Une militante FN au procès de Marine Le Pen « Les musulmans vous êtes des chiens »

Une altercation est survenue mardi dans les couloirs du palais de Justice de Lyon, peu après le départ de Marine Le Pen qui y était jugée pour ses propos controversés sur les prières de rue.

« Vous êtes des chiens, des barbares« , a lancé une sympathisante du Front national à une femme de couleur, ont constaté des journalistes de l’AFP

20 Minutes

——————————————————-

Communiqué du Collectif contre l’islamophobie en France

Le Collectif contre l’islamophobie en France exprime son étonnement face à la teneur du réquisitoire du Procureur lors de l’audience qui jugeait les propos de Marine Le Pen au sujet des prières de rue auxquelles ont été parfois contraints les fidèles musulmans en raison de l’insuffisance de places dans les lieux de culte.

Bernard Reynaud considère qu’« elle n’a fait qu’exercer sa liberté d’expression », alors même qu’elle met en relation, dans ses propos, les prières de rue avec l’Occupation. La succession des mots est très claire (les soldats, les blindés…). Il s’agit d’ennemis qui viennent occuper le territoire, d’ennemis qu’il faut combattre et ces ennemis, ce sont les musulmans.

« La violence du verbe fait partie du quotidien des politiques » a également affirmé le Procureur. Pour autant, on ne peut pas ignorer la responsabilité et l’impact de la rhétorique utilisée par le responsable d’un parti politique sur son auditoire et à plus forte raison lorsque celui-ci se revendique comme le premier parti de France.

L’avocat de Marine Le Pen a par ailleurs reconnu que les réquisitions du Procureur étaient très semblables aux arguments que la défense souhaitait développer.

Si Marine Le Pen, ses sympathisants et ses avocats défendent aujourd’hui avec ferveur les déclarations mises en cause, il apparaît inconcevable que le représentant de l’intérêt général en fasse autant.

Dans une France multiculturelle encore meurtrie par les événements de janvier, il appartient à tous de ne pas favoriser la normalisation d’un discours stigmatisant, créateur de peur et de division entre les citoyens français.

Dans l’attente du jugement qui sera rendu le 15 décembre prochain, le CCIF en appelle à une justice impartiale, fidèle aux valeurs françaises de respect de toutes les croyances et des libertés fondamentales inhérentes à tous, ainsi qu’au renforcement de la cohésion nationale.

CCIF

————————————————————-

Jean-Luc Mélenchon accuse la justice et le gouvernement de complaisance envers Marine Le Pen

L’ancien candidat à la présidentielle Jean-Luc Mélenchon a dénoncé mardi une indulgence du parquet à l’égard de Marine Le Pen quand celle-ci est jugée dans des affaires où elle risque l’inéligibilité, au soir d’une relaxe requise à Lyon dans l’affaire des prières de rue.

« J’affirme que Mme Le Pen est instrumentalisée par le système UMP (devenus Les Républicains, ndlr) d’un côté et d’autre part par le PS, parce que c’est son principal et unique argument de vente« . « S’il n’y a plus Mme Le Pen, il n’y a aucune raison de voter PS« , a-t-il conclu.

Agence France Presse

Pour la justice, il est légal de qualifier Marine Le Pen de «fasciste»

Marine le pen fasciste extreme droite fn nazi salut hitler melenchon

Peut-on qualifier Marine Le Pen de «fasciste» ? Oui, a répondu pour la deuxième fois la justice, ce mercredi. «Pourquoi voudriez-vous que le peuple français soit le seul peuple qui ait envie d’avoir un fasciste à sa tête  avait lancé le coprésident du Parti de Gauche.

Devant le tribunal, ce dernier avait défendu son usage de l’étiquette «fasciste» :

«Il s’agit d’une opinion politique, dont le contenu peut varier selon le commentateur. Dans ma famille politique, ce mot est utilisé depuis très longtemps en équivalent du terme « extrême droite« . Naturellement, ce n’est pas un compliment à l’égard du Front national ; mais ce n’est pas une injure».

De son côté, l’avocat du Front national avait considéré que le mot comportait une «volonté d’invectiver, de rabaisser, de faire mépriser madame Le Pen, car il n’y a pas dans le débat public d’injure plus profonde».

Le tribunal avait finalement jugé que

«si le terme “fasciste” peut prendre une connotation outrageante quand il est utilisé en dehors de tout contexte politique ou s’il est accompagné d’autres termes dégradants, il est, en revanche, dépourvu de caractère injurieux lorsqu’il est employé entre adversaires politiques sur un sujet politique»

Depuis 2011, Marine Le Pen terrorisait les médias en attaquant ou en menaçant d’attaquer ceux qui lui colleraient l’étiquette de fasciste ou d’extrême droite. Cette parenthèse se referme aujourd’hui. On a le droit de penser que le FN n’est pas fasciste, mais il ne doit pas y avoir d’autocensure pour les autres.

Libération

Les politiciens font semblant de ne pas voir que les migrants évitent la France

migrants_enfant_afp

Ça en devient grotesque! D’un côté des politiciens français aux abois qui essaient de gérer la crise humanitaire en leur faveur. De l’autre, des migrants qui font tout pour éviter la France. Au milieu, une population divisée qui hésite entre ouverture et fermeture. Au final, on retient surtout que la France est incapable de tenir son rang et que sa classe politique instrumentalise tout événement à des fins de politique interne.

Primo, le gouvernement socialiste se paye de mots en appelant à la tradition humanitaire. Dans les faits, François Hollande est tétanisé par les sondages défavorables et la montée du FN.

Secundo. Ce ne sont pas les avantages sociaux et l’Etat providence qui attirent ceux qui fuient les conflits, mais le dynamisme économique des pays. Et là, c’est un véritable camouflet pour la France.

En 2014, les demandes d’asile ont baissé de 5% en France, elles ont explosé de 60% en Allemagne et de 50% en Suède, par exemple.Ignorant totalement les faits – le désintérêt des migrants pour la France – aussi bien Marine Le Pen que Nicolas Sarkozy brassent les idées reçues, Marine Le Pen parle d’«invasion».

La réalité, elle, montre que Syriens, Irakiens et Erythréens s’arrêtent à Munich ou rêvent de Londres lorsqu’ils sont bloqués à Calais dans le bidonville de la République.

Tribune de Genève

Des journalistes menacés de mort par des proches de Marine Le Pen

Accident-de-piscine-et-fracture-pour-Marine-Le-PenLa Société des journalistes de Mediapart a affirmé vendredi que deux journalistes de la rédaction avaient été victimes d’une « agression par des responsables du micro-parti de Marine Le Pen« .

« Des menaces de mort ont été proférées » alors que les deux  journalistes « faisaient leur travail d’enquête dans des conditions tout à fait claires et transparentes ». Les journalistes ont, selon le fondateur de Mediapart Edwy Plenel, « signalé les faits dans une déposition au commissariat du onzième arrondissement ».

Les deux journalistes, Marine Turchi et Karl Laske, s’étaient rendus le 30 janvier « au siège des diverses sociétés d’Axel Loustau, le trésorier de Jeanne, micro-parti personnel de la présidente du FN », dans le XVIe arrondissement, toujours selon Edwy Plenel.

N’ayant pas été reçus, ils sont repartis au métro de la Porte de Saint-Cloud, où ils se sont retrouvés cernés « par un groupe de quatre à cinq personnes, parmi lesquelles Axel Loustau », a affirmé Edwy Plenel, ajoutant que « le plus virulent et le plus menaçant était Olivier Duguet », prédécesseur de Axel Loustau.

Ce dernier a « foncé comme un fou furieux sur Marine Turchi, cherchant à l’agresser physiquement, en la tutoyant et en lui lançant : ‘Je vais te tuer !… Je vais te retrouver !… Je vais t’attendre en bas de chez toi !… ‘ « .

Sud Ouest

Plusieurs centaines de manifestants contre Marine Le Pen à Oxford

le-pen_3189774cPlusieurs centaines de personnes manifestaient jeudi en fin d’après-midi contre la participation de la présidente du parti d’extrême droite français Front national (FN) à une conférence-débat organisée par l’association des étudiants de l’université d’Oxford, a constaté l’AFP.

Les manifestants, réunis devant le club de débats au coeur de la ville universitaire, à 95 kilomètres au nord-ouest de Londres, brandissaient des pancartes où l’on pouvait lire « Plus jamais Le Pen » et criaient « Racaille nazie » en accusant l’Oxford Union d’«offrir une tribune aux fascistes», en ayant invité Marine Le Pen.

Plusieurs associations (Oxford rs21, NUS Black Students Campaign, London Black Revs, Stand Up to UKIP) avaient appelé sur Facebook à manifester contre la présidente du FN.

« L’Oxford Union a invité Marine Le Pen, la dirigeante antisémite et islamophobe du parti fasciste français Front National pour s’exprimer dans notre ville. Nous protesterons contre cet évènement pour montrer que le fascisme n’est pas le bienvenu à Oxford », ont-ils écrit sur la page Facebook appelant à la mobilisation.

20 Minutes