Jacky Martin condamné à 30 ans de prison pour le meurtre et la séquestration d’une étudiante

Jacky Martin, 54 ans, a été condamné dans la nuit de mercredi à ce jeudi à 30 ans de réclusion pour la séquestration et la mort de l’étudiante Anne-Sophie Girollet en 2005. 

Capture d’écran 2016-09-29 à 11.06.36.pngAu terme de près de six heures de délibéré, la cour d’assises de Saône-et-Loire, qui jugeait Jack Martin depuis le 13 septembre, a assorti sa condamnation d’une peine de sûreté de vingt ans, conformément aux réquisitions de l’avocate générale Karine Malara. Après le prononcé du verdict, l’accusé est resté impassible dans le box, tandis qu’un homme a lancé depuis le fond de la salle: «Assassin !».

Le Parisien

Maisons-Alfort : Jean, 90 ans violemment agressé et séquestré par Sébastien

6117371_127fbf74-79c9-11e6-a59a-e59893c2fa3e-1_1000x625.jpg

Il fait partie de cette génération qui, quand on lui demande qui il est, décline son nom de famille avant son prénom. Jean B., 90 ans, est venu raconter mardi devant la cour d’assises du Val-de-Marne la violente agression dont il a été victime dans son pavillon de Maisons-Alfort le 21 août 2014 par trois hommes. Avec beaucoup d’aplomb. Sébastien B., 22 ans, cheveux noirs et ras, est le seul à comparaître pour séquestration et violences commises avec arme. Il a continué de nier toute implication, et risque jusqu’à sept ans de prison.

Le Parisien

Carmine l’évadé de prison avait séquestré deux femmes pour les dépouiller

Début mars, dans un hôtel toulousain, un homme avait séquestré une coiffeuse et une esthéticienne pour les dépouiller. Ce suspect a été arrêté près de Dijon après avoir commis une agression, à Lyon.

201603261612-full

Les policiers de la BRI (brigade de recherche et d’intervention) de la police judiciaire de Lyon ne lui ont laissé aucune chance. C’était mardi, en Côte d’or dans un hôtel près de Dijon. La cavale de Carmine del Vecchio, 44 ans, a pris fin. Placé en garde à vue, cet homme a été mis en examen par un juge d’instruction lyonnais pour un vol avec arme qui remonte au mercredi 17 mars, dans un cabinet médical de la Croix-Rousse. Dans ce vieux quartier du centre de Lyon, cet homme, au passé marqué par de multiples braquages, a depuis longtemps ses habitudes.

Ce soir-là, il avait pris rendez-vous avec une infirmière mais une fois sur place, il a sorti un couteau et une arme de poing pour séquestrer la jeune femme et une patiente. Et il les a attachées pour leur extorquer leurs numéros de carte bancaire avant de s’enfuir avec la voiture d’une de ses victimes. Ces femmes ont décrit un homme très déterminé, aux yeux bleus et qui leur aurait dit : «Je ne crains rien, j’ai déjà fait ça dans le sud

Une heure un couteau sous la gorge

Le sud, c’était Toulouse et ça remonte au lundi 6 mars. Ce fils d’immigré italien avait réservé une chambre dans un hôtel boulevard Koenigs à Toulouse (1). Il a alors expliqué qu’il venait avec son épouse qui devait intervenir dans un colloque.

En réalité, ces femmes âgées de 30 et 45 ans vont vivre un véritable calvaire, attachées avec du papier adhésif pendant des minutes qui durent des heuresune des victimes est restée attachée et bâillonnée une heure un couteau sous la gorge.

La Depeche

Victime d’un enlèvement, Estelle retrouvée en état de choc, Yoan son ex activement recherché

 

La jeune mère de famille, enlevée à Belley, à l’aube dimanche, a été retrouvée ce lundi, vers 16h. Blessée, le visage très abîmé, la jeune femme a été retrouvée errant dans les rues de Belley, en état de choc. Elle a été hospitalisée. Son ex-conjoint est recherché.

Estelle Pinque,19 ans ,mère de 2 très jeunes enfants,a été enlevée très tôt dimanche matin par deux inconnus alors qu’elle était revenue  dans son ancien appartement de Belley .Des témoins évoquent une scène violente au terme de laquelle elle a totalement disparu.

Estelle Pinque enlevement yoanDes témoins évoquent une violente altercation et des cris de femme entendus dimanche à 5 h du matin et provenant de ce logement. Perturbés dans leur sommeil ,ils racontent aussi avoir vu de leur fenêtre leur ancienne locataire traînée par les cheveux, de force et jetée pieds nus dans une voiture par deux hommes.

La maman d’Estelle Pinque accuse « Yoan » ,son ancien compagnon d’avoir mené l’expédition, aidé d’un autre homme.

La brigade de recherches de Belley a ouvert une enquête et recherche actuellement l’ancien compagnon d’Estelle, suspecté d’être à l’origine de ce brutal enlèvement. Des recherches qui pourraient être orientées vers Bourgoin Jallieu où réside la famille de « Yoan ».

France 3

Frédéric condamné à 7 ans de prison pour vol et séquestration d’un boulanger

Frédéric Simon, 43 ans a été condamné hier à 7 ans de prion pour vol et séquestration. Le prévenu avait déjà écopé de deux fois 15 ans de prison. 

1143876227_B978061426Z.1_20160308205205_000_GEG6BL373.1-0.jpg

Cette nuit du 10 janvier 2015, ce boulanger s’en souviendra toute sa vie. Il est 4 h 15, l’homme dort dans sa chambre, au-dessus de la boulangerie, au deuxième étage du bâtiment situé rue Gaulthier-de-Rumilly à Amiens.

L’artisan est réveillé par un bruit, il se retrouve soudain face à un inconnu. L’agresseur exige que le boulanger reste allongé sur le ventre, il lui maintient une taie d’oreiller sur la tête pour ne pas être reconnu. Le malfaiteur frappe la victime. Il veut qu’on lui dise où se trouve l’argent. Le boulanger se retrouve à un moment à genoux, un tournevis appuyé sur la nuque. «  Sur la fin, je pensais qu’il allait me tuer », confie la victime aux juges du tribunal d’Amiens, ce mardi. L’agresseur obtient l’argent convoité, prend la fuite, non sans avoir ligoté les mains de la victime et de l’avoir attaché à une porte.

 

Courrier Picard

Florence séquestrait un client dans son bar

Florence B. comparaissait ce vendredi 6 mars au tribunal de Nîmes pour des faits commis à Beaucaire, au bar du Marché, en 2010. Séquestration, drogue et argent liquide au menu.

1296031_673_obj8615741-1_667x333.jpg

L’histoire débute au bar du Marché, à Beaucaire, le 16 juin 2010. Aux alentours de 5 heures, les policiers débarquent dans l’établissement tenu par Florence, après qu’un homme les a contactés pour les prévenir qu’un de ses amis y était séquestré. Sur place, ils découvrent bien un homme fortement aviné, couché au sol, enfermé dans la cave de l’établissement.

La procureure a demandé huit mois d’emprisonnement à l’encontre de la prévenue, ainsi que la confiscation de la drogue et de l’argent trouvés lors des perquisitions, puis une amende de 2 000 €. Après avoir longuement délibéré, le tribunal a condamné Florence à six mois de prison, à 2 000 € d’amende et à la confiscation de l’argent et de la drogue saisis au bar.

Midi Libre

Aurélien et Sébastien condamnés pour avoir violenté et séquestré un homme qui se rendait au travail

Deux hommes ont été condamnés à trois et deux ans de prison pour avoir violenté puis séquestré un automobiliste dans sa voiture, samedi à Forges-les-Eaux. Ils ont été conduits en détention après l’audience, hier soir.

22ca8cff8b93dba78c95de136d7827

Interpellés mardi matin par les gendarmes de la compagnie de Forges-les-Eaux, Sébastien, 36 ans et Aurélien, 27 ans ont été jugés hier, en comparution immédiate, par le tribunal correctionnel de Dieppe.

Sur la route, Sébastien et sa conjointe se disputent et le trentenaire continue son chemin à pied. Aurélien descend également du véhicule pour rester avec son ami. Les deux comparses s’introduisent à l’intérieur du domaine de Forges; ils volent une voiturette de golf.

Lorsqu’ils comprennent qu’ils ne pourront pas parcourir 25 km avec l’engin électrique dont les pointes de vitesse n’excèdent pas 30 km/h, ils décident de le brûler. C’est à ce moment qu’un jeune automobiliste, intrigué par ce brasier sur le bord de la route, s’arrête.  Mais avant qu’il n’ait eu le temps de sortir de sa voiture, Aurélien ouvre la portière côté conducteur et ordonne au chauffeur de l’emmener lui et son ami à Aumale. « Je leur ai dit que je ne pouvais pas », poursuit le cuisinier qui se rendait à son travail, à Forges-les-Eaux.

Il reçoit alors un coup de poing et en quelques secondes (et plusieurs autres coups ), se retrouve à l’arrière de la Seat Ibiza. Un des agresseurs s’empare du volant, tandis que le second reste à l’arrière pour tenir l’otage.

« On va te cramer »

 un tour dans Forges d’environ un quart d’heure, Aurélien, le conducteur, se dirige vers la golfette brûlée. C’est à ce moment que les deux hommes menacent le troisième : « On va te cramer dans ta voiture, on va te crever ».

Peu rassurée sur l’absence de réitération d’un « tel déchaînement de violences », Valérie Cadignan requiert, avec mandat de dépôt pour les deux hommes, cinq ans de prison dont deux avec sursis pour Sébastien, qui a déjà sept mentions à son casier judiciaire et quatre ans, dont deux avec sursis, pour Aurélien, qui n’a été condamné qu’une seule fois par le passé. Les sursis seraient assorti d’une mise à l’épreuve de trois ans.

Le tribunal a suivi les réquisitions du Parquet. La victime sera indemnisée à hauteur de 3 000 € pour les préjudices moral et matériel.

Paris Normandie

Procès des bikers de Nice: Violée et torturée par Tess et Miguel, pour qu’elle garde le silence

L’histoire du gang des Fenrys, ces « bikers » niçois au fonctionnement sectaire, s’était terminée par l’assassinat de son fondateur. Les tortionnaires présumés de sa compagne sont jugés ce matin.

image-quay-31964635

Le second volet de cette affaire criminelle sordide est examiné à partir de ce matin par la cour d’assises des Alpes-Maritimes.

Tess, 22 ans, défendue par Me Marie Seguin, retrouve le box des accusés pour la seconde fois en cinq mois et encourt à nouveau la perpétuité. À l’issue du premier procès pour la complicité d’assassinat de Mayeul Gaden et la tentative d’assassinat de Manuela, Tess avait été condamnée à vingt ans de réclusion criminelle.

Nicolas Pastorino et Marvin Zmorek avaient écopé respectivement de 25 et 23 ans de réclusion.

VIOLÉE, TORTURÉE ET SÉQUESTRÉE

Tess sera cette fois accompagnée d’un nouveau coaccusé: Miguel Doutau (défendu par Me Jean-François Fouqué), petit délinquant sans domicile fixe qu’elle aurait incité à agresser Manuela.

Pour dissuader Manuela de dénoncer les assassins de Mayeul, Tess l’aurait séquestrée et terrorisée. Une stratégie de soumission particulièrement efficace perverse, selon les enquêteurs de la brigade criminelle de la PJ de Nice.

Doutau est accusé d’avoir violé Manuela à plusieurs reprises, d’octobre 2011 à avril 2012, crimes accompagnés d’actes de torture et de barbarie.

Nice Matin

Le ravisseur de Bérényss, retrouvée dans les Ardennes, condamné à 5 ans de prison ferme

La peine maximale de cinq ans de prison a été prononcée à l’encontre du ravisseur de Bérényss, ce mardi par le tribunal correctionnel de Briey.

 

 

L’agriculteur meusien de 48 ans – poursuivi pour l’enlèvement et la séquestration d’une fillette de 7 ans – dormira en prison ce soir. le tribunal Correctionnel de Briey l’a condamné à la peine maximale de 5 ans de prison, rapporte France Bleu Lorraine.

Cet homme de 48 ans avait attiré l’enfant dans son véhicule, alors qu’elle jouait près de chez elle à Sancy en Meurthe-et-Moselle. Il l’avait libérée huit heures plus tard devant une maison de Grandpré dans les Ardennes.

L’Union

Cindy écope de 4 ans avec sursis pour avoir participé à l’agression d’un septuagénaire

0381362060727.jpg

Cindy B., 24 ans, a écopé de 4 ans de prison avec un sursis probatoire, lundi, devant le tribunal correctionnel de Charleroi. Elle était poursuivie pour avoir participé à la séquestration d’un septuagénaire suivie d’une tentative d’extorsion. La victime avait été ligotée sur son lit et tabassée à coups de poing et de barre de fer.

7sur7

Jusqu’à huit ans de prison pour les ravisseurs de la retraitée

5561613_243a88ee-d70c-11e5-82c7-001517810e22-1_545x460_autocrop

Au terme de cinq jours de procès, les jurés de la cour d’assises des Yvelines ont finalement rendu leur verdict, ce vendredi soir. Les cinq hommes et femme, accusés de l’enlèvement et de la séquestration de Françoise Massieu, 73 ans, en juillet 2013 entre Jouars-Ponchartrain et Colmar (Bas-Rhin), ont été condamnés à des peines de 2 ans de prison avec sursis à 8 ans d’emprisonnement.

Olivier Bajaluna, l’organisateur de l’équipée, âgé de 42 ans, a été condamné à 8 ans d’emprisonnement.

Ludovic Fleury, 36 ans, le second rôle, le logisticien de l’entreprise, a écopé de 7 ans de prison.

4 ans dont un an avec sursis pour Olivier Agard, 42 ans ; 3 ans dont 18 mois avec sursis pour Patrick Le Coq, 62 ans, et 2 ans de prison avec sursis simple pour Élodie Flandrin, la danseuse de 32 ans.

Le Parisien

Francisco jugé en appel pour viol, enlèvement et séquestration

fille-tt-width-600-height-400-lazyload-0-crop-0-bgcolor-000000.jpg

Francisco Martinez, 47 ans, de Toulouse, a été condamné à 30 ans de réclusion criminelle avec une période de sûreté des 2/3 de la peine, par la cour d’assises de la Haute-Garonne pour viol en récidive sous la menace d’une arme et enlèvement et séquestration, toujours en récidive. L’accusé a fait appel de la condamnation et est rejugé par la cour d’assises du Tarn depuis hier. Il est défendu par Me Pierre Dubuisson et la partie civile est représentée par Me Delphine Chanut.

Le 11 novembre 2011, une étudiante de 21 ans, déposait plainte pour viol aggravé au commissariat d’Albi. Elle expliquait avoir été agressée le jour même à Toulouse, dans le garage en sous-sol de sa résidence. Un individu, armé d’un couteau, lui a attaché les poignets, placé un chiffon dans la bouche et une cagoule sur la tête, avant de la mettre dans le coffre de sa voiture. Son agresseur l’a alors conduite dans un parking souterrain où il a abusé d’elle.

L’enquête a permis de l’identifier assez rapidement et de trouver trace de plusieurs procédures à son encontre pour des enlèvements, séquestrations, viol avec violence et agressions sexuelles sur 6 victimes, entre 1995 et 1997. Toujours avec le même mode opératoire. Il a été interpellé le 22 novembre 2011 à son domicile. Le verdict sera prononcé ce soir.

La Depeche

Noël rejugé pour enlèvement, séquestration et extorsion

22ca8cff8b93dba78c95de136d7827.jpg

C’est une affaire toulousaine qui sera jugée en appel par la cour d’assises du Tarn, à partir d’aujourd’hui et jusqu’à vendredi. Noël Pommies, 36 ans, d’Auch, condamné à 15 ans de réclusion criminelle pour enlèvement, séquestration et extorsion avec arme ,a fait appel de la décision de la cour d’assises de la Haute-Garonne. Flavien Valeri, 25 ans, de Lavaur, accusé de complicité d’extorsion avec une arme, avait été acquitté par la même cour d’assises. Mais le parquet général a fait appel. C’est pourquoi on le retrouve aux côtés de Noël Pommies.

Le 17 janvier 2012, un individu, visage dissimulé par un bas, pénètre dans une maison d’habitation avec un fusil. Il ligote le père de famille et son fils de 10 ans. Il en voulait à l’argent du magasin Intermarché de Buzet-sur-Tarn que le père de famille gère avec son épouse. Lorsque cette dernière arrive, l’agresseur se fait conduire au magasin où il s’empare d’une somme de 5 000 à 7 000 €.

La Depeche

Fabrice, Christopher, Cindy et Nadège séquestraient et torturaient leur colocataire

Capture d’écran 2016-02-08 à 22.26.47.png

La femme de 40 ans a subi de nombreux sévices pendant plusieurs mois

Le procès de quatre personnes soupçonnées d’avoir torturé, notamment à l’acide, et séquestré leur colocataire entre février et septembre 2012, a commencé lundi devant la cour d’assises du Pas-de-Calais à Saint-Omer.

En septembre 2012, Carole, 40 ans, se présentait au commissariat de Boulogne sur-mer (Pas-de-Calais) et racontait qu’elle avait réussi à s’échapper d’un appartement où elle était confinée depuis février. 

Brûlures à l’acide, dents arrachées

Elle faisait le récit de mois de sévices administrés par ses colocataires – Fabrice, sa compagne Cindy et une amie, Nadège – ainsi que d’un cousin de Fabrice régulièrement en visite, Christopher.

Se succèdent durant plusieurs mois, relatait Carole, brûlures à l’acide ou à l’aide d’essence, dent arrachée avec une pince, coups de marteau sur la main, coups répétés lui cassant les côtes et lui abîmant l’oreille, obligation de manger des excréments, etc.

Ses colocataires profitaient de la vulnérabilité de Carole, en plein deuil et dont l’enfant venait d‘être placé en foyer. 

Sud Ouest