Depuis 2014, plus de 400 élus FN sur 1 500 ont claqué la porte du parti

C’est un phénomène politique à lui tout seul et qui n’est pourtant pas beaucoup relayé : l’hémorragie de démissions des élus Front national depuis les municipales de 2014. Pourquoi le parti d’extrême droite, arrivé en tête aux deux dernières élections, voit-il ses élus claquer la porte par centaines ?

marine-le-pen-fn-front-national-elction

Le chiffre est impressionnant, puisqu’il représente 28% des élus FN, selon un décompte de l’AFP. En deux ans, le « premier parti de France » a donc vu 400 de ses élus envoyer leur mandat aux orties et quitter le parti. Quelque chose semble ne pas fonctionner correctement au sein du Front national, entre les annonces pré-électorales de campagne, puis la réalité du terrain et la pratique du pouvoir.

14 municipalités françaises sont dirigées par le Front national aujourd’hui, et le bilan de l’action politique du parti d’extrême droite n’est pas encore effectué, mais la stratégie de sa présidente est clairement établie : démontrer que son parti est parfaitement en mesure de gouverner… grâce au bilan de son action locale.

La fuite d’élus en cours n’est donc pas faite pour conforter ce discours du parti « aux mains propres, qui ne s’entre-déchire pas et sait agir au plus près des besoins des gens » que le FN — par la voix de Marine Le Pen — tente d’imposer.

Le Front national est un parti d’extrême droite, et il n’est pas un parti politique comme les autres : que ce soit dans ses propositions ou dans sa gestion du pouvoir, la formation de Marine Le Pen est singulière dans le paysage politique français. Au point de ne pas pouvoir conserver plus d’un quart de ses « fraîchement élus » locaux.

TV5

Pour Yannick Jadot, « Marine Le Pen est le vrai parti de l’étranger au regard des financements russes »

20560-160706192421329-23690503636100452370-437000

Yannick Jadot n’est pas vraiment fan de la politique menée par Vladimir Poutine. Le candidat EELV à la présidentielle plaide pour des sanctions contre les oligarques russes pour faire plier le président russe, quitte à ce que le courant saute sur le plateau de LCP quand il en parle. Sur France 3, ce dimanche 8 janvier, le député européen écologiste a de nouveau plaidé pour « l’indépendance de la France vis-à-vis de la Russie » et pourfendu le FN, « le vrai parti de l’étranger » selon lui. Il a déclaré :

Quand je me bats pour la transition énergétique, je me bats aussi pour notre indépendance vis-à-vis de la Russie qui n’apparaît pas être un problème pour François Fillon ni pour Marine Le Pen qui est dans cette élection le vrai parti de l’étranger au regard des financements russes. E

t donc quand je me bats pour la transition énergétique, c’est aussi pour ne pas être complaisant vis-à-vis des pétromonarchies du Golfe, de la Russie ou du Gabon.

Europe 1

Comparée à Hitler, Marine Le Pen perd son procès contre Guy Bedos

marine-le-pen-perd-son-proces-contre-guy-bedos

Le fils puis le père. Après avoir perdu son procès contre Nicolas Bedos – qui la qualifiait de « salope fascisante » en septembre 2016 – Marine Le Pen a été déboutée vendredi 14 octobre de sa poursuite contre Guy Bedos. L’humoriste avait notamment affirmé que la présidente du Front national « fait la campagne d’Hitler ».

L’affaire remonte à la fin de l’année 2013. Interviewé en marge d’un gala contre le racisme et en soutien à l’ex-ministre Christiane Taubira, organisé par le directeur du théâtre du Rond-point Jean-Michel Ribes, l’humoriste avait mis en cause la présidente du parti d’extrême-droite dans la montée du racisme en France.

« Madame Le Pen (…) fait la campagne d’Hitler », avait-il déclaré. « Elle a simplement remplacé les juifs par les Arabes, les nègres (…) et elle dit à tous ces gens qui vont mal, car nous sommes dans la même crise que dans les années hitlériennes, ‘si vous êtes chômeur, si vous n’avez pas de travail, si vous souffrez, c’est parce qu’il y a trop d’Arabes, il y trop de Noirs, si on fout les Arabes et les Noirs à la mer, vous aurez du travail' », avait-il ajouté.

Guy Bedos et le directeur de la publication du Figaro ont été relaxés, et Mme Le Pen, qui demandait 5.000 euros de dommages et intérêts, déboutée.

Huffington Post

Flop: «LesPatriotes.net », le réseau social du FN, a fermé

home_main_photo

«Lespatriotes.net», le réseau social du FN, a fermé ses frontières, euh, ses portes, a remarqué le Huffington Post ce lundi, la plate-forme avait pour ambition de rassembler des «patriotes» de tous bords, mis au service de la stratégie numérique du parti d’extrême droite.

Les informations personnelles données à l’inscription renseignaient le FN sur le profil de ces sympathisants 2.0. Ces derniers étaient ensuite incités à diffuser en ligne les messages du parti, en étant récompensés par un système de points. Ils pouvaient également poster articles, photos et vidéos.

Le site «Les Patriotes» n’avait pas réussi son coup : depuis sa création en mai 2014, il n’a récolté que 7 500 inscriptions, soit, remarque le HuffPo, trois fois moins que sa page sur le réseau de Zuckerberg compte d’amis.

La date exacte de mise hors ligne de lespatriotes.net n’est pas connue, mais elle pourrait avoir eu lieu il y a deux jours, le 2 avril, date de la dernière mise à jour du site par son administrateur. Le nom de domaine «patriotes.net» n’expirera quant à lui que le 3 avril 2017.

Libération

#PanamaPapers, le Front National serait impliqué dans le scandale de fraude fiscale

Chatillon-mis-en-examen-le-FN-n-a-rien-a-se-reprocher

Frédéric Chatillon, le patron de la société Riwal et proche de Marine Le Pen, a pris les devants ce lundi sur d’éventuelles révélations dans l’affaire Panama Papers et dédouané le Front national, dans un billet publié sur Facebook.

« J’aurai droit demain (mardi) aux honneurs du Monde dans l’affaire de #Panamapapers « , écrit-il sur sa page Facebook, au sujet d’investissements réalisés en Asie, après l’enquête d’un consortium d’investigation révélant un vaste scandale d’évasion fiscale touchant hauts responsables politiques, sportifs ou encore milliardaires. « J’ai bien entendu mis à disposition de ces deux journalistes les documents prouvant la parfaite légalité de ces opérations », poursuit-il.

« Un grand parti politique français »

Le directeur du Monde a indiqué lundi matin que des révélations à venir dans cette affaire allait concerner « un grand parti politique français ». Riwal est une société qui réalise des prestations de communication pour des candidats FN. Son patron Frédéric Chatillon est mis en examen pour financement illégal de parti dans le cadre d’une enquête sur la présidentielle et les législatives de 2012.

« Je vais prendre les devants pour m’+auto-scooper+ et éviter de laisser se développer d’extravagants fantasmes », explique Frédéric Chatillon. « À l’automne 2012, les associés de la société Unanime et moi-même avons décidé d’investir en Asie une partie des bénéfices que la société avait déjà réalisés au cours de l’année 2011 », détaille-t-il. « Nous avons choisi l’Asie qui offrait les perspectives de rentabilité les plus attrayantes », ajoute-t-il.

De fil en aiguille, « des conseils juridiques locaux nous conseillèrent fin 2012, plutôt que de créer une société ad hoc, de racheter une structure juridique préexistante, sans activité, et ce pour un prix symbolique, ce procédé de + package+ étant courant à Hong Kong (la société Time Dragon, elle-même détenue et dirigée par une BVI, Harson) ». BVI signifie qu’il s’agit d’une société des îles Vierges britanniques. « Il semble que cette BVI ait été créée à l’origine par le fameux cabinet Mossack Fonseca, mais nous n’avons jamais eu de contact direct avec celui-ci, tout ayant été géré par un cabinet Hong-Kongais », ajoute-t-il.

Mossack Fonseca, au coeur du scandale révélé par les « Panama Papers », est un discret cabinet d’avocats panaméen, qui compte une brochette de clients prestigieux et s’est spécialisé dans l’évasion fiscale.

Le Point

Marine Le Pen est la candidate qui a été la plus médiatisée durant la campagne électorale

marine le pen madias journaliste censure camera mediatise fn

Avec plus de 9.800 retombées médiatiques entre le 9 novembre et le 3 décembre, Marine Le Pen, candidate en région Nord-Pas-de-Calais-Picardie, arrive en effet loin devant les autres candidats, selon un baromètre, réalisé par l’Argus de la presse. Le deuxième candidat, Valérie Pécresse (Ile-de-France), n’a ainsi, de son côté, bénéficié que de 3.675 retombées et le troisième, Xavier Bertrand (Nord-Pas-de-Calais-Picardie), 3.674 retombées.

Cette différence considérable s’explique sans doute car la présidente du Front National « s’est largement employée à surfer sur l’actualité et les attentats du 13 novembre », indique l’Argus de la presse.

L’OBS

BAROMETRE_ELECTIONS_REGIONALES_2015_par_LArgus_de_la-presse_Top_10_des_candidates_les_plus_Médiatisés-