Insultée et diffamée par des élus FN suite à un débat face à Marine Le Pen, une chef d’entreprise porte plainte

Une bellachone, Nathalie Gal, a porté plainte, fin mars, contre des membres du Front national. Cette plainte vise deux élus, un chargé de communication, et Gilbert Collard, secrétaire général du rassemblement Bleu marine.

Nathalie Gal, patronne d’une entreprise de tannerie, avait participé en tant que chef d’entreprise, à l’émission politique de France 2 le 09 février dernier en présence de Marine Le Pen. Elle lui avait dit à quelle point une sortie de la zone Euro serait préjudiciable pour sa société obligée d’importer des peaux d’Europe du nord. Elle estime avoir été diffamée et inondée d’insultes pendant plusieurs jours après l’émission sur les réseaux sociaux.

Elle a notamment été accusée d’être une comédienne payée par France 2 pour jouer les chefs d’entreprise face à Marine Le Pen.(…) Elle a déposé quatre plaintes avec constitution de partie civile auprès du doyen des juges, pour diffamation. Elle a aussi déposé plainte pour diffamation, insultes, et atteinte à l’image de son entreprise auprès du procureur de Limoges.

 

(…)On est en démocratie, dans un état de droit. Il y a des règles. Il semblerait que la plupart des gens aient admis que ces règles ne s’appliquent pas sur internet. Ils pensent que l’on peut insulter qui on veut, quand on veut. Et bien non. Ce n’est pas ma France. Ma France, c’est un endroit où il y a la liberté d’expression, où l’on peut aller à un débat démocratique sans que derrière, on m’insulte, on me diffame, on diffame mon entreprise et on atteigne mon image.(…)

France Bleu

Twitter sponsorise un tweet appelant à virer « les bougnoules » et « les noirs » de France

Un tweet raciste a particulièrement heurté les internautes tant par son contenu que par la forme de sa diffusion lundi 23 janvier 2017. Un utilisateur répondant au pseudo @DoflaYT et dont la spécialité est de parler des jeux vidéo sur YouTube a été victime de ce qui ressemble au piratage de son compte.

c2zzvcnxeaiuslk

La sponsorisation d’un tweet suppose le paiement d’une somme d’argent au réseau social afin que ce dernier lui offre une plus grande visibilité en le diffusant à des utilisateurs non-abonnés. Une technique généralement réservée aux contenus publicitaires et aux actions de communication.

(…)

Les internautes se sont particulièrement émus devant la possibilité même de sponsoriser des messages incitant à la haine sans que Twitter n’effectue un contrôle a priori de ces messages.

RTL

Des militants pro-Trump créent des faux comptes Twitter et Facebook pour faire élire Marine Le Pen

trump_and_le_pen

Après avoir réussi à placer leur candidat à la tête des Etats-Unis, certains militants de Donald Trump s’organisent pour faire gagner Marine Le Pen en 2017. Comme franceinfo auparavant, des journalistes du site américain BuzzFeed ont réussi à intégrer un groupe de discussion en ligne nommé « La grande libération de la France ». Dans cette conversation, une personne sous le pseudo de Trumpwin2016 demande aux internautes de créer de faux comptes Facebook et Twitter qui semblent français pour alimenter des pages pro-Marine Le Pen avec notamment des messages de soutien ou de diffuser des blagues sur François Fillon.

(…)

Pour que cette manipulation des réseaux sociaux ne soit pas trop visible, il est demandé de créer des comptes bien particuliers : « Dans l’idéal des jeunes, des filles mignonnes, des gays, des juifs, en gros tous les gens qui ne sont pas censés être pro-[Front national]« , explique Trumpwin2016 dans l’un de ses messages postés sur la conversation.

Des images « prêtes à l’emploi » sont aussi disponibles pour créer des messages de propagande et les diffuser sur ces réseaux. « Aujourd’hui, il y a une sorte d’alliance molle entre des néo-fascistes russes (…) et ‘l’alt-right’ internationale« , explique un utilisateur anonyme aux journalistes de BuzzFeed.

France Info

« On va égorger vos imams » « Sale PD »… des internautes au tribunal pour leurs tweets haineux

Des auteurs anonymes de tweets islamophobes ou homophobes ont été démasqués par la police après le dépôt de plaintes. Devant la justice, ils se font bien plus petits que sur les réseaux sociaux.

sub-buzz-15722-1484154612-1

Ils sont des milliers chaque jour à se cacher derrière un pseudo pour insulter ou menacer des internautes sur les réseaux sociaux. Sur Twitter par exemple, les trolls ont la belle vie et peuvent la plupart du temps injurier tranquillement — souvent sous le regard passif de la modération— sans craindre des poursuites judiciaires. Ce mercredi pourtant, plusieurs trolls qui se cachent habituellement derrière des pseusos anonymes, ont comparu devant la 17e chambre du TGI de Paris après avoir été démasqué par la police.

Intimidée et émue, Aurélie* est appelée à la barre pour expliquer un tweet qu’elle avait lâché juste après l’attentat contre l’église de Saint-Etienne de Rouvray et le meurtre du père Hamel en juillet 2016. À partir du compte @EuropeER, elle a entre autres messages islamophobes, posté ce tweet.

«Nous aussi on va égorger vos imams dans vos mosquées.»

La Délégation interministériel à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme (Dilcrah) signale son tweet au procureur et les enquêteurs parviennent à l’identifier.

Lire la suite sur Buzz Feed

9 mois de prison requis contre un militant d’extrême droite pour ses propos haineux sur Facebook

Mercredi matin, un homme de 47 ans a comparu devant le tribunal de Luxembourg pour incitation à la haine.

facebook condamne policier racisme

En mars et en mai dernier, il avait notamment écrit sur son profil Facebook qu’il « haïssait ces racailles d’étrangers et de demandeurs d’asile » (citation) et que tous les asiles pour réfugiés étaient un crime vis-à-vis de nos sans-abri.

En outre, l’accusé avait publié en février sur un autre profil Facebook, des photos qui illustraient sa sympathie pour le troisième Reich. L’une d’elle montrait une façade sur laquelle il était écrit “Es lebe der Führer ! Es lebe Deutschland !”. Il est reproché au prévenu d’avoir ainsi minimisé les crimes contre l’humanité du régime nazi.

L’expression « racailles d’étrangers et de demandeurs d’asile » montrait les opinions qu’il avait, en plus du fait qu’il faisait l’apologie du régime nazi. Ses profils Facebook étaient toujours accessibles.

Pour la représentante du Parquet, ce que l’homme avait écrit, était l’expression d’une haine profonde des réfugiés. Il savait précisément ce qu’il faisait, tout était public. Elle a finalement requis neuf mois de prison avec un sursis éventuel.

RTL

Le faux profil islamiste: démonstration d’une technique de la fachosphère

fachosphere-extreme-droite-facebook-twitter-faux-compte-islamiste-fdesouche

Certaines des tactiques décrites ici ont déjà été repérées et détaillées dans cet article, preuve que cette stratégie n’est pas neuve, et que les Debunkers s’ étaient déjà attaqué:

http://www.debunkersdehoax.org/comment-contrer-la-rhetorique-d-extreme-droite

  • Quel est l’intérêt de cette tactique?

Il est triple:

-Il faut entretenir la peur, montrer que « l’ennemi » est présent.

-Montrer que « l’ennemi » s’attaque à leurs vrais et seuls opposants, c’est à dire la fachosphère.

-Annihiler la réflexion et le sens critique des lecteurs.

-Développer un rôle de catharsis

Nous avons donc fureté de longues heures dans les pages de la fachosphère afin de trouver ces faux profils. Et nous avons trouvé.

Ces profils sont protéiformes et servent les intérêts du moment et de chaque page.
Décryptage.

  • Le profil inexistant

Plusieurs exemples comme celui ci. Des « petites frappes islamistes » interviennent sur une page facebook, balancent des insultes et des menaces en message privé à l’administrateur de la page. Qui n’a plus qu’à publier la capture d’écran de ce message privé.
Problème.
Ces profils n’existent pas… Conclusion? Message fabriqué de toutes pièces par l’administrateur de la page. Simple, efficace.

Exemple:

faux profil ayman massari.png

Deuxième exemple.

Cette fois le but est plus précis. Il s’agit d’attaquer une page « ennemie » de la vôtre. En l’occurrence, celle des Debunkers… Le but est alors de montrer la collaboration objective des « gauchiasses » que nous sommes avec les « islamistes ». Et de révéler qui est le véritable agresseur.

Azddin Rifton.jpg

Problème. Ce profil n’a jamais commenté notre page, n’a jamais été inscrit chez les DbK… Et pour cause ce profil n’existe pas…

Peu importe le but est atteint et les lecteurs de « sos racisme anti blancs » s’emballent sur une manipulation du facho tenant cette page:

Azddin Rifton commentaires.jpg

Lire la suite sur Debunkers de Hoax

« Qui est partant pour brûler du muzz ? » Un homme condamné pour son islamophobie sur Facebook

Un père de famille a été condamné pour les propos postés sur sa page Facebook en réaction à l’attentat à Charlie Hebdo.

facebook condamne policier racisme

Au soir même de cette sombre journée du 7 janvier 2015 endeuillée par l’attentat contre la rédaction de Charlie Hebdo, un ingénieur père de famille du Nord vaudois laisse libre cours à sa colère sur sa page Facebook. A 18 h 20, il poste: «J’organise une Kristallnacht. Qui est partant pour aller brûler du muzz ?». Trois heures plus tard, il ajoute: «J’ai mon P226 qui doit bientôt arriver + le calibre 12». Un de ses contacts au moins en est offusqué. Il le dénonce. L’affaire est portée devant le Tribunal cantonal.

Les juges rappellent que la Kristallnacht fait référence à l’un des points culminants de l’antisémitisme qui a ravagé l’Allemagne des nazis et que le terme de «muzz» est une abréviation de «musulman». Quant au P226, c’est un modèle de pistolet, et le calibre 12 un fusil à pompe.

L’auteur du message a été reconnu coupable de discrimination raciale. Sans antécédent judiciaire, ce trentenaire a été condamné à 25 jours-amendes avec sursis et à une amende cash de 150 francs, quand bien même il a expliqué avoir agi sous le coup de l’émotion, sans intention de passer à l’acte. Il doit s’acquitter de plus de 3000 francs de frais de justice.

Aux yeux de la justice, les propos litigieux diffusés étaient non seulement propres à éveiller la haine, mais surtout leur publication sur Facebook les rendait visibles par les quelques centaines de contacts de leur auteur.

24 Heures