Un bébé de 5 mois été enlevé par 2 hommes qui ont frappé la mère à la machette

Un bébé, âgé de 5 mois, a été enlevé vendredi à Estinnes-au-Mont. Deux hommes ont été interpellés mais le bébé reste introuvable. La police lance un appel à témoins.

jordy-weiss-tont-bebe-machette

Vendredi dans le domaine de Pincemaille, un camping résidentiel située à Estinnes, dans le Hainaut entre Binche et la frontière française, deux hommes ont fait irruption dans la maison de cette femme âgée 26 ans. Il s’agissait de l’ex-mari de celle-ci, Jordy Weiss, 23 ans, et de son frère, Tony Weiss, 25 ans.

Ils l’ont agressée violemment, à l’aide d’une hache ou d’une machette semble-t-il, afin de s’emparer du nourrisson de 5 mois. Selon la soeur de la victime que nous avons interrogée (écoutez ci-dessus), Jordy Weiss supportait mal la rupture survenue quelques mois plus tôt.

Les deux individus ont été arrêtés par la suite mais le bébé reste, lui, introuvable, a confirmé le parquet de Charleroi. L’affaire est à l’instruction pour enlèvement et tentative de meurtre.

« Elle ne dort plus et ne mange plus« , nous a confié la soeur de le mère qui a été opérée à l’hôpital après l’agression subie. Sur Facebook, à l’invitation de la mère, ils sont des milliers à partager l’annonce de l’enlèvement afin qu’on retrouve au plus vite le bébé.

Ce lundi en fin d’après-midi, la police fédérale a lancé un avis de recherche pour la fillette. « Grace Weiss, un bébé âgé de cinq mois, est activement recherché dans le cadre d’une enquête policière. Ce bébé a les yeux bleus et les oreilles percées. L’enfant pourrait avoir séjourné à Willebroek, au domicile de son père Weiss Jordy et de son oncle Weiss Tony », peut-on lire dans le communiqué de presse.

Si vous avez plus de renseignements concernant ce fait, nous vous invitons à prendre contact avec la police via le numéro gratuit 0800/30.300.

RTL

Stéphane B, 44 ans, le ravisseur de la petite Fiona interpellé

stephene fion ravisseur enlevement facebook

Stéphane B., un Alsacien de 44 ans, a été placé en garde à vue ce jeudi pour avoir emmené avec une lui une mineure de 13 ans à Saint-Pol-sur-Ternoise. Stéphane B. a 44 ans. Il vit en Alsace, à Ribeauvillé, près de Colmar.

Il est marié et père de famille. Il travaille en Allemagne, à Europa Park, un parc d’attractions, près de Fribourg. Il est ce jeudi en garde à vue au commissariat de Mulhouse pour répondre de « soustraction de mineure à un titulaire de l’autorité parentale« .

Il sera transféré dans le Pas-de-Calais prochainement. Il devrait y être mis en examen. Jusque-là, il n’était pas connu pas de la justice comme étant un « prédateur ». Il a à son casier judiciaire deux affaires de petite délinquance : « en 2012, pour un fait de vol, et ultérieurement pour un fait de dégradation« , a précisé Hugues Weremme, procureur de la République d’Arras.

France 3

Selon la police du Haut-Rhin, Fiona Cardon a été retrouvée, saine et sauve, ce jeudi matin. Elle se trouvait dans un hôtel de la région de Mulhouse, avec l’homme de 43 ans avec qui elle était partie lundi de Saint-Pol-sur-Ternoise. Stéphane B. a été interpellé à 11h à Illzach-Modenheim et placé en garde à vue, selon le Parquet d’Arras. L’adolescente est également entendue par les enquêteurs ce jeudi.

Ce sont des habitants qui ont vu la voiture signalée dans l’appel à témoins qui ont alerté les gendarmes. Sa mère nous a confirmé cette bonne nouvelle en fin de matinée : « Je suis ravie. Pour moi c’est une renaissance, c’est un soulagement. Y’a pas de mots. C’est un nouveau départ. (…) Elle est vivante, elle est bien, c’est le principal« , a-t-elle réagi. Elle n’a pas encore eu sa fille au téléphone. Avec le père de l’adolescente, elle va se rendre en Alsace pour retrouver sa fille.

France 3

Echirolles : Un individu de « type européen » recherché pour une tentative d’enlèvement

agression sexuelle enfant

Il est parvenu à échapper à son ravisseur. La Brigade de la protection de la famille de Grenoble vient de lancer un appel à témoins après une tentative d’enlèvement dont aurait été victime dimanche à Echirolles , dans la banlieue de Grenoble (Isère), un garçon de 11 ans.

Ce jour-là, vers 18 h 40, l’enfant remontait l’avenue de l’Industrie quand un homme circulant dans un véhicule s’est arrêté à sa hauteur et aurait tenté de le faire monter de force dans son véhicule, indique ce mardi la police.

Les jeunes ayant aidé le garçon recherchés pour les besoins de l’enquête

Le garçon se serait alors débattu et deux jeunes passant en voiture se seraient arrêtés pour lui porter secours. A leur arrivée, le ravisseur aurait alors pris la fuite à bord d’un véhicule ressemblant à un Renault Scénic (ancien modèle) de couleur vert bouteille et portant le début d’immatriculation « DJ », ajoute la brigade.

L’homme, de type européen, serait, selon les informations fournies aux enquêteurs, âgé d’une cinquantaine d’années et aurait les cheveux courts, foncés et grisonnants.

Pour retrouver les deux jeunes ayant aidé cet enfant et faire avancer l’enquête, la brigade de protection de la famille demande à toute personne ayant des informations sur cette affaire de la contacter au 04.76.60.44.36.

20 Minutes

Victime d’un enlèvement, Estelle retrouvée en état de choc, Yoan son ex activement recherché

 

La jeune mère de famille, enlevée à Belley, à l’aube dimanche, a été retrouvée ce lundi, vers 16h. Blessée, le visage très abîmé, la jeune femme a été retrouvée errant dans les rues de Belley, en état de choc. Elle a été hospitalisée. Son ex-conjoint est recherché.

Estelle Pinque,19 ans ,mère de 2 très jeunes enfants,a été enlevée très tôt dimanche matin par deux inconnus alors qu’elle était revenue  dans son ancien appartement de Belley .Des témoins évoquent une scène violente au terme de laquelle elle a totalement disparu.

Estelle Pinque enlevement yoanDes témoins évoquent une violente altercation et des cris de femme entendus dimanche à 5 h du matin et provenant de ce logement. Perturbés dans leur sommeil ,ils racontent aussi avoir vu de leur fenêtre leur ancienne locataire traînée par les cheveux, de force et jetée pieds nus dans une voiture par deux hommes.

La maman d’Estelle Pinque accuse « Yoan » ,son ancien compagnon d’avoir mené l’expédition, aidé d’un autre homme.

La brigade de recherches de Belley a ouvert une enquête et recherche actuellement l’ancien compagnon d’Estelle, suspecté d’être à l’origine de ce brutal enlèvement. Des recherches qui pourraient être orientées vers Bourgoin Jallieu où réside la famille de « Yoan ».

France 3

Yoan, compagnon violent, soupçonné d’avoir enlevé Estelle Pinque

Estelle Pinque enlevement yoan

Estelle Pinque, 19 ans ,mère de 2 très jeunes enfants,a été enlevée très tôt dimanche matin par deux inconnus alors qu’elle était revenue  dans son ancien appartement de Belley.

Des témoins évoquent une violente altercation et des cris de femme entendus dimanche à 5 h du matin et provenant de ce logement. Perturbés dans leur sommeil ,ils racontent aussi avoir vu de leur fenêtre leur ancienne locataire traînée de force et jetée dans une voiture par deux hommes

La jeune femme est mère de très jeunes enfants.Le premier a 2 ans et l’autre à peine 12 mois. Deux garçons issus de deux pères différents. La veille de sa disparition, Estelle Pinque, décrite comme « une belle blonde aux fréquentations louches », laisse ses deux petits à la garde de sa mère. Elle explique qu’elle doit rencontrer le père du petit dernier, présenté par ailleurs comme « violent ».

De fait,dans l’immeuble qu’elle a quitté il y a quinze jours, les voisins évoquent des relations orageuses au sein même du foyer. La jeune femme, qui vivait avec sa mère et ses deux soeurs, finit par quitter l’appartement avec ses deux enfants. Pourquoi y revient-elle très tôt dimanche matin ? Est -elle seule ou accompagnée? Ou y est-elle attendue ?

Et comment expliquer en définitive cette disparition, dans les conditions que l’on sait maintenant ? La maman d’Estelle Pinque accuse « Yoan » ,son ancien compagnon d’avoir mené l’expédition, aidé d’un autre homme.Elle pense que sa fille a été blessée puisque des traces de sang ont été retrouvées dans l’appartement.

La brigade de recherches de Belley a ouvert une enquête et recherche actuellement l’ancien compagnon d’Estelle, suspecté d’être à l’origine de ce brutal enlèvement.Des recherches qui pourraient être orientées vers Bourgoin Jallieu où réside la famille de « Yoan ».

France 3

Le ravisseur de Bérényss, retrouvée dans les Ardennes, condamné à 5 ans de prison ferme

La peine maximale de cinq ans de prison a été prononcée à l’encontre du ravisseur de Bérényss, ce mardi par le tribunal correctionnel de Briey.

 

 

L’agriculteur meusien de 48 ans – poursuivi pour l’enlèvement et la séquestration d’une fillette de 7 ans – dormira en prison ce soir. le tribunal Correctionnel de Briey l’a condamné à la peine maximale de 5 ans de prison, rapporte France Bleu Lorraine.

Cet homme de 48 ans avait attiré l’enfant dans son véhicule, alors qu’elle jouait près de chez elle à Sancy en Meurthe-et-Moselle. Il l’avait libérée huit heures plus tard devant une maison de Grandpré dans les Ardennes.

L’Union

La CEDH condamne l’Italie pour l’enlèvement par la CIA en 2003 d’un imam à Milan

Les autorités italiennes étaient au courant de l’enlèvement en 2003, à Milan de l’imam égyptien Abou Omar par la CIA et ont abusé du secret d’Etat pour assurer l’impunité aux responsables, a tranché mardi la Cour européenne des droits de l’Homme.

Capture d’écran 2016-02-23 à 16.14.31.png

Les juges de Strasbourg ont jugé l’Italie coupable de nombreuses violations des droits de l’Homme dans cette affaire, notamment relatives à la torture et au respect de la vie familiale.

Face au tollé suscité par cet enlèvement illégal, la justice italienne s’était rapidement saisie de l’affaire. Vingt-trois Américains, vingt-deux agents de la CIA et un officier des forces armées américaines avaient été jugés responsables. Plusieurs hauts responsables des services de renseignement militaires italiens (Sismi) étaient impliqués.

Tous avaient été condamnés à des peines de prison allant de 7 à 10 ans. Mais la justice italienne n’a jamais demandé l’extradition des agents américains, et elle finira même, en 2014, par annuler les peines des espions italiens, les preuves les incriminant étant couvertes par «le secret d’Etat».

RT

Jusqu’à huit ans de prison pour les ravisseurs de la retraitée

5561613_243a88ee-d70c-11e5-82c7-001517810e22-1_545x460_autocrop

Au terme de cinq jours de procès, les jurés de la cour d’assises des Yvelines ont finalement rendu leur verdict, ce vendredi soir. Les cinq hommes et femme, accusés de l’enlèvement et de la séquestration de Françoise Massieu, 73 ans, en juillet 2013 entre Jouars-Ponchartrain et Colmar (Bas-Rhin), ont été condamnés à des peines de 2 ans de prison avec sursis à 8 ans d’emprisonnement.

Olivier Bajaluna, l’organisateur de l’équipée, âgé de 42 ans, a été condamné à 8 ans d’emprisonnement.

Ludovic Fleury, 36 ans, le second rôle, le logisticien de l’entreprise, a écopé de 7 ans de prison.

4 ans dont un an avec sursis pour Olivier Agard, 42 ans ; 3 ans dont 18 mois avec sursis pour Patrick Le Coq, 62 ans, et 2 ans de prison avec sursis simple pour Élodie Flandrin, la danseuse de 32 ans.

Le Parisien

Francisco jugé en appel pour viol, enlèvement et séquestration

fille-tt-width-600-height-400-lazyload-0-crop-0-bgcolor-000000.jpg

Francisco Martinez, 47 ans, de Toulouse, a été condamné à 30 ans de réclusion criminelle avec une période de sûreté des 2/3 de la peine, par la cour d’assises de la Haute-Garonne pour viol en récidive sous la menace d’une arme et enlèvement et séquestration, toujours en récidive. L’accusé a fait appel de la condamnation et est rejugé par la cour d’assises du Tarn depuis hier. Il est défendu par Me Pierre Dubuisson et la partie civile est représentée par Me Delphine Chanut.

Le 11 novembre 2011, une étudiante de 21 ans, déposait plainte pour viol aggravé au commissariat d’Albi. Elle expliquait avoir été agressée le jour même à Toulouse, dans le garage en sous-sol de sa résidence. Un individu, armé d’un couteau, lui a attaché les poignets, placé un chiffon dans la bouche et une cagoule sur la tête, avant de la mettre dans le coffre de sa voiture. Son agresseur l’a alors conduite dans un parking souterrain où il a abusé d’elle.

L’enquête a permis de l’identifier assez rapidement et de trouver trace de plusieurs procédures à son encontre pour des enlèvements, séquestrations, viol avec violence et agressions sexuelles sur 6 victimes, entre 1995 et 1997. Toujours avec le même mode opératoire. Il a été interpellé le 22 novembre 2011 à son domicile. Le verdict sera prononcé ce soir.

La Depeche

Enlèvement de Françoise : Patrick, Olivier et Ludovic jugés

Capture d’écran 2016-02-15 à 23.10.50.png

L’affaire remonte à l’été 2013. Le procès s’ouvre demain, lundi 15 février à la cour d’assises de Versailles. Le 20 juillet 2013, seule dans sa propriété des Yvelines, Françoise Massieu, 73 ans, sort de sa chambre et se trouve nez à nez avec trois hommes, tout de noir vêtus, cagoulés et armés, qui la prennent en otage. Sa fille reçoit une demande de rançon : 150 lingots d’or. Les trois ravisseurs exigent que l’échange se fasse au Luxembourg. Débute alors un long périple en voiture qui va durer 20 heures.

Lors de leurs interrogatoires, les kidnappeurs de Françoise M., jugés à partir de ce lundi aux assises des Yvelines, ont confié qu’ils pensaient travailler pour l’Etat Français en enlevant la vieille dame. Patrick Le Coq et Olivier Agard, deux anciens soldats qui évoluaient dans le milieu de la sécurité, ont été recrutés par Ludovic Fleury après l’avoir rencontré lors de divers stages.

Ils ont accepté d’abord pour gagner de l’argent. Mais ils ont aussi été rassurés par la fable imaginée par ce dernier : se faire passer pour des espions travaillant en indépendant pour rien de moins que… l’Elysée.

Egalement accusée dans cette affaire, Elodie Flandrin travaillait, elle, comme danseuse dans une boite de nuit. C’est Olivier Balajuna, l’organisateur de l’opération, qui lui a proposé de l’argent pour louer des voitures et une chambre d’hôtel, en se faisant passer pour un agent secret.

Le Parisien & France Tv

Noël rejugé pour enlèvement, séquestration et extorsion

22ca8cff8b93dba78c95de136d7827.jpg

C’est une affaire toulousaine qui sera jugée en appel par la cour d’assises du Tarn, à partir d’aujourd’hui et jusqu’à vendredi. Noël Pommies, 36 ans, d’Auch, condamné à 15 ans de réclusion criminelle pour enlèvement, séquestration et extorsion avec arme ,a fait appel de la décision de la cour d’assises de la Haute-Garonne. Flavien Valeri, 25 ans, de Lavaur, accusé de complicité d’extorsion avec une arme, avait été acquitté par la même cour d’assises. Mais le parquet général a fait appel. C’est pourquoi on le retrouve aux côtés de Noël Pommies.

Le 17 janvier 2012, un individu, visage dissimulé par un bas, pénètre dans une maison d’habitation avec un fusil. Il ligote le père de famille et son fils de 10 ans. Il en voulait à l’argent du magasin Intermarché de Buzet-sur-Tarn que le père de famille gère avec son épouse. Lorsque cette dernière arrive, l’agresseur se fait conduire au magasin où il s’empare d’une somme de 5 000 à 7 000 €.

La Depeche

Enlèvement, extorsion et séquestration d’une femme : Marc, une figure du grand banditisme interpellé

image

Un homme soupçonné d’avoir participé à l’enlèvement en 2014 près de Metz d’une amie du patron de l’écurie de F1 Lotus a été arrêté en Haute-Savoie et mis en examen pour enlèvement et extorsion.

Marc Bertoldi, présenté comme une figure du grand banditisme, est soupçonné d’avoir organisé l’enlèvement, près de Metz, de Stéphanie Turci en juin 2014.

La jeune femme, une proche de Gérard Lopez, homme d’affaires luxembourgeois et patron de l’écurie de formule 1 Lotus, était réapparue 72 heures après son enlèvement.

Selon les enquêteurs, M. Bertoldi, qui réside en Suisse mais a été arrêté dans la région d’Annecy, voulait forcer M. Lopez à lui verser une importante somme d’argent.

M. Bertoldi, dont le nom était déjà apparu dans une affaire de vols de diamants pour un montant de quelque 38 millions d’euros en 2013, a été arrêté le 12 novembre, puis mis en examen à Nancy pour enlèvement et extorsion en bande organisée, et association de malfaiteurs. Il a été écroué.

Au total dans ce dossier, cinq personnes sont en examen dont trois sont actuellement en détention. La victime, qui travaillait au Luxembourg, avait été enlevée à son domicile de Mexy (Meurthe-et-Moselle), alors qu’elle se trouvait avec l’un de ses amis.

Interrogée après sa libération, elle avait affirmé avoir été enlevé par deux agresseurs, et avoir été séquestrée dans un hangar en Belgique. Selon les informations du Républicain lorrain, elle aurait en réalité été kidnappée par 3 à 5 malfaiteurs, qui l’auraient menée vers une caravane en Belgique.

Le Dauphine

Màj: Patrick Salameh condamné pour l’enlèvement et le meurtre de Fatima Saiah

Patrick Salameh Fatima Saiah tueur en serie marseille

Après trois heures de délibéré, la cour d’assises des Bouches-du-Rhône, à Aix, a condamné Patrick Salameh, un maçon de 57 ans, à la peine maximale, soit la réclusion criminelle à perpétuité assortie d’une mesure de sûreté de 22 ans, pour l’enlèvement suivi de mort de Fatima Saiah.

La baby-sitter marseillaise avait disparu dans de mystérieuses circonstances le 7 mai 2008 à Marseille.

La Provence

—————————————————————-

Le tueur en série Patrick Salameh, 57 ans, déjà condamné à la réclusion criminelle à perpétuité pour la disparition de trois femmes et le viol d’une quatrième, comparaît de nouveau à partir de lundi devant les assises des Bouches-du-Rhône pour la disparition d’une baby-sitter en 2008.

Fatima, une lycéenne de 20 ans, a disparu le 7 mai 2008 à Marseille et n’a pas donné signe de vie depuis. Elle s’était rendue le jour de sa disparition à un rendez-vous fixé par un homme depuis une cabine téléphonique qui lui avait proposé de faire du baby-sitting.

Près de deux heures après le rendez-vous, son petit ami qui l’avait accompagnée jusqu’à une station de métro à proximité du lieu, avait reçu un dernier texto : « J’ai rencontré une ancienne copine, je serai de retour ce week-end ». La jeune fille n’est jamais revenue.

Plusieurs mois plus tard, les enquêteurs avaient fait le rapprochement avec les disparitions, en octobre 2008, de trois prostituées, elles aussi contactées depuis des cabines téléphoniques publiques pour des rendez-vous.

Patrick Salameh décrit comme narcissique et manipulateur par les psychiatres, a été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité assortie d’une peine de sûreté de 22 ans par la cour d’assises des Bouches-du-Rhône pour « enlèvement, viol et séquestration suivis de mort » d‘Iryna, une Ukrainienne de 42 ans, de Cristina, une Roumaine de 23 ans, et de Zined, une Algérienne de 28 ans. Leurs corps n’ont jamais été trouvés. Il a également été condamné pour avoir « enlevé, détenu, séquestré » et « violenté » Soumia, une autre prostituée, qu’il avait relâchée.

L’homme a un lourd passé judiciaire. De 1989 à 2005, il avait purgé à la prison des Baumettes à Marseille une peine de seize ans de réclusion criminelle pour vol avec arme. Il avait été remis en liberté conditionnelle.

Le Parisien

MàJ: Thérèse Claudia Priest, enlevée en Centrafrique par une milice chrétienne « Ils me disaient: on va te tuer, on va t’égorger »

https://i0.wp.com/france3-regions.francetvinfo.fr/bourgogne/sites/regions_france3/files/styles/top_big/public/assets/images/2015/01/20/collage_centrafrique.jpg

Claudia Priest, l’humanitaire française retenue en otage en Centrafrique et libérée vendredi 23 janvier, raconte avoir été frappée et menacée de mort par ses ravisseurs, des miliciens chrétiens anti-balaka.« Ils étaient vraiment très menaçants, ils avaient les armes, ils avaient les poignards, ils avaient les machettes, et ils me disaient : ‘On va te tuer, on va t’égorger, on va te tuer‘ », témoigne Claudia Priest, 67 ans, toujours à Bangui.

Claudia Priest poursuit : « Ça m’a choquée, quand on m’a kidnappée, la façon brutale dont on m’a kidnappée. On m’a frappée à la tête, on me serrait tellement les bras que j’en ai des bleus. Je suis tombée, on m’a traîné au sol… » 

« Ensuite nous avons marché, sur au moins 15 km, nous avons marché des heures et des heures, ils m’ont mis quelque chose pour qu’on ne reconnaisse pas que j’étais française », ajoute l’humanitaire auprès de l’AFP.

France TV

——————-

L’humanitaire française enlevée lundi à Bangui par une milice chrétienne est originaire de Pont-de-Veyle (Ain). Selon la mairie du village, Thérèse Claudia Priest y a même fondé une association d’aide pour la Centrafrique avec son mari.

Lundi matin, Claudia Priest circulait à bord d’un 4×4 avec un employé local de l’ONG médicale catholique Codis (Coordination Diocésaine de la Santé) pour transporter des médicaments. Sur le chemin, ils ont été braqués dans le centre de Bangui par quatre miliciens chrétiens anti-balaka.

Ce groupe de miliciens pourraient avoir agi en représailles à l’arrestation samedi de l’un de leurs chefs, le «général Andjilo», soupçonné d’être l’investigateur des massacres de musulmans commis en 2013.

Par ailleurs, les hommes armés qui ont enlevé ce mardi à Bangui une troisième humanitaire semblent appartenir au même groupe. Des forces ont été déployées dans un quartier de la capitale centrafricaine où se retranchent les miliciens.

Le Parisien