Une croix gammée et « Juden » tagués sur la façade d’une boucherie cacher à Paris

boucherie-casher-tags

Le BNVCA dénonce et condamne le graffiti antisémite découvert le 18 Septembre 2016 sur la façade d’une boucherie cachère du 13e arrondissement de Paris. Une grande croix gammée et le terme « JUDEN » ont été inscrits en gros caractères de couleur rouge.

Le BNVCA a recommandé au prioritaire des lieux de déposer plainte. Nous demandons à la police de tout mettre en œuvre pour identifier et interpeller les auteurs en réquisitionnant si possible les vidéos des cameras de surveillance du secteur.

Nous demandons aux services techniques de la ville de Paris de faire procéder à l’effacement de  ces insultes antisémites qui rappellent les périodes noires d’un racisme virulent et violent, annonciateur de discriminations et d’assassinat .

Israel Actualité

Nampcel : Des oeuvres d’art détruites et des croix gammées taguées

6108809_1-0-563700671_1000x625

Une quinzaine de jours après que leur exposition d’art contemporain a été détruite et que des croix gammées ont été taguées au coeur de la carrière Gillard à Nampcel, les membres de l’association Des artistes font leur cirque n’entendent pas se laisser abattre.

Alors que de nouvelles destructions ont eu lieu ces derniers jours, Gilles Chandelier et son équipe organisent « un banquet de résistance à l’occasion de la clôture de l’exposition ». Dès 15 heures aujourd’hui, et jusqu’à demain 18 heures, des artistes se réunissent donc sur place « afin de créer de nouvelles oeuvres, pour ne pas laisser les idiots qui ont fait cela gagner ».

Le Parisien

Dax : «Violeurs, pédophiles», le tagueur d’églises avait 78 ans

Il n’y a pas d’âge pour être contestataire. Un homme de 78 ans vient d’être déféré devant le parquet de Dax après avoir tagué une église, une permanence du PS et les locaux du journal Sud-Ouest.

15679_844_police

Un tagueur âgé de 78 ans, auteur depuis octobre 2015 de «tags» vengeurs sur plusieurs édifices de Dax (Landes), a été déféré mercredi devant le Parquet de la ville.

A la faveur de la nuit, il avait tagué à la peinture jaune et noire «Violeurs, pédophiles» sur les façades de la cathédrale Notre-Dame et de l’église Saint-Vincent-de-Xaintes, «voleurs» sur les locaux du parti socialiste et «cons» sur ceux du quotidien régional Sud Ouest, qui avait relaté l’incident.
Confondu grâce aux caméras d’un parking sous-terrain

Le tagueur récidiviste avait finalement été saisi sur le vif par les caméras d’un parking sous-terrain, le 28 août dernier, et identifié grâce à la plaque d’immatriculation de sa voiture. Placé en garde à vue mardi, il a reconnu les faits en expliquant son geste par un «ras-le-bol» des politiques, de l’Eglise et de la presse.

Le Dauphiné

« Sale bougnoule, retourne chez toi » : une friterie taguée et incendiée à Athies

170739945_B979510798Z.1_20160823184654_000_GFM7FIQ4O.1-0

Une friterie ambulante a été incendiée, dimanche soir, à Athies. Un acte criminel. Selon un membre de la famille qui tenait ce commerce, des tags racistes étaient inscrits sur le camion depuis plusieurs semaines.

Dans la nuit de dimanche à lundi, un camion-friterie, qui est habituellement à Saint-Nicolas près du Leclerc, a été incendié, dans la commune d’Athies. L’acte criminel ne fait guère de doute selon la gendarmerie qui a ouvert une enquête.

Le père de l’homme qui tient cette friterie nous a joints ce mardi pour apporter des précisions. « Je ne comprends pas pourquoi la gendarmerie ne confirme pas les tags racistes. Il y a quinze jours, il y en avait déjà et nous sommes allés porter plainte. On pouvait lire des écrits comme sale bougnoule, retourne chez toi devant la maison de mon fils à Athies. » Le camion aurait également été vandalisé.

La famille est actuellement en vacances et reviendra à la fin du moins dans l’Arrageois. « Mon fils est dévasté. Je m’étonne également que la mairie n’ait pas réussi à le joindre. Je l’ai prévenu dès lundi. Comment voulez-vous qu’il aille après un tel acte odieux ! Mon fils tenait cette friterie depuis un an. Douze mois de travail sont partis en fumée. »

La Voix du Nord