de la Côte d’Azur sont assignées en justice par le comité contre l’islamophobie (CCIF) pour obtenir la suspension de leur arrêté anti-burkini.

image

Nouvel épisode judiciaire pour le burkini. Ce lundi, quatre villes ont été assignées en justice par le comité contre l’islamophobie (CCIF) qui demande la suspension de leur arrêté anti-burkini.

« J’ai déposé un référé liberté pour la commune de Nice, Roquebrune-Cap-Martin, Menton et pour Fréjus », a ainsi indiqué l’avocat du CCIF Sefen Guez Guez. L’audience aura lieu devant le tribunal administratif de Toulon mardi à 14h30 dans le cas de Fréjus et mercredi à 10 heures devant le tribunal administratif de Nice pour Menton, Roquebrune et Nice, a-t-il précisé.

L’Express

L’extrême droite appelle à la dissolution du CCIF, et ses adhésions explosent

Capture d’écran 2016-08-23 à 13.07.15.png

 

Burkini : le CCIF attaquera tous les arrêtés municipaux d’interdiction

« Nous irons devant les juridictions locales dans toutes les villes où des arrêtés ont été pris », a déclaré M. Muhammad, pour qui la « bataille juridique » se déroulera sur « le long terme».

agissez-ccif-collectif-contre-islamophobie-en-france-mosquc3a9es-racisme

Les maires de Cannes, Mandelieu-la-Napoule, Cap d’Ail et Villeneuve-Loubet (Alpes-Maritimes), de Sisco (Haute-Corse) et de Leucate (Aude) ont pris dernièrement des arrêtés interdisant le port du burkini, ce maillot de bain recouvrant le corps et la tête des femmes, sur les plages de leurs communes. Le député-maire LR du Touquet Daniel Fasquelle a annoncé mardi son intention de prendre également la même mesure, tout comme le maire PS d’O ye-Plage, Olivier Majewicz.

« Nous ne faisons pas de référé-liberté, dans l’urgence. Nous demandons un arbitrage sur le fond », qui prendra pour chaque procédure « de neuf à douze mois », a affirmé Marwan Muhammad.

Après le rejet par le tribunal administratif de Nice de sa demande de suspension de l’arrêté municipal pris par la mairie de Cannes, le CCIF a déposé mardi matin ses « arguments » et son « recours » devant le Conseil d’État, où il ne sera pris en compte que quand un avocat habilité à exercer dans cette juridiction s’en saisira, a expliqué son porte-parole.

La Voix Du Nord

CFCM : Sarkozy «attise le feu» contre les musulmans

Le secrétaire général du Conseil français du culte musulman (CFCM), Abdallah Zekri, a vivement critiqué ce jeudi les propos du président du parti Les Républicains Nicolas Sarkozy sur « l’identité » française, qui selon lui « attisent le feu » contre les musulmans. 

zekri-cope-tient-des-propos-dangereux-sur-les-musulmans_459319_510x255.jpg

Mercredi soir lors d’un meeting à Saint-André-lez-Lille (Nord), l’ancien chef de l’Etat s’en est pris à un « islam militant qui se présente à nous comme un bloc et qui impose à ses fidèles des règles de vie contraignantes« .

Jeudi matin sur Europe 1, Nicolas Sarkozy a aussi estimé qu' »il y a un risque d’affrontement si la République ne reprend pas les choses en mains et ne fait pas respecter les règles communes à tout le monde ».

« M. Sarkozy va plus loin que le Front national au prétexte de le combattre, il semble là pour attiser le feu », a réagi auprès de l’AFP Abdallah Zekri, président de l’Observatoire national contre l’islamophobie au CFCM. « Parce qu’il y aurait 1% de gens qui ne respecteraient pas les lois de la République sur 5 millions de musulmans, il y aurait un risque d’affrontement ? C’est lui qui, manifestement, cherche l’affrontement« , a déploré le n°2 du CFCM.

Réagissant à la volonté de Nicolas Sarkozy de fixer « urgemment les règles d’un nouvel islam de France », Abdallah Zekri a ironisé: « Les règles de l’islam en France – il n’y a pas d’islam de France – sont déjà fixées, il oublie que c’est même lui qui les a fixées » en favorisant la création du CFCM en 2003, alors qu’il était ministre de l’Intérieur.

« Nous savons que la France est un pays chrétien et nous le respectons, mais il y a aussi dans ce pays des Français qui prient dans des mosquées et qui en ont le droit« , a encore fait valoir le dirigeant musulman, en priant le probable candidat à la primaire à droite de « calmer ses nerfs plutôt que d’exciter les uns et les autres ».

Le Figaro

Laurence Rossignol : le CCIF porte plainte pour «injure publique à caractère racial»

Le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) a annoncé vendredi 8 avril son intention de porter plainte avec plus de 400 personnes contre la ministre Laurence Rossignol pour «injure publique à caractère racial», à la suite de ses propos islamophobes et afrophobes.

conf_ccif

Le CCIF a décidé de répondre via la justice. Lors d’une conférence de presse organisée ce vendredi 8 avril, le collectif a annoncé sa décision de porter plainte contre la ministre des Droits des femmes, à la suite des propos tenus le 30 mars dernier sur les ondes de RMC.

Laurence Rossignol avait comparé les femmes voilées aux nègres, en abordant la question du voile avec Jean-Jacques Bourdin. «Mais bien sûr, il y a des femmes qui choisissent (le port du voile, ndlr), il y avait des nègres afri.., des nègres américains qui étaient pour l’esclavage», avait-elle déclaré.

«Le premier discriminant est l’Etat»

Lors de cette conférence, Yasser Louati, le porte-parole du collectif a tiré la sonnette d’alarme et condamné de nouveau ces propos «islamophobes et afrophobes».

«Il ne faut surtout pas croire que c’est un dérapage anodin dû au hasard….surtout quand le premier discriminant est l’Etat», a-t-il déclaré.

Yasser Louati a également pointé du doigt les médias qui ont donné la parole à la ministre pour «se justifier» mais pas aux personnes concernées par ce débat. «On a confisqué la parole aux premières concernées dans les émissions auquelles Laurence Rossignol était invitée (après ses propos), il n’y avait pas de femmes voilées ni des personnes de couleur noire qui auraient pu parler» a-t-il ajouté.

Plus de 400 plaignants

Yasser Louati a abordé l’action de groupe menée comme une contre-attaque. Plus de 400 plaignants vont porter plainte contre Laurence Rossignol et se joignent au CCIF qui les accompagne dans cette démarche.

Ce dépôt de plainte se fera sur le fondement de l‘«injure publique à caractère racial», a précisé Lila Charfi, responsable juridique du CCIF.

«Le CCIF est très fier d’accompagner cette action de groupe et espère mettre au centre de l’action les plaignants», a déclaré Marwan Muhammed, président du collectif. «Il faut un rapport de force pour assigner ces personnalités politiques à leur propre responsabilité», a-t-il ajouté.

Le CCIF et la fondation Frantz Fanon vont donc saisir la Cour de justice de la République, seule compétente pour juger des délits par les ministres pour «injure publique à caractère racial» mais également le tribunal correctionnel pour les mêmes faits.

Zaman France