Suisse : des militaires photographiés en train de faire des saluts nazis

militaires-suisses-nazi-salut

La photo a fait scandale. Elle montre six soldats de l’armée suisse faisant le salut hitlérien à côté d’une croix gammée tracée dans la neige. Le cliché avait été publié par le journal dominical alémanique SonntagsBlick.

La justice militaire a pu établir que l’image avait été prise sur la place d’armes de Wangen an der Aare (BE), a indiqué son porte-parole Tobias Kühne au quotidien bernois Bund.

Le porte-parole se refuse dans l’immédiat à dévoiler quelles seront les conséquences pour les soldats. «Ils auront des explications à fournir.» La sanction dépendra des circonstances et des infractions commises. La justice militaire enquête pour savoir si cette attitude remplit les critères de discrimination raciale et de non-respect des prescriptions de service.

20 Minutes

Belgique: Des militaires sur la sellette pour leur appartenance à un groupe d’extrême droite

57a189ee35709a3105568795

Depuis le début de l’année, la Sûreté de l’Etat et le service général du renseignement militaire SGRS s’intéressent de près aux sympathisants belges des « Soldats d’Odin », une milice d’extrême droite qui s’oppose à l’afflux migratoire et entend, selon ses propres termes, « défendre les valeurs occidentales », rapportent Het Belang van Limburg et Knack mercredi.

Au sein de la défense, quatre militaires en font partie. Les « Soldats d’Odin » ont été créés en Finlande en 2015. L’organisation dispose de ramifications dans plusieurs villes du pays et de sympathisants à l’étranger, dont en Belgique depuis le mois de janvier. Ses membres, des citoyens qui patrouillent dans les rues, se considèrent comme une extension de la police.

Selon la presse flamande, au moins quatre militaires belges en font partie et ont été appelés à rendre des comptes. Les services de renseignement tiennent également à l’oeil deux autres formations. Il s’agit de la section anversoise des « Fils d’Odin » et des « Combattants de Thor« .

Le Soir

Meurtre cannibale: l’ex militaire Jérémy Rimbaud ne sera pas jugé

Jérémy Rimbaud cannibale

Le meurtre cannibale de Nouilhan (65) le 14 novembre 2013 ne sera pas jugé. La juge d’instruction paloise saisie du dossier a rendu une ordonnance qui doit conduire à déclarer Jérémy Rimbaud irresponsable de ses actes.

Le 14 novembre 2013, le jeune homme de 27 ans avait tué à coups de barre de fer un agriculteur de 90 ans à Nouilhan, dans les Hautes-Pyrénées. Il l’avait ensuite éventré avec un couteau, lui arrachant le cœur et la langue, qu’il avait mangés avec des haricots trouvés dans le réfrigérateur de la victime. Il avait également agressé un autre habitant au cours de sa fuite.

Il avait mangé le cœur et la langue avec des haricots trouvés dans le réfrigérateur de la victime

Jérémy Rimbaud, ancien militaire traumatisé après un séjour en Afghanistan, avait été interpellé quelques minutes plus tard et placé en garde à vue. Le jeune homme avait rapidement été placé en hôpital psychiatrique du fait de l’incongruité de ses explications.

Mis en examen des chefs d’assassinat et tentative d’assassinat, l’ancien militaire est depuis lors hospitalisé d’office dans l’unité pour malades difficiles de Cadillac (33). L’instruction a suivi son cours.

En mars 2015, un premier collège d’experts psychiatres avait conclu à un trouble ayant aboli son discernement. Un second collège a émis des conclusions identiques. C’est cette confirmation qui a conduit la juge à rendre son ordonnance.

Ouest France

Haine contre les musulmans, les noirs, les juifs, l’étrange laxisme judiciaire envers un militant FN

Marcel-DOISNE-soldat-réserviste-appelle-à-raser-les-toutes-les-mosquées-en-France

Il a été relaxé pour ses propos guerriers contre les musulmans sur Facebook. Le parquet de Laval semble embarrassé par cette affaire.

Quelle attitude adopter face aux dérapages haineux et racistes sur les réseaux sociaux ? La question s’est posée au parquet de Laval, après la diffusion par le site Islam & info de la vidéo dérangeante d’un militant FN de Château-Gontier.

Sur son compte Facebook, le sexagénaire réagit, le 8 janvier 2015, au lendemain de l’attaque meurtrière contre Charlie Hebdo. Dans une mise en scène martiale, béret, treillis et salut militaire, il se présente comme réserviste de l’armée. Il appelle à « la mobilisation de tous les patriotes » contre « les musulmans qui ont reçu l’ordre de tuer des Français ». Il se dit prêt à donner sa vie.

Le parquet de Laval avait choisit de le poursuivre pour provocation à s’armer contre l’autorité de l’État et les populations plutôt que pour incitation à la haine raciale. Le 15 octobre dernier, le tribunal correctionnel de Laval le relaxe. Le parquet fait appel. Mais le second procès ne s’est même pas tenu, le 10 mars dernier, à Angers. Le ministère public a jeté l’éponge.

Le profil Facebook de cet habitant de Château-Gontier continue de diffuser des messages haineux. Contre les musulmans, dans leur ensemble, les Noirs, les juifs. Mais aussi contre le Premier ministre ou le ministre de l’Intérieur, copieusement insultés. « Je ne dis pas qu’on ne regarde pas ce qu’il diffuse », convient l’avocat général d’Angers. Mais celui-ci renvoie vers le procureur de Laval qui ne donne pas suite à nos questions. Comme si l’affaire était devenue une patate chaude.

Viols : En Centrafrique le sentiment anti-Français est en progression

6786769-centrafrique-manifestation-anti-francaise-a-bangui
Une vidéo prise par notre Observateur montre un convoi de la mission Sangaris qui se fait copieusement huer à Bangui. Nos Observateurs dans la capitale de Centrafrique nous expliquent pourquoi les soldats Français, dont la mission initiale était de mettre un terme aux massacres inter-communautaires, sont aujourd’hui tant critiqués.

Dans la scène, filmée le jour de l’investiture du nouveau président centrafricain, Faustin-Archange Touadéra, des habitants font de grand signes « non » en agitant les bras au passage de militaires à bord de chars arborant le drapeau français.

Les slogans sont variés. Ils vont de ‘On ne veut plus de vous’, à ‘Voleurs de diamants’ ou encore ‘Violeurs d’enfants’ 

Jeudi, de nouvelles allégations visant des soldats français qui auraient forcés des enfants à avoir des relations sexuelles avec des animaux, ont été lancées par une ONG américaine]. D’autres scandaient même ‘On préfère les Chinois’.

Ces slogans, on les a toujours entendus. Mais depuis l’annonce du retrait total de Sangaris, le sentiment anti-Français est en progression. Beaucoup de Centrafricains accusent la France d’être à la base de nos problèmes : d’être intervenus trop tard pour contrer l’avancée de la Séléka, de ne pas avoir participé activement au désarmement des groupes rebelles…

La présence de la Sangaris n’a d’ailleurs par évité des cycles de violence, comme en octobre 2014, ou, plus récemment, en octobre et en novembre 2015. Les espoirs ont été déçus. Entre les Centrafricains et les Français, c’est un peu ‘je t’aime, moi non plus’, et cela concerne toutes les communautés, chrétiens ou musulmans. Ils sont un peu devenus un bouc-émissaire qui réunit les Centrafricains.

France 24

Un militaire condamné pour actes islamophobes et dépôt d’images pédo-pornographiques

islamophobie islam islamophobe delit opinion condamné militaire incitation a ala haine religion contre pour terrorisme terroriste laicité

Un militaire de Bitche était jugé aujourd’hui pour provocation à la haine raciale et dépôt d’images pédo-pornographiques.

Cet homme de 51 ans, père de deux enfants de 9 et 13 ans, a été condamné à 2 100 euros d’amende aujourd’hui par le tribunal correctionnel de Sarreguemines. 1 500 euros au titre des dommages et intérêts et 600 euros pour les frais de dossier. Le tout au profit de la LICRA… la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme… l’association s’était constituée partie civile.

Il était jugé pour avoir placardé des affiches pornographiques sur les devantures de plusieurs commerces de Bitche en septembre 2015. Avant de récidiver dans la nuit du 13 au 14 février dernier. Cette fois, il avait déposé des images pornographiques devant l’association franco-turque. A chaque fois, le même mode opératoire et des écritures appelant à la haine accompagnaient ces images.

Radio Mélodie

Un soldat britannique amputé répond aux racistes qui lui reprochent de ne pas haïr les musulmans

8216get-a-grip8217-iraq-war-vet8217s-post-blasting-islamophobia-goes-viral

Séquence mise au point pour ce vétéran britannique grièvement blessé au combat. Fatigué d’être « invité » par les membres d’un groupe islamophobe à les rejoindre sous prétexte qu’il avait été victime d’un musulman, Chris Herbert a tenu à préciser le fond de sa pensée dans un message posté sur sa page Facebook.

L’homme, originaire de Portsmouth (sud de l’Angleterre), a été amputé de la jambe droite après avoir été touché par une explosion .

Le texte du militaire, rapidement devenu viral, a été « liké » par près de 15.000 personnes et partagé plus de 170.000 fois. Le voici, in extenso:

Je commence à en avoir assez de certaines personnes qui attendent que je sois raciste, parce que j’ai été touché par une explosion. Donc, voici une mise au point:

Oui. Un musulman m’a fait sauter et j’ai perdu une jambe.
C’est aussi un musulman, qui portait l’uniforme britannique, qui a également perdu un bras ce jour.
C’est un infirmier musulman qui était dans l’hélicoptère qui m’a évacué.
C’est un chirurgien musulman qui m’a opéré et a sauvé ma vie.
C’est une infirmière musulmane qui faisait partie de l’équipe qui m’a aidé lors de mon retour au Royaume-Uni.
C’est un assistante musulman qui faisait partie de l’équipe qui a subvenu à mes besoins lors de ma rééducation quand je devais réapprendre à marcher.
C’est un taxi musulman qui m’a offert la course quand je suis sorti pour la première fois boire une bière avec mon père après mon retour à la maison.
C’est un docteur musulman qui a réconforté et conseillé mon père dans un pub, alors qu’il ne savait pas comment gérer mon traitement et ses effets secondaires.

A l’inverse,

C’est un Britannique blanc qui a craché sur ma copine, parce qu’elle « baisait avec un estropié plutôt qu’avec [lui] ».
C’est un Britannique blanc qui a poussé mon fauteuil roulant d’un ascenseur pour qu’il puisse l’emprunter avant.
C’est un Britannique blanc qui a hurlé sur mon père qui se garait sur une place « handicapé » pour venir me chercher (cela dit, beaucoup de gens m’ont aidé lors de ma convalescence ! Je ne suis pas anti-blancs non plus ! Hahaha).

Pour résumer, allez vous faire foutre. je sais qui je n’aime et je sais qui j’aime. je sais qui j’apprécie et ceux que je méprise. Si vous tenez à haïr une « race » entière d’hommes et de femmes à cause des actions de quelques abrutis, allez-y. Mais n’essayez pas de m’imposer votre point de vue, croyant avoir affaire à une cible facile, tout ça parce qu’un crétin a décidé que mon heure avait sonné.

Jeter l’opprobre sur tous les musulmans à cause de daech ou des talibans, c’est comme accuser tous les chrétiens des actions du KKK ou de la Westboro Baptist Church (église américaine connue notamment pour ses discours de haine envers les homosexuels, ndlr).
Ressaisissez-vous, embrassez votre famille et retournez au travail. »

Huffington Post

« les musulmans votre sang est impur » un militant FN récidiviste menace de mort les musulmans

Marcel Doisne, un militant FN qui avait appelé l’année dernière à tuer des musulmans, puis relaxé par la justice, récidive en appelant une nouvelle fois a s’en pendre aux musulmans au « sang impur » suite aux attentats de Nice 


Marcel Doisne, militant FN avait appelé a tuer des musulmans, relaxé, le parquet fait appel

Marcel Doisne reserviset islamophobe charlie hebdo mosquee menace mort arme proces

Au lendemain des attentats de Charlie Hebdo, Marcel Doisne, militaire réserviste, avait appelé dans une vidéo vêtu d’un treillis militaire « les patriotes à se préparer au combat » car « les musulmans ont reçu des ordres de tuer les français ».

Un citoyen musulman qui a reconnu Marcel Doisne sur la vidéo, l’a signalé aux autorités compétentes. Le profil Facebook ne laissant place à aucun doute quant à l’islamophobie et la radicalité de l’ancien militaire qui appelle toujours à raser la mosquée de Fréjus, à interdire l’Islam et le Coran en France.

Le 15 octobre, le Tribunal Correctionnel de la Laval avait relaxé Marcel Doisne, poursuivi pour « provocation à s’armer contre l’autorité de l’Etat ou la population », réjouissant par la même occasion toute la « facho-sphère ». Le procureur de la République a indiqué ces derniers jours qu’il avait décidé de faire appel de la relaxe.

Islam Info

Marcel Doisne proces appel a la haine mosque islamophobie

2 Militaires incarcérés pour trafic de cocaïne

David Rousselin cocaine guyane militaire

La femme militaire de 37 ans placée en garde à vue en région parisienne cette semaine, a été mise en examen hier en fin de journée au Palais de justice de Cayenne par la juge d’instruction Olivia Demoustier pour complicité de transport, de détention, de produits dangereux non autorisés (le terme consacré pour les stupéfiants) pour complicité d’exportation de produits dangereux non autorisés en contrebande”, une infraction douanière, et pour participation à une association de malfaiteurs

Suite à la découverte vendredi 12 juin par des douaniers de l’aéroport Félix Éboué à Matoury de 27 kilos de cocaïne dans la valise d’un sous-officier d’une quarantaine d’années, l’adjudant David Rousselin steward dans l’armée de l’air au sein de l’escadron de l’Esterel à Creil en région parisienne.

Au cours d’une garde à vue de près de 96 heures, le sous-officier avait reconnu le transport de drogue avant d’être mis en examen notamment pour ” trafic de stupéfiants” ainsi que pour “associations de malfaiteurs”. Il a été placé en détention provisoire mardi au centre pénitentiaire de Rémire-Montjoly.

Le steward a mis en cause cette femme militaire comme étant la personne qui l’a mis en contact avec les trafiquants” nous avait indiqué hier vendredi, le procureur de la République Ivan Auriel, en référence à la seconde personne mise en examen dans ce dossier.

Guyane Web

Le militaire Stéphane Richardot voulait faire sauter une mosquée

Police demainage sauter mosqueL’annonce d’un attentat à l’explosif à l’heure où la mosquée Essalam était remplie de fidèles a engendré une forte mobilisation des services de police dans le quartier La Conte à Carcassonne. Quelques minutes avant de se présenter dans l’entrée du lieu de culte, Stéphane Richardot, 67 ans, militaire en retraite, s’était rendu à la maire de Pezens, où il réside. «Il est venu deux fois ce matin (Ndlr : hier), explique un membre du conseil municipal. Vers 9 h 30, il avait rendez-vous avec un adjoint mais il souhaitait pouvoir le rencontrer à un autre moment».

Stéphane Richardot quitte alors la mairie, où ses passages sont fréquents (lire encadré). Mais peu avant midi, il revient vêtu d’un treillis et d’un pull kaki. «Il est arrivé à bord de sa voiture, les warnings allumés et de la musique militaire à fond», explique un témoin.

«Là, relate un élu, il nous a dit : à 13 heures, je fais péter la mosquée de Carcassonne, à 13 h 30 je mange à La Comédie, et à 14 heures, je vais place Carnot».

Quelques minutes plus tard, Stéphane Richardot remonte dans son Audi. Les services de la mairie de Pezens alertent les gendarmes qui relaient aussitôt l’information aux policiers.

Peu avant 12 h 30, l’ancien militaire du 3e RPIMa de Carcassonne stoppe son véhicule de couleur grise, le long d’une clôture longeant le lieu de culte. Se mêlant à la foule très dense des fidèles venant assister à la prière du vendredi, le sexagénaire était intercepté dans l’entrée par le président de la mosquée, Abid Bammou, qui raconte :

«Il m’a dit être là pour accomplir une mission, puis il a déposé sur la table se trouvant habituellement à cet endroit des tracts mentionnant «La France, on l’aime ou on la quitte !».

Les policiers, une fois sur place, n’ont eu aucune difficulté pour interpeller Stéphane Richardot. L’homme a été conduit immédiatement dans les locaux du commissariat de police pour y être interrogé, en même temps qu’était dressé un périmètre de sécurité autour du lieu de culte. Moins d’une demi-heure plus tard, un véhicule de la Sécurité Civile dépêché depuis Toulouse sur demande du préfet de l’Aude, avec à son bord deux spécialistes du déminage, arrivait sur les lieux. En l’espace de quelques minutes, la crainte d’une mallette piégée avec de l’explosif, qui était posée sur les sièges rabattus à l’arrière du véhicule, était dissipée.

Ce bagage ne contenait que des tracts, signés «Voix des Français – Renaissance 95», une association se disant indépendante des partis politiques, réputée d’extrême droite.

La Dépêche