Selon la tête de liste FN, Pierre-Charles Cherrier « la croix gammée n’est pas antisémite »

l-inscription-raciste-et-la-degradation-ont-ete-faites-dans_978602_667x333

Mercredi 9 décembre au matin, des tags racistes et antisémites ont été découverts à Brie-Comte-Robert. Mais, pour Pierre-Charles Cherrier, la croix gammée n’a rien d’antisémite !

La tête de liste FN pour le département, a vivement réagi, après la diffusion de notre article sur les tags racistes et antisémites découverts ce mercredi 9 décembre au matin, à Brie-Comte-Robert. Pourtant, sur l’un des bâtiments, une croix gammée a été dessinée.

“La croix gammée n’est pas antisémite, il s’agit d’une interprétation”, a-t-il déclaré.

L’occasion de rappeler donc l’origine de ce symbole qui, à la base, n’a rien de péjoratif. Dans la culture hindoue, la croix gammée est, en effet, bien un signe de chance. Mais force est de constater que, cette image, largement utilisée par les nazis, se transforme, au temps de la deuxième guerre mondiale, en signe antisémite.

Le contexte dans lequel la croix gammée a été taguée sur les murs d’une association communautaire laisse alors peu de doutes quant à son caractère raciste ET antisémite. N’en déplaise à Pierre-Charles Cherrier !

La République

Selon une étude le FN est le parti dont les sympathisants sont les plus anti-juifs

marine le pen antisemitisme antisemite fn front national jean marie juif juive israel haine shoah vichy france

Dans une note très intéressante, intitulée « Le mythe de la dédiabolisation du FN », la sociologue et politologue Nonna Mayer montre que le Front national n’a jamais cessé d’être raciste et xénophobe, à en juger par l’opinion de ses adhérents et sympathisants. Elle s’appuie sur les résultats du sondage annuel effectué pour la Commission nationale consultative des droits de l’homme. Nonna Mayer écrit :

« On dispose d’une base de données unique en son genre, celle du sondage annuel effectué pour la Commission nationale consultative des droits de l’homme […] qui explore toutes les formes de racisme et de xénophobie […].

Le constat est sans appel. Sur toutes les questions relatives à la perception de l’Autre, “ autre ” par ses origines, sa couleur de peau, sa religion, sa culture, et quelle que soit la vague de sondage retenue, les réponses des sympathisants du FN sont toujours beaucoup plus négatives que celles des sympathisants des autres partis. »

Après avoir défini l’échelle d’ethnocentrisme (degré d’intolérance à l’autre), Nonna Mayer analyse :

« Si on répartit les personnes interrogées en quatre groupes par niveau croissant d’ethnocentrisme, de “très faible” (scores 0-1) à “très fort” (6-10), 87% [des sympathisants FN] sont très ethnocentristes, contre […] 18% des proches des partis de gauche […]. La proportion des “très racistes” n’y a pas varié depuis 2011, stabilisée à 87%. »

Une autre caractéristique des sympathisants du FN est un rejet de l’islam exacerbé. Le refus des sympathisants FN de voir dans les musulmans des citoyens comme les autres « dépasse de 48 points celui qu’on observe chez les sympathisants des autres partis (contre 23 points dans le cas des Français juifs) ».

L’image négative de la religion juive et le sentiment que les juifs forment un groupe à part n’ont progressé, après 2011, que chez les proches du FN (+ 5 points).

« Autrement dit, non seulement l’arrivée de Marine Le Pen aux commandes du parti n’a pas fait baisser le niveau relatif des préjugés anti-musulmans chez ses sympathisants, mais leur niveau d’antisémitisme s’est accru, même s’il reste bien inférieur à celui de leurs préjugés islamophobes. »

Enfin, Nonna Mayer conclut :

« Alors que Marine Le Pen a fait de l’antisémitisme un tabou, plus d’un sympathisant sur deux a des notes élevées sur une échelle de préjugés anti-juifs.

Alors qu’elle prend soin de cibler le “fondamentalisme islamique” et non l’islam, ses partisans ne font pas la différence. Ils se distinguent des proches de tous les autres partis par leur niveau exceptionnellement élevé d’“islamophobie”, au sens de rejet de l’islam, de ses pratiques, et de ses fidèles. La “dédiabolisation” entreprise par Marine Le Pen n’est pas en phase avec la vision du monde de ses sympathisants. »

Rue 89

Un juif orthodoxe tabassé par une vingtaine de jeunes d’extrême droite

Israeli police officers confront Ultra Orthodox Jews during a protest against a government proposal to draft them into the military in front of a recruiting office in Jerusalem on May 16, 2013. Photo by Flash90 *** Local Caption *** äôâðä ðâã âéåñ çøãéí åðâã çå÷ èì ìùëú âéåñ áéøåùìéí

Un groupe composé de 20 jeunes appartenant à l’extrême-droite ont attaqué un Juif orthodoxe à Zurich dans la soirée du 4 Juillet, à Wiedijon. Les néonazis ont bloqué le passage du juif orthodoxe, ont fait le salut nazi et crié à son attention des slogans antisémites.

Le chef tatoué du groupe a craché sur l’homme (âgé de 40 ans) au visage et l’a poussé. La presse locale croit savoir que le chef du gang est Kevin G., âgé de 27 ans, d’ Hombrechtikon, Zurich.

Il est le soliste et le chanteur du groupe d’extrême-droite AMOK, qui prévoit un spectacle dans la région de Zurich le 1er août, lors de la Journée Nationale Suisse. Outre le groupe AMOK, l’événement intitulé « Rock en faveur de la Patrie », se présenteront des groupes d’extrême-droite d’Allemagne et d’Angleterre.

Coolam News

Quand Philippe Vardon, cadre du FN chantait des hymnes Nazi

Phillipe Vardon haine fn nazi Jeunessese identitaires Unité radicale Nissa rebel skinhead Skin or Die

Avant le premier tour de l’élection présidentielle de 2012, Philippe Vardon s’était montré au premier plan lors d’un meeting de Marine Le Pen à Nice. L’ancien porte-parole des Jeunesses identitaires, un mouvement d’extrême droite fondé après la dissolution d’Unité radicale, tentait alors un rapprochement avec le Front national.

Mardi, le patron de Nissa rebela, un mouvement régionaliste d’extrême droite basé à Nice, avait publié sur Twitter sa carte de membre du Rassemblement bleu marine (RBM). Selon lui, il est encarté dans ce mouvement.

Philippe Vardon est connu pour avoir longtemps fréquenté la mouvance skinhead, antisémite et négationniste. Comme on le voit sur ces images diffusées en 1998 par Arte : Philippe Vardon (chevelu et plus en chair que ses acolytes) y braille une chanson néonazie au milieu d’une forêt de bras tendus. Le documentaire s’appelle « Skin or Die ». Réalisé par Daniel Schweizer, il a été diffusé en 1998.

Le jeune Vardon, clairement identifiable micro au poing, chante « Nous sommes la Zyklon Army, l’armée des skinheads« , lors d’un concert privé en 1998. Cette « chanson » est l’oeuvre du groupe néonazi Evil Skins. Le Zyklon B fut utilisé comme gaz mortel dans les camps de concentration allemands.